AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Admiration Sans Faille... [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
James Vattic
« Ravenclaw StoneHeart ».
avatar

Nombre de messages : 1354
Age : 31
localisation : Là ou je serais en paix...
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Pour les potions, rien à craindre. Pour le sort, en revanche, n'importe quoi peut vous arriver dessus...
race : — humain(e)
animal de compagnie : Renard
petit message : "C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui-même. Donnez lui un masque, et il vous dira la vérité."
(Oscar Wilde)

Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — ravenclaw
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Admiration Sans Faille... [Libre]   Lun 27 Avr - 0:26

James se réveilla. L'heure était venue de sortir du lit afin de se rendre en cours. Contrairement à la plupart des élèves, il sortait toujours du sommeil à l'heure souhaitée, comme s'il avait programmé son cerveau afin qu'il agisse de la manière souhaitée, malgré l'inconscience provoquée par le repos de son corps et de son esprit. Poussant légèrement Martin, son renardeau, il écarta les couvertures et se leva lentement, fit craquer sa nuque, légèrement engourdie par les longues heures d'inactivité, avant de prendre le chemin des salles de bain, ou il commença à prendre une douche tiède. Par curiosité, il fit varier la température de l'eau plusieurs fois, la faisant passer à un froid glacial comme à une brûlante chaleur. Certes, il en claqua des dents, frissonna à qui mieux mieux, et enfin, transpira à grosses gouttes, mais rien de plus. Aucun sensation de douleur ou de dérangement supplémentaire, comme pouvaient s'en plaindre les autres élèves lorsque l'eau n'était pas à la température souhaitée. Était-ce juste une manière d'obtenir ce qu'ils souhaitaient, ou cela leur causait-il vraiment de la douleur ou une sensation d'inconfort ? Vattic n'aurait su l'affirmer avec précision, en tout cas. Une fois lavé dans les règles de l'art, l'amnésique s'essuya avec une serviette cousue de soie, aussi douce qu'une centaine de plumes d'anges, qu'il finit par reposer à sa place, avant de se vêtir. Il commença par enfiler des habits moldus, avant de revêtir sa robe de sorcier. Il n'aurait de toute façon jamais procédé autrement.

Revenant dans la chambre, alors que tous ses camarades dormaient encore, ronflant pour certains comme des soufflets de forge, le jeune homme au cœur de pierre s'empara de son sac, de sa baguette et de ses livres, avant de se diriger vers la sortie de la tour de Serdaigle, ou le Chevalier de Catogan jaillit subitement dans son tableau en hurlant :

"Halte-là, maraud ! Personne ne franchira cette porte, sans que le mot de passe n'en soit prononcé ! Ordre de la directrice en personne !"

Mains dans les poches, James fixa le personnage en armure, gigotant dans sa toile, pendant un long moment, sans dire un mot, avant de finir par lâcher, d'un ton particulièrement neutre :

"Mais l'absence de mot de passe ne m'interdit pas de sortir de la tour, n'est-ce pas, messire de Catogan ?"

Cette remarque calma le chevalier, qui réfléchit un moment à la situation actuelle. A dire vrai, elle s'était déjà produite un grand nombre de fois avec d'autres élèves, et Vattic le soupçonnait de prendre plaisir à ce petit jeu. Ce fut pour quoi il mit à profit ce moment de pause pour descendre d'un pas vif les escaliers, tandis que le petit chevalier tentait désespérément de trouver une réplique convenable à cet élève insolent, avant de se rendre compte que celui-ci avait lâchement mit les voiles, impatient de se rendre à son cours. Peu importait au jeune Serdaigle, vu que le chevalier aurait certainement oublié son visage le soir même. Le personnage d'un portrait, si magique fût-il, pouvait-il souffrir de troubles de la mémoire, tout comme lui ?

Atteignant le troisième étage, James emprunta alors la voie menant à la salle du cours de sortilèges, ou il reçut l'enseignement nécessaire durant deux longues heures. Même si le sortilège majoritairement étudié durant ce temps était déjà parfaitement maîtrisé. Aussi, il passa le reste du temps ou le professeur Ridgeway n'expliquait rien à ses élèves à lui demander s'il pouvait lui apprendre d'autres sorts. Malheureusement, une fois de plus, la grande majorité des sortilèges étaient déjà dans la tête du jeune homme, et, à nouveau, l'amnésique passa le reste du cours à réviser tous les sortilèges dont on lui parlait, passant de la première année à la septième année, sans en rater un seul. Cela était certain, le jeune homme avait le niveau requis pour obtenir un Optimal dans cette matière, et ce sans avoir à réviser. C'était loin d'être le cas dans les matières comme la préparation de potions, la botanique ou l'histoire de la magie, mais cela demeurait néanmoins un soucis de moins à se faire... Du moins, si le jeune homme avait été capable de se faire du mouron pour quoi que ce soit.

Lorsque les cloches sonnèrent la fin des cours, James fut le dernier à quitter la salle, évitant ainsi d'être bousculé par les autres, dont certains, qu'ils soient ou non de sa maison, n'appréciaient guère sa réussite dans ce domaine, ainsi que sa passivité infinie.

La salle embaumait encore le poulet grillé, car un des élèves avait raté un des sortilèges de gèle-flamme, qui avait donné tout l'effet inverse et avait mit le feu à la robe d'une autre élève. Heureusement, le professeur avait de bons réflexes, et il parvint à éteindre l'incendie avant que le feu n'atteigne la peau de la jeune fille. De son côté, Jimmy n'avait même pas tourné la tête lorsque le drame avait failli se produire. Cela n'était pas une personne à laquelle il tenait particulièrement. Il n'avait donc aucune raison d'intervenir.

Quittant enfin la pièce, le jeune homme se dirigea vers le hall. Il n'avait pas d'autres cours avant l'heure du déjeuner, mais n'avait malheureusement rien de particulier à faire en attendant cette heure. En d'autres termes, il était coincé dans le gigantesque château de Poudlard, condamné à déambuler pendant trois heures, jusqu'à ce qu'enfin, la Grande Salle puisse l'accueillir afin de remplir son estomac malingre, de nourrir sa silhouette décharnée, que certains auraient pu traiter de squelettique. Mais peu importaient ce genre de quolibets aux oreilles de l'amnésique. Après tout, quelle valeur pouvaient avoir de simples mots sur lui ? Même en les écoutant de toutes ses oreilles, les insultes comme les compliments glissaient sur lui comme l'eau sur les plumes d'un canard...

Descendant les escaliers, il eut le malheur de tomber sur celui qui choisit précisément de bouger pour modifier sa trajectoire. S'il avait eu besoin de se rendre ailleurs, le jeune homme aurait à coup sûr brandi sa baguette et balancé un sort qui lui serait inconsciemment venu à l'esprit pour faire reprendre sa place d'origine à l'édifice. Mais c'était inutile.

Aussi, au lieu de remonter, James descendit jusqu'à atteindre le Hall, ou trônaient, imposants et majestueux, les quatre sabliers, chacun symbolisant le nombre de points amassés par chaque maison par le nombre de joyaux scintillants, rouges, jaunes, verts, bleus, brillant comme mille feux à chaque reflet lumineux qui les atteignaient, grâce aux sublimes vitraux qui décoraient le sommet de l'endroit.

Vattic se perdit dans l'admiration de ses beautés à la fois immobiles et mouvantes, fixant avec une passion certaine chaque mouvement de chaque joyau. Dix points de moins pour Poufsouffle, cinq de plus pour Gryffondor et Serpentard. Ce ballet incessant hypnotisa le jeune homme pendant de longues minutes, jusqu'à ce que le bruit mat de chaussures heurtant le sol marbré ne retentisse à ses oreilles, le tirant de sa rêverie, et s'arrêtant brutalement derrière lui.

D'un air toujours aussi peu entraîné, le jeune homme se tourna lentement, afin de faire face à la personne qui l'observait dans son dos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysobel O'Dea

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 26
âge rp : Soi-disant 17, mais véritablement 23
race : — vampire
animal de compagnie : Un hibou strié.
petit message : Je suis le sucre qui manquait à ta vie. Ou la goutte de citron.
Date d'inscription : 27/04/2009

veritaserum
maison*:
année*:
relationship's*:

MessageSujet: Re: Admiration Sans Faille... [Libre]   Lun 27 Avr - 23:58

C’est le matin, et voilà les premiers rayons de soleils qui viennent effleurer la peau froide de la vampire, qui se lève tout doucement. A rester allongée à faire semblant de dormir, la voilà toute engourdie de ne rien faire. Elle s’étire, longuement et baille avant de quitter sa couche, sans faire de bruit pour ne pas réveiller les autres. Elle se saisit de quelques affaires et s’en va donc vers la salle de bains. Il est tôt, elle peut donc se préparer tout en douceur, sans se presser. L’eau chaude sur son corps ne parvient pas à lui donner une température acceptable, mais délasse ses muscles maigres. Le temps qu’elle sorte de sous la douche, quelques autres matinales arrivent. Des bonjours sont échangés, des sourires, des plaisanteries. Aujourd’hui, Ysobel a opté pour une marinière près du corps et un jean d’un bleu délavé. Pas besoin de soigner sa tenue plus qu’il ne faut, puisque par-dessus la vampire doit revêtir sa robe de sorcier… Une robe de sorcier d’un noir immaculé, ornée du blason des poufsouffle, qu’elle porte avec fierté. Bien qu’elle ait été un peu déçue de ne pas être chez les serpentards, comme la plupart des vampires, Ysobel a fini par s’attacher à sa maison. La robe enfilée, la question de la coiffure se pose. Finalement, Ysobel opte pour un chignon tombant sur sa nuque. Simple et esthétique, mettant en valeur la longueur de son visage. Une mèche, sauvageonne indomptable s’échappe néanmoins de la coiffure à peine finie pour couler le long du minois de kaolin de la demoiselle. Hop, un coup de crayon noir sous els yeux, et la voilà prête, quittant la salle de bain alors que le gros des troupes arrive. La voilà qui se faufile hors du terrier des Poufsouffle, mais pas en direction de la grande salle, comme tous le font. La miss, discrète, s’asseoit sur les marches d’un escalier peu emprunté. Comme chaque matin. Sortant de son sac un fruit orange et parfaitement rond et un livre de sortilèges, la voilà en pleines révisions.

Ysobel a un contrôle l’heure d’après et met donc au profit ce temps libre pour réviser un peu. Même les meilleurs élèves ont besoin de réviser ! Et l’orange, à quoi va-t-elle lui servir, n’est t-elle pas une vampire ? Oui, certainement, mais le plaisir qu’elle a de faire éclater la pulpe sucrée sur son palais ne l’a jamais quitté, et même si le goût de l’orange, à présent elle ne le ressent plus, elle continue de jouer avec. A mordre les gens, elle trouve bien moins de plaisir qu’autrefois. La viande grasse, les haricots croquants, la soupe chaude et liquide, la menthe fraîche… Tout ça ne se retrouvait pas dans la chair et le sang. La pulpe de l’orange non plus. Aussi pour cela la vampire affectionnait de manger humain en compagnie d’humain, pour tenter de retrouver ce qu’elle avait perdu, mais en vain. Le goût de la nourriture et le plaisir de manger. Epluchant minutieusement l’orange avec ses longs doigts, recueillant les morceaux de peau sur sa robe de sorcière pour ensuite les faire disparaître, Ysobel se laissa aller rêveusement. Que faisait son frère en ce moment, ne s’ennuyait-il pas trop sans personne pour lui tirer les cheveux ou le forcer à mettre une robe ? Elle ne sentait même plus l’odeur de l’orange qui aurait dû l’entourer à présent. Elle ne voyait plus que sa couleur pétante qui lui rappelait tant de souvenirs. Une fois eut-elle finit de l’éplucher qu’elle fit disparaître les morceaux de peau de sa robe de sorcier Elle avait entraînement ce soir, après une si longue journée… Espérons que le temps sera aussi beau qu’en ce moment, la demoiselle n’aimait pas voler quand il faisait gris.

Puis on tapa sur son épaule. Une poufsouffle, qui remontait de la salle commune. Perdue dans ses pensées, Ysobel n’avait pas eu le temps de réviser et déjà c’était l’heure d’aller en cours ! Précipitamment, la demoiselle rangea ses affaires, et oublia sur les marches son livre. Elle ne s’en aperçut que quelques heures plus tard, alors qu’elle avait du temps libre pour réviser. Se remémorant ce qu’elle avait fait de sa journée, la vampire repassa donc par les couloirs et escaliers qu’elle avait emprunté, sans le retrouver. Désespérée, elle fit un second tour et ô, miracle, il était là, où elle avait dû le laisser. Les escaliers ne cessant de bouger, ils rendaient la recherche difficile. Contente d’avoir récupérée son bien, Ysobel partit à la recherche d’un coin où se poser. Ne mangeant pas, elle ne voyait pas l’utilité de se rendre dans la salle commune. Aussi faisait-elle croire à ses rares amis qu’elle passait à la cuisine et mangeait ensuite dans les couloirs, loin de l’agitation de la salle commune. Et cet énorme mensonge, toutes le gobaient ! Etait-elle si bizarre que le fait qu’elle mange seule dans les couloirs leur semblait normal ? Ses pas finirent par la mener aux sabliers. Super, elle pourrait se cacher derrière et réviser tranquillement ! Sauf que… il y avait quelqu’un. Une silhouette, là devant. Ysobel s’apprêt à faire demi tour, mais trop tard. L’homme se retourna, et la fixa, de ses yeux verts. La vampire, muée par on ne sait quel démon, lui tourna le dos. Puis pivota de nouveau sur elle-même et le fixa à son tour.

« Hum, bonjour… »

Et là, elle sortit de son sac l’arme fatale. Une… Orange.

« Heu… T’en veux une moitié ? »

Ysobel avait bien retenu les leçons pour apprivoiser els animaux. La nourriture, personne n’y résiste. Normalement. Quoi de mieux pour sympathiser qu’une… Orange ? la vampire agrémenta cette demande de son plus beau sourire, quoi qu’un peu crispé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Vattic
« Ravenclaw StoneHeart ».
avatar

Nombre de messages : 1354
Age : 31
localisation : Là ou je serais en paix...
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Pour les potions, rien à craindre. Pour le sort, en revanche, n'importe quoi peut vous arriver dessus...
race : — humain(e)
animal de compagnie : Renard
petit message : "C'est lorsqu'il parle en son nom que l'homme est le moins lui-même. Donnez lui un masque, et il vous dira la vérité."
(Oscar Wilde)

Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — ravenclaw
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Admiration Sans Faille... [Libre]   Mar 28 Avr - 14:47

En d'autres circonstances, lorsque James était fasciné par quelque chose, que cela soit un son, une vision ou une odeur, le reste du monde aurait pu s'effondrer sur lui-même qu'il n'y aurait pas accordé davantage d'intérêt. Et là, pourtant, dans cette situation, de simples bruits de pas l'avaient tirés de son hypnose des sabliers, le ramenant dans le monde réel, celui ou la magie existe pour de bon, et ou toutes les questions n'ont pas toujours de réponses. Eh oui. Quel plus grand mystère que celui de sa propre existence ? Quelle plus grande torture que d'ignorer tout de soi, et ce, jusque dans les moindres détails ? Jusqu'à la veille, le jeune Serdaigle ignorait même qu'il détestait les patacitrouilles et les dragées surprises de Bertie Crochue. Un fait plutôt rageant, qui dévorait les entrailles de l'amnésique, sans pour autant faire émerger la moindre sensation dans son âme. A dire vrai, cela le travaillait intellectuellement plus qu'autre chose, comme un problème de mathématiques qu'il se devait de résoudre, sans pour autant y parvenir ni même s'énerver à ne trouver que des solutions inutiles au à la grande équation. Cela le fascinait, l'empêchait même de dormir parfois, mais à aucun moment trouver quelque chose de nouveau sur lui, ou au contraire, se heurter à un mur de pierre, n'avait engendré autre chose chez lui que de simples mots dénués de la moindre émotion.

Et là, voilà qu'une jeune élève de Poufsouffle, selon le blason sur sa robe de sorcière, venait d'arriver derrière lui, pour lui tourner aussitôt le dos, avant de faire à nouveau volte-face pour commencer à le fixer à son tour. Exceptés les vampires, quelques loups-garou et de très rares humains, personne ne parvenait à regarder l'étudiant au cœur de glace sans éprouver un certain malaise. Ses grands yeux verts étaient charmants, certes, mais l'absence d'émotions, ainsi que son habitude à ne presque jamais ciller le rendaient presque effrayant... Dérangeant...

Détaillant la sorcière qui lui faisait face, le jeune garçon nota tous les éléments sur sa personne. Plutôt grande et très maigre, elle dépassait Vattic de quelques centimètres, et, selon les critères établis chez les humains, ne faisaient pas vraiment partie de celles que l'on pouvait appeler des "beautés", à cause de son nez en trompette et de ses joues creuses, notamment. Cependant, Jimmy apprécia la profondeur des yeux de la jeune fille, très agréables à regarder, ainsi que de sa peau pâle comme la lune. Certes, ce critère demeurait prédominait chez les vampires, mais lui-même n'avait jamais brillé par un teint mat, et n'avait pourtant jamais absorbé la moindre goutte de sang. Après son examen physique, il rechercha dans sa mémoire si la jeune femme faisait partie de ses connaissances, recherche qui se révéla négative. Malgré tout, il avait aperçu la jeune femme à plusieurs reprises, dans les couloirs, ou encore à la sortie d'un cours. Mais son nom lui était inconnu.

Alors qu'il était plongé dans ses recherches mentales, qui n'avaient duré que quelques secondes, la jeune sorcière le salua très poliment, malgré un ton quelque peu hésitant, auquel James répondit sur un ton qu'il souhaita chaleureux :

"Je te souhaite le bonjour à toi aussi."

Ça, accompagné d'un léger hochement de tête. Immobile, les mains dans les poches, il attendait. Il n'avait rien à dire, et patientait toujours afin de voir si le salut de la Poufsouffle était une simple politesse, ou si elle avait vraiment une raison de l'avoir dérangé dans sa contemplation éphémère.

Farfouillant dans son sac, la jeune fille en sortit une orange, et lui en proposa aimablement la moitié. A dire vrai, James ne s'était pas le moins du monde attendu à ce que son interlocutrice agisse de cette manière et, surpris, haussa un sourcil, tout en contemplant le joli sourire, quoique légèrement nerveux que la demoiselle lui offrait.

Hochant à nouveau la tête, le Serdaigle lâcha aimablement :

"J'accepte ta proposition."

Faisant quelques pas vers elle, il sortit une main de sa poche, et la tendit vers la jeune femme, dans le but de la saluer de manière plus amicale.

"Je me nomme James Vattic."

Aucune émotion ne transparaissait jamais chez lui, que cela soit dans ses mouvements, comme dans ses paroles, et pourtant, sa faculté à s'attacher aux gens pouvait se révéler très rapidement. Et même s'il vous appréciait, et qu'aucun sentiment n'apparaissait jamais sur son visage fin, vous le sentiez, jusqu'au plus profond de vos entrailles, qu'il vous considérait comme un ou une amie, et qu'il n'hésiterait pas à utiliser les pires sortilèges, à risquer sa vie, et même à la perdre, juste pour vous protéger. C'était cela, la magie de James.

D'un autre côté, lorsqu'il était vraiment très proche de vous, il pouvait même se laisser aller à sembler presque doté d'un cœur, à vos côtés, et agir comme votre meilleur ami. Rire et pleurer ne faisait peut-être pas partie de ses possibilités, mais d'un autre sens, il savait montrer à quel point vous aviez une place importante dans son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Admiration Sans Faille... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Admiration Sans Faille... [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sans amour, sans ami(e)s et maintenant sans boulot...[LIBRE]
» Le début d'une haine sans fin [LIBRE]
» Poursuite sans fin [libre]
» [Spécial Halloween] Sans peurs et sans reproches (libre) [HOT à la fin]
» Une détermination sans faille et un entraînement spécial. [PV Natsu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Rez-de-chaussée :: { Le Hall & les escaliers. »-
Sauter vers: