AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douceur, délice et folie.. [Solane V.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Jeu 21 Mai - 19:50


    @ Obsession
      Douceur, délice et folie.. Voilà ce qu'était le sang de cet humain.. Une pure folie dont Aurore aurait voulu se délecter d'avantage, par chance, elle était parvenue à s'arrêter, à ne pas mordre plus en profondeur, même si cela lui était à présent une véritable torture. Une torture parce qu'elle en voulait encore, elle désirait retrouver cette euphorie, cette excitation, ce liquide interdit et si.. Unique.. Pourtant elle refusait de tuer, elle n'aurait d'ailleurs jamais dû aller jusque là, et elle en était parfaitement consciente. La culpabilité, Aurore en avait encore une couche, histoire de ne pas s'ennuyer dans son éternité. Non, sérieusement, la demoiselle s'en voulait à mort, et dés qu'elle était parvenue à s'éloigner du garçon, elle avait parcourut Poudlard afin de fuir le plus possible l'humanité.

      Elle avait croisé plusieurs êtres humains au cours de sa descente, cependant aucun n'avait attiré son attention, elle ne voulait croiser la route que d'un mortel, et elle savait qu'il se trouvait à présent loin, qu'elle ne risquait pas une nouvelle tentation, un nouveau dérapage, du moins jusquà la prochaine fois. Végétarienne, tu parles ! Elle ferait mieux de partir de l'école, pour ne plus mettre personne en danger, cela serait certainement la meilleure solution, mais la fuite n'était pas ancrée dans ses habitudes, une de Saint-Faye ne dois jamais fuir.. Du moins tant que cela est possible.

      Garder la tête haute ? Non, là, elle ne pouvait qu'aller s'effondrer dans un coin isolé, histoire de se reprendre, d'oublier, et d'être prête pour la reprise des cours. Aurore avait marché si rapidement qu'elle ne s'était pas rendue compte qu'elle était déjà arrivée à une destination convenable, le Lac.. L'eau reflétait les dernière lueur de l'aube alors que notre demoiselle s'assayait en bordure. Ici, elle était certaine de se trouver au calme, d'avoir silence et solitude, qui viendrait à cet endroit à cette heure-ci ? Pas grand monde, ils dormaient sûrement tous.

      Que pouvait-elle faire, maintenant ? Devrait-elle changer de mode d'alimentation ? Briser les leçons de son protecteur ? Créer un froid avec Solane également ? Aurore se sentait complètement perdue, complètement seule dans une situation qu'elle considérait déjà comme insoluble. C'est une fleur qui subit le désaroi de la jeune femme, une petite fleur blanche qu'elle cueilli et fit tourner lentement entre son pouce et son index alors que son regard se perdait complètement dans les méandres du passé, dans les hypothèses de l'avenir, et les palpitations d'un coeur arrêté depuis bien longtemps.

      Le passé, s'il lui était possible d'y retourner, elle changerait tout, absolument tout.. Certes, à l'instant présent elle serait morte, mais elle aurait suivit le cours normal d'une vie, elle aurait rendu son père fier, aurait prolongé l'arbre généalogique de la famille et n'aurait jamais tué.. Elle aurait juste été la petite femme parfaite de l'époque, pourquoi avait-elle décidé de se rebeller ? Etait-ce écrit ? Ou avait-elle modifié son propre Destin en prenant la fuite pour la première fois ?

      Si Aurore avait été capable de fondre en larmes, elle l'aurait fait, mais c'était impossible, ainsi son regard exprimait-il toutes ses émotions à sa façon, silencieuse et immobile, elle ne prenait même pas la peine de respirer, ne remarquant la présence d'un autre qu'en entendant une voix, proche, s'adresser à elle.
      .



{ Désolée, c'est un début alors ce n'est pas fameux xD }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Ven 22 Mai - 18:50

Spoiler:
 


    "Ce qui fait la noblesse d’une chose, c’est son éternité." De Vinci


    Passé, oubli, néant… que deviennent tous ces innombrables instants qui nous sont dérobés ? Le temps s’écoule devant nos yeux sans que l’on puisse le toucher. Ce temps envieux qui dilue nos souvenirs comme les vagues léchant la grève. Que ne donnerais-je pour que tu suspendes ton cours ? Que ne sacrifierais-je pour garder la mémoire de ses sentiers perdus dans le flot de l’éternité ? Pour conserver une trace de ce que nous étions ? Cruel est ce temps qui efface cette multitude de souvenirs à chaque minutes passées, à chaque page de notre vie, inlassablement années après années. Prisonnier de cette éternité… oui je l’étais.

    Entre mes paupières à demi-clauses, je contemplais une nouvelle fois ce même soleil qui se levait à l’horizon encore et toujours ; et pourtant je ne pus qu’admirer la scène qui se reflétait dans mes yeux d’ambres polis. Sombres et envoûtantes, les eaux du lac s’étendaient sous mes pieds, scintillant paresseusement sous le tendre toucher des colonnes de feux qui luisaient dans le ciel matinal. Un délicat rideau aux teintes orangés recouvrait joyeusement le château qui se dessinait à son côté. C’était un paysage à la fois familier et inconnu qui s’ouvrait devant moi, une vision familière qui pourtant portait les prémices du changement, d’un futur qui naissait, porteur de nouveauté et d’espoir.

    Des heures durant j’avais ainsi contemplé la toile céleste, admirant le spectacle de ces diamants éclatants qui accompagnait la dame de la nuit dans sa folle cavalcade, pour céder la place à son âme sœur à jamais inaccessible. Cette douce réalité noyait les sombres songes de mes nuits, m’épargnant de plonger dans mon passé. Depuis longtemps déjà je n’osais plus fermer les yeux, fuyant l’insondable et douloureux chagrin qui vrillait chaque parcelle de mon âme peinée. Mes nuits représentaient les seules moments où je m’accordais ce bref instant de faiblesse, à l’écart de tout regard et tout jugement. Je préférais de loin souffrir seul et en silence que de montrer à quel point j’étais vulnérable. Qui aurait pu comprendre les fantômes qui me hantaient de toute manière ?

    L’astre luminescent planait désormais entièrement au dessus des flots silencieux du vaste lac, soulignant que le temps, lui, poursuivait son inlassable chevauchée. Dans un soupir muet je me séparais à regret de la rive verdoyante, chassant à l’aide de quelques secousses les fine gouttes de rosée qui s’était attardées sur ma veste. Le château n’allait pas tarder à s’éveiller et il fallait que j’y sois entre autre pour assister aux cours. Machinalement je raffermis mon emprise sur moi, me recomposant cette façade si familière aux yeux des autres, l’image d’un garçon inébranlable et sûre de lui. Puis lentement, je pris finalement le chemin de retour d’un pas fataliste.
    Plongé dans mes pensées concernant la journée à venir, je ne perçus dans un premier temps qu’une ombre fugitive sur ma gauche contrastant avec la clarté du soleil. Sortant du couvert de l’allée qui remontait vers le château mes yeux repérèrent aussitôt la chose en question qui se découpait en contrebas, sur le flanc du lac que je venais de quitter.

    *Que fais tu là ?* questionnais-je pour moi même à la fois inquiet et me sentant revivre.

    La silhouette qui se dressait face au soleil était assurément la seule que j’aurais pu reconnaître entre tous. Sa longue chevelure blonde flottait dans la brise, encadrant son visage magnifique aux yeux habituellement si profond.
    Pourtant il ne me fallut qu’une fraction de seconde pour comprendre que quelque chose n’allait pas. Ses traits d’ordinaire si doux n’était qu’incarnation d’une vive souffrance, son regard un tourbillon de chagrin et de regret, jusqu’à sa posture qui indiquait la cruelle incertitude qui la rongeait.

    « Aurore ?.. .» murmurais-je dans un souffle chargé de tendresse et d’un soupçon d’inquiétude, à quelques pas de la personne la plus chère dans ma vie.




MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Ven 22 Mai - 19:23

Spoiler:
 



      « Aurore » avait soufflé une voix que la jeune femme aurait reconnu entre toutes.. Aussi tôt, elle se raidit, tentant malgré sa souffrance, de paraître à nouveau la beauté froide qu'elle était pour tout le monde, mais surtout, pour redevenir l'imperturbable bloc de glace qu'elle se devait d'être. Une de Saint-Faye ne plie jamais sous la douleur, il faut garder la tête haute, rester solide quoi qu'il arrive.. Oui, jolie théorie, mais la pratique ne fonctionnait pas, en cet instant de désespoir total.

      Elle se releva, machinalement, avec la grâce habituelle qu'elle avait depuis toujours, accentuée par sa nature. En se retournant, elle aperçue celui à qui elle tenait le plus au monde, Solane Valentine.. Un ami proche, un frère protecteur, il était un peu tout pour elle, et surtout, il était le seul à avoir droit aux moments de solitude, aux instants d'incertitude de la jeune vampire. Que ferait-elle sans lui ? Elle ne saurait le dire, mais une chose était certaine, ce jour là serait un des plus éprouvant pour elle.. Sa souffrance se lisant clairement dans son regard doré, Aurore n'osa s'approcher du jeune homme, finissant par baisser les yeux vers le sol, un signe de détresse, d'appel au secours silencieux pour beaucoup, mais également un signe de défaite, ce qu'elle était pour l'instant la seule à savoir.. Goûter au sang humain, cela faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé, elle s'était jurée de ne pas recommencer, qu'une fois à Poudlard, elle saurait se contenir.. Et pourtant, pourtant elle avait craqué sur un élève, un jeune Gryffondor dont l'appel du sang avait été si fort, dont la provocation fut si importante, qu'elle avait brisé toutes ses interdictions..

      La jugerait-il sur cet événement ? Lui en voudrait-il d'avoir perdu une bataille comme celle-ci ? Ou était passée la jeune femme pacifiste, la demoiselle déterminée qui parvenait toujours à ses fins ? Lunatique, elle l'avait toujours été, au point de passer du miel au volcan en quelques secondes, mais pourquoi n'avait-elle pas été plus prudente ? Elle qui savait se montrer si intuitive, si prévoyante et calculatrice ? Le Destin avait-il voulu mettre une barrière de plus sur sa route déjà parsemée de néant ?

      Quelques secondes, insignifiantes, étaient passées depuis qu'elle fixait le sol, et finalement, elle releva le visage vers Solane, sa longue chevelure blonde flottant légèrement au gré du vent.. Son regard se plantant tristement dans celui de son ami, avant qu'elle n'ose enfin avancer, d'un pas peut-être trop humain, signe de lassitude peut-être ? Ou pire ? Baissait-elle les bras ? A vrai dire, elle-même n'aurait su vous répondre, vous dire si elle continuerait à se battre contre ses instincts.. Le son du coeur qui s'emballe, le sang qui bat dans les veines, le délice de ce liquide vital, tout lui tournait encore dans l'esprit, si bien qu'elle se retenait à chaque seconde de retourner chercher la trace de cette si charmante victime..


      « Solane .. » avait-elle murmurée, en s'arrêtant face au garçon, d'une voix aussi cristalline que meurtrie, aussi douce que mélancolique.. La voix de la souffrance, pourtant étrangement agréable à l'oreille. Que pouvait-elle dire de plus ? Que pouvait-elle ajouter ? Aurore ne parvenait pas à trouver les mots, et elle se savait tout simplement incapable d'exprimer ce qu'elle ressentait. Ainsi, debout, silencieuse, elle le fixait, seuls ses cheveux et la cape de sorcière qui recouvrait sa robe noire formant du mouvement.. L'immobilité du marbre, la transparance du cristal.. Un véritable livre ouvert à décrypter..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 23 Mai - 0:47

      Que m'arrivait-il ? Quel était cette étrange sensation qui secouait mon être ? Une douleur lancinante tambourinait contre ma poitrine avec la force d'un éclat de tonnerre. Ma gorge semblait s'être assécher aussi vite que l'éclair déchirant les cieux. Parcouru d'un étrange frisson ma peau pâle et pourtant glaciale se hérissa sous la soudaine tension qui m'habitait. La peur... était ce vraiment la peur qui pour la première fois depuis ci longtemps m'avait saisi ?

      J'avais pourtant tout endurer sous cette carapace d'acier que je m'étais construite, cette image mensongère et inébranlable que j'exposais aux regards des gens depuis aussi longtemps que mes souvenirs remontaient. Je m'étais cru capable de tout supporter, de tout surmonter. Ma force de conviction, ma volonté infaillible avait briser tout les assauts tourner contre ma personne. Je m'étais persuadé d'être parvenu à oublier toute ses sensations qui me rappelait mon humanité perdue, qui soulignait mes propres failles. Haine, Colère, Peur, Tendresse, Amour... ses sentiments je les avais considérés comme perdu, enfermé à double tour dans l'individu que j'étais auparavant. Mais j'étais dans l'erreur, j'avais tout faux... ma propre boite de pandore venait de se rouvrir sans que j'en prenne conscience.

      Il avait suffit d'un seul geste de sa part pour me pétrifier, d'un seul regard pour anéantir toutes mes défenses. Que signifiait cette soudaine distance entre nous ? Elle s'était retournée face à moi après un sursaut d'hésitation. N'avait pas fait un seul pas dans ma direction. N'avait pas prononcé le moindre mot à mon encontre. Et par dessus tout ses yeux emprunt de souffrance m'avait effleuré un très court instant avant de se détourner, plongé vers le sol.

      En cet instant je crois qu'il me fut impossible de qualifier le degré de terreur qui m'avait saisi. Oui aucun autre mot que la terreur n'aurait pu convenir mieux pour qualifier ce que je ressentais face à celle. Peut être était-ce durant ces quelques minutes que j'avais pris conscience de tout ce qu'elle m'avait apporter depuis que je la connaissais. Chaque détails de sa personne était rester gravé en moi, chacun de ses gestes, chacun de ses sourires. Or la jeune femme qui se trouvait devant moi ne ressemblait aucunement à la jeune Serpentard bornée et caractérielle que j'avais appris à apprécier, pour laquelle je m'étais juré de tout faire pour la soutenir. Elle semblait presque brisée par quelque chose que je n'arrivais pas à saisir.

      Après ce qui me paru une éternité son visage se redressa en face du mien tandis qu'elle avança avec lassitude dans ma direction. Nos regards se rencontrèrent dans un tourbillon de douleur et de malaise, prunelles dorées dont le reflet du soleil ne parvenait pas à ôter l'océan de tristesse.
      A quelques centimètre de moi, instinctivement ma main alla à la rencontre de son visage, comme si sa voix d'une douleur presque mélodieuse m'avait pousser à caresser sa joue froide, tentant d'apaiser le tourbillon d'émotion indistinct que j'y percevais.

      « Solane... »

      Mais sitôt que sa voix retomba, je compris ce qui m'avait échapper. A l'instar d'un poignard qui me traversa, de fugaces souvenirs de mon propre passé s'imposèrent à moi, identifiant la cause de tout ceci. Je perdis momentanément le contrôle de mes gestes, retirant vivement ma main comme si son contact m'avait brûler, m'éloignant sans le vouloir de quelques pas.

      Je savais que je n'aurais pas du agir ainsi, à dire vrai je ne savais même pas exactement ce qu'il s'était passé. N'avais-je pas non plus promis de la soutenir quelle que soit la situation ? Peut être... si... oui je l'avais bien dis. Pourtant j'en fut incapable sur le moment. Une autre pensée me tenaillait et je ne pouvais l'ignorer, une angoisse qui me poussa à demander d'un ton qui se voulait dépourvu d'émotion, mais dont chaque note reflétait la bataille qui faisait rage en moi.

      « Pourquoi... ? »

      « Qui... ? »


      Ce fut sur le moment tout ce que je fus capable d'articuler à celle que j'avais considéré comme ma petite sœur, voir davantage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 23 Mai - 1:23



      La douceur de ce contact était unique, et ne réparait pourtant pas la blessure, la plaie ouverte du coeur de la demoiselle.. Il retourna d'ailleurs vite le couteau lorsqu'il eu un mouvement de recul, une sorte de soudaine terreur, ou de répugnance pensa-t-elle.. Comment avait-elle pu craquer ? Pourquoi ? Si seulement elle avait les réponses, les véritables.. Elle s'en voulait, ô Dieu qu'elle s'en voulait d'avoir osé touché à ce sang humain, à ce délice des sens qu'elle avait juré ne plus jamais approcher.. Ne plus entrer en contact avec.. De belles promesses, mais pour les réaliser, surtout une véritable torture !

      Il ne lui pardonnerait pas, il finirait forcément par l'abandonner.. Les pensées se bousculaient dans son esprit alors qu'Aurore fut prise d'un hoquet de terreur.. Elle faillit plier sous le poids des émotions, grand inconvénient de son statut de vampire, elle pouvait ressentir énormément de choses, avec plus de violence, plus de force, plus en détail.. « Au secours », criait son regard d'or alors que Solane ouvrait la bouche, reprenait la parole pour lui poser les seules questions qu'il sembla en état de prononcer.

      Qui ? Pourquoi ? Mais qu'en savait-elle ? La seule chose qui l'obsédait à présent, c'était cette saveur, la brûlure de sa gorge, la sècheresse qui avait envahie sa bouche, elle en tremblait presque, un mouvement pratiquement imperceptible de sa main l'indiquait d'ailleurs parfaitement.. Que pouvait-elle lui dire ? Que pouvait-elle bien répondre pour faire pardonner son erreur ? Jamais, jamais il ne parviendrait à effacer cet affront, elle le savait..

      Les mots sortirent seuls, les lèvres de la jeune femme tremblant légèrement à leur tour.. Si elle avait été humaine, elle serait certainement au sol, recroquevillée sur elle-même, en larmes. Mais elle ne pouvait pas, elle n'y arrivait pas, et son corps semblait réagir étrangement à cet état, à tout ce qui la submergeait.

      « Il.. Il m'a provoqué.. Je l'avais avertis.. Plusieurs fois.. J'ai résisté.. Mais il a fait sauté les premier boutons de sa chemise et.. Je.. » Sa voix c'était perdue dans d'invisibles larmes, toujours aussi présente.. « Ne m'en veux pas », traduisait facilement les moindres parcelles de son corps.

      Un moment de folie.. Une agonie totale.. Ses entrailles se rebellaient contre sa résistance à croquer à nouveau dans une chair brûlante pour en libérer la liqueur.. Elle ne sait pourquoi, mais Aurore finit par se jeter en douceur dans les bras de Solane à qui elle devait tant.. Il était toujours là pour elle, toujours.. Pourtant elle avait failli, et craignait à présent qu'il ne la repousse, qu'il refuse de lui adresser la parole, de lui offrir ne serait-ce qu'un regard. Ses bras autour du cou du jeune homme, le menton sur son épaule, elle sembla resserrer sa prise lorsqu'elle remarqua la présence d'un élève non loin.. Son coeur, s'il avait été en état de battre, aurait certainement triplé son allure, si ce n'est plus.

      L'imagination, don du ciel ou des enfers ? Aurore n'aurait su le dire lorsque des images vinrent lui brouiller l'esprit.. Le sang, une envie violente, mais elle refusait de craquer, elle ne voulait pas, ainsi se raidit-elle légèrement, se concentrant sur le contact du garçon et son odeur, temps qu'elle pouvait en profiter, il pouvait la repousser n'importe quand, d'une seconde à l'autre. Il avait toujours été un ami extraordinaire, un confident agréable, un frère protecteur, et bien plus, relation qu'elle ne saurait définir, mais pour combien de temps encore ? Des années, des mois, ou juste des secondes ?..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 23 Mai - 19:21

Spoiler:
 
      Tout autour de moi semblait irréel, je me mouvais dans un monde de beauté mensongère à la fois intemporel et intouchable. Le moindre détail qui m'entourant dégageait cet air de fausseté, de doute et de vérité dissimulée. La douce brise qui soufflait autour de nous était semblable aux voiles de la trahison qui tourmentaient sa victime, tandis que ce même hélianthe lumineux transperçant le ciel m'apparaissait comme le témoin qui mettait en lumière ma désillusion. C'était une promesse...

      Pourquoi s'était-elle ainsi engagé par de si belles paroles si ces dernières s'envolaient face au moindre obstacle ? Elle-même, m'avait-elle laissé une seule chance ? Je lui avait promis d'être toujours à ses côtés tant qu'elle aurait besoin de moi... mais elle avait fui. Peut être était-ce cela qui me blessais véritablement à ce point ? Si le hasard ne l'avait pas conduit devant moi dans sa fuite, serait-elle venue me retrouver ? Les réponses à ces interrogations muettes se perdaient dans la douleur qui enserrait ma poitrine.

      La cruelle réalité qui s'imposait pas à pas dans mon esprit m'horrifiait plus que je n'aurais été capable de l'exprimer. Ce n'était même pas ce qu'elle avait accompli qui m'avait fait reculer. Qui plus est j'ignorais totalement ce qui s'était passé exactement. Avait-elle juste blessé quelqu'un ou ses pulsions l'avaient-elle conduite à tuer ? Avait-elle renoncé totalement aux principes qu'elle avait épousé, ou cela se limitait-il à un instant de faiblesse ? Je n'en avais pas la moindre idée et pourtant je m'en fichais éperdument, reléguant toutes ces questions au second plan. Je compris enfin qu'à mes yeux c'était elle qui passait avant tout.

      Les instants qui succédèrent aux paroles que je lui avais adressé furent à mon sens les plus longues auxquelles ma vie d'immortel avait eu le droit jusqu'à maintenant. Je sentais chaque parcelle du temps qui s'était figé autour de nous, sentant les grains du temps dégringoler uns à uns entre mes doigts comme une poignée de sable fin. Je n'attendais pas une réponse à mes questions, celle-ci ne m'importait pour le moment que très peu. C'était le timbre de sa voix que je guettais, le moment ou elle s'adresserait enfin à moi, je voulais plus que tout qu'elle me parle.

      « Il.. Il m'a provoqué.. Je l'avais averti.. Plusieurs fois.. J'ai résisté.. Mais il a fait sauté les premiers boutons de sa chemise et.. Je.. »

      Ses mots me frappèrent comme une masse quand je compris le sens de ses paroles. Involontairement, mes iris coulés dans de l'or pur s'étaient teinté d'un éclair de colère écarlate. Une sourde et terrible fureur avait pris naissance en ma personne à l'évocation de ce « il ». Ce n'était donc pas une vulgaire personne innocente qui avait emmener dans son sillage tant de souffrance chez celle qui s'était emparée de moi, mais un fieffé imbécile qui ne tarderait pas à regretter son attitude provocatrice sitôt que j'aurais mis la main sur lui. Cela, je pouvais le jurer.

      Parallèlement la folle tension qui m'avait parcouru se dispersa aussitôt au son de sa voix tremblante et pourtant si emprunte de pureté. Quel imbécile avais-je été ! J'avais sauté aux pires conclusions en ne pensant qu'à moi. Mais en la regardant je compris ma stupide erreur. Elle n'avait pas souhaiter mettre de la distance entre nous, c'était la crainte de la manière dont je la considérerais qui l'avait éloignée. Je réalisais maintenant que tout en elle semblait crier au pardon tandis que sans préavis elle se jetait désespérément dans mes bras.

      Mon souffle fut brusquement coupé sous le soudain contact de son visage enfoui dans mon épaule. Ses bras passés autour de mon cou n'était que violente brûlure sur ma peau. Si j'avais disposé d'un cœur encore en état de battre il aurait inconditionnellement explosé en un millier d'étoiles dans l'infinité de mon être. Je connaissais maintenant la dure vérité qui me liait à elle, celle que je m'étais toujours refusé. Et même si cela ne devait figurer que dans mon sens je savais que je ne pourrais que l'endurer jusqu'au dernier jour de mon éternelle existence, peu importe la douleur et les tourments que cela m'infligerais.

      « Je suis là... je serais toujours là... » murmurais-je dans le vent doux et chaud qui faisait flotter ses cheveux d'or.

      Peu à peu je lui rendis cette étreinte qui m'était si douloureuse, essayant de lui faire ressentir la force de ma compréhension et de mon pardon. Je connaissais le dilemme qui l'habitait, il y a de cela une centaine d'années j'aurais été prêt à mettre un terme à mon existence pour faire cesser cette lutte infernale. La pureté de son âme était bien moins entaché que la mienne, rendant ce premier incident bien plus terrible encore que je ne l'avais moi même vécu.

      Je sentis aussitôt la présence d'une tierce personne à proximité de nous, son sang chantant en sourdine dans mes oreilles sans rien n'éveiller d'autre qu'un ancien désir que j'avais depuis longtemps vaincu. L'accentuation de la prise d'Aurore dans mon dos m'indiqua clairement que ce n'était pas son cas. Délicatement je passais mes doigts sous son menton, relevant son visage à quelques centimètres du mien, la fixant de mes prunelles flamboyantes d'assurance.

      « Rappelle moi la raison de tout ceci... la décision qui t'as conduite sur ce chemin n'était-elle qu'un simple caprice ou bien y avait-il autre chose ? Tu te mentirais si ce n'était pas le cas, je le sais. N'y a t-il rien de plus fort qui imprègne ton cœur que ce superficiel désir qui entache tes sens? » lui demandais-je d'une voix tendre qui contrastait avec la fermeté de mes propos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 23 Mai - 20:27



      Les quelques secondes que durèrent son silence furent une terrible torture psychologique pour la demoiselle qui s'imagina le pire, elle ne demandait qu'une chose, qu'il réagisse.. Qu'il fasse un geste pour lui indiquer si oui ou non, il parviendrait à la pardonner, qu'il parle.. Elle voulait entendre le doux son de sa voix, rassurante et protectrice.. Mais elle craignait de n'avoir droit qu'à une violente colère, à une nouvelle haine considérable. Lorsqu'elle sentit son souffle se couper à son contact, Aurore cru se sentir mourir une deuxième fois, était-ce si désagréable pour lui, un tel contact ? Voulait-il qu'elle parte ? Les questions s'entrechoquait dans son esprit brouillé par la présence du mortel non loin.. Elle voulait s'en prendre à cet idiot, elle voulait goûter à ce qui coulait dans ses veines, tout en étant répugnée par ses propres désirs.. Que faire ? Ce n'est qu'à cet instant qu'elle se rendit compte qu'il ne l'avait pas repoussée, qu'il lui montrait à quel point il comprenait.. Elle se sentit respirer à nouveau un instant, une sensation de soulagement lui ayant traversé le corps comme un élixir de vie.. Quelques secondes durant, elle se sentit bien..

      Mais un vampire est capable de penser à de multiples choses à la fois, de se concentrer sur plusieurs évènements, et les mouvements de l'élève ne lui échappaient pas, bien au contraire, ce jeune inconnu monopolisait une partie de l'esprit de la jeune femme qui n'arrivait pas à se débarrasser de cette furieuse envie meurtrière, elle reserait donc son étreintes autour de Solane qui ne l'avait pas lâchée. « Je suis là... je serais toujours là... » avait-il dit, des paroles qui l'aurait faite fondre si elle n'avait pas dû se battre avec elle-même, si elle n'avait pas été en combat intérieur pendant ce court laps de temps ou il avait prononcé ces quelques mots.

      Toujours.. C'est long ça, toujours.. A la fin de leurs études à Poudlard, leur chemin se séparerait, elle le savait, alors pourquoi cette promesse impossible à tenir ? Elle ne voulait pas qu'il parte, mais cétait ainsi, la vie ne nous permettait pas forcément de garder contact avec ceux que l'on aime.. Elle devrait retrouver Devon, son protecteur, et lui, il retournerait certainement auprès des siens.. Un rire nerveux, cristallin, comme un tintement mélancolique s'échappa de ses lèvres à ces tristes pensées.. Comment pouvait-elle songer à cela maintenant, alors qu'elle devait à tout prix se concentrer sur son self control ? Son rire s'éteint finalement alors qu'elle reserait un peu plus sa prise sur les vêtements du jeune homme qui prit à son tour la parole.

      « Rappelle moi la raison de tout ceci... la décision qui t'as conduite sur ce chemin n'était-elle qu'un simple caprice ou bien y avait-il autre chose ? Tu te mentirais si ce n'était pas le cas, je le sais. N'y a t-il rien de plus fort qui imprègne ton cœur que ce superficiel désir qui entache tes sens? »

      Ces paroles n'avaient plus de sens.. Un coeur, comment osait-il parler de coeur alors qu'elle pensait au moment même à tuer quelqu'un ? Alors qu'elle avait failli voler la vie d'un élève ? Un éclair de douleur passant dans les yeux de la jeune vampire alors que Solane venait de passer ses doigts sous son menton pour l'inciter à le regarder.. Il était sûr de lui, cela se voyait dans ses prunelles, il parlait avec une voix tendre et un ton pourtant ferme.

      Aurore ne dit rien, fixant le Poufsouffle en silence, perdue dans une bataille silencieuse pour ne pas craquer, contre les instincts.. Pouvait-t-elle se permettre une telle faiblesse alors que la personne avec qui elle se trouvait en cet instant se battait également pour une cause.. Il résistait si bien, lui, alors pourquoi elle n'y parvenait pas, après autant d'années de lutte ? Le souffle de la jeune femme se coupa une nouvelle fois alors qu'elle cherchait les mots à dire, ce qui pourrait le rassurer, mais également représenter ce qu'elle ressentait. Mais rien à faire, rien ne sortait de ses lèvres entrouvertes.. Il fallait qu'elle dise quelque chose, Aurore en était consciente, et les seules paroles qu'elle réussit à lâcher furent aussi vraie qu'éloignées de ce qu'elle avait prévu.


      « J'ai peur.. » Juste deux mots très représentatifs de son ressenti, trop peut-être, et s'il ne tolérait pas cette peur qu'elle ressentait ? Dieu qu'elle s'en voulait, mais que pouvait-elle y faire ? Elle devait oublier la présence de l'étudiant, et pour cela, elle n'avait trouvé que les yeux de Solane dans lesquels elle se perdait, à nouveau silencieuse..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mar 26 Mai - 2:40

« Chaque instant est toute une vie. » Chenée


      Je crois que si le créateur avait eu dans l'idée de consumer mon âme de désir, aucun être sur cette terre n'aurait mieux rempli ce rôle que la jeune femme que je tenais dans mes bras. Aurore... dieu qu'elle était belle ! Si proche et malgré tout si inaccessible, appartenant à quelqu'un dont je ne connaissais même pas le nom... et ce dernier pourtant, je l'aurais tuer juste pour cela ! Je me maudissais de mes pensées comme de mes sentiments envers elle ; je n'en avais pas le droit. Car après tout quel légitimité avais-je ? J'étais son ami, plus que cela j'étais le frère qui avait jurer de veiller sur elle. Celui qui serait toujours à son écoute quand elle en aurait besoin, sans jamais rien demander en retour. Au final, c'était cette condition seule qui nous avait rapprocher. Et si je n'avais pas été un Valentine, si nos états de conscience n'avaient pas été si similaire, serions-nous devenu si intime ? Se serait-elle ainsi lancer dans mes bras ? Non sans aucune doute, en tout cas elle n'avait rien fait m'amenant à supposer le contraire. Mon esprit ne cessait de me repasser en boucle cet état de fait, mais rien n'y faisait en dépit de mes efforts pour cesser d'y penser, revivant continuellement cette discussion dans ma tête.

      Elle me fixait toujours dans un silence à la fois fragile et merveilleux, figé dans ce temps cruel qui avait suspendu son cours. Je la sentis prise d'un léger tremblement alors qu'elle s'accrochait toujours à mon cou, me faisant frémir de haut en bas en réponse à notre toucher.
      Si magnifique... J'avais l'impression d'être comme une île minuscule perdue dans un gigantesque océan de brume, tandis que je n'avais ni rame ni gouvernail pour trouver ma route dans ce déchainement d'émotion. Que n'aurais-je donner pour une boussole m'indiquant le chemin à prendre, pour une carte qui aurait défini ma finalité ? Seulement cela ne se pouvait pas. J'aurais été prêt à tout je le savais, mais ce choix n'était pas le mien... si choix il y avait.

      « J'ai peur... »

      « Moi aussi... » marmonnais-je faiblement d'abord sans réfléchir, guider par le flou de mes pensées qui s'égaraient aux quatre vents.

      Oui... moi aussi j'avais peur... Une peur moins dangereuse mais ô combien plus destructrice et attirante que toute celle que j'avais pu connaître un jour. Sa présence m'enivrait et m'apaisait à la fois, me malmenant sans répit dans les sombres affres de l'incertitude. Je savais que je devais m'éloigner d'elle, mais sitôt que son regard me croisait mes résolutions s'envolaient comme feuille au vent. Conscient de cette lâcheté, de cette faiblesse, je m'en retrouvais pas moins incapable de taire tout mes ressentis à son égard, accentué par une telle proximité entre nous. Le sang ? Elle rendait cette ancienne envie inexistante pour moi, obnubilant contre mon gré tout mes sens... Pourquoi fallait-il qu'on se soit rencontré Aurore ? Emprisonné dans l'éternité, fallait-il en plus que je sois torturé ainsi ?

      « Moi aussi j'ai peur Aurore toutefois... » repris-je rapidement d'un ton calme et sur, en espérant qu'elle n'ait pas remarqué mon évasive réponse précédente.

      Il fallait que je me reprenne. Il était question de sa détresse et non de mes plaintes muettes, je ne pouvais montrer à quel point j'étais perturbé face à elle. L'intrus était toujours dans le coin, laissant inconsciemment flotter le fumet de son sang chaud jusqu'à nous, et tout dans le comportement d'Aurore m'indiquait clairement qu'il était en grande partie la cause de cette frayeur. Retirant mon bras qui enserrait son dos, de même j'ôtai délicatement mes doigts de son menton tout en détournant les yeux de son regard inquisiteur qui me brulait. Me détacher d'elle était une véritable torture tout autant que son contact m'avait brouillait les sens, mais c'était nécessaire. Je repris péniblement mon souffle avant de poursuivre calmement d'une voix relativement basse.

      « C'est aussi cette peur qui nous rend si différent des autres. Penses-y quelques instants. C'est bien la peur de céder à la tentation qui souligne la répugnance nous habitant à l'idée d'ôter des vies. Elle t'éclaire sur la pureté de ton âme en désignant ta volonté de lutter contre tes instincts. » continuais-je sans la regarder.

      « En fin de compte il ne s'agit pas de vaincre cette peur, mais de l'accepter pour ce qu'elle est et de s'en faire une allié qui réfrénera tes envies. Je me doute que ce que je te raconte te parais surement stupide et sans intérêt dans ta situation. Néanmoins c'est à toi de prendre conscience de ce que tu souhaites réellement et de faire le nécessaire. Aussi je te le redemande... au fond de toi n'y a t-il rien, aucune pensée ou sentiment qui surpasse cette soif ? Aucune raison qui justifie la lutte dans laquelle tu t'es jetée ? »

      Doucement, j'entrepris de m'écarter de ses bras qui serraient encore mon cou. Elle n'en avait pas conscience, mais cette proximité me coutait très chère. Je n'avais aucune garantie contre la douleur qu'elle pouvait m'infliger, aucun moyen de me protéger, contre elle j'étais aussi fragile qu'un nouveau-né. Je ne savais que dire d'autre pour l'aider tant qu'elle refuserait de s'ouvrir plus à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mar 26 Mai - 10:40




      Il n'avait jamais paru aussi vulnérable qu'à l'instant ou la jeune femme avait croisé son regard dans toute sa profondeur.. Il était si.. Si unique et précieux pour Aurore, qu'elle aurait sans doute fait n'importe quoi pour qu'il soit heureux, pour que plus jamais la tristesse ou la peur ne se lise dans son regard, ni dans tout son être. Sa réponse faible, semblant sortir d'un appel du subconscient perturba légèrement la vampire dont le coeur sembla se reserer, comme compressé par un sentiment qu'elle n'aurait su décrypter.. Il avait peur, lui ? Mais de quoi ? Pourquoi ? Y était-elle pour quelque chose ? Si elle ne s'était pas sentie aussi bien dans ses bras, elle aurait certainement reculé, craignant de lui faire plus de mal qu'elle ne lui en infligeait déjà.

      Il avait peur.. Mais de quoi Solane Valentine pouvait-il bien avoir peur ? Lui qui semblait si maître de ses mouvements, avait l'air complètement perdu, et durant le court laps de temps ou Aurore avait pu entrevoir cette sorte de faiblesse, elle avait tenté de l'analysé, en vain.. Il s'était reprit trop vite alors qu'elle contemplait toujours son regard, plongée dans les abysses de l'or qui le formait.

      Solane se détâcha d'elle, avec une délicatesse plus qu'étrange aux yeux de la demoiselle qui fut incapable de retenir le frisson qui pacouru son dos alors qu'il en retirait sa main.. Et une fois presque libéré de son étreinte, il détourna le regard, fuyant celui d'Aurore comme s'il pouvait le contaminer, comme s'il était porteur d'une maladie mortelle. Un éclair de frayeur traversa l'or des pupilles de la demoiselle qui fonça brutalement, prenant un teinte bien plus sombre.. Que lui arrivait-il ? Pourquoi tout son être réagissait-il à quelque chose qui lui échappait totalement ? Elle n'y comprenait plus rien, en oubliant presque la présence de l'élève qui dû bouger pour qu'elle se souvienne de son existence.

      Il reprit la parole, alors que la demoiselle ne l'avait pas quitté des yeux, dont les pupilles avaient reprit une couleur presque normale, bien que plus foncée qu'à l'origine. C'était cette peur qui les rendait différent des autres, disait-il, évitant toujours de la regarder.. Il voulait la rassurer, il voulait lui montrer qu'elle pouvait y arriver, par ses paroles, mais son attitude, qu'elle avait du mal à interpréter, lui donna l'impression qu'il cachait quelque chose, que ce qu'il disait en détournant le regard cachait quelque chose de plus profond.


      « En fin de compte il ne s'agit pas de vaincre cette peur, mais de l'accepter pour ce qu'elle est et de s'en faire une allié qui réfrénera tes envies. Je me doute que ce que je te raconte te parais surement stupide et sans intérêt dans ta situation. Néanmoins c'est à toi de prendre conscience de ce que tu souhaites réellement et de faire le nécessaire. Aussi je te le redemande... au fond de toi n'y a t-il rien, aucune pensée ou sentiment qui surpasse cette soif ? Aucune raison qui justifie la lutte dans laquelle tu t'es jetée ? »

      Il avait réitéré sa question, se détachant ensuite totalement d'elle, elle qui s'était laissée faire, qui n'avait pas résisté.. Ses bras retombèrent d'ailleurs mollement le long de son corps, alors que la réalité venait de la frappait violemment, lui éclater en pleine figure. Ce fut à son tour de fuir le regard de Solane, tiraillée entre deux sentiments bien distincts, violentée par son propre coeur.. Oui, un coeur, elle en avait bien un.. Et s'il avait évité de se manifester à l'instant précis ou elle s'apprêtait à répondre, elle aurait su maîtrisé ses paroles, ce qui ne fut pas le cas.

      « Toi ..» Avait-elle répondu en reportant son attention sur Solane. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte de ce qu'elle venait de dire, et se reprendre sembla impossible.

      Aurore ferma un instant les yeux, s'en voulant intérieurement des paroles qui étaient sortis de ses lèvres malgré sa volonté. Les rouvrant, elle se dirigea d'un pas résolu vers le mortel qui la dérangeait quelque peu. Elle ne doutait pas du fait que Solane devait craindre ce qu'elle allait faire, mais qu'importait, elle devait se débarrasser de l'intrus pour avoir les idées au clair. Elle parla un instant a l'élève, lui glissant quelque chose à l'oreille avant qu'il n'acquiesse, l'air satisfait, et accepte finalement de s'en aller. Il fut particulièrement difficile pour Aurore de résister face à une telle proximité, mais c'était le prix de la liberté, le prix d'une tranquillité d'esprit.

      La serpentarde revint d'un pas plus calme vers son ami.. Ami, pouvait-elle d'ailleurs encore le qualifier ainsi ? Elle l'ignorait, et lorsqu'elle se retrouva à nouveau face au poufsouffle, elle sembla perdre ses moyens un court instant, avant de se ressaisir, et de reprendre la parole, prenant toutefois une profonde inspiration, il fallait qu'elle libère son coeur soudain bien trop lourd.

      « Tu es la seule chose qui surpasse toutes les autres, le seul sans qui je sais que je ne pourrais pas survivre.. Même Devon n'a jamais su monopoliser mon attention, mon coeur comme tu sais le faire. Oui, il y a une raison pour laquelle je lutte encore, et cette raison, c'est toi. Maintenant si tu veux partir, si ce que je viens de dire ne te conviens pas, je ne pourrais pas te retenir contre ton gré.. Mais.. »

      Continuer lui sembla brutalement impossible, comme si son coeur arrêté depuis bien longtemps continuait malgré tout à battre dans sa poitrine. Aurore porta d'ailleurs involontairement la main à l'emplacement de cet organe, comme si elle désirait faire taire l'étrange douleur qui parcourait son être. La violence des sentiments qui se mêlaient était difficile à gérer, pourtant, elle laissa à nouveau son bras retomber le long de son corps.. Cherchant le regard du jeune homme, craignant ce qu'elle risquait d'y trouver.. Craignant plus que tout de le voir partir suite à la stupidité qu'elle avait eu de tout lui balancer ainsi, sans même chercher à savoir s'il pouvait accepter ou non tout ceci.. « Ceci », sur quoi elle n'arrivait pas à poser un mot.. Un sentiment qui ne l'avait encore jamais traversée, et qu'elle ne pouvait donc pas réellement identifier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Jeu 28 Mai - 1:04

"Les plus beaux moments de la vie sont ceux que l'on appréhende autant qu'on les désire." P.Carvel


      S'il l'on m'avait dit par le passé que de simples paroles pouvaient bouleverser à jamais le cours d'une vie, vraisemblablement jusqu'à ce jour je ne l'avais jamais cru. Un seul mot... Par le pouvoir d'un unique mot mon existence dans son intégralité semblait remise en question, comme stoppée à l'endroit précis ou se mêlait indistinctement présent et futur. Quand on connait quelque chose uniquement pour l'avoir rêver, il en est d'une tout autre nature le jour où elle se concrétise. Cette réponse je l'espérais tout autant que je redoutais la signification qu'elle pourrait prendre. Tel un nuage vaporeux que l'on n'ose saisir de peur qu'il s'évente au moment de refermer dessus ses doigts ; Je craignais de le prendre tel qu'il m'apparaissait. Je me figurais un songe éveillé dans lequel une partie des entraves qui m'emprisonnaient sur cette terre avait soudain cédées, m'offrant une vision de l'avenir d'où l'espoir était enfin parvenu à déchirer la sombre trame qui s'y perpétrait depuis toujours.

      « Toi... »

      Cette voix douce et familière qui avait prononcé ses paroles m'avaient sembler d'une justesse et d'une sincérité inhabituelle, comme si ce simple mot n'avait pas pris naissance sur ses lèvres mais bien plus loin en elle. A ce moment précis, le regard qui me croisait n'était plus celui que j'avais connu, ses magnifiques yeux safrans reflétaient la personne qu'elle était vraiment sans l'ombre d'un masque. Durant ces quelques instants je ne pouvais que m'émerveiller de la pureté de son visage, de la sincérité de ses traits, oubliant tout ce qui m'entourait je ne voyais plus qu'elle et le toucher de son regard d'or.

      Puis ses yeux se fermèrent, mettant fin à mon état léthargique. Que signifiait tout ça ? Ses paroles et son attitude changeaient d'une seconde à l'autre, m'abandonnant dans ce tourbillon d'émotions aux couleurs si différentes les unes des autres que mes pensées se brouillaient. Ses paupières se rouvrirent une fraction de seconde plus tard tandis qu'elle passait devant moi sans l'ombre d'un regard, me laissant figurer à l'image de n'importe quel élément du décors qui nous entourait. Suivant des yeux la direction vers laquelle Aurore se dirigeait d'un pas emprunt d'une nouvelle résolution, je ne pus retenir un sifflement entre mes dents à la vue de l'élève qui se trouvait toujours la. Imbécile que j'étais, je l'avais complètement délaisser dans un coin de mon esprit, ne me souciant que d'elle. Bien que tardivement, j'entrepris d'amorcer un geste dans leur direction pour retenir la serpentarde au moment même ou elle se pencha sur l'inconnu en lui murmurant quelques mots.

      Je ne sus à cet instant ce qui m'intrigua le plus. Etait-ce la maîtrise dont Aurore avait fait preuve malgré sa prédisposition précédente relativement fragile... ou la curiosité qui me rongeait vis à vis des mots qui avait amener l'intrus à afficher cette air satisfait avant de s'éclipser ? Par ailleurs pourquoi s'était elle préoccupé de lui si c'était pour lui dire de s'en aller, se fichait-elle à ce point de l'inquiétude qui me rongeait ?! Mes yeux pétillaient de colère mal dissimulé alors qu'elle revenait doucement vers moi. Ne disant mot, elle s'arrêta jute en face de moi dans un petit silence qui perdura quelques secondes, et durant lequel je tâchais de modérer mon humeur avant de m'adresser à elle. Inspirant profondément, elle me devança toutefois.

      « Tu es la seule chose qui surpasse toutes les autres, le seul sans qui je ne pourrais pas survivre... Même Devon n'a jamais su monopoliser mon attention, mon cœur comme tu sais le faire. Oui il y a une raison pour laquelle je lutte encore, et cette raison, c'est toi. Maintenant si tu veux partir, si ce que je viens de te dire ne te conviens pas, je ne pourrais pas te retenir contre ton gré... Mais... »

      Il me fallut plusieurs secondes pour encaisser les paroles qu'elle venait de prononcer. Puis réalisant peu à peu la teneur de ses paroles, ma colère fondit comme neige au soleil, laissant place à une expression de franche surprise tandis que mon corps fut pris d'un léger tressautement.

      « Si cela ne me conviens pas ? » répétais-je lentement, détachant chaque syllabe tandis qu'un air de parfaite hébétude se peignait sur mon visage.

      « Tu n'imagines même pas l'ampleur de ce que tu représentes à mes yeux, ni la place que tu occupes dans ma vie et dans mon cœur. Comment cela pourrait ne pas me convenir alors que, de toi, je n'espérais même pas le dixième de ce que tu viens de m'offrir ? » continuais-je d'une voix légèrement plus forte que je ne l'aurais voulu. Comment pouvait-elle envisager ne serait ce qu'un seul instant que je n'accepterais pas ce qu'elle me disait... Je n'en pouvais plus de tous ces mensonges, de toutes ses vérités à demi-dévoilées, mon cœur suffoquait lentement sous le poids de ce lourd secret que je m'étais toujours refuser de lui dévoiler. Sans m'en rendre compte, la paume de ma main effleurait doucement sa joue, caressant son visage si parfait. Il fallait que cela cesse... Maintenant... Tout de suite...

      « J'aimerais te dire à quel point je tiens à toi Aurore, mais aussi fort que soit les mots que je pourrais utiliser aucun ne rendrait compte de ce qu'il en est véritablement. Tu as fait naître en moi un feu que je ne puis désormais plus éteindre, un feu qui a ravivé ce que je pensais à jamais perdu. Ta présence à elle seule m'enivre plus que n'importe quoi sur cette terre, et le doux scintillement de tes yeux n'est plus que la raison d'être qui gouverne mon existence. Comment te faire comprendre que je ne m'éloignerais jamais de toi, sauf si tu exigeais toi même mon départ...? Tu t'es emparé de moi avant que je n'en prenne conscience, et mon cœur est tien quoique tu en dises. Je ne te demande rien, je n'exige rien... mais je n'en peux plus de t'aimer dans ce silence.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Jeu 28 Mai - 17:54

Spoiler:
 


      Il n'a pas réagit.. Pas un mot, pas un geste alors que je me dirigeais vers l'élève, l'intus qui dérangeait ma conversation avec Solane. Comment ai-je fais pour qu'il accepte de partir aussi simplement ? Promettez une carotte à un âne, il obéira, ainsi promettre un traitement de faveur à un imbécile revenait au même. Le sifflement qu'émit mon ami ne m'échappa pas, mais je n'y réagis pas, craignant de ne pouvoir aller au bout de mon entreprise, il ne fallait pas craquer, je devais donc me focaliser sur cette idée et uniquement celle-ci, ne prenant ainsi pas compte du geste tardif qu'il eu, un espoir désespéré pour m'empêcher de commettre une grave erreur, peut-être ?

      Lorsque je revins vers lui, son regard me pétrifia tout d'abord, comme s'il ne parvenait pas à dissimuler sa colère. M'en voulait-il ? J'avais été trop brutale avec lui.. Pourtant j'ai décidé de poursuivre ce que j'étais en train de dire, ce qui m'avait tout d'abord échappé. Mon coeur s'est serré alors que je tentais de terminer ma phrase, mais rien à faire, je n'y parvins pas, et scruter son regard fut ma dernière solution. La colère que j'avais apperçu sembla soudain fondre, telle la neige exposée à un soleil radieux..


      « Si cela ne me conviens pas ? » répéta-t-il, en détachant lentement chaque syllabe, un air hébété sur le visage.. Jamais l'angoisse n'avait été aussi intense qu'à cet instant, je sentais presque mon coeur mort battre dans ma poitrine, tout mon corps réagissant à cette panique soudaine, mes mains s'étaient mises à trembler, presque imperceptiblement, mais suffisamment pour que cela me perturbe. Pourquoi me faisait-il cet effet ? J'avais peur, peur de sa réaction, peur d'un refus, peur qu'il me laisse pour ne plus jamais m'adresser la parole.

      « Tu n'imagines même pas l'ampleur de ce que tu représentes à mes yeux, ni la place que tu occupes dans ma vie et dans mon cœur. Comment cela pourrait ne pas me convenir alors que, de toi, je n'espérais même pas le dixième de ce que tu viens de m'offrir ? »

      Lui avais-je réellement offert quelque chose ? Je ne compris tout d'abord pas très bien ce qu'il me disait, angoissée comme je l'étais, il me semblait impossible de décoder son langage.. Jusqu'à ce que sa main se pose sur ma joue, sa paume effleurant dans une caresse la peau gelée de mon visage.. Ce contact m'électrifia littéralement, sur la surprise, ma main vint rejoindre la sienne, je voulais inconsciemment me rassurer, craignant que cela ne soit qu'un songe, une illusion qui s'envolerait sitôt que cette conversation serait terminée.. Je ne voulais pas le voir partir, l'imaginer était bien trop douloureux.

      Sa voix, sa merveilleuse voix s'éleva de nouveau, me sortant de mes sombres pensées, et ses paroles brisèrent quelque chose en moi.. Je le sais.. Un mur, une barrière venait d'éclater sous le poids du sentiment qui venait de m'envahir. Il ne me quitterait donc pas ? Jamais plus ? Il me dit que je m'étais emparée de lui, voulait-il me faire comprendre quelque chose qui m'avait échappé depuis trop longtemps.. Et d'ailleurs, depuis combien de temps le connaissais-je ? J'avais l'impression d'avoir toujours été près de lui.. Pourtant ce n'était pas le cas, mais mon conscient refusait de voir le danger de cette situation..


      «.. mais je n'en peux plus de t'aimer dans ce silence. » La fin de sa phrase stoppa brutalement le cours de mes pensées vagabondes, je l'écoutais, oui mais ce sont ces mots là qui sont restés, depuis, gravés dans ma mémoire. Un craquement sonore me fit réagir, à peine eut-il terminé de parler que je me retrouvais à nouveau dans ses bras, le forçant ainsi à reculer de trois pas alors qu'une branche venait s'écraser au sol, là ou je me trouvais quelques secondes plus tôt.

      Je venais de perdre le contrôle de mes émotions, et de ma télékinésie avec. Et si j'aurais pu me détacher de lui, je ne le fis pas. Les bras autour de son cou, une fois de plus, j'enfouissais mon visage contre son épaule.. Pourquoi ? Pourquoi étais-je incapable de me maîtriser ? Je ne dis rien pendant quelques minutes, il me fallait un peu de temps pour revenir à moi, pour me reprendre et récupérer l'usage de la parole. Je me concentrais sur son odeur pour trouver le calme dont j'avais besoin, et lorsque je me sentis enfin prête à recroiser son regard, je repris la parole, plongeant dans ses yeux d'or liquide, des yeux pour lesquels je me serais damnée sans hésitation.


      « Excuses-moi.. » Un petit silence suivit ces deux mots, avant qu'un léger sourire ne vienne se loger sur mes lèvres, et que je reprenne la parole. « Il paraît que je suis dangereuse, parfois.. Sauras-tu y survivre ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 30 Mai - 2:47

Spoiler:
 
      A peine ces paroles eurent-elles franchi la limite de mes lèvres, que je réalisais avec effroi la profonde signification des termes dont j'avais usés. Ce n'était pas que je considérais n'importe lequel de ces mots comme un mensonge, bien loin de là, mais je n'avais à aucun moment envisager de lui exprimer si profondément ce qu'elle impliquait pour moi. Je voulais qu'elle sache ce que je ressentais pour elle uniquement selon un certain degré d'intensité, mais les propos qu'elle m'avait tenu m'avait paru tellement absurde sur le moment que toute demi-mesure s'était envolé. Par ses simples mots je venais de briser ce que je m'étais toujours promis de ne plus être... faible et vulnérable. Pour la première fois de ma vie je m'étais mis totalement à nu face à un élément étranger, exposant ce que personne n'avait jamais vu de moi auparavant, me laissant à la merci de cet être sublime et dangereux. Et pourtant en éprouvais-je le moindre regret ? La réponse était simple... absolument pas.

      Je me souvenais maintenant de ce qu'avait été mon existence avant de la rencontrer. Que ce soit en tant qu'humain ou vampire, en tant qu'individu libre ou fils héritier des Valentine jamais je n'avais véritablement vécu ce que l'on nommait communément la vie. Avec ce recul, je compris que mon monde avait été un vide sans fin dans lequel j'avais erré seul à bout d'espoir, de misère et de force. Un énorme et vaste gouffre qui avalait oeu à peu les gémissements que ma conscience émettait, les faisant taire impitoyablement tandis que je me débattais pour sortir de ses noirs abîmes. Je n'avais été qu'un esprit tourmenté qui flottait sur les vents du hasard dans un océan de solitude, attendant invariablement une fin qui ne viendrait jamais à moi.

      Aurore dans tout ça ? Imaginez-vous simplement un soleil flamboyant alors que vous n'aviez jamais connu que ténèbre et noirceur dans votre vie. Majestueuse et d'une beauté rayonnante, elle avait fait jaillir des roses de lumière dans l'arc en ciel terni de mon âme. A peine la conaissais-je que le court de mon destin s'en était trouvé indubitablement changé, tel une étoile qui dans sa course avait bouleversé l'ordre de mon univers. Quel serait mon avenir désormais ? C'était elle qui le tenait au creux de sa main, je lui avais confié tout ce que j'avais de plus chère en moi. Elle pouvait aussi bien m'offrir les ailes qui me libéreraient de mon passé, image d'un futur plus resplendissant que jamais... de la même manière qu'elle avait le loisir de le broyer inexorablement d'une simple pression de ses doigts.

      Mais mes doutes et mes peurs quand à ce que serait sa réaction à mes paroles n'eurent même pas le temps de prendre davantage racine dans mon esprit. Interrompant mes pensées, une énorme branche se fracassa à l'endroit exact ou je m'étais trouvé quelques instants auparavant. Aurore m'avait poussé en se jettant contre moi, ses bras enserrant maintenant de nouveau mon cou tandis que son visage était dissimulé dans mon épaule. Surpris, je ne fis pas un geste sur le moment, la laissant reposer contre ma poitrine sans rien dire. Jettant un regard au bout de bois quelques pas plus loin, je me doutais qu'une tel branche n'avait pas pu céder toute seule. Que lui arrivait-elle ? Etait-ce un accident ou un acte réfléchi ? Cherchait-elle à faire quelque chose ou seulement à échapper aux paroles que je venais de lui adresser ? Je n'osais respirer à son contact, craignant de trahir ce que sa proximité évoquait en moi, ne voulant en aucun cas la faire fuir. Après tout ce que j'avais dit peut être était-ce l'un de ses derniers moments d'intimité qu'elle m'accorderait avant longtemps. Puis ses yeux magnifiques finirent par se lever vers les miens.

      "Excuses-moi"

      Ces deux mots résonnèrent un court instant dans le silence qui suivit. Visiblement elle n'avait rien préméditée, peut être son don était-il quelquefois aléatoire ou pouvait échapper à son contrôle... mais cela restait sans importance. Je voulus la rassurer, ayant peur qu'elle se détache de moi de peur que je lui en veuille mais le léger sourire qui s'afficha sur ses lèvres me réduisit aussitôt au silence.

      "Il paraît que je suis dangereuse, parfois... Sauras-tu y survivre ?"

      Qu'entendait-elle par là ? Envisageait-elle un "nous" à venir ? J'étais complétement perdu par la teneur de sa réaction. Elle n'avait absolument rien dit concernant l'étalage de mes sentiments à son égard, et pourtant sa question sonnait comme la possibilité qu'un avenir commun entre elle et moi puisse être envisager. Que devais-je comprendre ? Durant les secondes qui suivirent j'eus l'impression de devenir fou tellement les questions se bousculaient dans ma tête. Je ne m'attendais nullement à faire face à une telle réaction, j'étais complètement dépassé.
      Après quelques secondes de plus qui semblèrent s'écouler commes des heures, ce fut mon corps qui me ramena à la réalité. Imperceptiblement mes mains se détachèrent de mon flanc pour arriver au niveau de son cou tandis que je lui répondis dans un murmure que nous seul pouvions percevoir.

      "Y survivre ?... Je ne sais pas Aurore. Le danger peut prendre bien des formes..."

      "...Mais... je suis prêt à prendre tout les risques qu'il faudra..."
      terminais-je le souffle légèrement coupé, effrayé par l'idée qui me traversait l'esprit.

      Mes mains légèrement tremblantes s'apposèrent sur la base de son cou, caressant tendrement sa peau si douce. Son visage était maintenant à quelques centimètre du mien, une proximité plus qu'enivrante tandis que je sentais maintenant son souffle sur ma peau provoquant de curieux frissons.
      Puis ce fut la fin de toute pensée logique... Attirant doucement son visage vers le mien tout en me penchant, je fis disparaître l'infime écart qui nous séparait encore. Délicatement mes lèvres se scellèrent sur les siennes, faisant céder les dernières hésitations qui avaient subsister en moi.

      *Puisses-tu me pardonner ceci un jour...* pensais-je en espérant que cet instant unique resterait figé dans l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 30 Mai - 11:42

Spoiler:
 


      Il ne réagissait pas.. Pourquoi ne réagissait-il pas ?! Je cru que son silence et son immobilité duraient des heures, je n'osais ni bouger, ni lever les yeux tant j'étais terrorisée à l'idée de voir une colère infini traverser son regard. Et s'il m'en voulait ? S'il pensait que j'avais voulu le tuer alors que cette branche ne s'était détachée de l'arbre qu'à cause d'une intense émotions ? Je finis tout de même par le regarder, par plonger mon regard dans le sien une nouvelle fois, constatant qu'il ne semblait pas m'en vouloir, alors que je m'excusais et lui posait une question.. Question à laquelle il mit un temps infini à répondre. Les secondes s'étalaient telles d'interminables heures auxquelles il fallait faire face, sans possibilité de bouger, ou dire quoi que ce soit.. Ma peur, certes atténuée par son contact, restait bien trop présente pour que je puisse l'oublier, cependant le fil de mes pensées fut stoppé net par sa voix, qui faisait s'envoler une fois de plus mon coeur depuis trop longtemps éteint. Ses mains s'étaient décollées de son corps pour venir rejoindre mon cou, sensation qui me força à retenir mon souffle tant je n'étais pas habituée à une telle proximité.

      "Y survivre ?... Je ne sais pas Aurore. Le danger peut prendre bien des formes..."

      "...Mais... je suis prêt à prendre tout les risques qu'il faudra..." Avait-il dit, le souffle légèrement coupé alors qu'il terminait sa phrase. Que lui arrivait-il ? Je ne comprenais rien à ce qu'il se passait entre nous.. A vrai dire, c'est plutôt nos réactions respectives qui me perturbaient. Il tremblait, très légèrement, tout comme moi, mais suffisamment pour que je le perçoive.

      Nous étions si proches que j'étais capable de percevoir le moindre détail de son merveilleux regard.. Regard envoûtant dont je ne voulais plus jamais me passer.. Non, jamais. Un avenir ? Je ne savais pas si cela était possible.. Solane Valentine n'était pas n'importe quel jeune homme, d'une famille végétarienne, il avait des principes que je ne parvenais toujours pas à tenir.. Tandis que, plongée dans le liquide de ses yeux, je me perdait dans la bousculade de mes réflexion, un contact, plus doux que tout ceux auxquels j'avais eu à faire dans toute mon existence, vint m'y arracher. Je dois dire qu'à partir de cet instant là, ce fut le vide total.

      Il venait de poser ses douces lèvres sur les miennes, avec une délicatesse à laquelle je fus incapable de résister.. Une telle sensation ne pouvait reçevoir de refus. Je lui rendis d'ailleurs son baiser avec toute la douceur dont j'étais capable. Dévoilée comme je ne l'avais jamais été, je me perdait dans l'éternité de cette délicieuse proximité qui nous unissait à présent.

      Rien, même pas l'odeur du sang n'aurait réussi à me faire quitter ses lèvres à cet instant.. Rien si ce n'est ma conscience, qui m'incita à stopper ce baiser avec autant de délicatesse que lui l'avait entamé. Je rouvrais les yeux sur la perfection de son visage, me sentant terriblement coupable de lui avoir prit ce qui ne m'appartenait pas. Que penserait sa famille ? Je ne savais plus vraiment ou me mettre, mais au fond j'étais tout bonnement incapable de me détachait de lui.

      Si mes joues avaient pu s'empourprer, elles auraint prit la couleur d'une rose rouge tant j'étais gênée par ma réaction. J'avais peur de le vexer, mais également peur de ne pas être à la hauteur d'un tel homme. Supporterait-il longtemps ma difficulté à me contrôler en présence d'un être humain ? Ou se lasserait-il de ma faiblesse ? L'Eternité c'est long, surtout vers la fin.. Et je craignais plus que tout de voir cette fin arrivée. Alors, perdue dans l'abysse de son délicieux regard, j'eus la folie d'ouvrir la bouche, rompant le silence de ma voix tristement cristalline à laquelle une nouvelle sonorité s'était ajoutée.. Une joie intense transparaissait au milieu de la peur et du remord qui habitaient mes paroles.


      « Solane.. Je.. » Rien d'autre ne réussit à sortir de ma bouche, je cachais donc à nouveau mon visage contre son épaule, si rassurante, si réconfortante. L'écart entre nous n'existant pratiquement plus, j'avais tout le loisir d'être protégée par sa froideur étrangement brûlante pour moi. Il fallait que j'ajoute quelque chose, mais les tremblements de mon corps m'en empêchait. Je crois que je pouvais affirmer qu'il était à présent tout pour moi.. Et pour la première fois, j'étais capable de penser que j'aimais quelqu'un.. Oui, mais le prononcer était terriblement difficile pour moi, surtout face à lui, à qui je tenais tant.

      Relevant une fois de plus le visage vers lui, j'osais reprendre la parole, cherchant les mots pour qu'il comprenne l'étendue de mes sentiments pour lui, mais également la peur que je ressentais vis à vis de sa famille, et de Devon qui n'était plus pour moi qu'un père.. Un créateur à qui je devais la vie, mais pas l'amour.


      « Je ne suis sûrement pas la fille que l'on attend pour toi.. Tu.. Tu es ce que j'ai de plus cher mais.. Crois-tu que tout ceci soit réellement possible ? Je refuse de te créer des ennuis, et je me sens incapable de me séparer de toi.. Je veux simplement être certaine d'une chose.. » Ma voix retomba, perturbée par la beauté de son regard, j'avais du mal à aligner deux mots pour former une phrase cohérente, pourtant je me forçais à poursuivre, la voix tremblante, toujours attachée à son cou, sans le lâcher, sans avoir quitté la chaleur glaciale de ses bras. « Ne serais-je pas un danger ou un élément de conflit pour toi.. Et les tiens ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Dim 31 Mai - 0:04

      "Aimer sans donner, est-ce aimer ? Aimer en souffrant, est-ce souffrir ?" J.Arnoux


      Elle était là, tout contre moi... Etait-ce le cheminement prévu de nos vies qui avait rendu cela possible ? Et qu'en adviendrait-il une fois ce moment écoulé? Car peut-on prévoir les chemins que parcoureront nos existences... Ou tout serait-il véritablement prédéfini ? Pour ma part j'ai toujours voulu écrire ma vie, et choisir la direction que je souhaitais la voir emprunter. Bien sur les flots impétueux nous emportent facilement, et la plume que je tiens dans ma main est fragile... mais faut-il pour autant renoncer tant que perdure l'espoir de modifier ne serait-ce que légèrement le cap ?
      La vie ne cesse de nous observer de son sourire narquois, nous faisant signe de sa présence. Nous signifiant à chaque instant que nous sommes pris dans le cours de ses décisions, nous montrant que nul ne peut la doubler. Et aussi fort que notre désir puisse être de s'en libérer, le fer qui nous entâche les pieds semblent inéluctablement guider nos pas selon ses propres désirs.
      Mais parfois le destin semble joueur, et en s'y laissant porter intégralement il lui arrive de nous faire des cadeaux inestimables aux moments où l'on s'y attend le moins ; Or cette fois ci je m'y étais abandonné...

      Elle avait été chercher dans mon âme toutes ses émotions, réveillant inconsciemment en moi des sensations endormies, susurrant à quel point je me sentais vivant avec elle. Lovée contre moi, au contact de ses lèvres c'était les portes du paradis qui s'entrouvraient, me baignant dans une lumière d'or, magique et irréelle. Paraissant au début surprise de mon geste elle n'avait pas tenter de me retenir, et j'avais crains que dès lors qu'elle se reprendrait, il en serait fini de nous. Mais ce ne fut pas ce qu'il se déroula... Elle ne refusa pas mon étreinte mais répondit au contraire à mon baiser, ses lèvres de satin me brulant les sens de leurs exquisses douceurs. Rien ne nous dissociait l'un de l'autre à cet instant précis, le lien qui nous unissait était tel que j'avais l'impression de tout connaître d'elle dans les moindres détails. Et pourtant c'était loin d'être le cas.

      Ces quelques secondes furent à mes yeux une petite éternité durant laquelle je me félicitais d'avoir endurer la mort qui m'avait permis de la vivre. Mais la grande roue du temps ne cessait jamais véritablement de tourner, et tout son poid finit par me rattraper lorsque ma moitié s'arracha finalement de cette étreinte intime. Elle s'était écarter en douceur avant de river ses yeux magnifiques sur les miens, dans lesquelles je lisais un flot d'émotion indistinct d'ou se découpait tout de même ce qui me semblait être de la gêne et de la... culpabilité.

      "Solane... Je... "

      Sa voix mélodieuse s'était teintée de notes que je ne lui avais encore jamais entendu jusqu'alors. C'était assez difficile à qualifier, une nuance de gaieté se partageant avec ce qui semblait être un soupçon de peur et de remord. A court de mot elle nichea de nouveau sa tête dans le creux de mon épaule, son corps en proie à des tremblements comme jamais je l'avais vu en prise. Je ne sus que faire d'autre que de la serrer plus étroitement contre ma poitrine, souhaitant pouvoir absorber en moi toutes les peurs qui semblaient la hanter.

      "Je ne suis sûrement pas la fille que l'on attend pour toi... Tu... Tu es ce que j'ai de plus chère mais... Crois tu que tout ceci soit réellement possible ? Je refuse de te créer des ennuis, et je me sens incapable de me séparer de toi... Je veux simplement être certaine d'une chose... Ne serais-je pas un danger ou un élement de conflit pour toi... Et les tiens ?"

      C'était donc ça... Je restais un moment interdit suite aux paroles qu'elle avait émise. Laissant le silence s'installer insidieusement entre nous tandis que je pesais l'impact de ses mots.
      Il était vrai que ma famille n'accepterait sûrement pas si facilement le fait que je me compromettes avec une vampire qui ne soit pas totalement du même monde que le nôtre. Non seulement en tant qu'héritier il était question que je sois "casé" avec quelqu'un disposant d'une aussi grande influence que celle de ma famille, mais qui plus est il n'était pas non plus prévu que je donne mon avis sur la personne concernée. Toutefois comment pouvait-elle penser à tout cela maintenant ?

      Je percevais le doute et l'inquiétude dans ces paroles pleines d'hésitations...Elle affirmait que j'étais la personne la plus chère pour elle? Qu'elle ne voulait pas se séparer de moi ? Quelle ironie... N'était-ce pas elle qui avait brisée notre étreinte ? Pas encore elle qui émettait des interrogations empruntent de ce sentiment de peur dans la voix ? Au fur et à mesure que ses paroles résonnaient dans ma tête, je voyais les choses autrement. Le poids des remords et de la peur qui imprégnaient ses mots me pesaient lourdement sur le coeur. Ses questions semblaient chercher une échappatoire à la situation présente, comme si elle regrettait maintenant ce qu'elle avait fait. Ce qu'elle avait fait... en me remémorant tout ces gestes et l'impression qu'il en résultait, j'avais davantage l'impression qu'elle avait agi plus dans mon intérêt pour ne pas me froisser, que selon ses propres sentiments.

      En fin de compte depuis le début, elle n'avait absolument rien dit d'elle même nous concernant sans que je la pousse vers le sujet. C'était moi qui avait amener cette situation, moi qui l'avait poussé à répondre à mes interrogations, et encore moi qui avait été assez stupide pour déballer ce qui me pesait sur le coeur et entamer ce baiser. Mais avait-elle fait un pas en ce sens de son côté ? L'avait-elle seulement suggérée ? Je crois bien que non. Face à ma déclaration elle n'avait pas réagi autrement qu'en s'excusant, tandis que le reste du temps elle était restée évasive sur ses réponses, ne m'accordant qu'ici et là des demis-réponses ou de nouvelles questions. J'étais stupide... Stupide et pourtant irréversiblement épris d'elle.

      Mes paupières se refermèrent quelques instants tandis que je relâchais ma prise sur elle. Puis dénouant sans un mot ces bras qui me tenaient toujours, je me dégagais lentement d'elle, un reflet argenté brillant spasmodiquement dans mes prunelles dorées. Reculant de quelques pas, je fis face aux eaux brillantes du lac qui s'étendaient en dessous, prenant la parole d'une voix quelque peu brisée et détachée de tout sentiment.

      "Ne te donne pas cette peine Aurore... Tu n'as pas à te justifier de quoique ce soit, tu t'es pas responsable de tout ceci. J'estime être assez grand pour savoir qui je désire et pour qui j'aurais été prêt à me battre envers et contre tous s'il le fallait... Tu refuses de mes créer des ennuis ? Alors en effet c'est sûrement mieux qu'on ce soit arrêté là, car mes propres problèmes auraient risqué de t'atteindre et ça je ne le veux pas..."

      Je serrais les dents en prononçant ses mots, je ne souhaitais pas l'éloigner de moi mais au vue de la manière dont je m'étais conduis, l'impression de l'avoir forcée à en arriver là persistait. Je ne pus m'enpêcher de refermer une nouvelle fois les yeux en prononçant ses dernières paroles relativement durs, soulagé qu'elle ne puisse voir l'expression de souffrance qui se teintait sur mon visage.

      "Je n'ai jamais désiré que tu fasses preuve de pitié envers moi, et je ne voulais pas te forcer à subir tout ça. Le mieux à faire est peu être d'oublier. C'est en cherchant le compromis que l'on risque de se compromettre... Mais je veux te dire que serais toujours là si tu as un jour besoin de moi, cela ne changera pas... je veillerais sur ton ciel quel que soit la manière dont tu puisses me regarder dorénavant, excuses-moi pour tout... Peut être ferais-tu mieux de remonter vers le chateau maintenant ? Je compte... m'attarder un peu plus longtemps... ici..."

      Ma voix se tut dans un ultime murmure, n'osant pas me retourner vers elle de peur de céder en croisant son regard.

      "Ma main tiendra toujours la tienne aussi longtemps que la lune bercera de sa lumière cette terre..." murmurais-je tout bas pour moi seul, brisé par mes propres paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Dim 31 Mai - 1:05



      Je crois que je n'ai jamais ressenti une telle douleur.. Il s'était détaché de moi comme si j'avais été n'importe laquelle de ces pauvres filles que l'on pouvait croiser tous les jours, celles qui se jouent des garçons qu'elles croisent, s'en servent et les lâche, sans émotions, sans sentiments. Que lui arrivait-il ? Avais-je soulevé un point trop important ? Fuyait-il face à cette perspective d'avenir ? J'avais simplement peur de ne pas être à la hauteur, était-ce si grave ? Que ses problèmes m'atteignent, ça m'était égal, je refusais simplement de lui faire du mal ! Ne le voyait-il pas ? Apparemment non.. J'avais été maladroite dans mes paroles, mais les siennes étaient dures. Je lui avait offert un coeur que je pensais ne pas pouvoir faire renaître, et le voilà qui reculait ainsi.

      Il m'avais tourné le dos.. Je ne voyais plus ni ses yeux, ni même l'expression de son visage, et la peur de le perdre définitivement remplaça toute autre émotion, ni la colère, ni la déception ne surpassait ma panique. L'intensité des émotions m'en fit perdre le contrôle de ma télékinésie, la branche déjà au sol, se brisa une nouvelle fois, un coup sec et rapide qui me força à redescendre sur terre, à réfléchir, et vite.

      Je n'avais pas bougé, pas d'un millimètre, plongée dans un état léthargique qui m'empêchait, pour le moment, d'agir. Qu'était-il réellement pour moi ? Il fallait absolument que je le détermine, sinon mes gestes n'auraient pour lui, aucun sens. Plus je réfléchissais à la question, et plus je me rendais compte de l'importance qu'il avait dans ma vie, du besoin que je ressentais à le rendre heureux, à l'aimer autant que je le pouvais. Comment lui montrer ? Comment lui faire comprendre ce qui me traversait l'esprit.

      Mais la colère m'envahie à ses dernières paroles.. Et c'est d'un pas déterminé mais silencieux que je me dirigea vers lui, s'il croyait que je le laisserais filer ainsi entre mes doigts, il se trompait ! Arrivant derrière lui, je mis ma main, avec une douceur ferme, sur son épaule, le forçant à se retourner, de toute façon, il n'avait pas le choix. Une fois que son visage fut en face du mien.. C'est sa douleur qui me frappa. Je me retrouvais à présent paralysée par ce que je lui infligeais, il pensait que je l'avais rejeté, que j'essayais de fuir, c'était certain. Les mots finirent par m'échapper, alors que mon propre regard reflétait la moindre de mes sensation, le moindre de mes désirs..

      « Je n'ai pas de pitié pour toi ! Est-ce si difficile de comprendre que je ne veux pas te faire souffrir ? Je ne veux pas de tes excuses, parce que je n'en ai pas besoin ! Te rends-tu compte, une seule seconde, de l'importance que tu as pour moi ? Oui, je t'aime, et je suis profondément désolée si tu ne veux pas accepter ce fait.. Mais jamais, jamais je ne te laisserais partir ainsi après ce que tu m'as montré de toi... de ton coeur.. »

      Une fois de plus, les paroles m'avaient dépassées.. Mais après tout, c'était peut-être ma seule solution pour lui prouver à quel point j'étais sincère. La peur se lisait dans mes yeux comme un miroir pouvait refléter n'importe quel objet, et pourtant je refusais de me détacher de ses yeux, terriblement tentée de lui montrer l'étendue de ce à quoi j'étais prête pour un petit morceau de son univers. Je n'avais cependant pas fini ce que j'avais à lui dire, mais ma voix tremblotait, c'était sûrement un des seuls signes qui pouvait traduire les larmes qui m'auraient échappées si j'avais été humaine. Je savais parfaitement que, tout comme moi, sa famille ne lui laisserait pas forcément le choix de sa compagne, mais peut-être.. Non, cette idée était stupide.. Pourtant je devais exprimer le fond de ma pensée.

      « Solane.. Mes questions ne sont pas une tentative de fuite.. Juste la crainte de ne pas être suffisamment parfaite pour ta famille.. Si je le peux, je ferais n'importe quoi pour que.. Pour qu'un « Nous » puisse durer l'éternité.. Même si je dois apprendre n'importe quelle règle de l'aristocratie anglaise. Après tout, j'ai été élevée pour passer partout.. Mais si.. Si tu ne veux plus de moi, je saurais m'effacer de ta vie.. Et de celle de Poudlard avec.. »

      Sur ces mots, ma voix s'éteint dans un murmure.. Je ne m'étais jamais autant dévoilée de toute ma vie, mais pour lui, j'étais prête à tout, j'en été certaine.. Même le ridicule ne saurait m'en éloigner, seule sa volonté en était capable, et s'il me rejetais, je disparaîtrais simplement. La France m'attendais toujours, et Devon saurais prendre soin de moi, même si je ne l'aimais pas comme je le devrais, comme il le voudrait. Pourtant, alors que ces pensées sinistres m'habitaient, mon regard s'allumait d'un espoir nouveau, d'une lueur qu'il n'avait jamais arboré.. L'espoir fou d'un avenir meilleur, d'une véritable vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Dim 31 Mai - 20:03

Spoiler:
 

      Après tout qu'aurais-je pu faire d'autre ? Fallait-il que je continue à espèrer ainsi ? A me contenter de ce que sa compassion voulait bien me donner ? Cela n'aurait pas pu continuer comme ça plus longtemps, car déjà les affres de cet amour commençait à me ronger la poitrine. Et plus j'y repensais, plus je me maudissais d'avoir pu envisager ne serait-ce que l'espace d'un instant qu'elle pouvait me voir de la façon dont moi je la contemplais. Ce n'était que chimère... une vision utopique que mon coeur inexpérimenté avait conçu.

      A mon grand dam, c'est volontairement que j'avais tenté de la blesser par mon attitude et mes mots. Non pas par méchanceté envers elle, mais uniquement par faiblesse de ma part. Je me savais incapable de me détourner d'elle tant qu'elle ne me signifierait pas clairement qu'elle ne voulait plus me voir. Aussi j'avais voulu la pousser dans cette direction, connaissant son caractère changeant. Elle était loin d'être quelqu'un de faible se laissant manipuler facilement, et c'est en partie ce que j'aimais chez elle ; Mais je savais aussi qu'elle n'accepterait pas facilement qu'on lui tienne de tel propos, et c'était peut être le meilleur moyen de la mettre un tant soit peu en colère contre moi. Du moins suffisamment pour qu'elle estime que je ne valais pas la peine de continuer tout ce simulacre. J'aurais encore préféré la voir heureuse aux mains d'un autre, plutôt que de n'avoir d'elle qu'une image imparfaite qui s'éffilerait entre mes doigts jour après jour.

      Néanmoins toute ma mise en scène s'effondra sur elle-même tel un vulgaire chateau de carte lorsque sa main se posa sur mon épaule. Je ne voulais pas la regarder, je refusais qu'elle contemple la tristesse qui me transperçait de part en part, et pourtant désarmé comme je l'étais, c'est ce qu'elle fit. Son visage d'ange me faisait face à travers le filtre luminescant que le soleil déposait autour de nous, revelant pour le première fois tout ce dont je n'osais encore rêvé aussi bien que tout les démons qui m'habitaient. Je fus incapable de prononcer le moindre mot, chose que par ailleurs elle ne m'accorda pas le moins du monde.

      "...Te rends-tu comptes, une seule seconde, de l'importance que tu as pour moi ? Oui, je t'aime [...] jamais, jamais je ne te laisserais partir [...] Je ferais n'importe quoi pour que... Pour qu'un Nous puisse durer l'éternité... "

      La force de cette poignée de mots claqua comme le tonnerre dans mon esprit, stoppant nette ma respiration sacadée, tandis que je sentais maintenant une vague déferlante de sentiments innondés de nouveau mon coeur éternellement figé. Etait-ce sa voix emprunte de colère et de peur qui donnait cette terrible ampleur à ses paroles ? Ou son regard si tourmenté qui semblait vouloir verser des larmes muettes sans y parvenir ? Mais que m'importait ces questions dorénavant ! J'avais été assez stupide pour ne rien comprendre de ce qu'elle ressentait jusqu'à maintenant... Je l'avais blessé par mon égoïsme et tout ce dont j'aspirais maintenant c'était d'acquérir son pardon.

      Elle était tout pour moi, et je voulais l'être de la même manière. Si elle m'acceptait comme tel je deviendrais le soleil qui ferait épanouir ses douces pétales, tout comme l'eau qui abreuverait ses moindres désirs. Il était hors de question de la laisser s'effacer de ma vie, selon ses propres termes, maintenant qu'elle avait prononcer les paroles qui me libérait enfin de toutes entraves. Bien sur que je voulais d'elle... je la désirais entièrement mienne depuis ce qui me semblait une éternité déjà.

      Prenant à peine conscience de mes gestes, je me surpris à poser un doigts en travers de ses lèvres, tandis que mon autre main saisissait la sienne pour y entremêler délicatement mes doigts. Puis ce fut une voix douce et invraisemblablement teinté d'amour qui s'adressa à elle, prenant la suite de son propre murmure.

      "Chuuut... C'est étrange de le dire mais j'ai été idiot. Je rêvais tellement que tu éprouves pour moi ne serait-ce qu'une insignifiante attirance, que je n'ai pas été capable de croire en tes mots. Mais c'est terminé, j'ai finalement compris et tout ce que je peux dire pour ma défense... c'est que l'amour que je te porte me rend plus fou à chaque seconde qui s'écoule. Je ne te laisserais plus jamais, cela je t'en fais d'ores et déjà la promesse."

      L'attirant doucement contre ma poitrine, mes bras l'enlacèrent avec toute la douceur dont j'étais capable, avant de couvrir de baisers la moindre parcelle de son visage comme les étoiles piquetant le ciel nocturne. Toutefois, un détail me taraudait toujours dans un coin de mon esprit.

      "Néanmoins tu dois savoir que l'animosité de nos familles ne sera pas tous... Certains reporteront la haine qu'ils me vouent sur toi, or le nombre de ceux qui me haïsse est d'autant plus important que ceux qui me tolère tout juste... Les humains ne nous apprécient que très peu en cette période, tu le sais bien sur. Mais je te parle aussi de nos propres congénères ; Je ne suis pas du tout en bon terme avec Ailyn, son toutou et toutes sa cliques. Je tacherais autant que possible d'être la... mais je ne pourrais être présent à chaque instant. Je ne pourrais t'en vouloir si tu souhaites conserver un semblant de distance entre nous... Je compte m'opposer à leur façon de cerner le monde, aussi bien celle de ce fameux Dante que de votre reine sanguinaire. Je ne sais quel relation tu entretiens avec eux, mais pour moi le compromis irsque d'être difficile. Puis-je vraiment te demander de plonger dans ce conflit, puis être toujours capable de contempler mon reflet ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Dim 31 Mai - 23:42


      Ses doigts se posèrent en travers de mes lèvres alors que je venais à peine de terminer ma phrase, geste qui s'accompagna d'un autre. Ses doigts se nouèrent aux miens, sans que je ne fasse quoi que ce soit pour l'en empêcher.. J'aimais son contact, trop, beaucoup trop, pour pouvoir le repousser, mais les réactions émotionnelles que j'avais, inhabituelles, me paralysaient littéralement. Ma respiration fut coupée nette par la douceur de ses gestes et le nouveau timbre qu'avait prit sa voix.. Je crois que je ne l'avais jamais vu sous ce jour, et c'est un aspect qui lui allait à merveille, voir plus encore.

      "Chuuut... C'est étrange de le dire mais j'ai été idiot. Je rêvais tellement que tu éprouves pour moi ne serait-ce qu'une insignifiante attirance, que je n'ai pas été capable de croire en tes mots. Mais c'est terminé, j'ai finalement compris et tout ce que je peux dire pour ma défense... c'est que l'amour que je te porte me rend plus fou à chaque seconde qui s'écoule. Je ne te laisserais plus jamais, cela je t'en fais d'ores et déjà la promesse."

      Ces mots, ces simples mots auraient déclenchés un torrent de larmes, si cela avait été possible, mais pour toute réponse, ce sont mes doigts qui tremblèrent dans les siens.. Son contact était délicieux, ses paroles envoûtantes, et j'étais tout bonnement incapable de réagir tant mon coeur s'agitait, au sens figuré évidemment. Il m'attira doucement contre lui, supprimant tout espace entre nos deux corps, c'est étrange comme si peu pouvait me procurer ce sentiment de sécurité absolue, comme si, au creux de ses bras, plus rien ni personne ne pouvait m'atteindre. Ses lèvres parcoururent, avec la plus grande des douceurs, les moindres détails de mon visage, ce dont je ne me plaignait pas, bien au contraire.. Comment refuser un tel délice ? L'électricité qui me parcourait à son touché commençait à devenir habituelle, si bien que je parvenais à maîtriser avec plus de facilité mes tremblements.. Sans vraiment m'en rendre compte, mes lèvres vinrent capturer les siennes, avec toute la tendresse dont j'étais capable.. Un baiser à la fois doux comme le miel et brûlant d'émotions tel un volcan. Ses paroles me ramenèrent lentement à la réalité, il voulait que je me rende compte du possible danger, des difficultés forcées, mais je n'avais pas besoin de ces précisions, j'étais parfaitement consciente des épreuves que j'aurais à traverser, mais s'il était prêt à se battre, je le serais aussi, et sans la moindre hésitation.

      Mon index passa délicatement sur ses lèvres tandis qu'avec un sourire malicieux, je lui faisais comprendre que tout ceci n'avait à présent plus d'importance. Je me détachais lentement de lui pour glisser dans son dos, passant mes bras autour de sa taille, venant lui murmurer mes pensées à l'oreille, mon menton sur son épaule.


      « Ne dit-on pas que l'amour véritable est plus fort que tout ? Je suis neutre, en quelque sorte, dans cette bataille.. Temps qu'on saura que je ne suis ni totalement végétarienne, ni réellement carnivore, je ne pense pas avoir de mal à me défendre.. Je ferais tout ce dont je suis capable pour me maîtriser, mais je ne peux pas encore te promettre la perfection.. »

      Une fois de plus, je m'éloignais de lui, tournant le dos pour fixer le lac lumineux, reflet du ciel bleu.. Je n'aimais pas l'idée de pouvoir craquer, et ainsi lui faire du mal alors qu'il m'offrait ce qu'il avait de plus précieux. Je savais que rien ne serait simple, le sang, loin de lui, avait une telle emprise que je me savais capable de tout.. Contrairement aux moments ou j'étais près de cet ange ténébreux.. Il n'y avait qu'en sa présence que je ne risquais pas le faux pas. Je repris donc la parole, plus sérieusement cette fois-ci, d'une voix plus plate qu'à l'accoutumée, traduisant bien ma crainte, mon incertitude.

      « Il n'y a qu'Ailyn qui pourra me poser problème.. Je la sais capable de tout, et il n'est pas impossible qu'elle réussisse à me pousser à bout.. Ainsi, je ne met aucune distance entre nous à partir de maintenant, mais je veux que tu me fasse la promesse de ne pas m'en vouloir si je.. suis victime d'un moment de faiblesse.. » Ma phrase avait été coupée par un hoquet de terreur à l'idée que je venais d'émettre, le goût du sang d'Edwin ravivé par le souvenir, forçant tout mon corps à se crisper.. Je devais me reprendre, une fois de plus, je m'étais faite avoir par les instincts. Inspirant difficilement, je n'osais croiser les yeux de Solane, craignant qu'il puisse lire dans mon regard l'envie et la peur qui me dévoraient.. Et si j'étais tout simplement trop faible ?..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mar 2 Juin - 20:58

      On a toujours dit que l'amour donnait des ailes, qu'il nous offrait un monde de liberté où tout n'était que beauté et lumière. C'est lorsque je sentis derrière moi ses bras m'enlacer la taille que je compris véritablement le sens de cette phrase. Mon coeur se sentait plus léger que la brise, libre de s'émerveiller de tout et de rien, et pourtant si plein d'elle. Son image était maintenant inéluctablement gravée en moi, un coeur libre de s'envoler et pourtant crocheté par la chaîne indéfectible qui me liait à elle. J'étais captif de la femme que j'avais librement choisi d'aimer, une étrange dualité de condition qui me plongeait dans un indescriptible bonheur.

      Je me laissais doucement porter par les ailes du vent tandis que la mélodie de sa voix me berçait. Elle me fit comprendre dans un murmure exquis qu'il n'y avait plus rien à ajouter à propos de mes utlimes interrogations, qu'elle avait déjà opéré son choix nous concernant. A peine eus-je le temps de me ressaisir qu'elle s'éloignait déjà de moi, fixant le lac quelques pas plus loin alors que je me retournais pour la contempler. Les intonations de ses paroles se firent sensiblement plus tendus, marquant ce qui me semblait être de la peur mêlé de doute.

      "Il n'y a qu'Ailyn qui pourra me poser problème... Je la sais capable de tout, et il n'est pas impossible qu'elle réussisse à me pousser à bout... Ainsi je ne met aucune distance entre nous à partir de maintenant, mais je veux que tu me fasses la promesse de ne pas m'en vouloir si je... suis victime d'un moment de faiblesse..."

      N'aurais-je pas noté cet état de crispation dans lequel Aurore se trouvait ou encore le doute imprégant sa voix, que le choix de ses mots m'aurait tout de même traduit la terreur qui revenait la hanter sitôt qu'elle se remémorait les odeurs de sang. Le pire pour moi, ce n'était pas d'entendre ces doutes, mais plutôt de ne pas savoir ce que je devais répondre. Que ferais-je vraiment si elle mettait en péril la vie d'un innocent ? Pire, si elle commençait à tuer ? Ces questions je ne voulais pas avoir de réponses à donner, car je craignais plus que tout de devoir choisir entre elle et mes obligations.

      Dans le silence plein d'appréhension qui occupait l'espace entre nous, j'allongeais le pas dans sa direction sans trop savoir moi-même comment me comporter. Sur le coup je me retrouvais à enserrer délicatement mes bras autour de ses épaules, ma bouche effleurant délicatement dans un souffle la pâleur de sa nuque. Peut être devrais-je lui dire la vérité ? Qui plus qu'elle méritait de savoir ce qu'il en était réellement ? ... Aussi vite que j'étais parvenu à son contact, je repartis en soupirant doucement à quelques mètres de là, m'asseyant sur l'herbe duveteuse qui bordait les rives brillantes du lac. Passant mes bras autour des genoux que j'avais ramener sur moi, mon regard se fixa dans le vague alors que je prenais la parole.

      "Comment peux-tu me demander de faire une telle promesse Aurore ? Si j'acceptais, je ne serais ni plus ni moins qu'un lâche, un pleutre... Te promettre cela de cette manière serait faire de moi ton complice, un Valentine qui fermerait les yeux sur une chose contre sa nature... Non je ne ferais pas cette promesse, aussi bien pour toi que pour moi. Ce ne serait que nous trahir par préméditation."

      Je me tus un instant le temps de trouver mes mots, elle ignorait à quel point j'avais conscience de ce qu'elle ressentait. Mon passé lui était inconnu, elle ne se doutait pas le moins du monde de ce que j'avais été. Ma famille avait toujours tut aux yeux du monde ce moment de la vie de leur 'bien-aîmé' fils, l'apparence et l'honneur passant toujours avant la sincérité et la honte.

      "Tu sais... Je n'ai pas toujours été le Solane Azuphäl Valentine que tu as toujours vu." continuais-je un ton plus bas, ma voix se parant d'une sorte de sentiment de résignation.
      "Autrefois je fus un jeune vampire errant et agressif... Totalement perdu, je ne savais d'où je venais ni ce que j'étais réellement. Mes yeux n'étaient que le reflet des victimes que j'assassinais pour ma propre survie... J'ai toujours tenté de résister mais je n'y parvenais pas, jusqu'au jour où une filette a croisé mon chemin. Elle avait dix ans, peut être douze tout au plus. Elle était l'innocence même, une petite fille souriante que ses parents chérissaient par dessus tout. La seule chose qu'elle fit de travers fut de partir dans ces bois crier le nom de son animal disparu, cherchant désespéremment cette petite chose qu'elle adorait tant... Je me suis maudit pour ce que j'avais fait, elle avait encore toute la vie devant elle à ce moment là... De combien de choses... de quoi l'ais-je donc priver ce jour-ci ?"

      Inspirant une bouffée d'air frais, je fermais un instant les yeux avant de poursuivre d'un ton plus bas encore.

      "Ce fut la dernière fois que je sentis le goût du sang sur mes lèvres... Et depuis ce jour, nuit après nuit je vois son image défiler devant mes yeux, je rêve d'elle en train de me sourire et de me pardonner comme si rien de ce qui s'était passé n'était arrivé par ma faute ? Mes nuits sont torturés par ses souvenirs bien que maintenant je ne suis plus le même. Je ne cherche pas dans cette voie qu'est la mienne un moyen d'expier ma faute, car je sais que rien ne le pourrait désormais. Mais cela m'a permis au moins de m'accepter moi-même.

      C'est pour cela que je ne puis te promettre de laisser passer 'ces moments de faiblesse'... Car un jour tu pourrais franchir la limite, or tu n'as pas l'âme d'une tueuse, ça je le sais. Je ne veux pas qu'il t'arrive la même chose qu'à moi, je n'accepterais pas que tu vives dans un tourment de souffrance. Si tu dérapes, je serais la pour te rattraper je te le jure ; Mais ne me demandes pas de le faire sans rien dire. Quand à Ailyn, j'ai des choses à discuter avec elle je le crains. Néanmoins tu n'es pas quelqu'un de faible, cette... personne en a été la preuve tout à l'heure."


      Une pensée fugitive traversa mon esprit au moment même ou je prononçais ces mots-ci. Changeant totalement de sujet sans attendre, mon ton se teinta d'un brin de curiosité et de suspicion.

      "Qu'as-tu précisément dit à l'autre traîne-patte de tout à l'heure pour qu'il parte ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mar 2 Juin - 21:40



      Je n'avais jamais ressentis un sentiment aussi étrange que celui-ci.. Je suis certaine que j'aurais pu m'envoler si je l'avais voulu, à l'instant ou je me retrouvais à nouveau près de lui, pourtant je me suis éloignée, lui délivrant mes craintes comme je ne le faisais que rarement.. Il était le seul à pouvoir me rassurer, pourtant je savais parfaitement qu'il n'accèderait pas à ma requête.. J'ignorais qu'il m'en révèlerait autant sur son passé. C'est le fait qu'il s'éloigne de moi ainsi qui me força à lui faire face, il s'était assis dans l'herbe, les genoux ramenés vers lui. Je crois que je ne l'avais jamais vu aussi profondément plongé dans le passé, dans des souffrances antérieures pourtant toujours bien présentes. Alors comme ça, lui aussi avait souffert ce calvaire ? J'avais énormément de mal à imaginer Solane, mon Solane faire du mal à qui que ce soit, et c'est en me plongeant dans son regard perdu sur le lac, que je ressentis pour la première fois le besoin vital de lui faire oublier ses peines et ses remords, je me devais de le rendre heureux, d'être plus forte à partir de cet instant.

      Mais alors que je m'apprêtais à le rejoindre, l'odeur du sang vint me chatouiller à nouveau les narines, ce qui stoppa net mon élan alors que mes pupilles viraient au rouge vif.. Colère et envie m'avaient violemment submergée, et la résistance fut difficile. Pourtant, fermant les yeux, je parvins à ne pas me diriger trop rapidement vers l'intrus bien trop insistant à mon goût. Après une profonde inspiration, je repris mon avancée vers Solane, en face duquel je m'accroupis, un regard coupable gravé dans les yeux.. Que ferais-je sans lui ? Une tuerie, certainement.

      « Je ne crois pas être à nouveau capable de tuer, si cela peut te rassurer.. Après avoir fuit le mariage arrangé, j'ai été agressée et sauvée par Devon.. Pour me venger, j'ai pris plaisir à tuer, à séduire, à faire souffrir.. Et je m'en veux encore terriblement.. Ainsi ne m'épargneras-tu pas la douleur des remords, cependant je sais que tu es assez précieux à mes yeux pour que je fasse mon possible.. Je te jure que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour te mériter.. »

      Il m'avait révélé une part de sa vie, voilà que je lui en dévoilais une à mon tour.. Le mariage.. Dévon l'attendait toujours, et je sais qu'il ne l'obtiendra malheureusement jamais, j'étais certaine d'avoir trouvé le prince charmant, le seul qui pourrait faire de mon éternité un pur et véritable bonheur.

      « Je ne suis pas aussi forte que tu sembles le penser.. Je ne crois pas avoir un jour été faite pour ce que je suis devenue.. Quant au « traine-patte », comme tu dis.. Je lui ai promis de lui offrir ce qu'il désirait en échange de la tranquillité.. »

      Je craignais sa réaction, et je savais pertinemment que le jeune homme n'obtiendrait rien de moi à présent qu'il se trouvait à nouveau dans les parages, et que j'avais trouvé de quoi combler mon coeur pour le reste de ma vie.. Qui risquait de ne jamais se terminer. Je finis par m'asseoir près de Solane, attrapant délicatement sa main au passage, prenant plaisir à la caresser avec douceur.. La douceur, à croire que c'était un nouveau mot d'ordre avec lui. Etrangement, je ne m'en plaignais pas, c'était un des rares contacts que je tolérais, le seul que j'adorais en réalité..

      Quelques secondes suffirent pour que je sois forcée de resserrer ma prise sur sa main, je ne voulais pas lui faire de mal, mais c'était ça ou je me jetais à la gorge de l'imbécile qui squattait autour de nous. Pourquoi ne partait-il pas ? Pourquoi n'allait-il pas dans le château, comme les autres ? Séchait-il les cours ? Je ne voulais pas le savoir au fond, la seule chose que je désirais, c'était que la sècheresse de ma bouche s'évanouisse, que la brûlure de ma gorge s'envole. Finalement, c'est au creux du cou de Solane que mon nez trouva refuge, accompagné d'une supplication presqu'inaudible, que je n'adressais qu'à lui.

      « Fais-le partir, s'il te plaît.. Sinon je vais lui faire passer l'envie de revenir.. » Ma voix n'était plus qu'un douloureux murmure alors que je me concentrais sur l'odeur de mon ami, ne pas bouger était ma seule solution, le temps que je reprenne la totale maîtrise de mes instincts, ce qui durerait certainement quelques jours après mon aventure avec le Gryffondor. L'affection d'un Valentine se méritait, j'en étais consciente, et je ne voulais pas déjà tout gâcher.. Je priais simplement pour qu'il m'aide, même s'il ne voulait pas bouger, je pouvais le comprendre, mais qu'il détourne au moins mon attention.. C'était tout ce que je demandais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 6 Juin - 15:00

      "Toute nature atteinte d'amour est mortellement atteinte de folie..." W.Shakespeare


      N'allez surtout pas croire que je suis habituellement quelqu'un de si expansif et sentimental envers les autres, car ce véritable 'moi' gisait derrière une porte aux battants d'aciers solidemment cadenassée. Et au cours de toutes ces longues années, personne n'avait jamais réussi à les forcer, ni même à approcher suffisamment pour tenter de découvrir l'envers de ce décors. Pourtant aujourd'hui, ces lourdes portes étaient entrebaillées, laissant flotter jusqu'à moi un vent nouveau d'émotions toutes aussi étrange les unes que les autres.
      Comment cela avait-il pu arriver ? Je ne sais pas si je pourrais réellement l'expliquer. Ce que je puis dire tout au moins, c'est que l'assaut n'avait pas été mener avec force mais plutôt dans une irrésistible douceur. Au final cela ressemblait davantage à un travail de sappe, on s'était attaqué aux gonds de cette porte infranchissable, limant peu à peu toutes résistances qui les empêchaient encore de pivoter. Puis où ? Comment ? Quand ? Sous mes yeux aveugles, le voleur s'était introduit pour dérober les clefs, brisant ainsi le dernier verrou qui me protégeait de lui. Les clefs de mon âme et mon coeur pendaient maintenant autour de son cou au bout d'un cordon de velour, et aussi surprenant que cela paraissait je ne pouvais que bénir ce larcin.

      Aurore... Je me surpris encore à la contempler scrupuleusement, ne laissant aucun détail de sa personne m'échapper. Avec du recul si je ne me souvenais que vaguement de ce qui s'était dit lorsqu'elle me rejoignit, tout ce qui touchait à sa personne était par contre rester comme marqué au fer rouge en moi. La situation dans laquelle je me trouvais maintenant n'était pas vraiment celle que j'avais envisager, j'aurais cru que la lutte contre mes sentiments auraient cessé si je lui avouais tout et pourtant ce ne fut pas le cas. J'avais en effet obtenu plus que je l'espérais en ce que mon amour fut réciproque... Mais le plus ironique dans tout cela, c'est que cela m'obligeait d'autant plus à refreiner mes pensées. Car savoir que la barrière qui nous avait maintenu séparés avait voler en éclats rendait son contact d'autant plus brûlant, en ce que j'avais peur de ne pas pouvoir m'arrêter et de finir par la blesser. J'étais peut être idiot de réfléchir autant, mais c'est tout ce que j'avais trouvé pour conserver un semblant de raison face à l'ennivrement de son formidable contact.

      Peur, doute, colère, envie... Elle était de nouveau en proie à une lutte intérieur quand elle se dirigea vers moi. Bien qu'elle tentait de le dissimuler, je captais à travers elle l'attirance que le retour de l'autre abruti opérait sur elle. Mais contrairement à ce dont je m'attendais, elle n'en souffla pas un mot, cherchant dans un premier temps à me rassurer suite à ce que je lui avais dévoilé. En y repensant c'était surement la première fois que quelqu'un se souciait à ce point de me rassurer face à mes doutes, au lieu de se contenter de s'appuyer sur moi. Néanmoins si j'avais pu le prévoir, je crois que je me serais abstenu de l'interroger à propos de ce qui avait été dit entre elle et l'autre élève qui rôdait autour de nous.

      « Je lui ai promis de lui offrir ce qu'il désirait en échange de la tranquillité.. »

      Un grognement sourd résonna immédiatement dans ma poitrine... La tempête d'émotions qui nichait en mon sein se fit violente et destructrice au fur et à mesure que je retournais en tout sens cette promesse qu'elle avait sorti si innocemment. Elle s'était assise à mon côté, berçant doucement de caresse ma main qu'elle avait saisi... Et pourtant cette fois-ci ce ne fut pas son contact qui produisit en moi toute cette crispation. Comment avait-elle pu faire ça ? S'offrir ainsi aux désirs d'un inconnu... D'un autre que moi... ? Avait-elle ne serait-ce que réfléchit un minimum à ce que cette personne pourrait lui demander ? Ou encore à ce que moi je pourrais penser de tout ça ?

      Raaa ! Je n'arrivais pas à calmer cette bouffée de colère qui montait en moi. Je savais que je n'aurais pas du me braquer ainsi alors qu'elle m'avait révêler ça comme si cela importait peu pour elle, mais je ne pouvais atténuer ce pincement au coeur. Peut-être ma réaction excessive n'était que synonyme de jalousie mais... Oui à vrai dire j'étais jaloux ! Terriblement jaloux ! Aurore était quelqu'un qui tenait à sa liberté cela je le savais, mais je voulais aussi la garder pour moi. Je désirais qu'elle m'appartienne corps et âme de la même manière dont je mettais donné à elle, et cette simple promesse qu'elle avait faite me laissait le goût fade de la trahison dans la bouche.
      C'était stupide ! Quelque part une petite voix me sussurrait que si je réagissais ainsi cela ne relevait qu'entièrement de moi... Mais je la fis taire par la force de la colère qui me poignait.

      « Fais-le partir, s'il te plaît.. Sinon je vais lui faire passer l'envie de revenir.. »

      Ce fut plus fort que moi, ces paroles furent étouffés à moitié par l'agitation qui sourdait en moi tandis que je me dégageais brusquement d'elle. Je ne pris pas la peine de la regarder en lâchant ces paroles que j'étais sûr de regretter une fois qu'elle serait sorties. C'est avec sécheresse et colère non feinte que ma voix pesa dans le bruissement des arbres autour de nous.

      "C'est moi qui pars ! Je veux rien savoir de lui ou de ce que tu comptes faire avec ! ... Et d'après ce que tu m'as dis je te crois très largement apte à lui passer toutes ses envies quelle qu'elles soient !"

      "Fais chier !" ajoutais-je dans un murmure entre mes dents en tournant les talons, chose qu'elle n'était pas censée saisir. Le pire dans tout ça, c'est que j'avais moi-même l'impression de m'être conduit pour la première fois de ma vie en parfait gamin puéril. Mais qui pouvais-je ? Ma colère ne voulait pas retomber d'un iota malgré mon coeur qui se retournait pour que j'ailles m'excuser immédiatement auprès de celle que j'aimais au-dela de toute chose.

      Chouette ! Mes pas m'avaient diriger tout droit vers le mec en question qui se tenait près d'un arbre à quelques mètres de nous. Mon regard doré vira instantanément en ce qui semblait être un amas de tâches violacées, vrillant sur lui le poids d'une menace sans nom. Sans réfléchir davantage, mon poing s'abattit avec force sur le tronc de l'arbre qui le dissimulait à moitié, réduisant en miette la solide écorce du chêne à quelques centimètres de son visage. Il tremblait à présent de peur tandis que je retirais ma main intact de ce qu'il restait de l'endroit que j'avais violenté. Sans lui laisser le temps de dire mot je passai à côté de lui, ralentissant juste le temps de lui lâcher quelques mots à l'oreille d'une voix ô combien sombre et lourde de sens.

      "Va donc lui réclamer ton dû si c'est ce que tu souhaites. Mais je tiens à te faire aussi une promesse ; Elle m'appartient, et je laisserais personne obtenir quoique ce soit d'elle sans en payer dûment le prix. Pèse bien les deux côtés de la balance quand tu prendras ta décision car je ne reviens jamais sur ma... parole."

      N'osant pas jeter un coup d'oeil en direction d'Aurore, je poursuivis d'un pas vif pour ne pas succomber à la tentation de démolir sur le champs l'autre loche. Je ne sais pas si elle avait entendu notre échange mais peu m'importait. Je l'aimais et pourtant je n'avais pas été fichu d'essayer de la comprendre ou de la laisser s'expliquer. Maintenant tout ce que je voulais faire c'était fuir lâchement mon comportement, craignant de me retrouver face à elle j'essayais d'agrandir la distance nous séparant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Sam 6 Juin - 15:51



      Je ne m'attendais pas à une telle réaction, et le grondement sourd qu'il émit me fit froid dans le dos.. La situation se dégrada si vite que je n'eus absolument pas le temps de réagir. Aussitôt détaché de moi, il avait lâché une phrase terriblement lourde de conséquence, avant de tourner les talons et de passer ses nerfs sur un arbre dont l'écorce en garda les marques.. Je ne pensais pas qu'il interprèterait les choses ainsi, et dés lors que je fus capable de me remettre debout, mon regard se fixa sur l'inconnu dont Solane était en train de faire son affaire.

      Ses paroles me parvinrent sans trop de problème vu la capacité de mon ouï.. Je ne l'imaginais pas aussi jaloux, et quelque part, cette réaction envers l'abruti me plaisait.. J'avais une assez grande valeur à ses yeux pour que son masque d'imperturbable vole en éclat. Il s'éloignait de moi à grand pas, et il fallait que je le rattrape, mais avant, j'avais une promesse à tenir, c'est ainsi que je me dirigea vers l'élève. Une fois la bague en or et émeraude que je portais au doigt, quittée, je la lui mit brutalement dans ls main, mon regard à présent rouille se plantant dans le sien.

      « Un conseil, ne croise plus jamais notre route, ou tu le sentira passer. »

      Sur ses paroles d'une froideur plus qu'habituelle pour moi, je me dirigea rapidement vers Solane qui cherchait à me glisser entre les doigts. Qu'il n'y compte pas, pas après ce qu'il venait de faire. Il avait d'ailleurs une chance inouïe que je sois incapable de lui coller une baffe. Mince à la fin, il aurait pu me laisser de quoi lui fournir une explication !
      Je finis par le rattraper, me plantant face à lui, le stoppant net dans sa course, pour figer mes yeux sur son regard aux sombres couleurs.. C'était tellement étrange de le voir dans cet état. J'étais si perturbée que j'en perdis un instant l'usage de la parole, mais une fois celui-ci retrouvé, c'est sur un ton un peu sec que ma voix s'éleva, brisant le silence.

      « Solane ! Pour qui tu me prend, hein ?! J'ignore ce qu'il s'est passé dans ton esprit, mais si tu n'as pas encore compris que je t'appartenais volontairement, c'est que tu es un bel imbécile ! » J'avais été un peu violente dans mes mots, mais il le méritait ! Je n'étais franchement pas du genre à offrir autre chose que des objets de valeur, et s'il pensait vraiment que j'étais capable de m'offrir moi-même à un autre, alors il ne me connaissait pas.

      Je suis restée silencieuse durant cinq longues minutes avant de prendre sa main et de l'attirer vers moi, lui volant un baiser dont la tendresse me surpris moi-même. Jamais je ne supporterais de lui faire du mal, et pourtant, depuis le début, je le faisais souffrir comme cela n'était pas permis.. Dans tous les cas, si cela ne lui prouvait pas l'intensité de mon amour, je ne pourrais plus rien y faire. Me détachant délicatement de ses lèvres, je n'osais plus croiser son regard que je craignais plein de rage, si je doutais qu'il puisse me gifler, je ne pouvais être certaine de rien.

      « Je suis désolée que tu ai mal interprété mes paroles.. Ce n'étais pas à cela que je pensais.. » fini-je par dire, en croisant à nouveau ses yeux magnifiques dans lesquels je me noyais si facilement. Si j'en avais eu le courage, je l'aurais serré dans mes bras, mais je ne voulait pas bouger plus, craignant qu'il ne me repousse et continue sa route, tout aussi furieux qu'il ne l'était avant ma réaction. C'est fou ce que l'amour pouvait changer les gens, je n'avais jamais été aussi maîtresse de mes actes, et pourtant jamais aussi changeante, tandis que je ne l'avais jamais découvert ainsi, aussi sec et violent.

      Un rire cristallin s'échappa involontairement de ma gorge alors que je contemplais le jeune homme, la prunelle de mes yeux. Ce qu'il pouvait me faire changer, celui-là ! Les nerfs lâchait alors que je laissais mes muscles se détendre légèrement, le sang n'avait alors plus d'importance, il n'y avait plus que lui qui comptait, lui et la stupidité de l'amour.

      « C'est fou ce que les sentiments peuvent te rendre bête ! » lâchais-je dans mon rire, sur le ton de l'humour. Mes yeux s'étaient inconsciemment mis à briller, bien que plus sombre qu'à l'accoutumée, ils resplendissait d'un éclat indéfinissable. Le silence retombant doucement, je détournais la tête sur le côté, fixant l'herbe avec une attention nouvelle, je ne savais ni quoi dire, ni quoi faire, alors je me taisais, attendant sa réaction, bonne ou mauvaise, cela, je le saurais bien assez tôt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solane A. Valentine
« Pernicious Breeze » ~ Hufflepuff Vampire
avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 28
âge rp : 117 ans, mais l'aspect figé sur ses 17.
sortilège — potion fétiche : Confringo ----- Philtre de Paix
race : — vampire
animal de compagnie : x
photo d\'identité :
petit message : "Ecrire, c'est une liaison d'amour avec soi et les choses, et les moments et les gens. Ecrire, c'est comme vivre une vie parallèle à sa vie de chaque jour ; c'est le vase purificateur de l'âme et de ses mouvances."
Date d'inscription : 14/05/2009

veritaserum
maison*: — hufflepuff
année*: — septième
relationship's*:
MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mar 9 Juin - 19:01

Spoiler:
 
      Souffle de vie, ou dernier souffle... ? Hors du temps, elle se détacha de son long rameau, tourbillonnant dans le vent maintenant glacial à la recherche d'une onde plus claire. Mais vers quoi plongeait-elle véritablement... le grand cycle de l'espérance ou simplement le néant ? Avait-elle pensée qu'en quittant la lumière et la chaleur de sa branche, elle risquait de chuter dans l'ombre et la froideur de ce monde ? Légère et fragile, cette feuille chenue se balançait de droite à gauche, s'interposant un bref instant dans l'espace entre Aurore et moi avant de choir sur l'étroit sentier. Je me baissais doucement pour la recueillir dans ma main, observant la courbure du limbe parcouru de fines nervures clairs et longiligne. Aussi stupide que cela puisse paraître, je l'enviais pour son insouciance et sa liberté, capable qu'elle était de plonger dans le vide sans savoir s'il y aurait quelque chose pour la rattraper. Je ne sus exactement combien de temps je suis resté les yeux rivés sur cette simple feuille, ma conscience absorbé dans je ne sais quelle pensée. Et finalement ce ne fut que lorsque l'objet de mon attention s'effrita sous les crispations convulsives de mes doigts que je m'en libérais, regagnant enfin l'instant présent.

      Mon regard se posa sur celle qui m'avait immobilisée sur ce chemin, autant par ses paroles que par ses actes, et davantage encore par le simple fait qu'elle était à elle seule mon univers dans son intégralité. A ses yeux, mes gestes précédents avaient dû lui paraître complétement décalé... d'autant plus que moi-même je me figurais déjà en parfait idiot.
      Néanmoins pourquoi m'avait-elle ainsi suivie ? Pourquoi me pardonner tout cela si facilement ? Ne pouvait-elle donc pas m'en vouloir rien qu'un peu !? Au fond de moi une partie de mon être était subjuguer par le bonheur qu'elle puisse m'aimer au point de pouvoir tout me passer. Mais une autre part aurait souhaité qu'elle n'en fasse rien, et qu'elle me délaisse ici-même en proie à mes propres démons. Elle avait fait tout son possible pour rétablir la situation entre nous, allant jusqu'à tenter de décharger l'atmosphère étouffante de son petit rire qui me plaisait tant. Je l'aimais pour tout cela, mais d'un amour qui n'avait d'égale que la haine que je lui vouais aussi à cet instant précis. Elle n'aurait jamais dû m'aimer ! De même que je n'avais aucun droit de la considérer comme mienne ! Fou que j'étais d'éprouver de telle chose ainsi que d'accepter ce qu'elle m'offrait....

      Profitant du fait qu'elle avait momentanément détourner les yeux sous ce silence pesant, je passais délicatement le revers d'une main aux coins de mes pupilles brûlantes. Des épaisses gouttes écarlates y suintaient doucement, m'arrachant des frissons de douleur. Il y avait bien longtemps que n'avait ainsi coulé ces larmes de souffrance, symbole de damnation.
      Toutefois, c'était aussi la première fois depuis des années que la volonté de tuer pour le simple plaisir s'était faite ressentir avec autant de force. Aurore n'avait pas idée de ce qu'elle pouvait provoquer en moi. Que se serait-il passé si l'autre élève avait émis ne serait-ce que quelques mots à l'encontre de mon aimée ? Qu'aurais-je alors fait si mes iris s'étaient entièrement voilés de pourpre ? A son contact je perdais toute emprise sur mes sentiments, un cadeau à double tranchant. J'étais incroyablement heureux avec elle, mais pour la préserver je me savais capable de tout, jusqu'à redevenir le tueur que j'avais été dans le passé. J'aurais désiré la tenir loin du danger que je représentais, car je ne pourrais lui venir en aide si moi-même je franchissais la ligne, non pas par désir du sang mais poussé par les émotions qu'elle faisait naître en moi. Et pourtant, peut importait maintenant la force de ma volonté, je ne pouvais plus faire machine arrière, car peut-on encore vivre avec une seule moitié de son coeur ?

      "Peut-être le suis-je vraiment... Irrémédiablement fou de toi et indubitablement stupide de l'être... Je ne sais plus ce que je deviendrais sans toi." répondis-je tendrement après une éternité.

      Sans bruit, je franchis le pas qui nous séparait, couvrant de mes deux mains la couronne de ses long cheveux brillants. Avec toute la douceur dont je fus capable j'effleurais son front de mes lèvres, cédant un dernier baiser avant de m'en retourner.
      Il fallait que je m'éloigne, que je m'isole pour faire enfin cesser ces tremblements qui me secouaient toujours. Chasser peut-être ? Dans tout les cas, je ne pouvais rester dans l'enceinte de l'école avec mes iris toujours aussi violacés et cette colère qui demeurrait au fond de moi.

      "Il faut que je parte. Ne me suis pas je t'en prie... J'ai besoin de réfléchir un moment, seul... Je te retrouverais plus tard."

      J'avais parlé d'une voix aussi détaché et semblable que d'habitude, ne souhaitant pas qu'elle perce les émotions qui m'habitaient. Après quelques pas de plus, je jettais un rapide coup d'oeil dans mon dos, ajoutant sur un ton mi-amusé mi-sentencieux mais dont la sincérité perlait sous chaque note.

      "Et plus de promesse à l'avenir. Si tu cherches à faire plaisir à quelqu'un... J'ai plein de désirs à te soumettre."

      *Le pourrais-je que je ne voudrais être libérré de toi... Jamais...* soupirais-je silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore A. de Saint-Faye
« Sweet poison, delicious agony »
avatar

Féminin Nombre de messages : 315
Age : 26
localisation : A vous de chercher, je pense que vous êtes assez grand.
âge rp : Comment osez vous ? Bon, très bien.. J'ai 110 ans, mais considérez en 17.
sortilège — potion fétiche : Le sort d'amnésie et le philtre d'amour font partit de mes favoris.
race : — vampire
animal de compagnie : Une chatte angora noire avec une tache blanche sur le front, prénommée Nyx, comme la déesse de la nuit.
photo d\'identité :
petit message : « Le délice du sang n'a d'égal que celui de l'amour »
Date d'inscription : 03/05/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   Mer 10 Juin - 16:04



      Douce folie, cruelle douceur.. J'aimais tant son contact, sa présence.. Je n'ai fait aucun commentaire sur les larmes que j'avais vu malgré moi, je préférais le laisser remettre son masque, même face à moi.. Après tout, il avait le droit de ne pas vouloir que je sois témoin de certaines choses, de celle-là particulièrement. Mais lorsqu'il reprit la parole, ce fut pour sortir une phrase, courte, qui suffit à me faire voir la vie en rose quelques secondes durant. Fou et stupide ? Peut-être, mais j'étais incroyablement heureuse de l'avoir enfin rien que pour moi, autant que je me sentais affreusement coupable de lui infliger autant d'émotions humaines, complexes à gérer, pour nous.

      "Il faut que je parte. Ne me suis pas je t'en prie... J'ai besoin de réfléchir un moment, seul... Je te retrouverais plus tard." Avait-il dit, après avoir déposé sur mon front le plus doux des baisers. Je lui ai sourit, simplement, presqu'imperceptiblement, acquiesçant d'un signe de tête. Le voir s'éloigner de moi n'était pas facile, et cela ne changerait certainement jamais, je le savais. Que lui arrivait-il, exactement ? Dieu que j'aurais aimé être télépathe, en cet instant, pour pouvoir lire en lui comme dans le livre ouvert qu'il fut durant ces quelques heures.

      "Et plus de promesse à l'avenir. Si tu cherches à faire plaisir à quelqu'un... J'ai plein de désirs à te soumettre."

      Plein de désirs à me soumettre ? Que pouvait-il bien vouloir, lui qui n'avait jamais demandé grand-chose ? Cela m'intriguais, et je savais déjà qu'à la prochaine rencontre, je lui poserais quelques questions. Mais pour l'heure, j'avais un cours à suivre, et si je ne me dépêchais pas, je finirais par arriver en retard. Vu la couleur plutôt sombre de mes yeux, il valait mieux que j'évite de m'énerver, ou je risquais de déraper un peu trop gravement.

      Je n'ai pas entendu ses dernières paroles, et elles m'importaient peu, il avait son jardin secret, dans lequel je n'avais pas le droit de pénétrer, je n'essaieraient donc pas, même si j'étais du genre curieuse. Je suis retournée, silencieuse, dans l'enceinte du château, filant plus lentement vers ma sale de classe, montant les escaliers plus lentement que ce que je les avait descendu en sortant de la bibliothèque.

      Le cours qui suivit fut particulièrement difficile à suivre, entourée d'êtres humains, j'avais du mal à résister à l'odeur du sang, cependant j'avais de quoi m'accrocher, à présent..


[ TOPIC TERMINE ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douceur, délice et folie.. [Solane V.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douceur, délice et folie.. [Solane V.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Extérieurs du château. :: { Lac.-
Sauter vers: