AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 31 Mai - 15:51

    Lundi matin. La sonnerie stridente de mon réveil me tira de mon sommeil à 7h précises. Il fallait se lever pour aller en cours. Je commençai la journée avec un double cours de potion avec les serpentards. Ô joie.
    C’est donc sans grand enthousiasme que je quittai la douce chaleur de mon lit pour gagner la salle de bain et me préparer convenablement. J’étais doué dans cette matière, j’aurais pu être content de commencer la semaine par ce cours, mais plusieurs facteurs rendaient ce début de journée pas si agréable qu’il aurait pu l’être. D’abord il y avait les serpentards, nos ennemis ancestraux. Il ne se passait pas un cours où nos hostilités ne se manifestaient pas d’une manière ou d’une autre. Ajoutez à cela les tensions qui existaient depuis les évènements du bal, ça vous donne un aperçu de l’ambiance qui peut régner. L’autre raison c’était que suite au décès de l’ancienne directrice, ce cours était assuré par la nouvelle. Elle n’était pas plus commode que l’ancienne qui était obnubilée par les vampires. Celle-ci ne se cachait pas pour favoriser les étudiants de Sang-pur. Elle avait une aversion évidente pour tous les autres et particulièrement les rouge et or. Allez savoir pourquoi.

    Une fois habillé, je descendis dans la grande salle pour le petit déjeuner. Repas qui fut très vite expédié car je n’avais jamais faim le matin. Vers 8h20 je me mis en route vers les cachots. Déjà que j’étais « impur » et gryffondor par-dessus le marché, arriver en retard fut-ce que d’une poignée de minutes m’aurait certainement valu des remarques, une retenue et des points en moins. Cette dernière sanction m’était moins grave puisque malgré tout, par la réussite de mes potions, j’en faisais gagner.
    Mais je n’avais pas du tout envie de me faire remarquer, bien au contraire, plutôt de me fondre dans la masse, de me faire oublier.
    J’étais d’humeur maussade ces derniers temps et plus j’étais couleur de muraille mieux je me portais.

    A 8h30 le cours commença. S’il y avait un reproche qu’on ne pouvait pas formuler à l’encontre de Mme Ellesmera, c’était sa ponctualité et la qualité de ses cours. Elle était indéniablement compétente, mais tout aussi indéniablement partiale.
    La potion à confectionner était de difficulté moyenne mais exigeait une concentration constante. La mienne me faisait défaut ce jour là, je mis par mégarde les ailerons de dragons coupés en lamelle avant les 3mg de sang de licorne. La mixture dans mon chaudron se mit à bouillonner et à prendre une teinte jaunâtre au lien de la blanche indiquée. Edwin qui était à côté de moi, avait quant à lui ajouté le sang trop tard et sa potion était devenue rose. Ceci bien sûr n’échappa pas à notre professeur qui fondit sur nous aussi.

    « Peut-on savoir ce que c’est que ces mixtures ? Une nouvelle invention messieurs Bernadotte et Longwood ?! Misérable. 20 points en moins pour Gryffondor.
    Messieurs vous viendrez en retenue ce soir à 20h30. Ne vous avisez pas d’être en retard. »


    Puis elle poursuivit son inspection parmi les rangs et accorda quelques points aux Serpentards. Pour changer.

    Le reste de la journée passa relativement lentement. Le cours d’Histoire de la Magie fut de loin le plus soporifique. Je prenais des notes d’un air absent… manquant parfois des morceaux de phrases. Mais le prof ne remarquait rien. Tant mieux pour moi.
    Le soir, après avoir rapidement dîné, je me rendais avec Edwin en salle de retenue. Il était 20h29 lorsque je frappai à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 31 Mai - 16:46

    L'île paradisiaque … sa mère en robe noire … l'avertissement comme quoi ses souvenirs n'étaient qu'une machination … Les météorites enflammées qui bombardaient l'île … L'horreur … la Peur … les Cris … Et, soudainement, le noir absolu … le silence … long … douloureux … oppressant …

    Quand il ouvrit les yeux, son corps recouvert d'une pellicule de sueur glacée se dressa, et les rideaux de son lit à baldaquin se déchirèrent sous l'effet de sa télékinésie qui ne lui répondait plus très correctement ses derniers temps. Un soupire discret s'échappa des lèvres tremblantes du garçon qui décida de se reprendre et de revêtir son armure d'indifférence qui ne le quittait pas de ses journées. Les sentiments bien enterrés en lui-même, là où tous se terraient sous l'effet de la volonté du garçon, le jeune homme se leva avant ses camarades dont les réveils sonnaient à l'unisson.

    Il prit une douche, se lava de ses frayeurs nocturnes qui, même si elle le lassaient, l'apeurait toujours autant. Sortant de la cabine, il usa de quelques sortilèges devenus habituel pour se sécher, se coiffer, et se vêtir correctement. Une fois présentable, il se dirigea dans la chambre et revêtit une robe de sorcier de qualité, y glissa sa baguette dans une des poches intérieurs de l'habit, et prépara son sac de cours dans lequel il embarqua son nécessaire à potion, premier cours de la journée.

    Mais il était distrait, encore, par son rêve récurrent et la fatigue générale qui s'emparait de lui. Il ne dormait plus vraiment la nuit, car à chaque fois qu'il fermait les yeux, les mêmes images venaient le hanter, comme un film qui l'attendait chaque nuit pour recommencer, encore et encore. En pleine réflexion, le garçon s'était arrêté net dans sa marche.

    Il lança un regard autour de lui, dans la chambre vide. Ses mains tremblaient nerveusement et, hier soir, il s'était abandonné à la conception d'une sorte de calmant. Mais pour le constitué, il avait utilisé plusieurs substances déconseillées car possédant un fort effet de dépendance. Des drogues moldues, pour être exact. Mais il était sur et certain de leur utilité et de leur efficacité. Si bien qu'il prit le tube qu'il avait confectionné hier soir, prit un comprimé qu'il avala d'une traite et rangea le tout dans une poche. Puis il se précipita dehors, comme un assassin fuyant la scène de crime.

    Les effets de la substance ne se firent pas attendre. Cinq minutes à peine après l'ingestion, le jeune homme sentit les tremblements s'interrompre et son esprit devenir un peu moins noir. L'effet ne devrait être que très temporaire, puisque le comprimé constitué le soir dernier n'était qu'expérimentale encore, et donc aux quantités minimes. Mais cela marchait. Et ça marchait bien. Les moldus avaient donc d'excellentes idées, mais quand la magie s'y mêlait, l'excellence devenait perfection.

    Un peu plus tard, Edwin se trouvait en cours de potion. Et les effets du comprimé s'étant dissipé, il était redevenu nerveux. Une partie de lui voulait retrouver la sérénité prodiguée par le produit. Une autre part voulait ne plus jamais en reprendre, car il ne voyait que trop bien les premiers signes de la dépendance et l'agravement de sa nervosité provoqué par ce mini état de manque. Pour casser son dilème, il regarda autour de lui.

    Ses yeux rencontrèrent la silhouette pensive d'Ethan qui ne semblait absolument pas présent à cent pour cent dans la salle de potion. Reportant son attention sur son compagnon de musique, Edwin patienta un instant, avant de réaliser qu'il était en potion et qu'il lui fallait produire sa mixture. Mais il était préoccupé par l'état de son ami et ne faisait pas réellement attention à ce qu'il faisait, sa nervosité de l'aidant pas. Drôle de comportement pour un des élèves les plus brillants de son années, au point qu'il s'attirait même les foudres du professeur de sortilèges qui n'aimait pas le voir aussi doué.

    Du coup, il ne savait plus s'il avait déjà mis son sang de licorne. D'autant plus qu'il était assez répulsif quand il s'agissait d'approcher le sang animal, surtout d'un si bel animal que la licorne qu'il lui arrivait de croiser dans ses escapades nocturne sous forme de tigre dans la forêt interdite. Bref. Il avait mal calculé son coup et sa potion prit une teinte rose bonbon à la bisounours.

    « Peut-on savoir ce que c’est que ces mixtures ? »

    * Cela s'appelle des potions avec un ratage … mais ça se rattrape ... *

    « Une nouvelle invention messieurs Bernadotte et Longwood ?! »

    * Et bien quoi ? Depuis quand innover est interdit ? *

    « Misérable. »

    * C'est drôle, j'aurai dit la même chose quand à votre réaction. Même si j'ai hésité avec pitoyable … *

    « 20 points en moins pour Gryffondor. »

    * Quoi ? Mais c'est idiot ! L'autre débile de Serpentard vient de faire fondre son troisième chaudron et elle ne lui dit rien ! *

    « Messieurs vous viendrez en retenue ce soir à 20h30. Ne vous avisez pas d’être en retard. »

    * Cela ne vous ferait pourtant que plus plaisir … *

    S'il savait qu'il aurait donné cher pour proférer ses pensées à haute voix, il se tient sage et silencieux. Il était nerveux, préoccupé et assez énervé contre lui-même de ne pas être capable de penser à plusieurs choses à la fois. Dans ces situations de stress, son côté instinctif lui venant de sa part animal avait tendance à prendre le dessus et à lui donner un air effronté. De plus, il savait que la professeur ne prendrait qu'un malin plaisir à retirer des points supplémentaires et à amplifier sa retenue. En plus de cela, Edwin ne voulait pas risquer qu'Ethan soit mêlé aux conséquences désastreuses que pouvaient avoir ses sautes d'humeur.

    Désireux d'essayer de se rattraper, Edwin mit en œuvre l'intégralité de son intelligence qui était loin d'être négligeable pour faire en sorte de rattraper son erreur. Même s'il continuait d'accorder des regards discrets à son ami, il parvient à rattraper de manière extraordinaire sa potion. Et tandis que la cloche sonnait, il en remplis deux fioles, voyant qu'Ethan partait.

    Il s'approcha du professeur en plaidant leur causes et tendant les deux flacons dont l'un était à son nom, l'autre à celui d'Ethan qu'il sentait bien patraque depuis quelques temps. Le professeur observa les « mixtures » avec un air estomaquée, puis les fit presque involontairement tomber.

    « Oh ! Comme c'est dommage ! Vous êtes tellements maladroit ! Et hop, moins cinq points pour Gryffondor. Ah … et … monsieur Bernadotte, ce soir, 20h30. »

    Le reste de la journée connu une justice plus équitable même si Edwin était profondément distrait, par l'état de son ami, ses rêves, sa nervosité (il fut d'ailleurs conduit à reprendre un de ses comprimés), et le fait de connaître sa première retenue de toute sa scolarité. Il était assez déçu qu'elle aie lieu en septième année alors qu'il aurait pu connaître un cursus sans « tâche ». Mais peu importait à la réflexion.

    Le soir même, Ewin n'eut pas tellement faim, sans doute dû aux comprimés qui devait lui couper l'appétit. Il se rendait compte de l'erreur de son accoutumance mais ne pouvait négliger l'effet de maintien de l'humeur, même si éphémère, qu'ils avaient. Il passa le diner à observer son reflet à travers sa cuiller agacé de la légère irrigation trop flagrante de ses yeux, les rougissant quelque peu.

    Quand vint l'heure de sa retenue. Il se dirigea alors avec Ethan, drôlement silencieux sur le trajets, en direction de la salle de potion où ils étaient assignés. Ethan frappa à la porte et elle s'ouvrit instantanément sur une professeur de potion l'air plus sadique et ravie que jamais. En même temps, voilà qu'elle avait deux Gryffondor à torturer ce soir …

    Elle les fit entrer et leur indiqua ce qu'il devait faire. Un nom de potion d'une complexité incroyable était affiché sur le tableau. Elle leur apprit qu'elle allait partir, ensorcelé la porte de manière à ce qu'elle ne s'ouvre qu'une fois arrosée d'une potion correctement préparé et qui n'était autre que la complexe écrite sur le tableau. Elle leur souhaita une « mauvaise nuit » et s'échappa en refermant magiquement la porte.

    Edwin se tourna alors vers Ethan.

    « Super … dis … ça va toi ?  » Demanda le jeune homme d'un air neutre mais où perçait une once d'inquiétude …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 31 Mai - 19:21

    Le trajet depuis notre salle commune jusqu’à la salle de retenue s’était fait dans un silence inhabituel. Encore plus inhabituel lorsqu’on connaissait ma nature plutôt bavarde et joviale. Oui, il m’arrivait parfois de me transformer en véritable moulin à parole.
    On dit que le mois de novembre rend les gens maussades et taciturnes. Cela semblait plutôt bien se vérifier sur Poudlard. Oh bien sûr il y avait eu ces regrettables tragédies au bal d’Halloween… Ce bal précédant tout juste la Toussaint ne pouvait mieux porter son nom. Quelle ironie.

    La directrice nous accueillit avec une expression ravie, un rictus déformant ses lèvres. Une lueur de folle malice, sadique et presque malsaine brillait dans ses yeux.
    Lorsqu’elle nous fit entrer, et asseoir derrière une table où étaient disposés des ingrédients différents. Des dizaines de bocaux étaient alignés. Herbe de lune, crin de licorne, artères de Magyar à pointes, poudres diverses et variées. Je jetai un coup d’œil à ces ingrédients et cela me fit remarquer qu’ils entraient tous dans la composition de potions complexes. Elle voulait nous tendre un piège. A coup sûre elle voulait que nous échouions dans la réalisation de la potion.

    Quelques instructions plus tard, nous nous retrouvions face à un chaudron vide, dans une salle magiquement verrouillée et qui ne pourrait s’ouvrir qu’en l’arrosant de la potion correctement réalisée. Il y avait accroché trois tableaux d’instructions. Il y en avait au moins pour 3 heures à préparer la potion. Une demi- heure à rester à la surveiller sur le feu. Nous avions de quoi nous occuper.

    Un message de mauvaise nuit était accompagné des instructions.

    « Quelle charmante femme. »

    Lâchai-je lorsqu’elle nous eut faussé compagnie. L’ironie se sentait nettement dans l’intonation de ma voix.

    « Remarque au moins, on l’a pas sur le dos pendant tout ce temps. »

    C’était le point positif de cette retenue. Et puis nous étions à deux à fabriquer cette potion. Etant l’un comme l’autre plutôt doués dans cette discipline, j’avais bon espoir que nous irions deux fois plus vite et que la retenue serait écourtée. Je n’avais qu’une envie, clouer une nouvelle fois le bec de cette affreuse mégère.

    « Super. Dis.. ça va toi ? »

    Oh-Oh.. Il fallait que je me reprenne… Je ne devais surtout pas me laisser entrainer sur cette piste. Malgré l’amitié que j’avais à l’égard d’Edwin, je n’avais aucune envie de m’engager sur la piste savonneuse des confidences.

    « Oui tout va bien. J’ai juste mal dormi..et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 31 Mai - 20:07

    Ca pour sur, elle était charmante cette chère et tendre directrice. De quoi faire battre le cœur de ses élèves. Tout à fait le style de personne sur qui les jeunes adolescents pouvaient compter. Une âme en or, toujours un signe de bienveillance adressé à l'égard de qui que ce soit, indépendamment de sa maison. Elle apporterait sûrement l'ordre, la tolérance, le calme et le respect entre toutes les maisons de Poudlard. Comment ça, j'en fais trop ?

    Bref. Après la discussion éclair avec la professeur de potion, accessoirement directrice de Poudlard, plus par prestige que par véritable choix professionnel, les deux jeunes eurent tout le loisirs d'observer une salle pleine de compositions magiques à faire rêver un alchimiste fauché. De l'épine de magnar à pointe en poudre, à la peau de serpent d'arbre du cap en passant par des extraits de venin de tentacula vénéneuse, des crochet de tarentules géantes et des doxys séchés, il y avait de quoi faire.

    Le problème serait probablement de trouver quels ingrédient seraient nécessaire à constituer la potion. Car si les deux jeunes étaient tout aussi doués l'un que l'autre, ils risquaient d'avoir un problème de taille : la potion qu'on leur demandait de faire, inscrite au tableau, n'était pas suivie des habituelles indications de préparation. Ou plutôt y avait-il trois tableau d'instructions. Certainement un bon, un mauvais et un … très mauvais. Ils étaient donc voués à eux-même ou plutôt, à leur instinct.

    A la lumière des faibles bougies qui illuminaient la pièce, les deux garçons s'attardèrent un instant sur le départ de la « charmante femme » par quelques réflexions. Au moins, Ethan avait parfaitement raison sur un point essentiel : ils n'auraient pas à supporter sa compagnie toute la nuit. Cela dit, ils étaient quand même coincés ici.

    Bref. Après cela, Edwin trouvait que la situation était propice à essayer de savoir ce qui torturait l'esprit de son ami. Mais manifestement, s'il avait trouvé un moment qui lui semblait bon, ce n'était pas le cas d'Ethan qui éluda sa question par un faux prétexte de sommeil manquant. Un prétexte qu'Edwin ne connaissait que trop bien pour ne pas le reconnaître.

    « … et toi ? »

    « Oh ! Moi ça va, comme quelqu'un qui vit sa première retenue … » Répondit le jeune homme qui avait prit l'habitude de répondre qu'il allait bien à chaque fois qu'on le lui demandait et ce, de manière convaincante.

    « Bon et bah … on va s'y mettre … tu n'as qu'a choisir les indications, je vais préparer le chaudron, mettre de l'eau à bouillir et on étudiera tout ça plus en détail …  » Proposa le jeune homme pour éviter un silence gênant.

    Changer de sujet de conversation de manière banale était aussi devenu une habitude pour Edwin afin que personne ne cherche les signes caractérisants un mensonge, ou une déformation de la réalité quand on lui demandait comment il se portait. C'est avec un naturel digne des plus grands comédiens que le jeune Gryffondor s'était lancé dans la nouvelle (et déviée) conversation.

    Alors, il se dirigea vers le centre de la pièce où un chaudron d'une taille qui avoisinait le demi-mètre trônait fièrement, constitué de son métal d'or anti-oxydant et anti-tâches. C'était le model à la mode, dernièrement, équipé des nouveaux sortilèges de préservation de l'éclat et de la pureté du métal dit incassable et résistant à des températures très élevé ainsi qu'à quelques uns des plus puissants acides. Autrement dit, si le chaudron venait à être détruit, autant dire que les deux Gryffondors auraient de très très graves problèmes …

    D'un coup de baguette magique accompagné d'un sort informulé, le chaudron se remplit peu à peu sous le jet d'eau tiède qui sortait de la baguette du sorcier. Dissipé pendant son remplissage alors qu'il se perdait dans ses pensées, le garçon se rattrapa au dernier moment pour éviter de renverser du liquide partout. Ne perdant pas sa superbe, il remarqua le léger tremblement de sa main gauche, signe de la perte de l'effet de son nouveau produit conçu main …

    Il se tourna, l'air de rien, vers son ami après avoir murmuré un « incendio » pour allumer un feu magique sous le chaudron. Toujours intrigué par la journée étrange qui avait fortement révélé le côté changé de son partenaire de musique, Edwin ne parvenait pas davantage à fixer sa concentration sur la potion qu'ils devaient préparer.

    « Ça fait longtemps qu'on t'as pas entendu jouer de la musique Ethan ! » Fit Edwin, mine de rien …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Lun 1 Juin - 2:41

Spoiler:
 


    Le problème de ces ingrédients, était leur surnombre. En regardant de plus près, il y avait à profusion. En les examinant tous soigneusement, je remarquais que certains d’entre eux ne pouvaient même pas être mélangés sous peine d’explosion ou d’effets contre indiqués. C’était le cas par exemple de l’extrait de venin de tarentula vénéneuse et de doxys séchés. Le résultat de ce mélange était particulièrement explosif et la fumée que dégageait la mixture hautement toxique. Mieux valait donc éviter de jouer avec. De même, les écailles de serpent à sonnette du Cap ajoutées à quelques plumes d’hypogriffes pouvait s’avérer avoir des effets plus que néfastes sur le système neurologique d’un sujet. Il n’était pas rare que des potions à base de ce mélange soient utilisées pour la torture ou autres charmantes pratiques.
    Autre problème de taille, les instructions ne pouvaient pas être aussi longues et il devait certainement y avoir un piège dans tout ce fatras. Ce genre de petits cadeaux cadrait tout à fait avec la nature vicieuse de notre tant aimée professeur de potion et directrice. Comment cette femme pouvait elle prétendre ramener la paix à Poudlard ? Elle ne ferait à coup sûr que raviver les animosités déjà existantes. Nul doute qu’elle prendrait partie tôt ou tard. C’était prévisible.

    Pour le moment, nous devions seulement nous concentrer sur la confection de cette satanée potion, trouver les bonnes instructions et la réaliser soigneusement pour pouvoir quitter les lieux le plus rapidement possible. Pour ce qui était du premier problème, ce serait en fait assez aisé à vérifier.
    En voyant le nom de la potion, cela me rappelait une de mes lectures, et j’étais quasiment sûr d’avoir lu que dès la fin de la première étape, à savoir le mélange des épines de Magyar à Pointe et du venin de tarentula vénéneuse, la mixture devait bouillonner pendant 3 secondes et prendre une teinte beige.
    Un rapide coup d’œil aux trois tableaux me permit de déduire que seul celui du milieu contenait les bonnes instructions puisque celui de droite indiquait de mélanger le sang de licorne avec l’extrait de venin et celui de gauche indiquait de commencer par verser dans l’eau trois plumes d’hypogriffes et des écailles de serpent.

    « C’est le tableau du milieu qui donne les bonnes instructions. »

    Merci la bibliothèque.
    Je n’étais pas un élève studieux, mais j’étais tout simplement fasciné par l’art des potions et il m’arrivait de lire des ouvrages pour enrichir mes connaissances dans ce domaine. Cela ne me demandait aucun effort et au lieu de trouver cela difficile et rébarbatif comme beaucoup de mes camarades, je prenais plaisir à concocter diverses potions. Par contre, aucun moyen de me souvenir du nom de celle-ci.

    Une fois l’eau mise à bouillir, Edwin se retourna vers moi et fit remarquer qu’il y avait longtemps que je n’avais plus touché ni à un piano, ni à une guitare. C’était vrai. Moi qui autrefois ne pouvais pas m’en empêcher, je m’étais fait coincer en beauté. Que pouvais-je répondre à cela… Acquiescer était ma seule option.

    « Ah oui… C’est vrai… »

    Pourquoi ne pas y remédier. Ce serait un moyen de se détendre, comme au bon vieux temps et peut-être ensuite de retrouver une concentration perdue… Ou pas.
    J’avais remarqué que lui non plus n’étais pas dans son assiette. Plusieurs fois je l’avais vu montrer des signes de stress auxquels je n’avais pas trouvé de raison apparente, des chutes de concentrations…

    « Au fait, ça fait quelques nuits que tu parles en dormant… »

    Je n’avais jamais entendu distinctement ces paroles, mais j’étais sûr d’avoir reconnu sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Lun 1 Juin - 11:46

    Méditatif sur les effets de son propre poison qu'il s'était concocté, Edwin était en train de se promettre de ne plus prendre un seul de ses comprimés, car il ne voyait que trop bien l'extrême dépendance qu'ils apportaient. Mais en même temps, il luttait contre l'envie de saisir le tube et d'en avaler un nouveau pour se détendre un peu. De toute évidence, à chaque fois que l'effet d'une pilule s'estompait, son stress qu'il avait essayé de dissiper avec s'en trouvait renforcé.

    C'est alors qu'il était en pleine réflexion et que sa main gauche le titillait sauvagement tandis qu'elle se trouvait à quelques centimètre de la poche où se trouvait le flacon qu'Ethan rappela sa présence en indiquant qu'il avait trouvé quel était le bon tableau où figurait les bonnes instructions. Edwin reconnu alors le talent de son ami, un passionné de musique, comme de potion.

    Il se tourna vers ce dernier et s'avança pour constater la découverte des bonnes indications de préparation. Si lui était un bon élève parce qu'il travaillait beaucoup et aimait beaucoup passer son temps à la bibliothèque ce qui lui aurait presque valu une place à Serdaigle, il préférait tout de même l'études des sortilèges et de la magie « directe ». L'animagus, la télékinésie, les sorts anciens et complexes … Les potions était une science intéressantes mais dont il étudiait que les cas qui l'intéressait vraiment … comme la conception de certaines substances douteuses par ailleurs …

    Ainsi, même en accordant un attention particulière au tableau choisis, il ne pu confirmer l'affirmation de son ami et la confiance prit le pas sur la raison. Il eut un léger sourire, chose particulièrement rare chez Edwin, le mystérieux Gryffondor indéchiffrable, impénétrable et inexpressif.

    Son ami répondit à sa remarque par une affirmation évasive. Il avait l'air de l'avoir mit mal à l'aide, c'est pourquoi, Edwin lut la première indication et se décida de s'effectuer. Ainsi se dirigea-t-il vers les étalages d'ingrédients pour y trouver une pointe de magnar à pointes et une petite fiole d'extrait de venin de tarentula vénéneuse. Une fois les composants sous la main, il les déposa sur une table de travail et pointa sa baguette sur la pointe de magnar dans l'intention de la réduire en poudre afin d'accélérer sa solubilité. Une petite astuce que les manuels oubliaient d'indiquer, en général.

    « Au fait, ça fait quelques nuits que tu parles en dormant… »

    Edwin s'interrompit dans la prononciation de son sortilège avec autant de brusquerie qu'un troll en pleine course qui l'aurait heurté. Son sortilège, à moitié lancé, projeta une fusée d'étincelle qui ricocha sur les murs de la pièce pendant quelques secondes avant de se dissiper. La main gauche d'Edwin connu un tic nerveux, comme une sorte de soubresaut.

    « Désolé, fausse manipulation ! » Lança Edwin, l'air de rien …

    Se rattrapant, il réduisit en poudre la pointe de magnar et introduisit le tout dans le chaudron qui, trois secondes plus tard … ne vira pas de couleur : il avait omis d'ajouter le venin. Et sa main gauche, dans sa poche, tremblait à loisir.

    « Je parle la nuit ? Ah … ça doit être pour compenser ce que je ne dis pas la journée ! » Plaisanta le garçon, évasif.

    « Comment tu t'es trompé pendant le cours de potion déjà ? Je ne pensais pas que cela aurait pu t'arriver à toi … Oh, mais pourquoi ça ne vire pas au beige ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mar 2 Juin - 21:44

Spoiler:
 


    Une fois que j’eus repéré le tableau qui donnait les bonnes indications pour la confection de cette satanée potion, je retombais dans ma torpeur rassurante, celle qui me faisait ne penser à rien. Pour les autres, cela pouvait parfois faire penser à de l’indifférence puisque lorsque j’étais dans cet état second je ne faisais plus attention à rien. Je n’étais pas indifférent aux autres, non, ce n’était pas dans ma nature mais ce mois de novembre était décidément un mauvais moment à passer.
    Je sortis de cette bulle quelques instants plus tard, et me retournais vers mon ami pour l’aider à passer à la réalisation. Cette potion semblait compliquée, je savais que la moindre fausse manœuvre pouvait mener à l’échec, il allait me falloir toute ma concentration et ça, ce n’était pas gagné.

    A ce premier stade, la couleur n’était déjà pas la bonne. Génial. La soirée allait être sympa. Mais je ne réagis pas plus que cela, fronçant juste les sourcils en signe de réfflexion.

    « Tu as bien mis la pointe de Magyar et trois seconde après l’extrait de venin ? »

    Dans cet art subtil, les indications n’étaient pas à prendre à la légère. Si c’était indiqué 3 secondes, ce n’était pas 4 ni 5. Dans certaines potions, l’on disait de remuer 7 tours dans le sens de rotations des aiguilles d’une montre puis 5 dans le sens inverses. Il y avait des raisons à tout cela et ces détails si dérisoires et ridicules pouvaient-ils paraître, contribuaient à l’échec ou à la réussite d’une potion.
    La pratique de cet art nécessitait en somme une concentration sans faille de tous les instants et c’était précisément ce qui m’avait fait défaut le matin même. Bien sûr, ça avait été l’occasion en or pour cette charmante Mme Ellesmera de me coller une retenue.

    « J’ai dû faire une erreur à la con ! »

    Répondis-je à Edwin qui se demandait comment j’avais pu rater une potion, moi qui avait toujours su réaliser les potions demandées dans le temps imparti, et même avant.

    Je me dirigeai vers le chaudron et observais la texture de la potion. Elle ne faisait pas de grosse bulles, ce qui laisser penser que les ingrédients avaient été correctement incorporés, mais peut-être fallait-il remuer un peu. J’exécutais donc ce geste avec ma baguette magique et finalement, au bout de 35 secondes, la potion prit une teinte beige. Je soupirai de satisfaction.

    Je me retournais vers Edwin pour lui signaler que la situation était sous contrôle, lorsque je m’aperçus que sa main gauche tremblait frénétiquement. Ce n’était certainement pas normal et l’apparition de ce symptôme, combiné aux autres signes que j’avais pu remarquer les jours précédents, me conforta dans ma triste hypothèse. Il ne pouvait y avoir que la prise d’un produit quelconque sous ces symptômes.

    « Ed’.. Qu’est-ce que tu prends ?! »

    J’y étais peut être allé de manière un peu trop directe, mais je ne pouvais pas le laisser continuer à s’auto-intoxiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mar 2 Juin - 23:49

    « Tu as bien mis la pointe de Magyar et trois seconde après l’extrait de venin ? »

    Edwin se frappa le front avec la main qui tenait sa baguette magique, soit la droite. Il était tellement distrait et déconcentré, l'esprit sur mille et une choses à des kilomètres de la situation présente qu'il avait oublié d'ajouté le venin dans la mixture. Ainsi se munit-il de sa baguette pour extraire de la potion les particules de poudre de pointe de magnar. Les maintenant dans l'air par l'intermédiaire du sort de lévitation, il s'empara de l'élixir venimeux et le versa dans le chaudron à l'eau clair et pure.

    Replongeant les particules dans l'eau, il attendit les trois secondes règlementaires avant. Une fois que cela fut fait, Edwin garda les yeux sur la potion dont la couleur n'avait pas encore virée. Il reporta son attention si divisée sur son ami qui lui répondit qu'il avait du faire une erreur bête pour rater la potion du cours de ce matin. Edwin le comprit fort bien, ce fut le même scénario en ce qui le concernait.

    Et tandis qu'Ethan s'occupait de remuer la potion, Edwin le regardait faire avec une légère anxiété. Recommencer à ce stade signifiait perdre cinq minutes à vider le chaudron pour refaire bouillir de l'eau. Et il avait plutôt envie de vite remonter dans la salle commune histoire de travailler un peu, mais surtout, de se débarrasser des comprimés qui le torturait.

    Enfin … se débarrasser … A bien réfléchir, il était convaincu qu'il n'y arriverait pas. Ils avaient pris une place déjà très importante chez lui. Car à chacun d'eux, le jeune homme sentait comme un poids le quitter. Et même si ce dernier revenait quelques heures après, comme amplifié par le fait de lui retomber dessus si vivement, c'était un soulagement aussi intense que de le quitter à nouveau.

    Seulement, la main gauche qui tremblait si fort dans sa poche commençait à vraiment lui poser problème. A dire vrai, il n'avait pas vraiment envie d'être fiché drogué alors qu'il s'agissait de son premier jour d'expérimentation. Et puis … ce n'était pas vraiment une drogue … bon … d'accord, c'était assez … prohibé comme produit et … potentiellement dangereux … Mais … bon …

    Edwin se concentra sur une formule d'allégresse qu'il comptait appliquer qu'à sa main pour diminuer l'intensité des tremblements. Il allait voir si cela fonctionnerait, après tout, il n'en avait aucune idée. Il voulait employer la manière informulée pour lancer son sort. Afin d'éviter les questions embarrassantes qui semblaient fuser à profusion ce soir …

    Son sort fonctionna à peu près, les tremblements étaient moins intenses et abruptes. La couleur de la potion avait changée, et correspondait parfaitement à ce qui était demandé. C'est alors qu'Edwin entendit la question gênante de la minute. Il cligna des yeux, suivit le regard d'Ethan sur sa main et improvisa en faisant surgir de sa proche un oiseau à grand renfort de sort informulés. Il pria surtout pour qu'Ethan se laisse duper par ce ridicule subterfuge tandis que le canari invoqué sortait comme une balle de fusil de sa poche.

    Un silence s'installa.

    « Hum … quelle est la seconde étape de la préparation ? » Demanda Edwin, l'innocence incarnée …

    Et puis zut. Pourquoi dissimuler son statut à un ami ? C'était stupide non ? Mais en même temps … quelle honte de se sentir drogué. Il n'avait pas envie d'entendre le sermon habituel. Oui, ce n'était pas bien. Mais à lui, ça le soulageait. Alors pourquoi se voiler la face à dire que c'était mal quand ce n'était pas le cas ?

    « Dis-moi … quelques-uns de tes amis m'ont dit que tu n'étais pas vraiment toi-même ces derniers temps … » Ressaya Edwin, sachant qu'il savait parfaitement à quel point la situation d'Ethan allait se retrouver très similaire à celle qu'il venait de quitter laborieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Ven 5 Juin - 23:00

    « Dis-moi … quelques-uns de tes amis m'ont dit que tu n'étais pas vraiment toi-même ces derniers temps …»

    Oho.. œil pour œil. Bien sûr, ce n’était pas de la vengeance qui avait animé Edwin, mais une curiosité normale. Quel ami êtes-vous si en remarquant que quelqu’un que vous appréciez ne se comporte plus comme il en avait l’habitude, vous ne cherchez pas à savoir ce qui lui arrive ? Car l’amitié c’est aussi ça : savoir s’inquiéter pour les autres sans forcément vouloir à tout prix leur tirer les vers du nez. Montrer qu’on a remarqué le changement opéré et faire comprendre qu’on trouve ça inquiétant.
    J’étais animé de cette inquiétude à l’égard d’Edwin. Je savais qu’il n’exprimait pas grand-chose, c’était plus ou moins dans sa nature, et là, je le voyais montrer des signes de nervosité, de stress, comme dans un état de manque.
    Lui aussi avait certainement remarqué que je n’étais plus tout à fait le jeune homme enthousiaste, prêt à faire la fête et sociable que j’étais.
    Mais comment pouvais-je lui avouer mon secret ? Comment avouer l’inavouable ? L’on a plus envie de disparaître dans un trou de souris plutôt que de raconter une telle chose. Une monstruosité.
    Je ne pouvais tout simplement pas dire cette phrase sans vouloir ensuite mourir de honte. Même à moi je n’arrivais pas à la dire.

    Je détestais me lamenter sur moi-même, mais ces temps-ci, je n’arrivais simplement pas à penser à autre chose. Il faut être sacrément masochiste quand même pour ressasser des pensées à ce point désagréable mais il arrive un moment où ça vous submerge, où vous n’êtes plus assez fort pour lutter, pour essayer d’oublier. Ou du moins de ne pas se souvenir.

    « Ah Oui ? Ils t’ont dit quoi ? »

    Gagner du temps… une technique assez au point pour finalement esquiver une question embarrassante. Mais d’un autre côté, nous ne pourrions pas tourner en rond éternellement.

    Me repenchant sur le chaudron où bouillonnait tranquillement une mixture beige, je constatai que tout se passait bien pour le moment. Ouf.
    Il me fallait donc trouver l’herbe de lune et en plonger trois fois deux brins en prenant soin de ne pas oublier de remuer entre chaque ajout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 7 Juin - 9:56

    « Ah Oui ? Ils t’ont dit quoi ? »

    Cette fois, ce fut son cœur qui se mit à battre avec application. Rien à voir avec un soudain coup de foudre, ni même une quelconque peur. C'était probablement un des effets secondaires du médicament, une avancée de l'état de manque. C'était prévu. Mais Edwin se dit que, s'il ne pouvait se défaire de ce truc, il fallait au moins qu'il tente d'en refaire, sans les effets négatifs qu'il pouvait-y avoir ensuite … C'était pas gagné.

    Une autre chose n'était pas gagnée : celle de comprendre le comportement si changé de son ami, camarade muscicien, celui avec qui ils mettaient souvent de l'ambiance dans la salle commune des Gryffondor, le samedi soir entre autre … chose qu'ils ne faisaient plus depuis quelques temps … trop longtemps, selon Edwin, pour que cela ne soit qu'une lassitude. Il y avait quelque chose de profond qui parasitait Ethan.

    Et il avait essayé ! De multiples fois ! De comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête de son ami. Au début, il avait pensé à une relation amoureuse déchue. Mais cela avait duré bien trop longtemps et le changement avait été bien trop soudain et flagrant pour que cela ne soit que ça. Alors il avait suggéré un accident, une mort dans la famille ou chez ses proches. Mais d'après les témoignages qu'il avait recueillit, ce n'était pas le cas. Quoi qu'il en soit, Edwin avait mené son enquête, non pas parce qu'il était curieux, mais surtout parce qu'il s'inquiétait pour Ethan.

    A de nombreuses reprises, il s'était entretenu avec le principal concerné, glissant de petites phrases pouvant inciter à la confession, sans pour autant l'obliger à se dévoiler. Pour ne connaître que trop bien cet état d'esprit, Edwin savait à quel point il était dur de feindre d'aller bien, et même, d'oser parler de ce qui avait changé notre vie. Et c'était peut-être pour ça qu'une réelle compassion naissait au coeur de cette relation.

    Sa main gauche se remit à trembler. Il se servit donc de la droite pour s'emparer des ingrédients suivants.

    « Herbe de lune … c'est ça … Tes amis m'ont dit que tu semblais particulièrement absorbé ces derniers temps ... que tu n'étais plus tout à fait toi-même. Plus de fête, plus de déconne, encore moins de rire … De la distance, du froid, du détachement … » Répondit Edwin, l'anxiété bien marquée dans la voix …

    Il peinait à se tenir. Les émotions, sa carapace étant fragilisée, sortaient de son être avec facilité. Tellement compressées qu'elles étaient, elles se déchainaient avec violence pour s'exprimer enfin, malgré les efforts d'Edwin qui voulaient les garder au fin fond de lui-même.

    « Ethan ! Enfin … je suis ton ami non ? Et je vois bien que ça ne va pas … Et ce n'est pas la curiosité qui me pousse à te poser toutes ces questions … j'ai peur pour toi, tu vois ? Ce n'est pas comme si tu étais devenu plus grand, refusant de festoyer, de rire à tout va ! Non, il y a quelque chose de changé, de très douloureux derrière tout ça … oh … je ne peux pas t'obliger à le dire … mais j'ai mal pour toi, de te savoir aussi … aussi … marqué, touché, peiné, attristé ! Et peut être pire encore … Je te le répète, je suis ton ami, je suis là pour toi, si tu as besoin de parler, d'une oreille de confiance à qui te défaire de ce fardeau qui doit te peser sur les épaules depuis trop longtemps. Quelqu'un qui conservera le moindre de tes secrets ou des mots que tu dira, même sous la torture … Enfin ... » Lâcha soudainement Edwin, en proie à ses émotions.

    Un tremblement secoua le garçon tandis qu'il essayait de reprendre le contrôle de lui, faisant disparaître l'excès d'humidité dans son regard, ou le ton suppliant.

    « Désolé ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Dim 7 Juin - 22:20

Spoiler:
 


    La main d’Edwin se remit à trembler. Je venais de voir ça de mes yeux et je me promis d’éclaircir cette histoire… Le laisser s’empoisonner avec je ne savais quoi n’était tout simplement pas envisageable. Et puis il devait y avoir une raison pour qu’il recoure à ces substances.

    Il réalisa l’étape suivante de la réalisation de la potion. Nous arrivions à la moitié des instructions et il y avait pour le moment qu’une seule chose à faire : attendre.
    Saisissant cette occasion, Ed prit la parole.

    « Ethan ! Enfin … je suis ton ami non ? Et je vois bien que ça ne va pas … Et ce n'est pas la curiosité qui me pousse à te poser toutes ces questions … j'ai peur pour toi, tu vois ? Ce n'est pas comme si tu étais devenu plus grand, refusant de festoyer, de rire à tout va ! Non, il y a quelque chose de changé, de très douloureux derrière tout ça … oh … je ne peux pas t'obliger à le dire … mais j'ai mal pour toi, de te savoir aussi … aussi … marqué, touché, peiné, attristé ! Et peut être pire encore … Je te le répète, je suis ton ami, je suis là pour toi, si tu as besoin de parler, d'une oreille de confiance à qui te défaire de ce fardeau qui doit te peser sur les épaules depuis trop longtemps. Quelqu'un qui conservera le moindre de tes secrets ou des mots que tu dira, même sous la torture … Enfin ... »

    Je remarquai que la carapace de glace de mon ami se fissurait.. il semblait vraiment perturbé et cela me mit mal à l’aise. Je sentais l’anxiété dans sa voix, c’était tellement inhabituel. J’étais touché de l’inquiétude qu’il manifestait à mon égard. J’avais écouté sa tirade sans l’interrompre mais j’avais pris soin d’éviter son regard. De plus en plus je me retrouvais face à une situation que j’aurais du mal à éluder. Et puis notre amitié était solide, je ne pouvais pas passer ma vie à lui cacher des choses comme ça. Et pourtant, ça me coûtait beaucoup. Ça faisait deux ans que je gardais tout pour moi, que je n’avais rien dit à personne mais je me rendais bien compte que ça devenait trop lourd à porter.

    « Je.. Ecoute c’est sympa de t’inquiéter pour moi … Vraiment.. Mais.. Comment dire.. »

    Je ne savais pas comment m’y prendre, devais-je enfin raconter ce qui me pesait tant ?
    J’étais partagé entre l’envie de lui raconter et la honte que j’éprouvais. Comment parler de ce genre de monstruosité avec détachement, ce n’était pas possible…

    « C’est.. Je..C’est à cause de mon père. »

    Comment pouvais-je encore lui donner ce titre là d'ailleurs ? C'était venu par un réfflexe normal. Mais les choses n'étaient pas normales dans ma relation avec mon paternel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mer 10 Juin - 23:09

Spoiler:
 

    « Je.. Ecoute c’est sympa de t’inquiéter pour moi … Vraiment.. Mais.. Comment dire.. »

    Edwin ne l'interrompit pas. Il écoutait son ami décider ou non de lui révéler ce qui le rendait si … différent depuis quelques temps. Edwin y accordait une grande importance, mais ce qui comptait par dessus tout, c'était la confiance mutuelle qu'ils entretenaient, confiance né du partage de la musique, créatrice de liens plus forts que de simples amitiés sans réelles implication de l'un et de l'autre. La pratique d'un instrument, si elle était poussée, obligeait le musicien à abandonner son égo et toutes les murailles érigées autour de son âme pour la laisser s'exprimer. Deux âmes qui se rencontraient ainsi n'avaient que de fortes chances pour s'apprécier grandement.

    Le clapotis de la potion en phase de repos était le seul bruitage qui venait rompre le silence installé depuis quelques secondes et dont l'intensité n'avait été que plus forte, au fur et à mesure qu'elles s'écoulaient. C'est durant cet instant de flottement où Edwin fixait de ses yeux ceux du garçon en face de lui qu'il sentit encore davantage la dépendance produite par ce qu'il avait pris. Mais ce n'était plus que dérisoire. Seul importait son ami et les révélations qu'il déciderait de lui faire … ou pas.

    Quelques secondes de plus et Ethan se lança, révélant l'implication de son paternel. Rapidement, l'esprit d'Edwin fit le tour des possibilités « classiques ». Il pensa donc à la mort de ce dernier, la maltraitance, la violence, l'alcoolisme, la maladie et tant d'autre. Il gardait cependant l'esprit ouvert à toute autre chose. Car manifestement, le sujet avait l'air particulièrement sérieux et perturbant.

    Les effluves des émotions incontrôlables d'Edwin étaient difficiles à maitriser. Chaque sentiment prenait des proportions inconsidérées dans son âme. L'envie de prendre un comprimée, par exemple, lui demandait de lutter comme s'il devait se mettre une camisole de force. La compassion qu'il éprouvait pour son ami atteignait un niveau semblable à celui qu'une femme apprenant la mort imminente de son mari, le lendemain. Son désir d'aider, de se rendre utile, était si fort qu'il désespérait déjà de ne pas l'être.

    Edwin s'avança vers le jeune homme, lui posa une main bienveillante même si tremblante comme jamais sur l'épaule.

    « Que s'est-il passé ? Enfin, si tu veux m'en parler, tu n'en es pas obligé … mais … cela semble si difficile à porter pour toi … peut être que te confier à quelqu'un, pas forcément à moi même si j'en serai très touché, t'aiderait à mieux le supporter … De même que si tu m'en parle, sache que rien de ce que tu diras ne sortira de cette conversation … » Répondit Edwin, véritablement animé par une compassion sans pareille …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mer 17 Juin - 2:29

Spoiler:
 



Just boiling in my blood.
But you think that I can't see
What kind of man that you are,
If you're a man at all.


Decode , Paramore



    Il n’y avait aucun autre bruit dans cette salle que le clapotis de la mixture qui chauffait tranquillement, nous narguant avec le bruit caractéristique de l’ébullition. C’en devenait stressant, oppressant. Ajouté à cela le moment délicat que nous passions… Cette lutte intérieure que je menais contre moi-même…
    Je me sentais mal à l’égard d’Edwin. Il faisait tout pour me montrer son soutien, que je pouvais lui faire confiance et que mon secret ne serait pas trahi.
    Si je ne lui avouais pas, n’allais-je pas trahir, désavouer, piétiner les efforts qu’il faisait pour tenter de m’apaiser ? Depuis que nous étions devenus amis, nous n’avions jamais eu de secret l’un pour l’autre. Allait-ce commencer ? J’avais remarqué que lui aussi avait quelques fois des comportements qui ne lui ressemblaient pas, mais je n’avais aucun élément pour élaborer la moindre hypothèse mais ce soir, j’avais eu une piste… il y avait des signes d’une certaine dépendance. Si j’étais un bon ami, je me devais de l’en sortir avant que sa santé n’en pâtisse réellement.

    Pour le moment, je ne savais pas trop comment aborder les choses. J’avais déjà levé une partie du mystère, et s’arrêter en plein milieu n’avait strictement aucun sens si ce n’était qu’il alarmerait encore d’avantage Edwin et je ne voulais pas.
    C’était justement pour ça aussi que je ne lui avais rien dit. Je ne voulais pas qu’il se mette dans tous ses états. Et puis qu’y pouvait-il de toute façon ?
    M’aider à porter ce poids ? Je ne voyais pas comment…
    Cela me faisait penser à ce que pas mal de psychomages disaient : parler, se confier peut aider à se décharger, à moins souffrir.
    Peut-être avaient-ils des raisons d’affirmer cela ?

    Je sentis alors qu’il posait une main tremblante, se voulant réconfortante, sur mon épaule.
    A cet instant précis j’avais honte de recommencer à m’apitoyer sur moi-même, sur quelque chose que je ne pourrais jamais changer, ni effacer ni oublier, alors que mon meilleur ami avait sûrement besoin de moi. Je me trouvais affreusement égoïste.

    Jusque là, j’avais esquivé toutes ses tentatives … Je ne pourrais bientôt plus reculer car à force de rien vouloir dire, j’allais finir par le décourager. Il finirait par perdre patience et lâcher l’affaire. J’allais finir par provoquer ce que je ne voulais en aucun cas qu’il arrive. Faire fuir le seul vrai ami, en dehors de Nora, que j’avais. Mes cachoteries allaient le faire fuir alors que j’avais désespérément besoin de lui. Particulièrement ces temps-ci. Ce mois de novembre était le plus dur..
    Oui, c’était avec Edwin que je me laissait aller le soir. Notre musique nous avait beaucoup rapprochés et elle était un bon moyen de nous exprimer sans les mots.

    Il fallait que je me lance. Que je trouve le courage de dire à voix haute ce que je n’avais jamais réussi à me dire. Je m’apprêtais à prononcer des mots que j’avais toujours refusé de laisser sortir de ma bouche. Mais peut-être devais-je enfin me résoudre à me décharger. Comment pouvais-je affirmer que les psychomages avaient tort si je n’expérimentais pas ce qu’ils préconisaient ?

    « Il.. Il m’a… »

    Le mot restait bloqué dans ma gorge… je n’arrivais pas à franchir ce cap. Le regard rivé au sol, tentant de respirer calmement et de rassembler mon courage…
    Fermant les yeux et prenant une grande inspiration, j’avouai à demi-mots :

    « ..violé. »

    Je l’avais fait.
    Mais maintenant, je n’osais pas croiser son regard. Je me sentais stupide, comme un enfant pris en faute. J’avais l’impression d’avoir fait la chose la plus idiote de toute ma vie.
    Quel regard allait-il poser sur moi ? J’avais peur de ce que je pourrais y déceler. La pitié ? Je n’en voulais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : >> Me <<
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mer 17 Juin - 10:58

Spoiler:
 

    << C'était comme si le ciel venait soudainement de s'écraser sur le monde. J'entendais des mots qui se répétaient dans ma tête, avec une insistance particulièrement sadique. J'aurais presque pu craindre, à cet instant, que j'allais devenir fou. Une multitude d'émotions s'emparaient de moi, s'imprégnant jusqu'au plus profond de mon âme tourmentée. Une sourde culpabilité me rongeait le cœur, moi qui avait tant essayé de savoir ce qui tracassait mon ami, sans imaginer un seul instant que la raison de son mal puisse être aussi terrible. Une compassion plus intense que toutes celles que j'avais déjà pu ressentir aurait volontiers rempli mes yeux de larmes si je ne l'avait pas empêché. Le trouble et l'anxiété du manque n'arrangeait pas mon cas. Mais « mon cas » n'avait pas d'importance, son existence était même négligeable. Tout ce qui comptait à cet instant, c'était Ethan. >>

    On aurait dit que le tocsin de la fatalité raisonnait à travers les clapotis douteux d'une potion en préparation. Le silence de la salle suite à la révélation était oppressant. L'atmosphère aurait été semblable si un cadavre venait d'être découvert. Il n'était nullement question de panique où d'horreur. Mais surtout de réalisation, de visualisation des paroles qui venaient d'être proférées.

    Edwin se trouvait là, incapable de réagir. Il n'avait que trop d'émotions qui se battaient en lui, comme une lutte pour reprendre le dessus sur une raison excessives qui les poussaient à se taire depuis tant d'années. Il lui semblait que la pitié était à exclure. Lui, dans une telle situation, n'aimerait pas que l'on s'apitoie sur son sort. Au contraire. Ethan avait besoin d'une main forte pour l'aider à se relever, en quelques sortes. Une oreille attentive, un ami à qui tout pouvoir dire. A qui confier ses craintes, ses peurs, ses angoisses. Mais aussi ses rêves, ses désirs, ses espoirs. Et Edwin remplirait volontiers le rôle de cet ami là.

    Il n'empêche, ce n'est pas tous les jours que l'on apprend que notre meilleur ami s'est fait violé par son paternel qui plus est. Ainsi Edwin qui luttait encore contre ses sentiments sentait son ennemi gagner en puissance. Il avait toujours sa main quelque peu tremblante sur l'épaule d'Ethan et il le regardait avec des prunelles humides. L'autre avait les yeux pointé sur le sol, comme honteux. Edwin ne pouvait pas le laisser dans cet état là.

    << J'étais incapable de me mettre à sa place, mais je pensais que rien n'aurai pu me faire ressentir autant de peine. J'avais presque envie d'aller voir son père et lui apprendre ce qui arrivait aux ordures qui agissaient ainsi. J'avais envie d'hurler, comme si je fut à la place d'Ethan. Je me sentais presque souillé et salis. Mais je me devais de l'aider. J'en faisais l'inaudible serment, même si je l'aurait juré en criant vers le ciel s'il l'eut fallu. Trop d'émotions s'agissaient en mon fort intérieur fragilisé par le manque. Dans mes songes, ce n'était pas « Pauvre Ethan » qui résonnait. Mais plutôt « Maintenant Ethan, je sais. Tu peux compter sur moi. ». >>

    Alors, la victoire fut remportée par les émotions et Edwin enlaça son ami pour dissimuler ses yeux submergée d'une eau quelque peu salée.

    « Merci … merci de me faire confiance. Écoute, je sais que tout ce que je pourrais dire n'aura pas vraiment d'impact. Rien ne pourra effacer tout ça. Mais, j'aimerai juste que tu saches que … quoi qu'il se passe, si t'as besoin de parler, de crier ou même simplement d'une compagnie silencieuse … tu peux compter sur moi. N'hésite pas … ok ? » Fit Edwin, tentant d'adopter un ton neutre toutefois emprunt de sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan J. Longwood
« Smiling on the outside and hurt beneath my skin. »
avatar

Féminin Nombre de messages : 63
Age : 29
localisation : Ici et là..
âge rp : 17 ans ...
sortilège — potion fétiche : Sortilège fétiche.. Hm.. Peut-être : Failamalle. Excellent pour les feignasses. ___ Potion ? Felix Felicis, sans hésitation..
race : — humain(e)
animal de compagnie : //
photo d\'identité :
petit message : « I’m shooting signals in the air cuz I need somebody’s help. I can’t make it on my own, so I’m giving up myself..»
Date d'inscription : 24/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mer 24 Juin - 4:41

    Je me laissais alors aller à l’étreinte réconfortante de mon meilleur ami. Je n’avais pas l’habitude de ce genre de manifestations, mais j’avais un réel trop-plein de détresse et je l’exprimais en laissant perler au coin de mes yeux quelques larmes. Une souffrance un mal être que j’avais trop voulu taire m’échappaient à présent.
    Ces deux années au cours desquelles j’avais plongé dans la dépression ne semblaient pas avoir « endigué » ma douleur, ma honte de fils abusé.
    Ce poids était bien trop lourd pour moi seul, mais comment avouer, comment expliquer que mon père avait commis sur moi l’irréparable, qu’il m’avait souillé, humilié au plus profond de moi ? J’avais beau me poser la question, la retourner dans tous les sens possibles et imaginables mais je ne parvenais jamais à trouver de réponse. Qu’avais-je fait pour mériter cela ? J’en étais même venu à me demander si je n’avais pas provoqué cela mais je ne voyais pas comment, quand …

      « J’ai… La nuit… Je revis encore ce moment et j…J’ai honte de ne pas m’être défendu. Mais… Comment prévoir ça d’un père à l’égard de son fils ? Quel être humain est capable d’infliger ça de sang froid à un autre ? Comment a-t-il pu en arriver à cette extrémité ? Pourquoi ? »


    Toutes ces questions restaient sans réponses. C’était justement ce qui m’empêchait d’avancer. Peut-être était-ce une illusion et qu’en réalité je n’étais tout simplement pas assez fort pour trouver la volonté de me relever… Dans ces moments, j’entends encore les paroles assassines que mon père me crachait au visage. « Tu es faible ! Comment ai-je pu avoir un fils comme toi…. »
    Peut-être avait-il raison finalement ?

      « Parfois j’aurais préféré être battu à mort plutôt que de vivre avec ce poids dont je sais que je ne pourrais jamais me libérer … »


    Suite à cette confidence, j’avais ressenti le besoin d’expliquer ce qui me rongeait, ce que je voulais tant recouvrir, oublier. Mais ce genre de blessure ne se guérit pas avec le temps, elle peut au mieux être enfouie loin…

    Le regard toujours rivé sur le sol, je me confiai à cœur ouvert. Edwin ne disait rien, m’offrant par là une oreille attentive. Je lui en était profondément reconnaissant et finalement, lui dire n’était pas une mauvaise chose. En m’affirmant que je pouvais compter sur lui en cas de besoin, il venait de me prouver une nouvelle fois qu’il était un ami véritable, celui que tout le monde aimerait avoir, ce genre d’ami qui est vraiment là en cas de coup dur. Il m’avait redonné la force nécessaire pour avancer, sa main tendue était une aubaine, une chance de pouvoir enfin sortir la tête hors de l’eau, une rive salvatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwin A. Bernadotte

avatar

Nombre de messages : 484
Age : 26
localisation : In a other world
âge rp : 17 years old
sortilège — potion fétiche : Protego - Elixir d'énergie
race : — animagus
animal de compagnie : Ether, un chat d'un blanc de neige dont la capacité magique en temps qu'animal de sorcier est celle de présentir les intentions des gens à proximité.
photo d\'identité : &gt;&gt; Me &lt;&lt;
petit message : Je maitrise la télékinésie. Je suis un animagus. Autre chose ?
Date d'inscription : 06/05/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   Mer 24 Juin - 13:23

    << Je l'écoutais en l'encadrant de mes bras. J'aurais tellement aimé trouver les mots, les phrases justes qui pouvaient, si ce n'était guérir, balayer le poids qu'Ethan portait sur les épaules. J'aurais voulu savoir comment le réconforter mieux que cela. Je me sentais terriblement spectateur, et pourtant, je n'avais aucun mal à imaginer ce qu'il pouvait ressentir. Alors je l'écoutais parler, je le comprenais, je le soutenais dans son mal. Je lui offrait tout ce qu'il désirait. L'oreille, la présence, l'écoute, le soutient … tout. Non pas par obligation, mais par pur sentiment d'amitié. >>

    Edwin finit par se défaire de cette étreinte, mais les sentiments qui l'avait induites étaient toujours en place. Il soutenait son ami de son regard, écoutant les paroles qu'il disait. Il ne le coupait pas. Il savait à quel point cela pouvait faire du bien lorsque tout sortait d'un coup, lorsque le flots d'émotions retenues depuis trop longtemps se libérait enfin. Il le laissait dire et l'écoutait calmement.

    A la fin, un silence s'installa, mais il n'était pas de ces silences lourds de significations. C'était un silence thérapeutique. Le genre de silence qui fait du bien, qui permet aux émotions qui viennent d'être extériorisées de se perdre dans les méandres du monde. Le silence qui soulage, qui conforte, qui apaise. Un peu cérémonieux, presque divin.

    Parce qu'il était urgent de continuer la potion, et uniquement pour ça, Edwin se servit de télékinésie afin de plonger les ingrédients suivants dans l'eau clapotante. Toujours avec la force de son esprit, il fit tourner le liquide de sorte à ce que cela se mélange, comme indiqué. Il adressa ensuite un clin d'œil complice à son ami avant que se migraine ne ressurgisse soudainement, telle une explosion dans sa boite crânienne. Il l'ignora.

    « Ethan ? Écoutes … Ce que je vais te dire va certainement te sembler facile à dire justement. Je ne vais nullement prendre la défense de ton père, il en est hors de question. Mais quoi qu'il ait pu te faire, ne le prends pas comme une attaque du monde entier. Il existe des gens qui sont là, qui t'entourent et qui ne te veulent pas le moindre mal. » Dit Edwin en s'avançant vers son ami.

    Il lui déposa une main amicale sur l'épaule et lui fit un léger sourire encourageant.

    « Et moi, j'aurais simplement préféré qu'il ne t'arrive rien. Et crois-moi que s'il t'avais battu à mort, il aurait une des mes nouvelles ! Ethan … je sais que tu as subit une terrible torture … mais … ce fardeau se dissipera avec le temps. Ne te referme pas … je suis là pour t'aider en cas de besoin, même si je ne peux rien faire directement. » Fit le jeune homme.

    N'y tenant plus, il lâcha l'épaule de son ami et plongea sa main tremblante dans sa poche de laquelle il sortit le tube de comprimés. Il s'était mis dos à son ami avant d'en avaler un, de ranger le tout et de retourner prêt du chaudron. Il espérait qu'Ethan fut dans ses pensées ou qu'au moins, il ne lui dise rien. Mais c'était rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Une retenue, ou comment bien commencer la semaine ? » [ Edwin ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment bien se présenter
» Comment bien appliqués ces lavis ?
» [Discussion] Comment bien marquer son retour
» Big Bang Theory
» NSA : Samuel "Sam" Fisher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Les Etages. :: { Troisième Etage. :: « Salle de retenue.-
Sauter vers: