AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit matin [ TERMINE ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Petit matin [ TERMINE ]   Dim 1 Mar - 16:27







Qu’il faisait froid. Une pluie fine était tombée très tôt dans la matinée, mouillant l’herbe entourant l’école et le soleil, en se levant, la faisait briller, donnant l’impression qu’il y avait le feu au parc. Les oiseaux s’étaient tut il y a peu et déjà quelques lièvres couraient au travers des fourrés proches. Les hirondelles volaient assez bas, chassant les insectes aux ailes alourdies par l’humidité. De la buée se condensait à chaque fois que Tikaani expirait, juste devant sa bouche, preuve du froid hivernal qui régnait, contrastant avec le soleil pâle qui se détachait, solitaire, dans le ciel. Sa robe de sorcier était noué sur sa taille et un sous-pull noir cachait son cou et ne laissait dépasser que ses longues mains blanches, ornées de bagues d’argent, représentants lézards mutants, roses piquantes, crânes déformés. Puis un éclair roux courait vers lui, une balle blanche dans la gueule, coincée et prête à exploser entre ses crocs puissant. Un étrange croisement entre un chien et un renard jappait autour de lui, faisait rouler la balle jusqu’à ses pieds pour qu’il la prenne, et la relance. Mais à chaque fois qu’il le faisait, l’homme ne pouvait y mettre toute sa puissance. De peur qu’on le voie, avec sa force de loup, du haut des fenêtres de Poudlard. C’était frustrant. A chaque fois qu’il lançait la balle, elle revenait vers lui, et il se sentait un peu plus frustré, toujours. De ne pas pouvoir être celui qu’il est réellement. Sauvage. Courir les bois, hurler, se rouler par terre. Mais non, emprisonné dans sa position de soi-disant professeur, soi-disant adulte responsable. Pas le droit de succomber à ses instincts, d’envoyer la balle le plus loin qu’il puisse, faire la course avec le chien roux, à quatre pattes, comme l’animal qu’il était. Et sera à tout jamais. Pas l’humain que tous croyait, mou et insipide. Ce n’était qu’un masque, ça. Un masque souriant cachant son visage poilu et grimaçant. Le dhole jappa, pressant Tikaani de relancer la balle, qui rêvait, le museau levé vers le ciel limpide, tout bleu, entaché par aucun nuage. Un vol d’oies sauvages, décrivant un V parfait, majestueux, passa au-dessus de lui. Le chien aboya. Il ne lui avait toujours pas donné de nom tiens. Le dhole, qu’il l’appelait. Ou le chien, sa bête, le cuon. Mais pas par un nom propre. Pas d’idées, pas d’envie.

Pensif, énervé par cette bête qui le pressait, il lança de nouveau la balle, haut vers le ciel et s’amusa de voir le dhole hurler, courir en rond attendant de voir où elle retomberait. Quelques élèves, matinaux apparurent dans le parc pour, certains, faire leur footing matinal ou d’autres juste pour prendre l’air après une nuit étouffante dans les dortoirs. Il fallait s’éloigner un peu. Le chien, qui alors courrait innocemment derrière une balle, pouvait très bien changer de cible et s’attaquer aux adolescents. Il ne craignait pas que le loup roux leur fasse du mal, loin de là. Mais plutôt que les sorciers, paniqués, ne lui lancent un sort auquel il succomberait. Il était tout jeune, tout fou. Aussi inconscient et fragile que Tikaani. Peut-être étais-ce plus, mué par sa propre peur des autres qu’il s’éloigna, allant vers la forêt interdite. Aucun élève ne s’y rendait, c’était un lieu trop sordide et lugubre. A part parfois quelques étranges individus dont le professeur préférait se tenir assez éloigné. Le canidé courrait en rond autour de lui, attendant, agitant sa longue queue, la balle entre les dents, la lâchant parfois dans l’herbe pour mieux la saisir de nouveau, en grognant et bavant. Ce devait être amusant, vu à quel point l’animal semblait heureux. Un timide sourire éclaira alors le visage de l’homme, qui passa une main dans ses cheveux décoiffés et encore humides de la douche qu’il avait prit un peu plus tôt pour bien commencer sa journée. Il avait encore fait un cauchemar cette nuit et s’était réveillé en sueur. Le mauvais rêve, il ne s’en souvenait pas. Mais la sueur était bien là, présente, seul souvenir qu’il lui restait de ses horribles visions. Et c’était comme si on lui avait fait des nœuds avec son estomac, son cœur, ses muscles, tout. Il lui en restait des courbatures. Comme toujours.

Tout à coup, sans prévenir, le dhole lâcha la balle, qui roula dans l’herbe et, ses oreilles pointues dressées, il resta un instant immobile. Qu’est-ce qui pouvait le mettre dans cet état ? L’oiseau sur la branche, la taupe sous la terre, le lapin qui courait ? Il y avait tant d’êtres qui vivaient par ici… Et le dhole hurla, avant de courir vers la forêt interdite. Une araignée qui s’était égarée trop près de la frontière ? Il n’y avait pas un lapin dans cette satanée forêt. Tikaani se précipita donc à la suite du chien, criant parfois pour qu’il lui réponde, cherchant son odeur au travers de celle de la forêt. Puis il s’arrêta. Il y avait une autre odeur. Près de lui. Pour se rassurer, le peureux sorcier appela encore une fois.


« Le dhole ? »

Pas de réponse. Pas de chien. Pas d’éclair roux. Juste son souffle qui s’accélérait. Qui savait ce qui habitait cette forêt… Tous ces êtres secrets qu’il ne désirait pas forcément rencontrer. Et son chien, si il faisait une mauvaise rencontre ? Tant d’odeurs qu’il ne connaissait pas, qu’il ne supportait pas. Qui camouflaient celle de son compagnon, sournoisement, comme pour l’éviter de le retrouver. Son visage, jusqu’alors impassible, se tordit dans une grimace de supplicié. Son cœur se serrait. Où était son chien ? Tikaani se sentait seul. Horriblement.

« Le dhole ! »

Un dernier cri d’angoisse et d’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Dim 1 Mar - 23:33

    Il est fort complexe, je dois l'avouer, de trouver un lieu calme dans cette école. On peut toujours être dérangé, que ce soit par des mortels ou non. Mon dortoir, je l'avais quitté au milieu de la nuit, pour me rassasier de sang. Seule, pour une fois, car il arrive même au plus grands de désirer la solitude. Cette dame vous saisissant parfois lorsque vous ne vous y attendez pas, vous plongeant dans le noir intense de l'existence.

    Alors, après avoir abandonné ma sœur avec Edward –je savais qu'elle serait en sécurité, quand bien même ils rencontreraient l'un de ces sales chiens puant- je m'étais éclipsée de mon côté. Je savais qu'ils trouvaient parfois étrange mon attitude, mais me connaissant depuis plus d'un siècle, ils savaient à quoi s'en tenir. Puis ce besoin n'est pas mortel au fond…

    Mais je ne voulais pas retourner dans mon dortoir et être réveillée très tôt par les jeunes Serpentard. Non pas que je dorme, mais je fermai les yeux et voyais l'avenir proche, parfois de façon incertaine. Je voulais donc du calme, un calme absolu, car je présentais quelque chose d'important.
    Alors je m'exilai, à mon retour, dans la forêt interdite. Je savais qu'aucun sorcier ni aucune sorcière ne s'y seraient aventurés. Je ne craignais pas les loups-garous, et ceux de mon espèce devaient être soit en chasse, soit dans leur dortoir. Donc, autant mettre cette nuit à profit.

    Je sortis des sentiers de la forêt jusqu'à me retrouver non loin d'un gros arbre, là où je ne sentais aucune odeur de loups. Je sautais pour me retrouver dans les branches et fermai les yeux. Les images se mirent alors à défiler sous mes yeux. Des images sans grande importance, je voyais Effilie mordre prochainement un homme bien portant avec une petite moustache et Edward lui dira en riant qu'elle allait grossir avec toutes les calories qu'il devait contenir. Ça allait sûrement se passer dans quelques minutes puisqu'ils étaient toujours en chasse. Je voyais également de parfaits inconnus, puis un visage dissimulé sous une cape. Je grimaçai sans ouvrir mes yeux néanmoins. Je voyais une femme tomber dans un éclair vert, bref, rien d'intéressant.

    J'ouvris les paupières, agacée. Je savais que je DEVAIS voir quelque chose, mais je ne parvenais pas à saisir quoi. En temps normal je concentrais mes visions et celles me concernant venaient d'elles-mêmes. Seulement ces derniers temps, je voyais aussi l'avenir d'inconnus…Je trouvais cela étrange. Mais bon, tant pi, je réessayerais plus tard, car je voyais le soleil pointer à l'horizon et craignais de rentrer en retard. Non pas que les études m'intéressent, mais nous étions samedi et j'avais rendez-vous avec Jacob Bleiddwin pour un léger règlement de compte. Un de plus, à ajouter à notre dossier.

    Qu'importe. Car quelque chose vint me tirer de mes songes.

    C'était une bestiole style renard ou loup, qui venait dans ma direction en jappant. Je me laissai glisser de ma branche, cinq mètre au dessus du sol, et atterris sans problème. Je m'avançai vers le sentier et soudain, me retrouvai face à cette bestiole qui me grognait dessus! Comme tous les animaux, ils se méfiaient de nous…C'était un instant naturel, mais je n'aimais pas ses manières, ainsi je montrai des crocs.

    -Déguerpis ou je te coupe en deux!

    J'émis un grognement, et il fit demi-tour aussi vite que la normalité le lui permettait. Je ne pus m'empêcher de ricaner, fière d'avoir mis en fuite ce renard. Au moins une chose que je n'avais pas raté en ce début de journée…Seulement, inspirant accidentellement une goulée d'air –car je m'efforçais de ne plus respirer, comme ce n'était pas vital pour nous, à cause de l'odeur pestilentielle des loups- je sentis qu'un de ces chiens n'étaient pas loin. Mais, sans m'inquiéter, je sortis de la forêt interdite, sans faire attention à l'identité du chien. Je savais que ce n'était ni Jacob, ni Luthien, ça suffisait pour l'instant.

    -Eh bien! Ça sent le chien mouillé dans les parages, le panier n'est plus assez confortable, on vient s'introduire sur le territoire de ses supérieurs? Ah ah!

    Je ne m'aperçus que trop tard qu'il s'agissait du professeur d'Astrologie. Et on se demande pourquoi nous n'avions jamais suivis ses cours? Parce qu'il empeste tout simplement! Enfin, pas de sa faute en même temps mais bon.

    -Oh tiens, professeur. J'ignorais que c'était vous.

    Fausse politesse oblige au fond. Mais je faisais exprès de lui faire comprendre, vous pensez bien.

    -Ah, c'était votre bestiole, dis-je d'un air dédaigneux en regardant le genre de renard, j'ai du lui faire un peu peur, excusez moi! Ce n'est pas de ma faute, c'est un peureux non?

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Lun 2 Mar - 1:59

Les secondes passèrent. Les minutes passèrent. L’éternité semblait passer, et toujours pas de dhole. Tikaani regarda autour de lui. Fit un pas à droite. En arrière, toujours croyant l’entendre, saisir son odeur. Sur le côté. Devant. Leva le nez en l’air. Où était son ami ? Il entendit des jappements. Le revoilà ! En réponse, le professeur hurla doucement pour signaler sa présence et se courba en deux et tendant les bras, voyant arriver vers lui le jeune tout roux et tout fou. Tout apeuré surtout. Agenouillé à même la terre, il se foutait bien de son jean. Tout ce qui comptait, c’était l’animal qui était revenu vers lui, pour on ne sait quelle raison. Ce n’était pas Tikaani qui l’avait retrouvé. C’était le dhole qui était revenu vers cet individu qui jamais ne bouge, ne fais le moindre geste. Le professeur mêla ses doigts au poil soyeux de l’animal, ne savant s’il devait pleurer ou se mettre en colère. Alors son visage resta impassible, ne sachant quelle émotion afficher. Comme d’habitude. Sa bouche se colla au poil humide de l’animal, en un baiser amoureux. C’était la seule personne qu’il pouvait aimer de toute façon. La seule personne qui recevait ses baisers était un chien. Certains trouvent ça amusant, d’autres pitoyables. Lui n’en pensait rien. Et une voix interrompit le baiser de la bête et la bête. Une voix pleine de méchanceté, railleuse. Le dhole jappa. C’est ce qui lui avait fait peur. Tikaani se releva, et le chien se cacha derrière lui, en grognant, inquiet. Une fine silhouette apparut alors, dévoilant le visage qui avait des paroles si cruelles. Un visage parfait. Des traits fins, un regard doré. Si elle ne sentait pas si fort, il l’aurait sans doute trouvée très belle. Vampire. Elle puait le vampire, comment ne l’avait-il pas sentie avant ? Troublé, se focalisant sur l’odeur du dhole, il ne l’avait pas senti arrivée. Très vite la demoiselle se reprit, s’excusant, mais sa voix trahissait une certaine animosité. C’était une élève. Sûrement qu’il l’avait déjà croisée, dans un couloir. Il y avait beaucoup de vampires à Poudlard. Certains pensaient qu’ils n’étaient que deux ou trois. Mais Tikaani n’avait pas assez de ses dix doigts pour les compter. Et chaque jour le professeur avait peur que tout dérape, que le fragile équilibre ne se brise. Même lui avait peur de perdre tout contrôle sur sa personne. Il était plutôt jeune pour un loup-garou. Et avait le sang chaud, quoi que l’on dise. Pourtant, il se contenta de sourire malgré les paroles malsaines de l’inconnue. L’homme resta silencieux, en souriant. Regardant ses pieds. Qu’il était faible ! Voilà qu’on le maltraitait un peu et, au lieu de s’imposer, il courbait l’échine. Puis il rit, de sa voix claire et mélodieuse. Un peureux.

« Tel maître, tel chien. »

Cela voulait tout dire. Tikaani ne cherchait pas la confrontation. Certes que l’odeur de vampire lui chatouillait méchamment les narines, mais c’était avant tout une élève. Et son rôle de professeur, c’était d’éduquer. Pas de chasser. Ca, c’était son rôle de lycan. Ce qu’il n’était pas, dans l’enceinte de l’école. On pourrait dire que c’est courageux, que c’est adulte, noble, ou on ne sait quoi d’autre de beau. Mais c’était surtout pour se voiler la face. Comme il l’avait avoué, le professeur était plutôt faiblard, toujours se faisant mal. Une bataille, c’était la dernière chose qu’il voulait. Le dhole, se sentant en sécurité aux côtés de l’homme brun s’amusa à mordiller sa main. Tikaani, agacé, lui donna une tape sur le museau et le chien s’assit, soumis. Juste bon à maîtriser un chien.

« Je ne vous en veux pas. »

Lui aussi avait eu peur. Mais il évita de le dire. Les paroles viles ne semblaient pas le toucher, comme si tout coulait sur lui. On la malmenait si souvent. Tant de fois on lui avait marché dessus, se foutant de ses souffrances. Alors maintenant, hors de question de montrer la moindre faiblesse, de geindre ou de montrer son désarroi. Le rire, le désopilant, que ce soit sur sa propre personne ou sur un quidam. Tikaani tenta de regarder la forte tête droit dans les yeux mais n’y arriva pas, tant il avait peur de sa réaction. Si lui se montrait tout doux, ses yeux toujours bougeaient, cherchaient la confrontation. Les yeux sont le miroir de l’âme. En lui on croirait voir la fin du monde. Comme s’il en voulait à la terre entière. Alors ses yeux se fixèrent sur ses cheveux rouges. Peu naturel, même pour un vampire.

« Et c’est qui, l’être qui contrôle cet endroit et qui d’après vos dires, serait mon supérieur ? Je ne le connais pas. »

Supérieur. Pff. Etrange, tout le monde se disait être son supérieur, et personne ne l’était. Parce qu’il n’appartenait à aucun cercle, aucun clan. Un vieux loup avant l’âge qui cherche un coin tranquille ou crever. La dernière croisade. En solitaire. Le lycan mit les mains dans ses poches, décontracté, et toujours souriant.

« En tout cas vous avez un sacré flair. Je suis bien mouillé. »

De nouveau il rit, et le soleil faisait luire ses cheveux encore trempés d’eau. Ils ne séchaient pas facilement, et resteraient trempés jusqu'au début de l’après-midi, mais Tikaani ne s’embêtait pas pour ça. C’était la preuve qu’il se lavait, c’est déjà ça. Le dhole se coucha, attendant la fin de la conversation. Peut-être avaient-ils l’air un peu bête, mais c’était mieux que d’avoir l’air trop sérieux. Le professeur ne prit pas même la peine de réprimander la jeune vampire. Sûrement qu’elle chassait. Et mieux valait qu’elle chasse en ce lugubre endroit que dans les couloirs de Poudlard. Avec un peu de chance, elle tomberait sur on ne sait quel monstre et mourrai. Oui, il ne pouvait s’empêcher d’espérer la mort de cet être qui sentait si mauvais selon lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Lun 2 Mar - 19:26

    « Je ne vous en veux pas. »

    -Encore heureux, il ne manquerait plus que ça, lâchais-je froidement à l'adresse du professeur.

    Si je dois avouer une chose, c'est bien ne pas porter dans mon cœur le corps enseignant. Je n'aime pas leur tendance à me donner des ordres, simplement parce que je ne fus pas élevée dans cette optique. Mon père considérait que seul lui et ma mère possédaient une autorité de ce type. Je n'avais pas à me plier à la volonté des autres si elle ne me plaisait pas, ainsi je suivais ce créneau –en admettant pouvoir appeler cela comme tel.

    « Et c’est qui, l’être qui contrôle cet endroit et qui d’après vos dires, serait mon supérieur ? Je ne le connais pas. »

    Quel dommage pour lui. Décidément ces cabots étaient vraiment stupide. Il fut toujours clair que nous étions les maîtres et eux les esclaves, en voir un aussi ignorant me désolait. Surtout que je ne pouvais m'empêcher de penser à la pitié inspirée par cet homme. Il semblait si faible que, même face à une élève sûrement bien plus vieille que lui mais ça passons, il n'osait pas affirmer son autorité. Je détestai les gens de ce genre et mettais un point d'honneur à leurs compliquer la vie. Sois maître ou deviens l'esclave!

    Dans son cas, il était plutôt du type esclave.

    Je ne pouvais m'empêcher de le comparer avec miss Beckett et la différence restait frappante. L'une forte, l'autre faible. L'une autoritaire, l'autre impressionnable. Bref: L'une admirable, l'autre méprisable. Mais qu'y pouvais-je? Apparemment cette école connaissait un déclin sans précédent! Déjà en acceptant les lycans dans son enceinte, et en prime comme professeur!


    « En tout cas vous avez un sacré flair. Je suis bien mouillé. »

    -Cela coule de source, mon odorat est infaillible quoi que troublé par la puanteur environante. Vous possédez, vous-même, un sacré humour professeur. Est-ce cela que l'on nomme l'humour enseignant? Si je puis me permettre, c'est fort minable. Mais maintenant, ce n'est qu'un avis et, jusqu'aux dernières nouvelles, Poudlard est malheureusement une école libre, accessible à tous, même aux sous-races. Désolant non? Enfin…Vous n'êtes pas le meilleur pour émettre un avis sur la question!

    J'eus un léger rire méprisant, avant de regarder à nouveau le renard –je le qualifierais de renard bien que je n'en sois pas sure- d'un air mauvais, histoire de. Pourquoi? Aucune idée. J'avais envie et mon instinct était titillé, poussé à une sorte de jeu malsain dans lequel ce professeur et sa bestiole joueraient le rôle des proies. Malheureusement j'avais promis à Blondie, enfin la directrice, de me contrôler au mieux. Alors autant lui faire plaisir, le temps d'en finir ici.

    -Enfin, pour en revenir à cette histoire de territoire, nous savons tout deux de quoi je parle non? Je trouve cela fort étonnant qu'un professeur puisse être un…Mmh…Une personne de votre espèce. Mais qu'importe je n'ai pas à discuter, je préfère que Serpentard gagne la coupe des 4 Maisons encore une fois cette année et donc ne pas perdre de points pour avoir été effrontée, précisais-je avec un sourire un peu narquois devant son air de "je ne comprends pas". Vous pouvez comprendre j'en suis sure…Enfin essayer du moins.

    Je sous-entendais par là sa stupidité. Evidemment autant être fine et ne pas exposer clairement le fond de ma pensée, parce que croyez moi ce ne serait pas très beau à voir sinon.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Mar 3 Mar - 23:03

Que devait il dire, que devait-il faire devant tant d’animosité ? Rien. Rire. La tête est comme une maison. Certaines maisons ont une terrasse ensoleillée, d’autres une vieille baraque que l’on croirait construite par un mineur tant elles sont noires comme du charbon. La tête de Tikaani, c’était un peu les deux. Une jolie maison en apparence, avec des volets bien peints et une gouttière bien fixée. Des fenêtres propres, un joli jardin quoi que un peu pauvre en fleurs. Mais quand on rentrait à l’intérieur, les chaises étaient renversées, les bibelots cassés, des papiers étalés partout, portés par de puissants courant d’airs glaciaux et de l’eau coulait partout sur le sol, suintant des murs et des portes comme des larmes amères. Mais la demoiselle ne voyait que l’extérieur, banal et faisant presque pitié tant il n’avait rien d’original. Alors qu’elle s’amusait à le descendre, Tikaani s’amusa à se faire une idée de la maison qu’était sa tête. Il l’imaginait grande, un palace à plusieurs étages, avec des portes sans clefs, condamnées, un jardin où il y aurait des pommiers, aux tronc noueux et pommes si rouges qu’elles en semblaient empoisonnées. Un jardin fait de sable et de gravats, sans vie. Et l’intérieur ? Du papier rouge sang avec de discrets motifs, un intérieur noble, propre mais vide et froid. Et puant le rat crevé laissé au soleil dans le désert. Des dalles en pierre sur le sol et de lourds rideaux cachant le soleil. C’était un peu triste. Mais il ne la connaissait pas assez pour meubler un peu mieux la maison qui était à l’image de la demoiselle, belle mais peu accueillante. Pas du tout, même. Il se retint de rire, se contentant de sourire à moitié, dévoilant ses crocs jaunis par la consommation excessive de tabac depuis ses seize ans. A seize ans, il avait l’apparence d’un gosse de huit ans et les voisins, médusés et médisant le regardaient souvent de travers. Et lui, avec ses grands yeux d’enfant adulte se contentait de les regarder passer, soufflant par le nez la nocive fumée. Il avait bien envie d’une ou deux clopes, en y repensant. Qu’importe que ça lui bouffe les poumons et l’empêche de tenir quand il s’agit de courir. La fumée au moins remplissait quelque chose. Ses poumons de goudron, certes. Mais son cœur était déjà plein de rancœur à lui donner envie de vomir. Etrange qu’il se sentait aussi vide. Son rire s’était tut en un grognement, et il prit le temps de répondre, de sa voix claire et guillerette.

« Oh, cet humour n’est qu’une de mes nombreuses tares dont je garde le secret de fabrication, vous n’aurez à le subir que si vous me croisez.. »

La vampire ne renchérit pas et trouva autre chose à critiquer. Mais de nouveau il s’amusa alors qu’elle se mit à rire, comme si lui aussi trouver ses paroles amusantes. Certes, elles l’étaient. Dedans transparaissait une enfant gâtée. Pas pourrie, il n’irait jamais dire ça. Lui ne jugeait jamais, ou plutôt ne condamnait jamais au premier coup d’œil. Peut être qu’elle avait un bon fond, cette maison. Un feu, fait avec du bois de pommier, qui sentait si bon. Mais jamais il n’irait se réchauffer contre ce feu-là, Tikaani le savait trop bien. Elle semblait le haïr juste parce qu’il était cette bête velue sortant lors de la pleine lune. Lycan. Sous race. Certainement qu’il était une sous race, vu comment on avait assassiné sa famille quand il était petit. Son cœur loupa un battement, son regard se fit une seconde inquiet. Sa rage augmentait à chaque fois qu’il y pensait. Dans sa tête résonnait les cris de sa mère. Mais il souriait toujours. Un masque peu malléable. Qui souriait alors qu’il se sentait abattu. Et elle qui se moquait. Un instant, il eut envie de lui arracher les dents. Puis de lui crever les yeux. La démembrer, lentement, pour la bouffer. Tapisser les murs de sa maison du sang de cette enfant. Comme un animal. Mais quelque chose le retenait. La société dans laquelle il vivait ? Peut-être. Le dhole jappa, tirant Tikaani de ses funestes projets. Déjà il s’imaginait dire qu’il l’avait retrouvée dans le bois. Mais Wilhelmina verrait directement que c’était lui. Ses yeux le trahiraient. Que fou avait-il été de se lier avec elle ! Le voilà sans bouclier contre cette femme. Son sourire s’étira un peu plus, alors qu’il regardait vers la droite, comme si quelque chose attirait son attention. Alors qu’il n’y avait rien. Rien. Ce mot revenait souvent, dans son langage. Je ne suis rien, je ne sers à rien, je ne vous rien.

« Je ne sais pas non plus ce que je fais ici, si vous désirez avoir une réponse, demandez à miss Beckett. »

Tout était sa faute. La sienne aussi, certes. Pourquoi accepter vampires et lycans dans un même établissement ? Les confrontations arrivaient souvent et ce n’était pas de tout repos. Déjà que Tikaani subissait mal la jeunesse radieuse et révoltante de ses élèves alors que lui s’en allait tout doucement vers une mort prématurée, il devait en plus subir les rixes inter races d’adolescents boutonneux trop plein d’énergies, d’hormones et ayant soif de pouvoir ! Pourquoi avait-il accepté le métier de professeur, lui qui détestait le contact avec qui que ce soit. Humain, animal… Ou autre. Rares étaient ceux qui passaient au travers des ronces qui s’élevaient tout autour de la maison qu’il était. L’homme resta un instant silencieux, regardant à droite comme si quelque chose l’intéressait, mais il n’y avait rien. Juste pour fuir le regard de l’inconnue aux longues canines. Il ne riait plus. Un long soupir s’échappa de son corps frêle. Serpentard. Pourquoi donc les élèves les plus indisciplinés se réunissaient dans cette maison ? Un mystère, pour lui. Peut-être étais-ce un critère de sélection du choixpeau.

« Quel est ton nom ? »

Qu’il mette enfin un écriteau sur la porte de cette lugubre maison. Ou qu’il s’en serve pour retirer des points à Serpentard. Il n’y a pas que les serpents qui son fourbe. Les loups aussi peuvent l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Mer 4 Mar - 18:10

    Sur le plan logique, je n'avais rien à reprocher à ce professeur. Jamais je n'avais suivis les cours d'astronomie, car je m'étais arrangée pour les éviter. Miss Beckett avait été très compréhensive avec nous et se doutait bien que nous ne pourrions supporter trop longtemps la présence d'un ennemi en position de force. Rien que nos instincts nous auraient obligé à finir cela en bagarre. Car oui, les instincts, tout venait de la.

    J'ai toujours ignoré pourquoi il y avait cette répugnance millénaire entre nos deux races. Pourquoi nos instincts nous poussaient à la bagarre, au meurtre. Pourquoi l'odeur des loups nous était si insupportable, et vice-versa. Peut être est-ce psychologique? Peut être que, parce que nous avions été élevé dans cette optique, nous sentions cela de la sorte? Seulement si c'était vrai, nous n'aurions pas sentis cette affreuse odeur dans la forêt, il y a un siècle, avec ma sœur. Nous ne l'aurions pas sentie comme mauvaise puisque nous ignorions à quoi elle appartenait.

    C'était une matière à réflexion, mais une haine était bien la, de part les massacres perpétrés, de part les tentatives de génocides –oui je vais jusque la- de la part des deux camps, les familles brisées, et tout le reste. Il faut être deux, au minimum, pour la guerre. Et nous étions deux. Deux camps, deux races, deux idéaux…

    Ce que je ne saisissais pas c'est: Pourquoi mêler des humains, sorciers ou moldus, à notre gue-guerre. Oh bien sur, je me fichais des mortels car c'était une nourriture, rien d'autres, mais je m'interrogeais depuis sept ans bientôt, sur notre présence ici, à tous. Pourquoi mêler proie et prédateur? C'était stupide…Et je n'avais jamais pu obtenir une réponse satisfaisante de la directrice. Bien sur, Poudlard se devait d'aider les jeunes sorciers et les jeunes sorcières, d'ailleurs il était clair que je possédais des dons magiques, mais de là à entrer le loup dans la bergerie…

    Peu importe au fond. Ce qui est fais est fais, et personne ne changera nos douleurs, nos ressentiments, nos ennemis. C'est une bataille éternelle, et on ne s'entend pas entre ennemis. Je n'écoutais que d'une oreille les paroles de l'enseignant, agacée par son sourire qui finit étrangement par disparaître. Je n'aimais pas son humeur, je n'aimais pas son odeur, je n'aimais pas son apparence, je n'aimais pas son moi profond, je n'aimais rien en lui, car je ne peux aimer ce qui me répugne. J'avais comme une voix m'ordonnant quasiment de le détester, de me moquer de lui, et même de lui faire mal. Je résistais à ce dernier ordre, mais pas aux autres.

    « Je ne sais pas non plus ce que je fais ici, si vous désirez avoir une réponse, demandez à miss Beckett. »

    J'arquais un sourcil, sans bien comprendre. Quel rapport entre sa présence et Wihelmina Beckett? Cette femme blonde, si mystérieuse, qui semblait me considérer comme…Une opportunité? Oui c'est cela, j'étais une opportunité pour je ne sais quoi. L'immortalité peut être? La jeunesse éternelle? Une plus grande puissance? Qui sait de quoi rêve les apprentis mégalomanes au fond…

    « Quel est ton nom ? »

    Intéressante question. Cela dis, il était difficile de l'ignorer, quoi que dans son cas, c'était normal puisque je n'assistais à aucun de ses cours.

    -J'ai un certain mal à faire le lien entre miss Beckett et votre présence, cela dis les détails de votre vie privée ne me regarde guère, bien qu'elle descend dans mon estime si elle fréquente des gens tels que vous. Moi qui la pensait maligne…Pardonnez mon impolitesse, mais au fond, c'est dans nos gênes. Qu'y pouvons-nous?

    Je laissai passer un silence, comme pour méditer mes propres paroles. C'est vrai au fond, qu'y pouvions-nous…Mais nous n'étions pas là pour nous lamenter, c'est futile, c'est une perte de temps et, bien que pour moi le temps soit infinis, je n'aimais pas le gaspiller.

    -Ailyn Elwë de Longsdale.

    Je souris, toujours fière de donner mon nom complet. Mon nom de famille restait illustre dans le milieu vampirique, grâce à mon père surtout, et j'en étais fière. Certains ont honte de leurs origines, moi je les porte comme une preuve supplémentaire de mon identité en tant que personne plus douée que la moyenne. Après tout, je fus élevée ainsi et les valeurs inculquées par les parents ne disparaissent pas facilement.

    Mon regard se voila de blanc l'espace d'une demi seconde et redevins normal. Je ne pus m'empêcher, bien malgré moi, de sourire.

    -Je pressens un retrait de point, c'est fâcheux. Cela dis si je le vois, c'est que vous l'avez déjà décidé, donc inutile de vous faire changer d'avis, de toute façon nous avons de l'avance alors peu importe.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Ven 6 Mar - 17:13

Que pouvait-on y faire ? Oui, la vampire avait raison. Depuis la nuit des temps ils se détestaient, comme si c’était inscrit dans leurs gènes. Pourtant, lions et tigres ne se haïssent pas. Mais les lycaons et les vampires sont bien incapables de s’ignorer les uns et les autres. Leurs odeurs les rendent fous. Ils s’attirent pour mieux se repousser, se déchiqueter. Toujours c’est la même chose. Un seul vainqueur. Mais cela doit être ainsi ! Rien que penser être ami avec un vampire donnait des frissons à Tikaani, des vertiges, des nausées. Cette fille de Caïn n’avait rien fait pour qu’il la haïsse autant, et plus elle restait plantée là à tenter de le faire sortir de ses gonds, plus son odeur se répandait. Aussi loin que l’on peut remonter, lupins et vampires se détestent, s’arrachent. Certaines légendes racontent que les vampires se transformaient en loup, avant. Peut-être qu’un jour, suceurs de sang et bêtes à poils n’étaient qu’une même race. Ce qui n’expliquait pas la haine viscérale qui les faisait s’entretuer dans une guerre chaotique. Même les anges et les démons avaient une raison pour se haïr. Mais la raison de leur guerre à eux était oubliée depuis si longtemps. Ils n’étaient mués que par leurs instincts, leur odeurs, leurs hormones, leur soif de sang, de chair, de meurtre. Jamais de trêve. Quant à Wilhelmina. Qu’elle baisse dans son estime. Dans son cœur aussi à lui, la blonde avait bien baissée. Elle ne lui avait pas dit qu’il y aurait des vampires ici; Et ne lui avait pas laissé le choix. De quoi avait-elle peur pour le garder si près d’elle ? Lui, l’inutile, le père inconsolé, plus noir que la nuit, plus pâle que la lune. Il l’avait enterré, Wilhelmina. Noyée dans son cœur sombre. Ah, si la demoiselle apprenait qu’ils avaient partagés la même couche, la directrice deviendrait verte de rage et la vampire n’oserait certainement plus la traiter avec respect. Ou peut-être que si. Ce ferait une bonne vengeance, que de crier sur les toits qu’il avait couché avec Wilhelmina. Mais ne le ferait pas. Pas la force pas le courage. La blonde était bien plus forte que lui, et même avec ses griffes et ses crocs, il ne prendrait pas le dessus. Peut-être est-ce par ce manque de volonté d’agir qu’il est si faible, Tikaani. Et se complaire dans cette facilité était certainement son plus grand tort. Mais quand on a pas le désir d’aller vers le haut, on va plonge vers le bas. Et à la vitesse où il coulait, bientôt il toucherait le sol. C’est peut être dans ses gênes, cette flemme à toute épreuve. Qu’y pouvait-il ?

La demoiselle se présenta, et Tikaani sentit dans sa voix une pointe d’orgueil. Certainement qu’il avait déjà entendu ce nom, mais le loup était si détaché du monde qu’il ne se rappelait jamais de qui était important en ce monde. Un nom à particule. Une noble , comme la moitié des vampires, qui s’accrochent à un tout petit mot, juste pour se sentir supérieur. Les von, van, de quelque chose, cela ne voulait rien dire pour Tikaani. Il y a bien des nobles ruinés. Cela ne voulait rien dire. Dans ce monde nouveau, encore s’accrocher à quelque chose de si archaïque prouvait bien le désir des vampires de se retourner vers le passé, là où ils étaient encore forts, puissants, sans personne pour les empêcher de tuer, massacrer, prendre des bains de sang grâce aux paysans vivant sur leurs terres millénaires. On trouvait bien moins de noms à particule chez les loups-garous. Plus simple, plus honnêtes, moins attachés à leur passé ? Certainement. Avant, ils étaient victimes, chassés par tous. De nos temps aussi, d’ailleurs. On respecte bien plus un vampire qu’un lupin. C’est ainsi. Qu’y pouvait-il ? Ce qu’elle dit par la suite fut plus alarmant. Tikaani sembla se crisper, le dhole couina, les oreilles en arrière. Comment avait-elle fait ? C’était impossible ? Il était occlumens, rien ne pouvait sortir de sa tête… Comment pouvait elle savoir qu’il pensait peut-être lui retirer des points ? Là, il la regarda droit dans les yeux. Pas méchamment. Cruellement. Férocement. Bestial. Mais son regard n’avait pourtant pas changé. Juste qu’à présent, l’homme regardait Ailyn droit dans les yeux, sans peur. Juste un concentré d’animosité, de peur, de délicatesse, de fragilité et de sauvagerie. Mais pas d’humanité.

« Comment tu sais ça ? »

Plus question de sourire, à présent. Sa voix ne tremblait pas, mais était forte, limite s’il ne criait pas. Complètement immobile, aussi raide qu’un bout de bois mort, il était désarçonné et son regard trop bleu priait silencieusement Ailyn de ne plus faire ça. Parce que si elle pouvait prévoir cela, que pouvait-elle faire d’autre , Qu’étais-ce que son pouvoir ? Peut-être étais-ce juste du bluff ? Non, ce n’était pas son genre. Trop fière d’elle pour mentir ainsi. C’était réel. Tikaani avait rencontré peu de vampires dans sa vie. Peu de monde tout court d’ailleurs. Et dès que quelque chose sortait de la routine, il perdait les pédales. Fou, absurde. Tikaani et sa sensibilité, ses explosions, ses réactions toujours trop ou pas assez. Pas dans la mesure. Il riait, il y a quelques secondes. Un léger sourire naquit de nouveau sur ses lèvres, par automatisme. Souris, toujours souris, ris, ris, toujours. Même si tu t‘en prends plein les crocs. Etrange demoiselle que voilà ! Un peu trop sûre d'elle, malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Ven 6 Mar - 20:12

    L'homme, le professeur, se trouvant face à moi semblait être effrayé par mon don. Qui ne le serait pas? On craignait les voyantes –si je puis me qualifier ainsi- car le futur effrayaient les gens. Ils ne voulaient rien savoir, préférant se dire qu'ils mourraient de vieillesses. Oui, tous les gens dont la gazette annonçait la mort et que j'avais vu mourir dans un futur proche avaient sans aucun doute pensé cela. Et pourtant…Une lueur verte avait suffit à les arracher du monde des humains. Ils étaient entré dans celui des esprits, dans un autre endroit que personne avant le trépas ne connaîtra jamais…Dans un endroit où je n'aurais sans doute jamais accès.

    Je ne craignais pas la mort, au contraire, elle était mon amie. Nous nous côtoyions, sans jamais succomber à la tentation. J'ignore si même l'Avada Kedavra pourrait nous pousser l'une dans les bras de l'autre. Je n'avais jamais tenté. J'essaierais peut être, un jour, lorsque je serais las du temps…

    Le temps. Il regroupait passé, présent et futur. Il s'était arrêté pour moi, mais continuait à tourner pour d'autres…Des joies, des peines, des ruptures, des jonctions…Le futur était une grande gare où se croisait des rails. Les trains de chacun roulaient, se croisant parfois, ou s'anéantissant…C'était ça, le futur. Le futur que je voyais, parfois contre mon gré. Mais comment l'expliquer…Comment décrire cela, même dans un monde où la magie est omniprésente, même à un sorcier qui semble raisonnablement intelligent bien qu'il soit un misérable chien.

    Oui, la question tenait en un mot: Comment. Et déjà, allais-je lui répondre? Je l'ignorais…Il n'avait pas à savoir ce que je voyais, il n'avait pas à savoir que tout changeait sous le coup d'une décision, ou parfois d'une simple hésitation…Beaucoup ignore que ces simples petites choses peuvent parfois changer le cours de l'Histoire avec un grand H.

    -Comment je le sais? Et bien…L'histoire est longue. Et pour la comprendre, il faut comprendre la signification complexe des sinueux rails de l'avenir. Et il faut les accepter, sans les craindre…

    Mon timbre se teinta de passion, comme si je parlais d'un amant, d'un amant merveilleux, complexe, et si fidèle. Mes prunelles dorées par la magie perdirent de leur éclat pour rougirent violemment et mon discours s'emboîta à la suite de ma phrase tel un puzzle parfaitement adapté…

    -Il arrive parfois que des personnes exceptionnelles reçoivent des dons exceptionnels. Décrypter les pensées des occlumens les plus accomplis, voir le futur de toutes les créatures de ce monde –du moins de celles qui en valent la peine- prédirent les heures sombres s'approchant à grands pas de nous…Voir le Mal…Voir cette bataille se dérouler sans en connaître l'ultime vainqueur…

    Je le regardais, et j'avais la nette impression qu'il ne saisissait pas. Ou alors son air impassible cachait une surprise mêlée de la peur de l'inconnu, ou alors il était vraiment stupide et ne saisissait rien. Le futur ne m'apprenant pas à comprendre les émotions des gens, juste leurs conséquences…

    -Allons, professeur, osez seulement dire que vous n'avez pas, même une petite, toute petite, idée de mon pouvoir…Je suis certaine que si. Avoir peur l'inconnu est quelque chose de futile…Il vaut mieux chercher à le comprendre avant de décider ou non de le craindre…

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Ven 6 Mar - 23:41

Son pouvoir, elle l’aimait, on ne pouvait en douter à la vue du ton que prenait la vampire pour en parler. Douce. Agréable. Si elle pouvait lui parler ainsi, ce serait parfait, au lieu de vitupérer contre lui, comme s’il avait fait une bêtise. Et sa bêtise, c’est d’être loup-garou. Hors, on ne choisit pas ce qu’on est. On ne choisit pas d’avoir les yeux bleus, d’avoir un cancer ou d’être un fennec. Tikaani aurait préféré être un simple moldu plutôt qu’être lycan. La source de tous ses problèmes. S’il avait été un enfant comme les autres, ses parents n’auraient jamais été tués. Il n’aurait donc pas peur que les autres ne lui fassent du mal. Et il n’aurait jamais rencontré Wilhelmina. Et n’aurait donc jamais eu envie de périr. Il avait suffit d’un court événement pour que toute sa vie soit gâchée. Et personne ne comprenait à quel point il était fragile, instable malgré le fait que Tikaani ne cesse d’afficher ce sourire si faux sur ses lèvres fines. Si on l’acceptait, peut être qu’il cesserait de craindre. Ses yeux bleus fixaient toujours ceux de la vampire, qui était tout à coup devenus rouge. Quelques voix s’élevèrent derrière eux, puis s’éloignèrent. Autour deux, des élèves se baladaient, calmement. Tikaani aurait bien aimé commencer sa journée aussi simplement qu’eux, et n’avoir jamais croisé cette demoiselle, qui ne faisait que l’embêter. Une journée qui commence mal ne finit jamais bien. Il n’aura qu’à aller s’enfermer dans sa chambre, une fois rentré au château. Il se recoucherait, dormirai jusqu’à l’après-midi, n’aura pas faim, et tentera de se rendormir jusqu’au lendemain. La routine, son quotidien. Lui aussi avait un don. Mais ne se sentait pas exceptionnel. Il se sentait aussi banal qu’un autre, voire plus. Plat. Sans relief. Une masse informe qui se laisse porter par les courants de la vie, se fichant des orages et des tempêtes autant que du calme de l’onde du temps. Il recula de quelques pas, en grognant, en espérant secrètement que plus la distance est grande, moins elle arrivera à lire…. Son avenir, s’il avait bien tout saisi. Puis, son regard fuit la jeune fille qui ne se taisait pas. Mais qu’est ce qu’il désirait qu’elle se taise ! Silence, silence, quelle ne dise plus rien ! Avoir peur de l’inconnu est une chose futile ? Une chose futile et si normale. Tous, on a peur de l’inconnu. De ce qui se passe derrière ce mur, de ce qui passe chez cet être. Tikaani avait peur d’Ailyn. Parce qu’elle était vampire, qu’elle voyait dans son passé alors que pour lui ce n’était que brume et néant. Et elle, tentait-elle de le comprendre ? De savoir comment il pensait, pourquoi il agissait ainsi ? Non ! Et lui ne voulait pas la comprendre, autant qu’elle ne voulait pas le comprendre. Et comme le lupin ne la comprenait pas, comme tous les vampires qui, furibond ne cessent de le harceler, il la craint. Normal pour lui de craindre ce qu’il ne connaît pas. Parce qu’on l’a déjà fait tant souffrir qu’il a peur de tout, le loup. Même le dhole, les premiers temps, il s’en méfiait. Et sa voix forte s’éleva dans les airs, lasse, douce. On aurait pu penser qu’il se mettrait à crier tant les paroles de la vampires lui tordaient l’esprit. Il était acculé, ne pouvait plus rien faire. Elle en savait plus que lui.

« Arrêtez. »

Le dhole regardait ailleurs, se fichant complètement de son maître qui semblait souffrir tant. Il passa une main sur son visage. L’avenir. Si elle en parlait tant, avec tant d’amour, c’est que c’était son pouvoir. Comment y arrivait-elle ? le déclenchait-elle sur ce qu’elle voulait ? Même cela, Tikaani ne désirait pas le savoir. Tout ce qu’il voulait, c’est qu’on lui fiche la paix, à lui, ses actes insipides et son futur gris de pluie.

« Arrêtez de me juger. »

Un long soupir, un bras croisé sur son torse et l’autre sur ses yeux, empêchant à la demoiselle de voir l’expression de son visage, tendu, crispé en une grimace d’horreur. Pourquoi donc tous le traitaient avec si peu d’égard ? lui qui faisait tout pour plaire aux autres,s’écrasant sans cesse, ne cherchant jamais à discuter ce que disent les autres. Si doux, si lisse.

« Comprendre avant de décider ou non de craindre. Avez-vous au moins tenté de me comprendre, avant de me juger ? »

Sa main s’abaissa, dévoilant son pâle visage, redevenu souriant. C’était plus fort que lui. Normal qu’elle le juge, lui qui riait niaisement à tout ce qu’on lui disait, heureux, sans ambition. Un petit chien qui aboie juste pour montrer à quel point qu’il est content, dont les dents et griffes servent juste à abîmer les meubles. Si Tikaani s’était battu contre des vampires, c’était toujours pour se défendre. C’est le genre d’homme qui préfère fuir que de défendre son honneur. Jamais il n’a cherché la confrontation. Et encore une fois, c’est lui qui se mettait sur le dos, non pas Ailyn. Il passa sa langue sur ses dents, cherchant quelque chose à dire. Rarement ses paroles avaient un sens, de la profondeur. Parce qu’il ne voulait pas. La stupidité et l’ignorance étaient bien mieux ! On se moque des idiots, et au moins ils sont tranquilles. Etais-ce sa faute s’il craignait ce qu’il l’entourait ? N’étais-ce pas la faute de ce qui l’entourait ? Personne n’arrivait jamais à le mettre en confiance. Personne n’en prenait la peine. Son confident était un renard qui ne comprenait rien à ce qu’il lui racontait. Renard qui en ce moment même regardait un insecte voler. Tikaani comprenait que la demoiselle soit aussi vilaine à son égard. Il puait certainement. Mais les amateurs de fromage ne se fient pas à l’odeur que certains dégagent.

« Avoir peur de l’inconnu n’est pas une chose si futile. Surtout quand l’inconnu adore vous faire peur. »

Deux phrases étranges, difficiles à comprendre quand on n’est pas dans la tête du loup-garou. Certainement que la demoiselle n’allait pas voir le sens de ses paroles, et continuer de se moquer de lui. Ou se rendre compte à quel point elle le met mal à l’aise, et en profiter. Le torturer, comme d’autres l’ont fait avant elle. Mais c’est qu’il donne envie de l’abaisser, Tikaani, avec son caractère limpide, sa façon à tout accepter. Facile à tyranniser. Et jamais il ne se révolte, servile esclave. Parce que s’il se révolte, il craint la mort. Les maîtres sont cruels. Les esclaves peureux. La vie est un bien précieux, quand on a la chance d’en avoir une. Même si elle est détestable, pâle. Mais un vampire peut-il comprendre qu’un être, aussi malheureux soit-il, tient à sa vie ? Les mains de Tikaani étaient jointes et sur elles se posaient son regard abîmé. Ses mots s’étaient terminés en un murmure, comme s’il était désolé d’avoir osé la contredire. Mais on ne juge pas l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Sam 7 Mar - 1:29

    « Comprendre avant de décider ou non de craindre. Avez-vous au moins tenté de me comprendre, avant de me juger ? »

    Je le regardais d'un air dédaigneux.. Pourquoi m'embêterais-je à comprendre un loup? On pourrait trouver mon comportement puéril, mais il fallait remonter à la source…La source du mal, non pas au sens général du terme, mais à la source de ma détestation profonde et personnelle envers cette espèce. Si cet accident ne s'était jamais produit, je ne les détesterais sans doute pas à ce point, je me contenterais de les ignorer et de tourner la tête sur leur passage au lieu de les provoquer sans arrêt, de les pousser à la bêtise pour pouvoir dire «C'est eux qui ont commencé, on devait bien se défendre!».

    Mais il y a eu cet incident, il y a un peu moins d'un siècle. Je revoyais le loup gris et le loup brun, je me revoyais en tuer un, mais l'autre s'attaquant gravement à ma sœur…Sans raison! Sans réelle raison…Et ma sœur au bord de la destruction…Ce simple souvenir raviva une colère, une rage enfuie, que je m'efforçais de contrôler.

    « Avoir peur de l’inconnu n’est pas une chose si futile. Surtout quand l’inconnu adore vous faire peur. »

    A mon sens ça l'était, car il n'existait aucun inconnu pour moi. Plus rien n'était inconnu, même le futur s'ouvrait face à moi. Passé, présent avenir, je ne craignais rien, je connaissais des choses, que d'autres n'oseraient même pas imaginer. Un siècle de vie apporte bon nombre d'enseignement et pas des plus négligeables.

    -Et vous, essayez vous de nous comprendre? Pourquoi devrions-nous faire une chose que vous même refusez hein? Trouvez moi donc une réponse…Ce n'est pas à nous de faire le premier pas. Vos manières ne sont pas meilleures que les nôtres, cela dit en passant. Vous êtes des monstres autant que nous le sommes, à la différence que nous possédons plus de…Class.

    Tout en parlant, une autre partie de mon cerveau réfléchissait au sens de sa phrase à la fois logique et illogique, à la fois claire et confuse. Il me contredisait, dans mes affirmations que je savais pourtant vraies, même si elles ne s'appliquaient qu'aux courageux. Car en effet, un couard craindra n'importe quoi, sans chercher à comprendre avant. Il se montrera immature…A l'inverse un courageux bravant l'inconnu pour arriver à la compréhension et donc à un certain développement de lui-même ne fera qu'y gagner. La peur est futile, surtout la peur de la mort.

    Si je m'étais autorisé à respirer, j'aurais sentis une forte odeur de peur se rendre dans mes narines. Mais je n'avais pas besoin de cela pour savoir de quoi il en retournait.

    -Pourquoi avoir peur de l'inconnu? Pourquoi avoir peur de la Mort? Pourquoi avoir peur de la Peur elle-même? Ce sont les couards qui craignent ce genre de choses…Certains vous dirons qu'il est noble d'esprit de craindre la Peur, mais croyez l'expérience que j'ai acquise au cours de ma vie, sans doute plus longue que la vôtre, on y perd souvent plus qu'on y gagne. Je peux me taire bien sur, je peux partir également, mais vous n'êtes pas capable d'user de votre autorité professorale pour m'y forcer…Je vous insulte depuis tout à l'heure et vous ne faites rien…Je n'ai jamais rencontré un être aussi pitoyable, si je puis me permettre, monsieur le professeur.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Sam 7 Mar - 4:29

Il aurait du se taire, la voilà partie dans un long monologue qu’il ne pouvait arrêter. Ne comprenait-elle pas que c’était cela qui le mettait mal à l’aise ? Cette avalanche de mots qui l’agressait, lui qui ne pouvait rien y faire pour la contrer. Lui tentait de comprendre. Mais à chaque fois on le repoussait. Parce qu’il ne comprenait pas toujours bien, au début. Alors les autres, vexés ou blessés, le repoussaient. Et lui restait seul, devant la coquille des autres. C’était les autres qui lui créaient une coquille, en toujours le blessant, le mordant jusqu’au sang, jusqu’à l’âme, se délectant de ses cris le plus souvent. Pourquoi ne pas se nourrir de ses rires plutôt ? il est si facile de faire souffrir. Et si difficile de faire sourire. Pour de vrai. Pas ce sourire idiot que toujours affichait Tikaani. Et qui ne cessait de grandir en même temps que sa souffrance. Le lycan avait envie de lui dire d’arrêter, que c’est bon, il avait comprit. Tous deux étaient trop différents. Elle trop chaude, lui trop froid. Trop mouillé. Lycan mouillé ! Ce n’était pas à eux de faire les premiers pas. Pourquoi étais-ce donc aux loups-garous de faire le premier pas ? Et si ils le faisaient, les fils et filles de Caïn ne les repousseraient pas ? Ailyn se croyait supérieure en tout. Même en classe. Pourtant, Tikaani avait été bien élevé, savait à quoi servait chaque couvert et plat dans un grand restaurant, être courtois, et comment se comporter en société. Il n’était pas même pataud. Alors, que lui reprochait-elle ? D’être lui-même ? Une succession de questions lui arriva en pleine tête. Pourquoi avoir peur ? Parce qu’il a de l’imagination, Tikaani. Et que toujours il s’imagine le pire. S’il touche cette plante qui ne connaît pas, peut-être l’empoisonnera-elle ? S’il entre dans cette pièce fermée, peut-être que la porte se refermera derrière lui, le laissant seul dans le noir ? Noir qui cacherait bien des choses horribles. Et l’instinct, les vampires en était-ils dénués ? L’instinct de prévention, qui vous dit de faire attention… Et qui forcément, se sers de la peur pour que nous soyons vigilants. Tikaani se sentait bien seul, face à cette femme qui ne cessait de le rabaisser au rang de moins que rien. Au rang d’être de néant. Et la mort dans tout cela ? L’instinct, aussi ! la mort, cette grande inconnue. Qui sait ce qui se cache derrière ?

Pour Tikaani, la peur n’était pas une tare. Il pensait différemment de la demoiselle, c’était sûr. La peur le préservait. Mal, certes, mais c’était déjà ça. La peur, c’est le danger. L’inconnu, c’est le danger. Autour de lui, tout est inconnu ; Donc, il a peur de tout. Tout est lié chez lui. Les troubles de son enfance. Le sang de son père, le crâne explosé, les morceaux de chair, les cris. Une mère à qui il n’a pu dire adieu. Une sœur qu’on lui a enlevée. Une famille qui le surprotégeait. Un instinct de conservation mué par la peur. La peur venue de son enfance… Tikaani avait beau aller vers les autres, poussé par sa curiosité, rien n’y faisait. Toujours, cela terminait mal, par sa faute. A croire qu’il ferait mieux d’aller vivre en ermite, dans les hautes montagnes. C’est vrai que l’homme n’était pas même capable de l’envoyer brouter ailleurs. Il en avait totalement conscience, et hocha la tête quand elle s’exprima, toujours avec son sourire absurde. Pas de pleurs, pas de cris. Juste un masque vide qui annihilait toute ses sensations, bien qu’il se sentait profondément offensé, malmené. Mais à quoi cela servirait-il de le montrer ? Ailyn finit par se taire. Etais-ce son tour de prendre la parole ? Sûrement.

« Et qu’y a-t-il de répugnant à être pitoyable ? »

Il leva un de ses doigts. Sa voix était calme, comme s’il était parfait maître de lui ; mais ce qui le muait était bien viscéral. Peur. Haine. Tristesse.

« Je suis aussi conscient d’être couard, sans manières, idiot et permettez-moi de rajouter que je suis aussi aliéné, que mon Q.I. est celui d’un bulot à marée basse et que j’adore me rabaisser tout seul. Et quand les autres s’y mettent, c’est encore mieux. »

De l’autodérision ? Non, quelque chose de plus grave. Un manque absurde de confiance en soi, une tendance à s’humilier, à se fouetter, à se donner des vices qu’il n’a pas. Et il y croit tellement qu’il devient ce qu’il pense être. Un fou sans cervelle, qui ne mérite même pas qu’on l’appelle homme. Chien, il trouve cela très bien. Chien galeux serait encore mieux. Peut-être que Ailyn s’attendait à ce qu’il s’énerve, qu’il sorte enfin de ses gonds, mais il en faut bien plus avec lui. Quiconque aurait une forte envie de lui mettre deux baffes. Mais qui aurait l’idée de le prendre dans ses bras pour lui dire qu’il n’est pas si nul qu’il le croît ? Personne, évidemment. Tous prennent le chemin de la colère, et non pas de la douceur. Tikaani se baissa, ramassant la balle du dhole, et la fit sauter dans sa main, avant de reprendre la parole.

« Si vous avez fini, je vais reprendre mes occupations. »

Elle s’était emportée, c’est fini. Il avait à présent peur d’elle comme de tous els autres. Parce qu’elle crie. Et que Tikaani sait très bien comment cela se passe. Il en a tellement l’habitude ! Des hurlements hystériques, puis des coups. Un bleu de plus ou de moins sur son maigre corps ne changerait pas grand-chose. Il tourna ensuite ses talons, sans saluer. Il était sans manière ? Eh bien, autant l’être jusqu’au bout ! Mais la vampire n’était pas mieux. En voilà de l’arrogance. Ce n’était pas de cette façon que se comportait une jeune femme de bonne condition, si ? Qu’importe. Qu’elle fasse ce qu’elle veut ! Le dhole se remit debout, prêt à bondir dès que la balle quitterait la paume de son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Dim 8 Mar - 21:13

    Je détestais les êtres pitoyable pour la seule raison qu'il ne méritait pas de vivre. Les faibles, les hybrides, les traîtres, c'était une vermine qu'on m'avait appris à détester. Je n'y pouvais rien, c'était…Ainsi. Certains trouveront mon attitude cruelle, d'autres la trouveront immature, mais avant de me traiter d'immature, pensez au mal que peu faire une éducation durant laquelle on vous bourre le crâne de préjugés. Pensez au mal que peu semer le fait de voir sa propre sœur manquer de mourir sous l'attaque de deux…Chiens! Pensez à la haine, et admettez que la haine est le plus puissant stimulant. Qu'il n'est pas immature, d'haïr. Les plus grands rois, à travers les âges, tous comme les plus grands sorciers, ont hais. Je n'étais pas mauvaise pour autant, j'étais légitime. Que ces chiens récoltent ce qu'ils ont semé, tout comme nous, nous le faisons depuis si longtemps!

    Enfin, peu importe mon opinion sur le sujet. En moi-même j'étais une fille mauvaise, je n'aimais pas les gens gentils, les gens qui se laissent marcher dessus comme on marche dans de la bouse de dragon. J'aimais dominer, j'aimais être quelqu'un, et faire du mal à ceux que je n'appréciais pas. D'ailleurs, l'homme en face de moi était une incarnation de tout ce que je détestais. A la fois la mauviette et le loup. Si je m'écoutais, je le tuerais immédiatement dans un jet de lumière verte. Mais rien ne m'empêcherait d'agir ainsi plus tard…

    « Je suis aussi conscient d’être couard, sans manières, idiot et permettez-moi de rajouter que je suis aussi aliéné, que mon Q.I. est celui d’un bulot à marée basse et que j’adore me rabaisser tout seul. Et quand les autres s’y mettent, c’est encore mieux. »

    Au moins il était conscient de sa condition détestable, c'était un bon point pour lui. Cependant, dans ses paroles, je sentais comme de l'ironie. Qui dirait cela de lui-même? Je partais du principe que tout le monde, même les pires créatures, possédaient de la fierté. Cette phrase me fit détester le professeur encore plus, et me donna envie de m'attaquer à lui, de lui faire du mal. De lui ôter son misérable sourire, de voir une grimace de douleur déchirer ses traits, de voir ses joues salies par les larmes.

    Oui, je désirais tout cela à son égard, comme à l'égard de beaucoup de monde. J'aimais peu de gens, et ceux étant dans mes bonnes grâces s'en trouvaient bien soulagé. J'étais indifférente à la plupart des autres, mais il existait les exceptions dans leur genre…

    « Si vous avez fini, je vais reprendre mes occupations. »

    Je le regardais me tourner le dos, muette de stupéfaction. Je fus soudain envahie par une telle vague de colère que le sort censé rendre mes yeux dorées s'annula, et ils virèrent au rouge sombre. Je sortis ma baguette et, puisque la douleur qu'on pouvait infliger à sa personne ne fonctionnait pas, on allait voir s'il était plus réceptif avec ses amis. Je pointais ma baguette sur son animal de compagnie et, hurlant presque le sortilège dans ma tête, la bestiole tomba sur le sol, comme morte.

    -On ne tourne jamais le dos à un vampire en colère, professeur…Cela peut se révéler mortel.

    Je ris sombrement, regardant la bête. Evidemment ce n'était pas le sortilège de mort que j'avais lancé comme on pourrait le croire, mais simplement le maléfice du saucisson. J'avais songé à la stupéfixion, mais il se serait figé debout. Hors la, on pourrait le croire mort…

    -Et dans notre cas, au sens propre du terme ah ah! Quelles seront vos occupations, à présent? J'aimerais voir, car je suis de nature curieuse, ce qu'un pauvre type dans votre genre va faire…

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Dim 15 Mar - 15:35

A peine eut-il tourné les talons qu’il pivota de nouveau. Le dhole venait de s’effondrer, au lieu de le suivre comme il aurait du, en une brave bête un peu bête. Un moment Tikaani reste là, à le regarder, sans quoi savoir faire. Un upir en colère, c’est dangereux. Un homme en colère aussi c’est dangereux, tout comme un lycan. Un oiseau aussi. Mais Tikaani ne se met jamais en colère. Alors, il n’est pas dangereux ? Pourtant il a bien tué, une fois. Ou deux fois. Le lycan a oublié combien et quoi avait péri sous ses griffes. Pas besoin d’être en colère pour être dangereux. Un vampire est dangereux sans être en colère, aussi. Comme un lycan. Ou un humain. Ou un oiseau. Tikaani se pencha, tout doucement, vers le renard étalé par terre comme une fourrure morte. Il le souleva, le porta dans ses bras comme un enfant. Son poil était encore chaud, ses muscles tendres. Un simple sort d’immobilisation. Pourquoi donc ne pas l’avoir tué ? Elle aurait pu, non ? N’est-elle pas en colère ? N’est-elle pas dangereuse ? La robe de sorcier de Tikaani, qu’il avait nouée négligemment autour de ses hanches trop fine, glissa sur le sol sans qu’il puisse la rattraper. Elle aussi, tomba dans l’herbe sans aucun bruit. Comme le dhole, à présent gisant comme un mort dans les bras de Tikaani, choqué. Il souriait, mais ses yeux allaient et venaient sur le corps maigre du chien, sa bouche s’ouvrait et se fermait, sèche. C’était le seul être auquel il tenait, son enfant par procuration, son gamin qui gambadait autour de lui. Oh, qu’il aurait aimé être père ! Avoir une fille. Ou un garçon, peu importe. Ses yeux se mirent à briller de larmes. Il aurait appelé son fils Louison… Ou Nayati. Et si cela avait été une fille ? Il du fermer les yeux pour éviter que ne coule une larme sur sa joue. Ses bras allaient à droite, à gauche, son torse vacillait légèrement comme s’il le berçait. Pleurer était inutile, ne servait à rien. E ses yeux embués de larmes, il regarda de nouveau la vampire. Qui était-elle pour oser s’en prendre ainsi à son enfant ? Il n’a rien fait, le dhole ! Ne supportant pas de voir ce visage rond et blanc comme la Lune, Tikaani détourna de nouveau le regard. Ses occupations, qu’allaient-elles être à présent ? Oui, qu’allait il bien pouvoir faire maintenant que le seul être qui avait assez d’importance à ses yeux était réduit à l’état de poupée de poils ? Le loup était si perturbé qu’il ne pensa même pas à trouver un contre sort. Et cela aussi, à quoi cela servirait ? Elle rejetterai un sort, recracherait son venin, la vipère. Et lui ne pouvait se réduire à faire mal à un être, quel qu’il soit. Ce serait se contredire. Surtout qu’il voyait la demoiselle plus comme une enfant comme autre chose. Qu’il aurait aimé Qu’on la noie et qu’on la sauve in extremis, là, juste à ce moment, pour lui apprendre la valeur d’une vie, et à quel point il est horrible de jouer avec elle ! Le lycan avait eu une sacrée frousse, en voyant le dhole allongé sur le sol.

« Pourquoi ne l’avez-vous pas tué ? »

Son ton était froid, rustre. Ce n’était pas de la méchanceté, juste une vaine parole qui la fera encore plus rire. Il le savait, et déjà s’apprêtait à recevoir un autre pique dans son cœur pas encore assez bétonné pour y être totalement imperméable. Alors, de quoi se moquera-t-elle ? De sa solitude, de ses actes futurs, de la façon dont ils ‘accrochait à un chien ? De ses mots, de son visage,s es mains, de tout le pathétique qu’il lui inspirait ? A quoi bon se moquer de tout cela. Parce que c’était si facile ? Sûrement. La facilité. Parce que personne n’a assez de courage pour s’attaquer à ce qui est compliqué. Aller vers les autres, et sourire au lieu de crier. Toujours tout se fini en des hurlements hystériques. Un mariage, une soirée trop arrosée, la relation d’une mère et sa fille. Même la vie, en un grand cri silencieux. Il n’y a pas que les faibles qui sont seuls. Les forts aussi terminent seuls. Comme tous les autres, mais certains plus rapidement que d’autres. Tikaani ne savait pas pourquoi on se vengeait toujours sur ses proches, alors qu’il s’efforçait à ne rien faire de mal. Pas à faire forcément le bien, mais au moins le jeune loup tentait de blesser le moins de monde possible. La méchanceté, c’est la facilité. C’est si facile d’ôter la vie à un être si faible. Il suffit de tomber dans les escaliers, ou de brandir une baguette ! Ou de se saisir d’un couteau, ou de juste presser ses doigts autour de son cou. C’est si facile ! Alors pourquoi ne l’avoir pas fait ? Il ne l’empêchait pas. N’avait même pas contré le sort. Pourtant, il pouvait le faire. Mais n’en avait pas même l’envie. Le dhole serait terrifié, et s’enfuirait, et peut-être ne reviendrait-il pas. Par sa faute. Oh, s’il l’avait donné à un zoo, certainement serait-il plus heureux, plus en sécurité ! Pas de traîtres vampires qui traîneraient dans les environs. Tikaani avait relevé son pâle visage vers la demoiselle, la regardant effrontément. Qu’il était facile de tuer ! De faire pleurer, de faire hurler de douleur ! Facile d’être méchant, indigne.

« Pourquoi se montrer ainsi cruelle ? »

Un sordide trait de caractère, un trouble dans sa vie passée ? Une raison particulière ? Le caractère se change, le passé s’oublie. Et pourquoi donc envers lui ? Un professeur. Une dent contre les professeurs ? Contre les lycans, pourquoi pas. Mais toujours Tikaani avait pensé que son statut le protégerait. Il y avait bien des exceptions. Il ne sut pourquoi, il ressentit un plaisir malsain à se faire tyranniser par Ailyn. D’une façon ou d’une autre, elle s’intéressait à lui. Des mots, qu’isl soeitn doux ou aigres, restent des mots.

« Vous savez, je vous aime bien. »

Etait-il fou ? Il se mit à rire, tendrement. Que lui arrivait-il donc ? Non, ce n’était pas une manœuvre pour chercher à la déstabiliser. C’était une vérité. Il l’aimait bien. Finalement, cette cruauté, elle lui plaisait. A bas l’amour. On à qu’a tous s’entre déchirer. Le dhole gît toujours comme un semi mort en les bras nerveux de Tikaani qui se prend à sourire tendrement, yeux légèrement plissés. Qu’il se fichait pas mal de se faire détester. Il semblait tant dépassé par les évènements qu’on aurait dit qu’il ne savait plus comment réagir. Le lycan avait aimé autrefois une femme qui lui avait arraché son enfant. En agissant ainsi, Ailyn reproduisait exactement le même schéma qui s’était déjà produit il y a si longtemps à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Mer 18 Mar - 20:13

    Spoiler:
     


    « Pourquoi ne l’avez-vous pas tué ? »

    Il s'agissait d'un simple avertissement. On ne me tourne pas le dos, on ne me nie pas, on ne me dénigre pas…J'existe merde! Tout le problème venait de là…
    J'existe.
    Un monstre existait en moi, il s'appelait Ailyn de Longsdale. C'était une personne méchante, cruelle, sadique, tortionnaire, se nourrissant du mal physique et mental de ses victimes. C'était une fille froide, au cœur dur comme la pierre qui jamais, n'a esquissé le moindre battement. Elle vit dans la Mort, elle vit dans le Noir, elle vit dans le Mal.
    Alors pourquoi je n'avais pas tué cette bête? Pour pouvoir la tuer plus tard? Pour pouvoir lui faire un peu plus de mal lorsque cela arriverait? Pour avoir un genre de moyen de pression? Sans doute oui, mon esprit pervers fonctionnait ainsi…
    Mais lui, pourquoi tenait-il tant à une misérable bête? Un animal bien idiot pour rester avec lui. Le considérait-il comme une sorte de compensation? Comme un…Substitut à quelque chose? Une femme peut être? Ou un bébé…Oui, souvent les gens stériles adoptent des animaux…Ils veulent pouvoir se sentir parent…Les couples vampires stériles se trouvaient d'autres passions ou adoptaient des animaux, mais des animaux dangereux. J'en connaissais qui avaient adopté un dragon! Peut être…Oui, sans doute cet animal représentait quelque chose pour lui, comme un symbole. Il devait y tenir…Intérieurement, je souris vilainement, m'imaginant déjà sa dévastation si jamais j'en venais à le tuer.

    Mais je ne le tuerais pas…Je le savais.

    Je respectais la nature et les animaux. Je regrettais ces temps, que l'on décrivaient dans les livres, où la nature était maîtresse et où l'homme s'adaptait. Où les machines et la technologie n'avaient pas encore détruit cette Beauté, n'avait pas encore empoisonné l'oxygène…Je connaissais suffisamment l'humain pour pouvoir affirmer cela. Il mettait en route l'équivalent d'un suicide collectif à l'échelle mondiale…Mais au fond, quelle importance? Ils ne valaient rien, c'était mes proies, mon repas, mon dîner…
    Les animaux, c'était différent.
    A mon sens, ils ne méritaient pas la mort. Ça aurait été un gamin à ses côtés que je lui aurais troué la gorge, ôté son âme. Mais la, un animal…Ce n'est pas pareil. Je l'avais effrayé au début, parce que je voulais être seule, mais c'était DIFFERENT. Différent…Je ne tue pas les animaux moi. Je ne tue que leurs meurtriers: Les hommes.

    Mais allais-je lui révéler cela? Non bien sur…Même si c'était évident. C'était une raison supplémentaire pour laquelle je haïssais les végétarien. Ils déviaient de notre mode de vie et s'attaquaient à des êtres qui ne le méritaient pas –pas tous du moins. Tss. Je les hais, comme je hais la personne en face de moi rien que pour sa condition. Une condition suffit pour haïr. Une condition, une race, une religion…L'Histoire nous l'a suffisamment appris. Que ce soit celle des mortels ou des immortels..

    « Pourquoi se montrer ainsi cruelle ? »

    Pourquoi? Pourquoi…Fallait-il toujours une raison claire, une raison précise? Oui sans aucun doute…Les gens normaux, les mortels, avaient besoin de raisons…Et si cet homme reniait sa nature, il était comme un mortel, et voulait ces raisons.

    -Parce que c'est ainsi. La cruauté, c'est une chose abstraite, car on peut l'être de bien des façons…C'est dans ma nature, dans mon caractère, dans ma façon d'être…Et ceux qui ont un problème avec ce que je suis font connaissance avec mes plus bas instincts. En général ils ne s'en relèvent pas. Et je m'en fiche éperdument…Eperdument.

    Et c'était vrai. Ils n'étaient qu'humain…Qu'un garde manger, comme les enfants et leurs cookies. Les humains étaient mes cookies…Mes friandises, ma nourriture…Et on ne s'inquiète pas de la condition de notre nourriture. On essaye juste de choisir celle avec le meilleur sang, et pour le reste, on ne s'inquiète pas plus que ça. Les humains…Une sous-race qui ne mérite pas la vie.
    Jamais.

    « Vous savez, je vous aime bien. »

    Avais-je bien entendu? Par Lucifer, quel était ce fou vers lequel m'avait attiré le Destin?! M'aimer…C'était comme commettre un pêcher, comme damner son âme, de m'aimer. Je connaissais des gens qui m'aimaient, du moins selon leurs termes. Mes parents, ma sœur, Edward… Ces gens n'avaient pas à craindre quoi que ce soit, mais les autres…Ah, quelle stupidité! J'en riais presque.

    -J'avoue que ce genre de révélation est plutôt inattendue, non appropriée, très peu conventionnelle et mal placée. Quoi que je sais fort bien à quel point les loups sont mal élevés, je ne m'attendait pas à une telle chose. Sans compter que tenter de me déstabiliser par une ruse aussi…Puérile, est vraiment pitoyable. Cela dit je n'en attendais pas moins d'un chien…Tss.

    Je levais les yeux au ciel, soupirant. J'avais oublié l'animal, mais le sort finirait par se dissiper de toute façon. Rien n'était définitif! Rien n'est éternel…Sauf…Ceux qui sont assez maudit pour le prétendre.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Mer 25 Mar - 20:16

La cruauté est une façon d’être. En sentiment trivial, à ce qu’elle en dit. Etrange comme les hommes cherchent à s’élever, évitant tout ce qui est trivial, prosaïque, obscène. En tentant d’être le plus policé possible. Mais Ailyn n’est pas humaine, et ne cherche pas le raffinement des sens, de l’âme. Elle grossit les défauts des autres et se fiche que l’on grossisse les siens, car elle les accepte et en fait même des qualités. Tikaani n’a jamais apprécié la cruauté. Il n’y a que les cyniques qui la revendiquent, pour mieux s’opposer à toutes les conditions sociales, revendiquant la puissance de la nature. Peut-être est-ce pour cela que Tikaani a tellement horreur de la férocité. Car il cherche à être humain, sociable, sans y parvenir. S’il cédait à ses plus bas instincts, comme Ailyn, certainement serait-il aussi dur qu’elle. Mais ce n’était pas le cas. Pourtant, la cruauté est plaisir. Plaisir de voir les autres souffrir. Passion de voir les gens se tordre. Et si c’était lui qui la rendait cruelle ? S’il ne la blâmait pas ainsi d’être aussi crue dans ses mots et ses actes, elle ne serait cruelle ! Ah, que tout est complexe. Tikaani ne s’y retrouvait plus dans ses pensées. A peine eut-elle répondue, qu’il avait décidé qu’elle ne serait plus cruelle à ses yeux. Juste elle. Pourquoi donc ainsi lui reprocher d’être entière et tenter, par ce mot infâme, cruelle, de lui faire porter le chapeau de tous les maux qui l’accablement, remontant dans son âme comme une suspecte nausée ? S’il réagissait face à son comportement, c’est qu’il avait quelque chose à se reprocher. Quand un homme fui, c’est qu’il est coupable. Si Tikaani se défend, c’est qu’il est coupable. Certainement que cette vampire savait mieux aimer les autres que lui. Tikaani ne se préoccupait pas des autres mais elle, à sa façon, leur donnait un intérêt. Certes, ils étaient souffre douleurs, mais c’était mieux que rien. Certainement que la demoiselle ne comprenait rien à la réaction du lycan. Mais à s’occuper ainsi à le faire gémir, elle montrait une affection sauvage envers lui. On n’existe que par le regard des autres. Qu’il soit bon ou violent. Ah, qu’il aimait les êtres forts ! Méfiante, aussi, comme… Ah, il n’arriverait jamais plus à prononcer son prénom.

Il se fichait d’être aussi déplacé, comme d’habitude. Toujours à côté de la plaque. Tikaani sembla offusqué qu’elle croie ses aproles fausses. Son existence n’était qu’un immense mensonge, grotesque, mais il n’appréciait pas que l’on trouve ses paroles fausses les rares fois où elles étaient sincères. Le dhole petit à petit retrouvait sa liberté, mais, pétrifié de peur et d’incompréhension, n’osait bouger la moindre moustache. Et qu’il était bien, contre le corps brûlant de son maître, dont les côtes se soulevaient en rythme, pleines d’une vie qui circulait dans ses veines, passait dans ses muscles, le faisait respirer, avancer, parler. Tikaani sentit que le chien roux redevenait petit à petit maître de son corps et desserra son étreinte, soulagé. Ses yeux, qui s’étaient reportés sur son chien, revinrent, fixer un point au dessus d’Ailyn, pour éviter qu’elle ne croise son regard, dont lui-même avait peur. Ah, il aurait préféré être aveugle que d’avoir des yeux aussi bleus. Puéril, pitoyable. Peut-être. C’était elle qui le qualifiait ainsi, comme lui l’avait qualifié de cruelle. Elle avait acceptée d’être cruelle, alors il accepta d’être pitoyable et puéril. D’être un enfant traînant son passé et ses vices viscéraux comme des chaînes à ses pieds, entravant sa marche sur le chemin de son existence.

« Ce n’est pas une ruse. Je vous aime pour votre haine. Il est rare que les gens passent à côté de moi et me consacrent un moment, que ce soit pour m’aimer ou me faire souffrir. »

Un large sourit fit rayonner son visage. Un sourire charmeur, complaisant, doux, épanoui.

« De toute, aimer ou souffrir, c’est la même chose. La passion fait souffrir et l’on souffre par la faute d’une passion. »

la passion d’être cruelle. Tous els goûts étaient dans la nature, sauf dans celle de Tikaani. Il refoulait, refoulait tout, vivait sans vraiment vivre, vivait parce que les autres le voulaient, jamais ne faisait quoi que ce soit, toujours les autres faisant à sa place. Même vivre sa vie. En une mimique de réserve affectée, Tikaani baissa les yeux vers l’herbe sur le sol. Même ses propres paroles, le jeune homme avait, l’impression que ce n’était pas les siennes, tant il avait du mal à s’exprimer, à se faire comprendre. Et si sa plus intense douleur était celle de n’avoir jamais été comprit ? Parce que els gens lui prêtaient des qualités et des défauts qu’il n’avait pas. Parce qu’ils lui prêtaient une identité qu’il n’avait pas. Tikaani était un loup-garou, seul et infortuné, aussi sentimental qu’un chêne. A présent, allez savoir si un arbre éprouvait autant de sentiments que son cœur sale. Sale, tant on s’est essuyé les pieds dessus. Est-ce qu’un jour, il trouvera quelqu’un capable de le comprendre ? Est-ce qu’il était déjà passé à côté, sans s’en rendre compte ? Un chien a-t-il assez d’importance pour qu’un dieu, s’il en existe un, fasse exister une âme qui puisse s’unir parfaitement à la sienne ? Il n’est plus qu’un soleil noir transi de froid. Anubis, T’ien k’uan, Cerbère, Xolotl, Garm. Tant de chiens si grands ! Etres qui toujours ont servis de guide. Tikaani lui, n’arrivait pas même à trouver sa propre route. Etait-il vraiment un chien ? Même pas un chien ! Rien du tout. Le dhole était plus fort que lui.

« Ne me traitez pas de chien, je ne mérite pas même d’être un chien. »

Un murmure inaudible pour un humain, une requête pleine de souffrance. Tout autre lycan aurait vécu cela comme une insulte, surtout de la bouche d’un vampire, mais lui voyait là un mot encore trop beau pour le qualifier. Loup ? N’y pensez même pas ! Symbole de sauvagerie. Qu’y avait-il de sauvage en Tikaani à part sa haine farouche qu’on le touche ? Ailyn avait beau le provoquer, Tikaani ne changeait pas, restant toujours aussi bas, et même, s’enterrant de son propre gré. S’il pouvait lui-même se jeter des pierres, il le ferait. Le loup-garou resta silencieux, la tête baissée, étant conscient qu’il ne pouvait fuir. Il avait tenté, elle s’était vengée. Il n’avait donc qu’une solution. Attendre que ce soit elle qui s’en aille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   Mer 1 Avr - 20:57


    « Ce n’est pas une ruse. Je vous aime pour votre haine. Il est rare que les gens passent à côté de moi et me consacrent un moment, que ce soit pour m’aimer ou me faire souffrir. »

    Dois-je rire? Dois-je pleurer? Dois-je rester indifférente? Rire semble la seule option acceptable, car je ne peux pleurer, et ne peux ressentir de la pitié, ce qui m'empêchera donc de pleurer sur son sort. C'était tellement pitoyable un être tel que lui…Il ne vivait même pas, il était invisible aux yeux du monde, n'avait pas d'identité….Car l'identité se définit par ce que nous sommes, ce que nous pensons, ce que nous choisissons, mais également par les personnes nous reconnaissant autour de nous. Hors lui, il était seul, sans connaissance, les autres passaient sans le regarder…Il était comme l'annotation du livre ennuyeux qu'on nous a forcé à lire et à laquelle on ne prêtera pas vraiment attention. Une annotation facultative dans la vie du monde entier…Il n'était rien.

    « De toute, aimer ou souffrir, c’est la même chose. La passion fait souffrir et l’on souffre par la faute d’une passion. »

    Je ne pouvais qu'être d'accord avec lui. L'histoire a mainte fois prouvée que les passions sont dévastatrices…Elle peut provoquer la mort, comme Juliette et Roméo. Elle peut provoquer la déchéance d'une croyance, comme Henri VIII et Anne Boleyn. Elle peut engendrer le mensonge, comme Roxane et Cyrano… La passion ne provoque en général que souffrance, mort et destruction…
    Alors pourquoi la passion existe-t-elle toujours?
    La frontière reste mince entre amour et haine…Tout peut changer en une seconde, d'un claquement de doigt, d'un ordre murmuré…Rien n'est jamais concret, tout se joue à un fil…Même la vie.

    Mais nous ne sommes certainement pas la, du moins je pense, pour faire un discours philosophique sur l'amour et la haine, on s'en fiche éperdument. Le fait est que ce type me semblait bizarre, voir maso…M'adorer, m'aimer…Peuh.

    Alors, fidèle à mon habitude, je le dénigrais une fois de plus. Je le traitais de chien, je ne savais pas pourquoi mais je voulais l'insulter…Je ressentais ce besoin à chaque fois que je croisais un loup-garou, l'insulter, lui faire du mal…Psychologiquement et physiquement.

    « Ne me traitez pas de chien, je ne mérite pas même d’être un chien. »

    Non, il ne méritait pas d'être un chien. Il ne méritait rien…Il ne valait rien. Il ne méritait même pas la mort. Pourquoi avoir créé un être aussi…Répugnant, inutile, stupide, sans intérêt? Pourquoi donner le droit de vie à une chose pareille? Certains loups méritent leur vie, car ils se battent et même si ça m'écorche la langue de le dire, ils se battent bien. Ils ont de l'honneur, des idées à défendre, du caractère…Lui, il n'avait rien. Il était brisé, au point d'être réduit à l'état de miettes, et encore…

    Un être comme lui ne méritait pas mon intérêt, ne méritait pas que j'use ma salive pour lui…Il ne méritait rien, hormis mon ignorance.

    -Certains loups méritent d'être considéré…Mais vous, vous n'êtes même pas digne d'être considéré comme un homme, comme un loup, comme un être…Vous ne valez rien, vous ne méritez rien, pas même la mort. Restez seul dans l'ombre, misérable rat et encore…N'en sortez jamais, n'imposez jamais votre présence au monde, vous le saliriez plus qu'il ne l'est déjà. Et je ne m'insulterais pas d'avantage à rester en votre compagnie, des choses plus importantes telles que l'ennui ou la méditation m'attendent.

    D'un bond rapide, presque invisible, je me retrouvais à nouveau cachée par la pénombre. Je tournais alors le dos au professeur, indigne même de ce titre, et m'en allais dans la nuit, à la recherche d'une proie quelconque pour combler le feu brûlant de ma gorge meurtrière…


And that's all...

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit matin [ TERMINE ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit matin [ TERMINE ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Première sortie de patit matin ( Flocon de cendre moi et Petit matin )
» La lueur éclatante du saphir au petit matin est telle que le ciel et l'océan se confondent dans des teintes de bleus d'une pureté exquise .
» Une Balade Interdite (PV Petit Matin)
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Extérieurs du château. :: { La forêt interdite.-
Sauter vers: