AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aconite [PV miss Jarry]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Aconite [PV miss Jarry]   Dim 22 Mar - 15:16




Tikaani était d’une humeur massacrante, la pleine Lune avait lieu ce soir. Il faisait ce qu’il pouvait pour résister à l’envie d’égorger tout le monde, afin de garder une bonne réputation au sein de l’établissement. Certes, il n’avait aucune réputation, tant il était discret, mais ce n’était pas le moment d’en avoir une. Tikaani détestait par-dessus tous les ragots et ne désirerait pas qu’il y en ait sur son compte. Mais là, il y avait de quoi commencer un sacré dossier sur son compte. Toujours, le professeur avait interdit à qui que ce soit d’entrer dans sa chambre, que ce soit homme ou elfe de maison. Ne serais-ce que pour faire ses carreaux. Le lycan avait trop peur que l’on découvre sa vraie nature. Mais les elfes n’avaient pas résistés à l’envie de s’y rendre. C’était la seule pièce où ils n’avaient le droit de se rendre. La curiosité les avait emportés, et trois d’entre eux s’étaient rendus dans la chambre de Tikaani. Devant eux s’étendaient des montagnes d’habits entassés, des feuilles étalées sur le sol, des lits défaits… Et ils n’ont pas résistés à l’envie de tenter de mettre un peu d’ordre. C’était son compter sur le dhole qui, en les voyant, se mit à aboyer pour jouer avec eux. Le professeur, qui se trouvait dans sa salle de cours située en bas était donc monté et avait surpris les trois elfes de maison à ranger ses papiers. En premier temps, personne ne bougea. Tikaani n’était pas réveillé depuis longtemps et les elfes trop éberlués pour faire le moindre geste. Ce furent eux qui réagirent en premier, et se faufilèrent entre les jambes du lupin pour s’enfuir par la porte. Le sang animal de l’homme ne fit qu’un tour et, hurlant qu’il allait leur faire la peau, il se mit à leur courir après, dévalant après eux marches, couloirs, dédales. Quelques élèves le virent alors passer et restèrent un instant éberlués. Etais-ce bien le professeur d’astrologie, toujours calme et souriant, qui hurlait après trois elfes de maison comme si ils venaient de lui dérober son bien le plus précieux ? En tout cas, ils purent noter qu’il courait vite, avec légèreté. Arrivé à la salle commune, un elfe tomba entre deux tables, permettant à Tikaani de le rattraper. Il le saisit par le torchon qu’il portait autour de son torse, le soulevant du sol comme une vulgaire poupée de chiffon. Le petit être gris battait des jambes, apeuré. Tikaani était si gentil avec eux, le voilà qui les pourchassait… Ses sourcils froncés, ses yeux trop bleus, ses traits tirés lui donnaient un air mauvais. L’elfe couina, posa sa main sur celle de Tikaani, qui ce contact le relâché, dégoûté, comme d’habitude, par le contact de la peau d’un autre avec la sienne. La salle semblait déserte, à cette heure tardive de la matinée. Les élèves étaient en cours, les fantômes discutaient entre eux, les elfes fouinaient ailleurs… Sauf ces trois là. Les deux autres étaient revenus, pour soutenir le troisième qui était tombé. L’un deux prit la parole, disant qu’ils n’avaient pas fais cela pour le vexer. Cela fit exploser la colère de Tikaani.

« Vous n’avez pas le droit d’entrer chez moi ! Vous n’avez pas le droit de ranger mes papiers, de toucher mes vêtements ! Vous n’avez pas le droit ! »

Sa voix appuyait fortement sur chacun des mots, il rugissait, s’aidant de grands gestes pour leur montrer sa rage soudaine. Ses pieds nus claquaient sur le sol froid de la salle vide, ses mots résonnaient contre les murs vides, son être s’emplissait de ressentiment. Il ne ressemblait pas au professeur généreux que tous connaissaient. Ses cheveux, toujours coupés en crête, n’étaient pas coiffés et s’hérissaient d’épis sombres alors que son débardeur, fortement échancré sur les côtés laissait voir ses bras tatoués de roses bleues et crânes ainsi qu’une bonne partie de son dos. Il s’était levé il y a moins d’une heure, et n’avait pas encore eu le temps de passer sous la douche et de s’habiller correctement, aussi portait un pantalon pêcheur noir qui lui donnait une apparence décontractée qu’il avait rarement. On ne lui donnerait pas plus de dix-sept ans, habillé ainsi… Les elfes baissèrent les yeux, attendant une punition, mais rien ne vint. Tikaani leva la main, en signe de menace, mais fut prit de vertige, après s’être ainsi mis en colère. Cela lui arrivait si rarement qu’il n’y était plus habitué. L’homme s’appuya sur une table tout près, s’assit sur le banc qui se présentait à lui, essoufflé, trop de sang lui étant monté trop vite à la tête. Un elfe partit en courant et revint avec un cruchon d’eau et un petit bol. Les deux autres, restés tout près de lui le regardaient avec étonnement. Cet être, si haut, qui courait si vite était si faible… On tendit vers lui un bol plein d’eau, mais il le repoussa, sans ménagement.

« Laissez-moi tranquille. »

Sa voix était redevenue douce. Les elfes voulurent ajouter quelque chose. Ils ne pouvaient le laisser comme ça. Le visage de Tikaani était devenu livide, et ses yeux embués. Mais le professeur grogna, dévoilant ses longues dents, que les elfes de maison s’éclipsèrent, de peur que de nouveau il n’en frappe un. Le professeur, seul, sortir alors d’une des poches de son pantalon une petite fiole et en vida le contenu, rapidement, alors qu’une grimace de dégoût lui tordit le visage. La petite fiole d’argent tomba sur la table, déversant ses dernières gouttes sur le bois sombre du comptoir. A sa couleur, on reconnaissait l’aconite. Tikaani gémit, et regarda ses mains, sur lesquelles des griffes, momentanément, avaient poussées. Elles se rétractèrent sous l’effet de la potion, lui causant une intense douleur qui lui arracha une deuxième plainte. Il souffrait ! Il avait mal ! Avait fait du mal ! Il sembla s’avachir, sa tête tomba sur la table, alors qu’il tentait de reprendre son calme. Il avait envie de se transformer, de haïr le monde entier. L’aconite faisait de moins en moins d’effet sur lui, il lui fallait à chaque fois une plus grande dose. Mais en demander un peu plus à miss Beckett lui tordait le ventre. Il lui faudrait un philtre calmant, surtout. Enragé, il prit le bol et l’envoya par terre. Le goût de l’aconite restait dans sa bouche, le loup avait envie de mourir tant c’était détestable. Il ne s’y faisait toujours pas… Cette nuit, c’était la pleine Lune. En y pensant, Tikaani se frappa la tête contre la table, et ne bougea plus, en prise avec lui-même. Espérons que les elfes n’avaient rien remarqués. Aujourd’hui, il ne donnerait pas de cours, comme à son habitude. Et si un jour, les élèves liaient ses absences à la pleine Lune ? Tikaani était fichu. Ses hormones ne cessaient de le relancer, de lui crier d’aller courir, de se mettre en colère, de se transformer.

Tiens, une odeur de femme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilou Jarry
« GRYFFINDOR & seven year » ~ human student.
avatar

Féminin Nombre de messages : 75
Age : 26
race : — humain(e)
animal de compagnie : Un écureuil nommé Tybalt x)
petit message : Contentons nous de dire que la vie est un songe, sans trop nous soucier du mensonge.
Date d'inscription : 14/03/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Aconite [PV miss Jarry]   Sam 28 Mar - 23:26


    Marilou se frotta les yeux et passa une main dans ses cheveux mal peigné.
    Encore une nuit passée à l'ombre des livres, une lanterne à la main, au fil des mots, avec le grattement de sa plume pour se tenir éveillée.
    Elle bâilla longuement et largement, puis fit quelque pas sur le parquet grinçant, goûtant le silence de l'aube qui nappait le château. A cette heure où la nuit laissait à peine la place pour le jour naissant, personne n'était encore éveillé: l'ombre nocturne s'enfuyait au fil des minutes, laissant chacun sous le lourd édredon d'un sommeil qui n'allait pas tarder à prendre fin. Marilou n’avait pas encore dormi, et il lui restait un peu moins de deux heures pour ce faire.
    La jeune femme regagna le bureau de la salle commune, encombré d'un capharnaüm qui tenait debout par un obscur miracle de l'architecture. Elle se glissa dans le fauteuil où elle se laissa tomber dans un grincement de bois malmené par les années puis s'affaissa sur elle-même et posa son front sur les deux centimètres de libre au bord du bureau. Cependant rien à faire, cela faisait une demie heure qu'elle était dans cette position, elle ne parvint pas à s'endormir. C'est ce qui arrivait souvent lorsqu'elle prolongeait ses journées comme cela. Son horloge biologique avait passé le cap du sommeil et il faudrait attendre un bon moment avant qu'elle n'en redonne l'ordre. Il était cinq heures et demie et la jeune femme ne pouvait plus écrire une ligne de plus. Cela faisait depuis hier quinze heures que Marilou travaillait sur ce devoir, ayant sauté le souper. Souper manqué sans regret aux premiers abords, mais plus le temps passait et plus Marilou changeait d'avis. Son estomac commençait à crier à la maltraitance. La jeune femme mit la main sur sa baguette magique qui traînait sur son bureau et fit apparaître un plateau de confiseries, avec un grand bol de chocolat chaud. Cependant, la jeune femme n'était pas très douée pour faire apparaître de la nourriture et cette dernière manquait sérieusement de saveur. Pour vous donnez un exemple, en bouche la brioche était assimilable à du carton... Marilou n'avait pas d'autres choix que de desendre aux cuisines. Cependant, il était encore très tôt et la perspective de se promener seule dans les couloirs sombre du château n'était pas pour plaire à Marilou. Car si était elle affamée, des créatures dehors l'était encore plus et n'attendait qu'elle pour festoyer. La Gryffondor décida d'attendre qu'il soit au moins 6heures et quart avant de sortir de sa salle commune.
    6h15.
    Il n'est guère prudent de se promener seule, à une heure si tardive, jeune fille. Si ce conseil peut sembler avisé dans le monde des Moldus, combien plus chez les Sorciers! Vampires, loups garous et autres monstres innommables y sont, après tout, bien plus que de vulgaires légendes bonnes à effrayer les plus jeunes. Plus vrais qu'on ne le souhaiterait, ils peuvent surgir de n'importe où, n'importe quand, et constituent une menace aussi réelle qu'importante.
    A cette heure avancée de la nuit, une ombre bien différente de celles de ces créatures faisait pourtant fi de tous ces conseils avisés. Le pas incertain et le regard plus qu'attentifs, Marilou Jarry venait de sortir de sa salle commune,ses grands yeux chocolats furetant dans le moindre recoin accessible. Il ne fallait tout de même pas que quelque chose lui tombe dessus à l'improviste...

    Les sourcils légèrement froncés, elle écouta le claquement provoqué par ses pas sur le sol, troublant désagréablement le lourd silence. Marilou déglutit. Elle devait descendre seule, les escaliers afin de rejoindre les cuisines. Elle, ne pouvait se rassurer en se disant que rien ne lui arriverait. Au contraire, elle était cruellement consciente du fait que tout pouvait justement arriver à cet instant précis. Le déjeuner allait-être servi dans un peu moins d'une heure, pourquoi ne pouvait-elle pas attendre jusque là. Elle avait terriblement faim certes mais il était bien bête de risquer sa vie plus une fringuale, aussi grosse soit-elle! C'est ce que la jeune femme était d'ailleurs entrain de se demander... Mais, alors qu'elle s'apprêtait à remonter les premiers escaliers qu'elle venait de desendre, elle fut surprise par un bruit proche d'elle. Trop proche, même. Les doigts crispé autour du bois de sa baguette, elle n'attendait que LE mouvement de trop pour lancer un sortilège. Eh bien oui. La meilleure défense n'est-elle pas l'attaque, après tout?
    Ses instincts de Gryffondor, déjà bien malmenés par les idées "anti-réfléchies" qui l'avaient poussé dans ce guêpier, revenaient pourtant en force à ce même instant, lui intimant de rester calmement inerte, et de ne pas prendre de risque inconsidéré. Analyser la situation, agir en conséquence. Oui, mais si la "chose" qu'il avait entendu bouger l'attaquait maintenant, elle n'aurait le temps de se défendre que si elle prenait les devants, non? Et puis zut! Elle tournait en rond, là.
    La jeune femme soupira, toujours silencieuse, décidant que finalement, réagir en fonction de ce qui se passerait était la meilleure chose à faire. C'était sans compter sur ce deuxième bruit, beaucoup plus fort qui parvint aux oreilles de la jeune femme. Il fit flancher tous les raisonnement de Marilou qui se mit instinctivement à dévaler les escaliers à la vitesse grand V. La jeune femme courru sans trêve jusque dans le Hall et pénetra en courant dans la grande Salle. Là, une silouhette qui aux premiers abords paraissait inquiétante lui tira un grand cri, dans le style:

    - Whouaaaaaaaaaaaaaaaaah!

    Cria t-elle en pointant instinctivement sa baguette sur cette silhouette et en lançant le premier sort qui lui venait en tête, lequel eut pour effet d'expulser la personne quelques mêtres plus loin. (H.J: Je n'sais plus comment s'apelle ce super sort ><' ). La main toujours fermement agrippée à sa baguette Marilou distingua maintenant la personne qu'elle venait d'attaquer. Ce n'était autre que Mr Madero, son professeur d'astronomie! Ôh Misère! La jeune Gryffondor s'avança en courant vers lui et, s'arrétant à quelques centimètres de son professeur, étendu sur le sol, elle bafouilla:

    - Je suis désolée professeur, vraiment désolée, je... excusez-moi!



    Spoiler:
     





Dernière édition par Marilou Jarry le Sam 18 Avr - 14:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Aconite [PV miss Jarry]   Lun 30 Mar - 14:36

On aurait pu attendre plus doux comme réaction. Tikaani n’eut pas le temps de réagir. Pas le temps de se cacher, comme il l’aurait fait, de peur qu’on ne le découvre là, vêtu sobrement, dévoilant ses bras. Dévoilant trop ses bras. Quelle gêne que ce corps, quelle horreur que cet épiderme, que ces tissus de chair, que ces morceaux d’os qui toujours réclamaient nourriture, eau, besoins comme des enfants trop gâtés. Tikaani se détestait, Tikaani se haïssait pour être ce qu’il était. Un homme, avant d’être un loup. Loup ne l’aurait pas dérangé. Il serait dans une meute, tranquille, et un jour serait parti mourir au loin, sans qu’on y fasse trop attention. Loup gris, homme gris. Gris et misérable dans ce corps innommable. Ses tatouages ne changeaient rien, il resterait toujours ainsi. Ni homme, ni loup, mais surtout homme. Et faible, par-dessus tout. Il y eut un cri et un éclair, et le voilà par terre. Ses réflexes l’auront sauvé, il se roula en boule, ce qui empêcha sa tête de heurter le sol. La pierre du sol avait râpé sa peau nue et les blessures naissantes faisaient ressentir au loup-garou la douleur embêtante des fines coupures qui ne sont pas assez grande pour que l’on s’en plaigne. Ca piquait, faisait un peu mal, mais pas trop, juste ce qu’il fallait pour que ce soit embêtant. Tikaani grimaça, poussant un râle rauque et se redressa, restant assis sur le sol, éberlué par ce qui venait de se passer en voilà une surprise. Il contempla un instant les blessures sur ses avant bras, rajoutant à l’horreur de son corps à la poitrine creuse, aux muscles noueux, sec comme un arbre mort. Complètement sonné, il ne pensa pas même à répliquer. Il perdait ses réflexes qui lui avaient valut de se sortir de nombreux faux pas. Mais quand s’approcha vers lui, catastrophée, une fine silhouette qu’il connaissait, son cœur se gonfla de joie de ne pas avoir contre-attaquer. C’était Marilou. Juste une élève. Elle s’excusa, mais Tikaani, complètement désorienté, se sentit agressé. Pour seule réponse, l’homme planta son regard trop bleu dans les yeux de Marilou. Ses sourcils froncés, ses traits crispés changeaient entièrement son visage si souvent impassible, doux. Prêt à la mordre, montrant les dents entre ses lèvres entrouvertes, brillantes dans la semi pénombre de la nuit et ses étoiles.

« Tu as de la chance que je n’ai pas répliqué, sotte ! »

Pouvait-on penser que c’était véritablement Tikaani qui parlait ? Ce ton brusque, cette voix forte, sombre, ces mots ! Lui qui ne tutoie jamais, parle toujours platement, traitait une de ses élèves de sotte. Se rendant compte qu’il était en train de lui-même détruire son masque d’homme doux et banal, le loup-garou détourna les yeux, brusquement. Qu’elle ne les voie pas, ces deux yeux qui trahissaient son ressentiment malsain pour tout ce qui l’entourait.

« Pardon. »

Le lycan ramena ses longues jambes vers lui et les entoura de ses bras éraflés. Son dos, qui avait amorti sa chute commençait à lui faire mal. Et que faisait-elle là, elle ? Petit à petit sa colère croissait en même temps qu’il tentait de la retenir. S’être fait mettre à terre par une élève. Certes, pas n’importe laquelle. Marilou. Une des meilleures, si ce n’est la meilleure. Une élève douce, gentille, avec son visage rond et pâle comme la Lune, ses cheveux de feu, son sourire adorable. Tikaani avait des nausées rien qu’à la pensée qu’il aurait pu lui faire du mal, à cette sorcière. En même temps, une forte envie de lui rendre la monnaie de sa pièce lui tordait l’estomac. Toujours ce même dilemme. Le loup ou l’homme ? Qui devait agir, réagir ? La bête ou l’humain ? Sa tête vint se cacher entre ses bras, faisant de Tikaani une forme recroquevillée sur elle-même, comme s’il attendait qu’on le frappe de nouveau.

« Je me suis emporté, encore pardon. »

A qui s’excusera le plus, dirait-on. Le professeur était encore tendu, ses muscles, sous l’action de l’émotion s’étaient crispés et ne s’étaient pas détendus, provoquant des spasmes dans tout le corps de l’homme qui tenait de se cacher sans y arriver. Bien que son visage soit camouflé, restait ses pieds, ses chevilles trop fines, dont une le lançait terriblement. Encore une fois le lycan s’était foulé la cheville. Et ses bras ! Ses épaules tatouées, ses poignets, ses mains où s’enlaçaient veines et os. Son haut laissait voir ses flancs trop maigres que le souffle faisait bouger au rythme de sa vie. Tikaani restait là, prostré, attendant cde se calmer pour se relever. Ou qu’elle parte. Marilou n’avait rien à faire ici ! En pleine nuit, c’était dangereux ! Seules les bêtes de la nuit veillaient. Comme lui. Il entendait le souffle de Marilou tout près de lui, si près qu’il semblait être en lui. Son aversion pour le contact physique le prit à la gorge, rajoutant à son mal-être. Mais ce n’était pas faisable de demander, dans ces conditions, qu’elle s’en aille. Il faudrait au moins qu’il la raccompagne jusqu’à sa tour. Mais bouger lui était impossible et qui c’est ce qui pourrait lui passer par la tête. En cette veille de pleine Lune, Tikaani n’avait pas les idées très claires et tout devenait un véritable casse-tête. Même raccompagner une jeune fille à sa chambre, ce qu’il devait faire en tant que professeur. Mais était-il professeur, homme où loup en cet instant précis ? Rien n’était moins sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilou Jarry
« GRYFFINDOR & seven year » ~ human student.
avatar

Féminin Nombre de messages : 75
Age : 26
race : — humain(e)
animal de compagnie : Un écureuil nommé Tybalt x)
petit message : Contentons nous de dire que la vie est un songe, sans trop nous soucier du mensonge.
Date d'inscription : 14/03/2009

veritaserum
maison*: — gryffindor
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Aconite [PV miss Jarry]   Ven 17 Avr - 23:29

Stupide... Vraiment Marilou c'était montrée stupide. Sortir de son dortoir, comme une jeune demoiselle capricieuse qui ne voulu pas attendre jusqu'à l'heure donnée pour se remplir l'estomac. Elle aurait dû réfléchir avant de transgresser le reglêment intérieur, chose qui ne lui ressemblait pourtant pas. D'autant plus que sur ce coup, sa propre vie était en jeu. Mourir à cause d'une finguale, quelle mort stupide. Mais, le drame fut porté à son comble lorsqu'elle agressa son professeur d'astronomie. Mr Madero. Un professeur doux, qui parlait uniquement lorsque cela était nécessaire. Marilou l'aimait bien... et elle se désolait d'autant plus que ce fut lui qu'elle eut agressé. La jeune Gryffondor appréciait particulièrement ce genre de personnalité, calme et discrète. En revanche, Marilou restait l'agneau sans défense dès que des personnalités turbulentes entraient en jeu. La jeune femme n'avait jamais été celle qui provoquait les autres. En effet, elle faisait partie de ce groupe de personnes qui tempérait toujours une situation lorsque celle-ci l'exigeait, lorsque tout dérapait, elle était celle qui calmait les ardeurs, dotée d'une franchise diplomate qui pouvait vous faire admettre vos pires travers sans même vous en rendre compte. Sa soif d'équilibre lui faisait bien souvent adopter des attitudes intransigeantes, voire tyranniques, revers de la médaille d'un souci constant d'équité, de justice parfois déçue par la réalité telle qu'elle est. Mais là, il fallait bien avouer qu'elle n'avait pas été à la hauteur de sa réputation. La jeune Gryffondor avait enchaîné action irréfléchie sur action irréfléchie. Il faut dire, que si elle était effectivement comme cela auparavant, les choses commençaient fortement à changer, avec le fait qu'elle comprenait de moins en moins ce qui se passait autour d'elle. La situation lui échappait totalement. Elle devait se méfier de chaques individus, les apparences étaient plus que jamais trompreuses quand cette période.
« Tu as de la chance que je n’ai pas répliqué, sotte ! »
Marilou encaissa. C'était parfaitement justifié. Puis, à la grande surprise de Marilou, Madero s'excusa. Pourquoi donc? Elle l'avait bien était sotte... ce n'était donc pas faute de lui faire remarquer. La jeune Gryffondor, regarda son professeur se recroquevillé sur lui même, jambes repliées sur son torse. Comme un enfant fautif que l'on aurait surpris en plein méfait. Pour finir, il replia sa tête dans le creu de ses jambes. Marilou eut mal au coeur. Madero donnait l'impression constente d'être en prise avec de sombres tourments. Et elle n'était pas là pour arranger les choses.
« Non, vous n'avez à vous excusez de rien professeur... Je n'étais pas à ma place ».
Sa place. Il y avait longtemps que Marilou ne savait plus où était sa place. Le monde n'avait pas besoin d'une pauvre humaine comme elle, sans aucun atrait particulier. Même Poudlard, sa deuxième maison semblait la rejeter chaque jours un peu plus.
Embarassée, la jeune femme détourna son regard de son professeur et regarda tout autour d'elle. Silencieusement, elle coutourna son corps inerte pour se diriger vers la sortie de la grande-salle. Mieux vallait ne pas le déranger d'avantage. Mais, alors qu'elle longeait la longue table des Serpentards, un objet retint son attention. Une fiole en cristal était abandonnée là, à l'endroit où était assit son professeur, avant qu'elle ne l'y déloge. La jeune femme s'avança. Une faible tâche grisâtre s'étendait sur la table. Marilou déglutit. Depuis qu'elle était haute comme trois pommes, la jeune femme voulait devenir médicomage. Alors, très tôt, elle s'était plongeait dans les bouquins de toutes sortes, pourvu qu'ils aient un lien direct ou indirect avec son futur métier. Ainsi, elle avait appris à reconnaître les spécificités d'une multitude de remède dont celles de l'aconite. Elle l'a, pas de doutte que cela en fut. Madero, un loup garou? La jeune Gryffondor, porta de nouveau son regard sur son professeur, qui n'avait toujours pas quitté sa position recroquevillée. Etait-il entrain de canaliser ses instints animals? Mieux fallait disparaître avant de le savoir...
« Professeur , je vais m'en aller maintenant. Je sais que ce moment doit-être difficile pour vous, et que si il m'arrivait quelque chose vous vous en voudrez affreusement... Soyez tranquil, je serais prudente en rejoignant mon dortoir. »
Sur ce, Marilou avait tourné les talons et s'apprêtait à sortir de la salle.

[Oula désolé, c'est vraiment super pourri... Mais, ça doit faire quatre fois que je le recommence à cause de l'orage... et ils sont chaques fois un peu plus nul, donc le dernier qui est celui-ci est à l'apogée de la nullité. ><' En plus, la fin est baclée mais je dois partir. Je détaillerais plus amplement les impressions au prochain Wink ]


Dernière édition par Marilou Jarry le Sam 18 Avr - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Aconite [PV miss Jarry]   Sam 18 Avr - 14:47

En réponse à ses paroles elle s’excusa à son tour sans qu’il ne l’entende vraiment, trop perturbé par sa position, tout serré sur lui-même comme si on l’agressait. Mais il ne voulait pas lui faire de mal, avait failli, aurait peut-être du. Juste pour lui apprendre. Mais non, cela aurait «été mal vu, et d’un coup de griffe il aurait pu la déchiqueter. Le goût de la potion restait dans sa bouche. Ah, quelle horreur ! Elle n’était pas à sa place, non, c’était certain. Sa place, elle aurait dû être où ? Tikaani tentait de trouver, mais rien de convainquant ne faisait remuer ses neurones. Sa place pourrait être dans son dortoir, ou dans les couloirs… un objet a une place, mais un être humain ? Tikaani se sentait toujours déplacé, quoi qu’il fasse. Etais-ce pareil pour elle qui s’en allait, ne trouvant pas que sa place était ici ? La trouverait-elle ailleurs ? Il dénota un moment d’arrêt, d’hésitation chez la jeune fille. Pas besoin de la voir pour le savoir. Que regardait-elle donc ? Qu’avait-elle vu pour s’arrêter ainsi ? L’homme releva son visage blafard et scruta l’obscurité de ses yeux bleus. Le broc d’eau gémissait par terre, et l’eau qu’il avait répandu en se fracassant sur le sol brillait. Brillait aussi sa fiole, petite, visible. Elle sembla prendre toute la place dans cette si grande salle. Qu’allait-elle penser ? Avait-elle reconnu l’aconite ? Le lycan déglutit péniblement. Il n’avait qu’à dire que ce n’était pas à lui ! La voilà sa solution, dire que c’était… Que c’était à qui ? Seul ! Son mensonge ne tenait pas la route. Elle partait, il fallait l’en empêcher.

« Marilou ! »

Il s’était levé, péniblement. Avait crié son prénom en un soubresaut de désespoir. Non, elle ne devait rien savoir ! Moment difficile pour lui. L’adolescente savait. Son souffle s’accéléra, ce cri lui avait prit tant de forces… Mais il ne fit rien après, restant pétrifié. Tikaani aurait mieux fait de la laisser partir mais ne pouvait s’y résoudre. Un instant, l’idée de frapper sa tête avec l’espoir que ce qu’elle venait de voir s’effacerait lui traversa l’esprit. Se sentant horriblement gêné de cette pensée, son visage pâle se teinta légèrement de rose alors que ses yeux hagards brillaient de la même façon que l’eau répandue sur le sol. Un moment difficile pour lui, c’était le cas de le dire. Il se remit à sourire, comme à son habitude. Ce masque inutile, insignifiant qui ne voulait rien dire derrière lequel le loup-garou cachait tous sentiments néfastes. La peur, la colère, la souffrance. Ce changement rapide d’expression avait de quoi choquer. Comme un fou, aurait-on dit.

« Ne vous en faites pas pour moi, je vais bien. »

Mensonge grotesque, et sa voix qui tremblait trahissait ses doutes. Si elle en parlait ? Les adolescents sont si bavards, à l’affût de la moindre rumeur. C’était une bonne élève, mais qui sait si un jour cela lui échapperait. Ce sera alors répété, déformé. Cela finirait en Tikaani s’est transformé devant Marilou et l’ai frappé. Cela viendrait aux oreilles de parents aux enfants sans scrupules et toute l’école serait mise à mal. Une simple fiole pouvait le conduire à sa perte. Ses mains tremblaient. De peur que la gryffondor ne le remarque, le professeur les joignit derrière son dos. Mais ses épaules aussi tremblaient. Son regard fixait sa fiole. Ses dents grincèrent. Un sortilège pour effacer sa mémoire ? Non, s’il le faisait sous le coup de l’émotion, qui sait ce qu’il pourrait effacer. Sans se presser, l’homme s’approcha de la table, et effleura du bout des doigts le liquide grisâtre sur la table. Le lupeux porta ses doigts à sa bouche, mais la répugnance de se liquide les fit vite s’éloigner de son visage, en direction de celui de Marilou. Sa main, tâchée de gris se tenait assez prêt pour qu’elle puisse contempler à son gré le liquide tabou.

« Vous reconnaissez ce que c’est ? »

Sa voix était grave, quoi que toujours bancale, comme éraillée. Sans attendre sa réponse il effleura les lèvres de la jeune fille et retira brusquement sa main. Du contact ne restait que cette marque grise sur la bouche de Marilou. Ce geste sembla avoir brûlé le professeur, vu la précipitation avec laquelle il s’était retiré. Puis, lentement, un pied derrière l’autre, Tikaani recula. Qu’est-ce qu’il avait encore fait… Le lycan perdait complètement la tête. La Lune sur lui avait un effet néfaste, ses gestes lui échappaient, son instinct prédominait. L’homme ne répondait plus. Plus de distance, tout était flou. Que se passait-il donc ? A chaque fois cela le surprenait. Être loup-garou, c’est tout sauf une bénédiction ? Âme damnée, sauvage, à jamais châtié d’être ainsi, que tous fuient et pour bien des raisons. Voilà que Mormolycé reprenait le dessus, ouvre sa gueule. Tikaani cessa de reculer, et resta immobile. Son regard fut attiré par la Lune presque pleine. Il jaugeait l’adolescente face à lui, avec son sourire bienveillant, sans aucune animosité. Parce qu’il en était incapable. Et silencieusement l’homme espérait qu’elle dise qu’elle ne reconnaissait pas cette potion. Mais ses gestes, ses mots, ses regards la trahissaient déjà. Il était perdu et ne laissait rien paraître encore une fois. Était-il véritablement humain ? Non. Il était lycanthrope.

[Tu te rattraperas dignement au prochain, je ne t'en veux pas x)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aconite [PV miss Jarry]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aconite [PV miss Jarry]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» L'anniversaire de Miss Gwenny !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Rez-de-chaussée :: { La Grande Salle »-
Sauter vers: