AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Imprévu (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Hollins

avatar

Féminin Nombre de messages : 133
Age : 28
âge rp : 18 ans
race : — animagus
animal de compagnie : /
petit message : /
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Imprévu (PV)   Mar 14 Avr - 8:42



  • Aujourd'hui, j'ai permis au soleil
    de se lever plus tôt que moi



    L'aurore aux doigts de rose... Où Lou avait-elle déjà entendu ça ? Peu importe. Ce matin, il s'agissait bien de cela. Le soleil était levé depuis à peine une heure, et ne brillait que faiblement. Tous les étudiants pointaient leur bout de nez ensommeillés. Enfin plus ou moins ensommeilés. Certains semblaient déjà extraordinairement dynamiques, et d'autres feuilletaient à l'avance des bouquins de cours... Rien de tout cela n'intéressait notre jeune Lou.

    Ne voulant pas rester dans la salle commune des Serdaigle, à cause du bruit qui y régnait, et craignant de rencontrer toujours la même agitation, elle opta pour la volière. Voilà bien longtemps qu'elle n'y était pas retournée ! Depuis un mois en fait, jour où elle s'était décidée à écrire à la famille Hollins, et à son frère. Ils finissaient par lui manquer. Mais ce matin, pas question de nostalgie. La mélancolie était bonne pour les soirs désoeuvrés. En cet instant précis, un nouveau jour se levait et il était hors de question de l'affronter avec pessimisme.

    C'est donc en gambadant plus qu'en marchant que la jeune Serdaigle monta les premières marches qui menaient à la volière. Elle y retrouverait sûrement Ariël, sa chouette blanche qu'elle avait depuis sa première année. Elle ne lui avait jamais fait porté beaucoup de messages, et l'oiseau était extrêmement flemmard. Mais Lou l'aimait bien, et ne s'en serait passé pour rien au monde. Elle était la seule qui l'accompagnait depuis sa première année, pas question de la lâcher comme ça. Elle se souvenait encore du jour où elle l'avait acheté.

    "Non vraiment, je ne vous conseille pas celle-là... Elle n'est pas en mesure de couvrir de longues distances et...
    - J'aime bien ses yeux.
    - Mais enfin mademoiselle on ne choisit pas le compagnon d'une vie selon ses yeux ! Un fidèle acolyte ne se choisit pas comme ça au simple feeling !
    - Vraiment, elle a des yeux très grands et très ronds
    - Mais..
    - Je vais prendre celle-là. Et c'est Ariël."

    Voilà, encore une fois, les étrangetés de Lou avaient frappé. Face à des arguments aussi peu logique, face à une réthorique aussi lamentable, le marchand avait cédé. Paradoxe ? Oui, bien certainement. Mais un paradoxe qui est l'essence même de Lou, de sa folie. Alors elle fait avec depuis dix-sept années, et le choix d'Ariël n'est qu'un exemple parmi d'autres.

    En repensant à tout ça, Lou sautillait presque vers la volière. Ces grands yeux d'Ariël, c'était justement eux qu'elle voulait revoir. Et puis aussi, retrouver le plaisir de la grande lucarne qui donnait sur tout Londres... Elle n'avait jamais bien compris s'il était interdit de venir là des heures ou pas, mais c'était réellement bien agréable. Tellement reposant. On pouvait même distinguer les toits colorés de Pré-Au-Lard. Y avait-il déjà des boutiques ouvertes à cette heure là ?

    Plus que quelques marches à gravir et elle atteindrait son but. Le petit havre de paix qu'était la volière. Elle pouvait y faire ce qu'elle voulait, tranquille. Enfin presque. Lou rit aux éclats en imaginant une panthère en pleine volière. Une transformation serait du meilleur effet pour semer la pagaille !

    Soudain, son rire se coupa net. Elle venait d'atteindre la volière. Il y avait quelqu'un à la fenêtre. Heureusement, son exclamation fut si sourde qu'il fallait être surhumain pour l'entendre.

    Nom d'un... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valendra von Riesling
« Venimous Beauty » ~ Vampire
avatar

Féminin Nombre de messages : 459
Age : 28
localisation : Anywhere..Anytime. Beware !!!
âge rp : 17... ou 165
sortilège — potion fétiche : Stupefix
race : — demi-vampire
animal de compagnie : /
photo d\'identité :
petit message : " Le monde est un bourbier. Tâchons de rester sur les hauteurs."
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   Dim 19 Avr - 19:46

    La nuit n’avait pour moi qu’une seule signification : repas. C’était le moment où je me rendais hors des murs de Poudlard, chercher l’essence vitale des humains qui m’était si chère et me conférait à moi aussi une force toujours plus vigoureuse. Le sang humain était indéniablement le plus nourrissant. En outre, de part ma nature de Demi-Vampire, il me permettait d’acquérir une force à peu près semblables à mes confrères Purs. Je n’étais bien sûr pas aussi puissante qu’eux, mais je me contentais de ce que j’avais déjà développé. De toute façon, je n’aspirais pas réellement à la lutte et à la violence, mais j’étais assez puissante pour repousser les adversaires les plus coriaces. Après quoi, bien sûr, je devais impérativement me nourrir sous peine d’un fort affaiblissement. Ailyn, Edward et les autres eux pouvaient encore tenir. Leur avantage sur moi.
    Cela dit, je ne m’étais que rarement trouvée confrontée à ce type de situation et ne m’en portais pas plus mal.

    J’avais donc passé la nuit à chasser en compagnie d’Ailyn, nous avions eu d’excellentes proies et le festin fut délicieux. La fraîcheur de ce sang de jeune sujet, l’énergie qu’il faisait affluer dans tout mon corps, donnant un regain de vitalité à mes yeux, les ramenant peu à peu à leur couleur Iris, un violet très doux et relativement clair, montrant que j’étais rassasiée.

    J’avais récolté les moqueries de ma très chère Ailyn lorsque j’avais épargné une femme enceinte. Elle était tout ce que je ne serais plus, la vie à l’état pur. J’aurais pu vouloir l’éradiquer, comme pour prendre ma revanche sur mon humanité perdue, mais finalement je m’étais ravisée, pensant que finalement l’immortalité m’avait apporté par mal de choses. Je décidai donc de laisser la vie sauve à cette pauvre humaine. Un acte plutôt magnanime pour un vampire, mais j’étais à ce moment arrivée à la fin de mon repas et je contrôlais un peu mieux mes instincts.

    Vers les cinq heures du matin, lorsque l’aube commençait à poindre, nous avions repris le chemin du Collège. Il nous fallait retourner dans nos appartements respectifs, nous changer et faire semblant d’avoir tranquillement passé la nuit et être opérationnelles pour les cours.

    Une fois passé la lourde porte en chêne qui marquait l’entrée du bâtiment principal, il ne nous fallut que peu de temps pour retrouver à pas feutrés nos quartiers respectifs : Ailyn avec sa sœur et Edward et moi avec William dans les étages réservés aux professeurs. Lorsque je poussais d’un geste de velours la porte de nos appartements, je trouvais mon cher et tendre en train de corriger des copies. Son éternel passe-temps. Il avait l’air si concentré, l’on voyait qu’il prenait ce travail à cœur. Les Runes Anciennes, sa matière de prédilection du temps de sa scolarité. Quelques trois cent ans auparavant. Avec une vitesse surhumaine, j’enfilais mon uniforme scolaire et laissai William travailler en paix. Après avoir déposé un tendre baiser sur la peau froide et pâle de son cou, je quittai nos appartements pour me trouver un endroit calme, pas trop fréquenté.
    Il devait être six heures du matin, à peine, les cours reprenaient dans deux heures et demie et les étudiants les plus matinaux ne tarderaient pas à faire surface. Heureusement que j’avais « mangé ; » sans quoi cet afflux d’odeurs humaines auraient eu raison de tout le contrôle dont j’étais capable.

    La volière.
    Qui s’y rendrait à une heure pareille ? Aucune personne normalement constituée. J’optais donc pour cet endroit en hauteur, dominant la partie du parc qui jouxtait la limite de la forêt interdite. Un endroit dont l’odeur des volatiles étaient quelques peu étranges mais où j’étais sûre de ne pas être dérangée.
    Et pourtant.
    J’étais installée sur le rebord de la fenêtre à contempler l’horizon, y perdant mon regard lilas lorsque mon odorat m’avertit de l’arrivée imminente d’un humain. Mais pas n’importe quel humain : un animagus. Elle avait également senti ma présence car à peine arrivée, un juron inaudible à l’oreille humaine sortit de sa bouche. Quitte à me révéler, autant le faire avec panache puisque, de toute façon, ses sens l’avaient avertie que je n’étais pas humaine.

    « Ce n’est pas très poli… Mais passons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   Mar 21 Avr - 0:36

Il est tôt, mais déjà le soleil se lève. Les quelques rayons, encore froids et tout fragiles dans le froid matin sont venus chatouiller Tikaani, qui dormait alors paisiblement, allongé sur l’un des lits de son étrange demeure, le dhole sur son ventre. La nuit fut dure, car pour ne pas déranger son compagnon l’homme n’a pas bougé d’un poil et se retrouve donc tout courbaturé après cette nuit passée sans se retourner ne serais-ce qu’une fois. Le poids du chien sur son torse se fait sentir, et toute la nuit Tikaani a rêvé que quelque chose le compressait. Le chien, jugeant avoir assez dormi s’étira, bondit, en profitant pour appuyer sur le ventre de son maître qui en un cri étouffé se réveilla. Son maître à l’aspect juvénile en dépit de son âge, qui pour tout bonjour lui envoya un livre qui traînait là. Le dhole aboya, croyant que Tikaani voulut jouer, mais ce dernier se retourna en pestant, avant de regarder l’heure sur son réveil. Ah, qu’il était tôt ! Mais une fois réveillé, il ne pouvait se rendormir. A peine eut-il posé ses pieds chauds sur la plancher froid qu’une boule de plumes brunes toqua à sa fenêtre. Cette chouette, il la connaissait. Celle d’un ami ? Ne rêvons pas ! Celle que le ministère de la Magie lui envoyait tout le temps, et Tikaani savait qu’à sa patte se trouverait une requête qu’il ne pourrait refuser. Il lui ouvrit et avec elle s’engouffra le vent froid du matin qui salua le lycan en soufflant dans ses cheveux bruns déjà tout ébouriffés malgré sa nuit calme. Tikaani sourit, Tikaani rit, et resta un moment à inspirer et expirer l’air frais de cette belle matinée. Le hibou hulula, rappelant l’homme à ses devoirs. En deux gestes et trois mots grognés, il libéra le pli de la patte du hibou et le lit. Rien d’intéressant, deux ou trois broutilles, une demande de lecture de Vénus et Mars dans le ciel pour prédire quelques bêtises concernant le Ministère. Tikaani souffla. Il n’y avait plus qu’à attendre que la gazette du sorcier lui demande de faire l’horoscope journalier… En deux trois gestes, quelques calculs et une recherche, Tikaani rédigea à grande vitesse sa réponse, se permettant d’être un peu froid pour une fois. Il ne serait pas toujours là pour leur prédire l’avenir, aussi important soit-il. Et c’était si vague, parfois… Le dhole jappa, courut de ci et de là, dans les pattes de son maître qui le repoussa gentiment. Un sacré vacarme en ce beau matin. Le hibou était épuisé, Tikaani ne pouvait le renvoyer maintenant, mais le ministère n’attend pas ! Fouillant dans son linge –propre, rassurez vous- rangé en tas épars, le damoiseau se dépêcha d’enfiler un polo noir qu’il superposa sur un jean clair et délavé. Pas besoin de prendre sa douche maintenant, il irait un peu courir par la suite et reviendrait dégoulinant de sueur… Pas besoin non plus d’enfiler sa cape de sorcier, donc. Une paire de solides chaussures suffirait. Il passa sa main dans ses cheveux comme si cela pouvait remplacer un peigne, mais ses cheveux restèrent indomptables.

Une fois prêt il siffla, pour attirer l’attention du chien roux et du hibou et s’enfuit vers les escaliers. Bonne humeur ! Ce ne sera pas le ministère qui gâchera sa journée, cette fois ! La lettre adressée au ministère dans une main il déboula donc d’un bout à l’autre du château pour rejoindre la volière et envoyer au plus vite la lettre pour pouvoir enfin s’enfuir vers la verte nature qui lui ouvrait grand ses bras, encore humide de rosée et frétillante de fraîcheur. Il se transformerait bien, pour aller courir sur l’horizon où le soleil se levait… Mais ce ne serait pas judicieux, Tikaani savait que du haut de l’école on pourrait le voir… Chantant, sifflant, volant presque, le dhole zigzaguant derrière lui et le hibou voletant, alourdi par la fatigue, le professeur grimpa les marches de la volière, entendant déjà depuis un moment le doux bruissement des ailes duveteuses dans la brise tranquille. Hop, voilà la dernière marche, qu’il gravit comme un vainqueur, avant de hululer comme l’aurait fait un véritable hibou, et non pas un loup.

Et c’est là qu’il les vit. Non pas deux jolies superbes chouettes, mais deux jeunes femmes, une brune, une blonde, qui devaient le prendre pour un bien étrange timbré, à chanter. Le pire, c’est qu’il avait accompagné son roucoulement d’une pirouette, certes souple et superbe, mais un pas de danse bien étrange en ces lieux, comme un fou valse au milieu des murs blancs d’un hôpital psychiatrique. Son sourire s’évanouit, laissant place à la stupeur. Et tout à coup, un espèce d’éclair roux se glissa entre ses pattes, lui faisant perdre le peu d’équilibre qu’il avait. Le dhole fit donc une entrée fracassante, courant tout le long des murs, prit dans l’élan qui lui avait servi à gravir les marches. Tikaani, sonné, assis par terre, regarda les deux personnes qui se tenaient devant lui, tout à coup bien frustré de s’être levé de si tôt. L’une d’elle était vampire. Certainement celle se tenant près des grandes fenêtres, l’autre, bien plus proche, exhalait une autre effluve, plus agréable, mais pas pour autant humaine, mais Tikaani ne réussit pas trop à savoir ce que c’était, bien trop secoué par sa chute désastreuse sous le nez de ce qu’il jugea être des élèves.

« Oh, pardon, je ne pensais pas qu’il y aurait quelqu’un de si bonne heure… »

En même temps que le loup prononçait ses brèves paroles, ces mots qui se bousculaient tout gênés. Tikaani n’aimait pas être le centre d’intérêt, ne serais-ce que de deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Hollins

avatar

Féminin Nombre de messages : 133
Age : 28
âge rp : 18 ans
race : — animagus
animal de compagnie : /
petit message : /
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   Mar 21 Avr - 15:51

    La stupeur à laquelle Lou fut confrontée en débarquant à la volière fut de courte durée. Non pas que cette stupeur disparut, loin de là. Mais elle fut submergée par d'autres étonnements. A commencer par la personne qui se trouvait en face d'elle, et qui venait de lui offrir une quelconque remontrance. Pas très poli ? Oooh cette étudiante avait l'ouïe fine.. Et aussi une odeur âcre, forte, étrange.. Une odeur que Lou avait senti quelques jours auparavant, alors qu'elle était cachée avec Seth. Comment avait-il dit ? Ah oui, quelque chose comme "sangsue". Hmm, intéressant. Elle avait donc en face d'elle un vampire. Charmante au demeurant. Puis elle était sûrement plus en sécurité qu'à la Cabane Hurlante... Toutefois, elle ne savait trop quoi répondre. En temps normal elle se serait exclamée quelque chose du genre "oh, ce n'était pas impoli", fidèle à sa franchise déroutante. Mais là, quelque chose l'avertissait de se méfier. Vampire, cela ne sonnait pas comme ami.

    Perdue dans ses pensées, Lou entendit alors un étrange hululement provenant des escaliers. Un troisième acolyte ? Décidément, la volière était plus peuplée qu'elle ne le croyait... Ou bien la vampire avait peut-être rendez-vous ? Avec un autre vampire ? Lou commença à sentir son ventre la piquoter. Seule entre deux vampires... ce n'était pas vraiment le genre de situations qui la faisait fantasmer. Un peu inquiète, elle observait donc l'entrée, attendant l'ndividu. Ce ne fut pas un individu, mais d'abord une chouette. Puis une silhouette ahurissante. Puis un chien. Et une culbute phénoménale. Et Lou ne put s'empêcher de retenir un grand éclat de rire. Il était peut-être nerveux, c'était peut-être un rire de soulagement. Oui, quelque chose dans ce goût-là.. Quoique ça ne dut pas être très apprécié par le nouveau venu. Réalisant cela quelques secondes trop tard, elle se stoppa net et vint tendre à sa main à l'homme affalée par terre. Mais il se redressa, articulant quelques mots confus.

    Oh, moi non plus je ne pensais pas !

    Puis elle réalisa ce qu'elle disait, accusant clairement la vampire de la déranger. Mais en même temps, maintenant qu'ils étaient trois, ça ne servait à rien que l'un s'en aille. Autant faire avec la situation. Une fois plus calme, Lou observa l'inconnu qui venait de débouler. Il était bien plus âgée qu'elle... Et elle le connaissait. Bien que ne suivant pas les cours d'astronomie, elle était assez studieuse pour connaître les professeurs de cette école, et le reconnut rapidement. Puis elle s'aperçut d'autre chose. L'odeur qu'il dégageait. Elle était très mince, mais l'odorat de Lou était extrêmement aiguisé. Une odeur qui se rapprochait de celle de Seth.. En différent, bien sûr. Avait-elle affaire à un loup-garou ? Elle n'en était pas certaine complètement. Mais si c'était le cas, ils formaient un joli trio, ici dans la volière ! Cette idée la fit de nouveau rire, et elle dut passer pour folle aux yeux de ses deux compagnons d'infortunes. Son attention se fixa sur la nouvelle chouette, elle demanda :

    Mais vous veniez peut-être pour une raison complètement pratique et sans intérêt nan ? Parce que nous deux semblons ne pas avoir de but précis !

    Enfin elle n'en savait rien pour l'autre. Mais au vu de sa position quand elle l'avait dérangée, elle devait plutôt être en pleine contemplation qu'autre chose. Et elle... tout d'un coup, elle n'avait plus aucune envie de tranquillité, tout cela la réjouissait au plus haut point, surtout qu'elle devait pour l'instant être la seule à connaître les trois identités regroupées.. Elle regarda de nouveau Tikaa. Elle venait de lui supposer une activité sans intérêt, ce qui n'était pas franchement aimable. Mais pour elle, tout ce qui était paperasses était rébarbatif. Et puis c'était un prof, un adulte, il s'agissait peut-être de sujets administratifs, ce qui est pour le coup encore plus ennuyant, c'est bien connu.

    Puis, se rendant compte qu'elle avait un instant accaparé l'attention, et pas forcément en bien, elle essaye de rattraper le truc. Mais évidemment, Lou étant telle qu'elle est, elle ne fit qu'accroitre son décalage dérangeant en tentant d'expliquer :

    Oh vous ne réalisez pas à quelle point la situation est inopinée..

    Puis elle se mordit les lèvres. Mieux valait vexer l'un des deux en parlant ouvertement de leurs statuts. Du coup elle poursuivit d'une traite et dans un grand sourire :

    Pour moi qui cherchait la solitude !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valendra von Riesling
« Venimous Beauty » ~ Vampire
avatar

Féminin Nombre de messages : 459
Age : 28
localisation : Anywhere..Anytime. Beware !!!
âge rp : 17... ou 165
sortilège — potion fétiche : Stupefix
race : — demi-vampire
animal de compagnie : /
photo d\'identité :
petit message : " Le monde est un bourbier. Tâchons de rester sur les hauteurs."
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   Dim 3 Mai - 19:00

Spoiler:
 


    Le petit matin avait accompagné le lever du soleil. Heureusement pour moi, la volière était relativement à l’abri des rayons qui pour moi pouvaient être la pire des armes. Oh bien sûr, il fallait pour que leur effet fût mortel, que j’y sois longuement exposée. Rester hors de la porter de ces sournois rayons qui vous brûle la peau en moins de temps qu’il n’en faut pour dire souaffle n’était pas un très gros effort pour moi puisque du temps de mon vivant, je restai relativement protégée. Ombrelles, chapeaux, châles et autres moyens que nous avions à l’époque pour préserver la blancheur de nos teints. Oui, car je préciser à toutes fins utiles qu’il était très mal perçu pour les femmes de n’avoir le teint porcelaine. Les jeunes femmes au teint hâlé étant considérées comme des gitanes, donc des païennes. Dans un empire hautement catholique que l’Empire Austro-hongrois, c’était un véritable sacrilège. Qui plus est à la cour impériale.
    Trêve de bavardages…

    J’avais passé la nuit à me promener dans les couloirs du château. Ce n’était pas un soir de chasse et mon cher et tendre était rentré à Londres pour affaire pressante et serait absent quelques jours.
    Visitant pour la énième fois ces couloirs que j’avais arpentés depuis déjà six années et demie. Je pensais à tout ce qui s’était passé entre ces murs, mais également hors d’eux. J’étais d’une humeur rêveuse, plongée dans des pensées du passé, les souvenirs que j’avais eu avec mes comparses Ailyn, Edward, Effilie. Les disputes qui n’avaient pas manqué d’éclater entre les lycans et nous même. Sans oublier nos parties de chasse en dehors de l’école. Permission spéciale de la directrice. Je crois de plus en plus que celle-ci veux s’attirer nos faveurs en se montrant indulgente et coulante à notre égard. Enfin, les pauvres petites humaines qui avaient vainement tenté de séduire William et qui en suite s’étaient trouvées bien sottes lorsque la nouvelle de notre union fut annoncée au grand jour. Ce fut un soulagement pour nous de ne plus avoir à nous cacher, mais également un désagrément, parce que je m’attirais les foudres de ces demoiselles. Mais quel fardeau est plus lourd ? Voir d’autres tourner comme des abeilles devant des corolles autour de l’être que vous aimez et duquel vous partagez vos jours et vos nuits, ou bien supporter les piques incessantes de ces même pimbêches ? La comparaison est vite faite. Que peuvent-elles contre moi ? J’en ris doucement.

    J’avais donc passé ma nuit en partie au sommet de la tour d’astronomie, mais l’odeur persistante du loup y était par trop désagréable. Je finis donc par me trouver un autre endroit pour laisser libre cours à ma rêverie et mes pensées.

    La volière en dépit de son odeur constante des rapaces qui la peuplaient me fut tout de même plus supportable que celle du chien mouillé de locataire de la tour d’astronomie.
    Je m’assis donc sur un parapet, sous la lumière plus douce de la lune pas encore pleine.
    Les heures passaient, à une vitesse absolument folle. Comme ma notion du temps avait changé de toutes ces décennies. Le temps que les humains chérissent tant et craignent tant de perdre, il n’était plus pour moi qu’un élément vaguement matériel me permettant de caler ma « comédie », mon masque de la journée. Je ne cachais pas vraiment ma nature, mais j’agissais comme les humains pendant le jour ; C’était la condition pour que tous nous puissions entrer à Poudlard.

    Le matin arriva donc et avec lui les premiers rayons de soleil, et aussi les premiers arrivants dans la volière jusqu’à lors si paisible.
    Des pas se rapprochaient, je sentais leur vibration et pouvais percevoir l’odeur d’une humaine. Bientôt suivie par un loup. Je plissais le nez mais ne bougeai pas d’un millimètre pour le moment. Le loup fit une entrée remarquée, visiblement le seul à se rendre dans ce lieu pour la seule raison valable : envoyer du courrier.
    Je les observai, sans rien dire.

    « La tranquillité »pensé-je. C’était un leurre. Et aucun humain, aucune créature ne pouvait la trouver. Du moins pas réellement ni durablement. Pas en ce bas monde.

_________________
. ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tikaani K. Madero
«TEACHER's» ~ professeur d'astronomie
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 26
âge rp : 41, en paraît 20
sortilège — potion fétiche : waddiwasi - aconite
race : — loup-garou
animal de compagnie : Un dhole
photo d\'identité :
petit message : .On apprend en vieillissant. Comme je ne sais rien, je ne vieillis pas.
Date d'inscription : 27/02/2009

veritaserum
maison*: — teacher
année*: — teacher year
relationship's*:

MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   Jeu 21 Mai - 16:22

[A moi de m’excuser du retard, pardon ><’]

La brune riait, parlait, assommait Tikaani de paroles qui n’était pas encore assez réveillé pour tout répondre. Il ne put placer aucun mot, et se contenta donc de sourire. Voilà quelqu’un bien joyeux, cela faisait plaisir à voir. Tikaani ne vivait pas dans la bonne humeur, de son côté, et il se sentit mis à part. Lui souriait, riait faussement, et l’élève face à lui semblait si naturelle. C’était ça, la joie ? L’insouciance ? Le loup eut un pincement au cœur et une envie de s’en aller, de fuir cette douce chaleur. C’était trop pour lui. Certes, il était de bonne humeur, mais l’était si rarement. Tikaani continua néanmoins de sourire, pour faire bonne figure. Ah, pourquoi lui était-il toujours en proie à ces horreurs, à sa torpeur ? Pourquoi ne pouvait-il pas être insouciant comme la demoiselle qui virevoltait. Ses lèvres s’étiraient gentiment, dévoilant ses dents blanches et alignées, ses boucles brunes dévalaient la courbe de ses épaules. Et ses grands yeux bleus lui rappelaient les siens. C’était comme si ils e voyait dans un miroir. Mais alors que chez lui ils brillaient de haine, ceux de l’enfant scintillaient tout autrement. Alors qu’elle aborda le fait que elles deux n’aient pas de but précis, Tikaani força un peu plus son sourire, brandissant au niveau de son visage sa lettre. Mais ne dit pas un mot. Il en était incapable. Peut-être que si il n’avait pas perdu ses parents, si il n’avait pas perdu son enfant, l’amour de sa compagne et tout espoir, il ressemblerait à la pimpante demoiselle. Et cette odeur légère, qu’était-elle ? A moitié sauvage, comme lui. Mais ce n’était pas un lycan, ou déjà son échine aurait frissonnée. C’était autre chose. Tikaani ne creusa pas plus. L’envie lui manquait. Aucun intérêt pour les autres, voilà la cruelle réalité. Les autres, y compris lui. C’est qu’avec le temps, le damoiseau s’était rendu compte que l’être qui lui était le plus étranger, qu’il comprenait le moins, c’était lui. Un hibou, aux couleurs bistre et maduro vint se poser sur son épaule, fixant de ses yeux orpiment le loup. C’était un vieux hibou, auquel il manquait un œil. Par habitude, le lycan tendit son bras et l’oiseau se déplaça dessus. La lettre fut pliée en quatre et attachée à la patte du hibou, alors que le professeur réussit à articuler quelques mots.

« Je suis là pour mon boulot de madame Irma… »

Associer le travail à madame Irma, voilà qui ferait crisser des dents les moldus. Cette science inexacte, c’était son travail, eh oui. Le hibou partit, sans un claquement de bec ou un regard de plus pour son maître. Ce n’était pas son maître, d’ailleurs. Le hibou avait le droit d’aller ou il voulait, et se contentait de rendre service à cette bête. Ni homme, ni animal. Bête. Le dhole, inquiété par l’odeur de la merveilleuse créature restée en retrait, qui n’avait prononcé un mot, s’était approché du rebord de la fenêtre. Son odeur ressemblait à celle d’Ailyn, et au lieu de fuir, il s’approchait, tout doucement, curieux. Est-ce que celle-ci allait aussi le pétrifier ? Ou le caresserait-elle ? Ou peut-être resterait-elle hautaine, et d’un air fier l’ignorerait. Tikaani, ayant encore en mémoire sa souvenir avec l’aînée des Longsdale, fut prit au cou. N’en avait-il jamais assez, ce chien ? Etait-il masochiste ? Fixant par-dessus l’épaule de l’élève brune son chien qui avançait tout doucement, prenant son temps, bougeant ses oreilles et remuant la queue comme un radar à la recherche de caresses. Pourquoi n’était-il pas venu japper dans les jupes de l’élève en face de lui ? D’un murmure brusque, Tikaani le rappela, faisant les gros yeux.

« Le dhole ! »

Le chien roux se retourna et d’un air stupide fixa son maître, qui fit claquer ses doigts pour le rappeler à lui. Mais il continue sa route, et s’allongea tout près de la fenêtre. Tikaani ne put retenir une remarque, peut-être peu agréable.

« J’espère que vous n’êtes pas allergique aux chiens… »

Sa voix était légèrement grinçante. Son sourire était devenu grimace. C’est que cette puanteur morbide de carcasse pourrie le gênait ! Ah, qu’est-ce que les humains trouvaient à ces êtres imparfaits dans leur beauté ? Tous si beaux, si parfaits, oui, il le savait ! Et les loups eux, si rustres, si méchants, si idiots, c’est cela ? Le monde est cruel, l’égalité n’existe pas. Le folklore moldu a bien servi aux vampires, entourés d’un halo mystique, et a bien desservi les loups-garous, vus comme des monstres à abattre. Le professeur d’astronomie avait osé lever ses yeux trop bleus. Oui, ce bleu givré, ce cyan opalin profond et indélicat. Jamais on ne vit yeux plus laids. Leur couleur en elle était belle, délicate, mais la façon qu’il avait de fixer les gens les rendaient pour le moins dérangeant, ses grands yeux bleus. Ce regard ne dura qu’une seconde. A peine ses paroles furent fines que Tikaani reporta son regard sur le dhole qui l’ignorait royalement, langue pendante. Son sourire revint, sonnant encore plus faux qu’avant. Faire un pas, pour le saisir par la peau du cou ? Impossible, s’approcher de la vampire serait insurmontable. Déjà qu’il avait envie de la pousser par la fenêtre. Un simple geste suffirait. Ou juste un sort. Elle ne s’y attendrait certainement pas. Mais cela ne sa faisait pas. C’était dur de se dire que son ennemi a le droit de vire. A sa manière. Plus il y pensait, plus il avait la nausée. Le loup-garou, fixant un point au milieu du front de l’élève brune, évitant ainsi de recroiser son regard, lui posa une question.

« Vous êtes un bien joli hibou, quel est donc votre nom ? »

Certainement l’avait il déjà croisé lors d’un cours, ce visage lui était vaguement familier. Ou étais-ce juste cette couleur, ce bleu clair qui l’induisait en erreur ? Tikaani fronça les sourcils, cherchant dans sa mémoire son nom. Mais il retenait mal, ne savait jamais qui était qui. C’est qu’il ne pouvait mettre de visages sur des noms, car les visages, il ne els voyait pas, fixant toujours son attention sur autre chose. Des mains, des mèches de cheveux. Sentant que cela ferait étrange qu’il fixe encore un peu plus longtemps son front, Tikaani reporta son regard sur le dhole. Lui au moins, était trop bête pour se demander pourquoi Tikaani fixait ses papattes rousses. Patate, va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Imprévu (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Imprévu (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Tout est une question d'imprévu... [PV]
» Voyage imprévu.....
» Voyage imprévu
» [RP] Visite imprévue
» Imprévu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Les Tours. :: La Volière.-
Sauter vers: