AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante

Aller en bas 
AuteurMessage
Dante H. Corrino
No Fangs Allowed
avatar

Masculin Nombre de messages : 128
Age : 35
localisation : Là où ton regard ne peut porter.
âge rp : 18
sortilège — potion fétiche : Diffindo
race : — humain(e)
animal de compagnie : Ares, un corbeau au plumage noir.
petit message : On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas.
Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Rédemption par le trépas (Acte de l'intrigue finale) [ Dante & Ailyn & Jacob ]   Sam 4 Juil - 22:54

    "Je suis celui qui peint la nuit en sombre,
    celui qui voit tous les jours la pénombre,
    je suis celui... qui a été."

    Aqme.






    Etait-il possible qu'ils aient été aussi loin, ces animaux n'avaient donc aucun honneur aucune éthique ? S'en prendre à Svetlana et dans son sommeil qui plus est. Que la belle soit tombée au cour d'un affrontement, il pouvait le concevoir et il s'y était préparé en quelque sorte, mais ainsi... Saignée dans sa chambre , de nuit, comme on égorge un animal, il ne pouvait le supporter, ils l'avaient déshonoré et les coupables allaient devoir payer. La loi du talion devait s'appliquer et au format Corrino pour cette acte. Une race pour une vie, rien de moins. Ses rancœurs allaient en tout sens, les canidés bien sur ceux là paieraient le prix fort, mais aussi cette pute endimanchée de directrice qui n'avait pas levé le petit doigt pour leur venir en aide alors qu'il avait placé tant d'espoir lorsqu'elle était arrivée. Elle avait prôné l'immobilisme dans une époque où seule l'action était salvatrice et rédemptrice. Cette erreur avait coûté la vie de Svetlana. Mais par dessus tout Dante s'en voulait à lui même pour ne pas avoir su la protéger. Sa relation avec la jolie slave en avait fait une proie de choix pour ces hybrides infâmes. Jamais il n'aurait du laissé ses sentiments prendre le dessus sur sa mission, à s'attacher comme il l'avait fait il ne pouvait qu'y avoir ce type de conclusion... non pas de conclusion de prologue en tout état de fait car cela ne venait que de commencer et l'héritier Corrino n'aurait de cesse avant que chaque non humain soit renvoyé ade patres , l'œuvre d'une vie venait de naître dans le sang et la douleur.

    Le jeune homme quitta le couloir adjacent à l'infirmerie où le corps de Zlatkine avait été entreposé. Il n'avait alors qu'un seul et unique but, châtier tous les canidés de Poudlard de sa propre main. Comme à son habitude il portait l'uniforme Corrino noir et par dessus un long caban de la même couleur. Les pans de son par dessus volèrent lorsqu'il se retrouva à la porte ouverte du château donnant sur l'extérieur. Là sur les marches de l'institution il se parla à lui même mais aussi en quelque sorte s'adressait-il à Svetlana.


    - Par le sang versé ce soir et ta mort, je fais le serment de ne jamais cesser mon combat avant de les avoir tous renvoyé à l'état de poussière qu'ils devraient connaître depuis bien longtemps.


    Il avait refusé les mots de sympathie des ses condisciples, les épaules offertes et autres conneries de ce type, il savait ce qui lui ferait du bien et cela personne ne pouvait le lui apporté hormis les canidés eux mêmes. Ils allaient expier leurs fautes et Dante avait bien l'intention d'être leur confesseur avant de se muer en bourreau lorsqu'il aurait donné sa sentence, bien que celle-ci soit d'ores et déjà établie, la mort par décapitation... Le jeune Corrino avait l'intention d'offrir à ces immondices une émotion bien humaine avant de les renvoyer dans les ténèbres, la peur...
    Ses décisions n'avaient plus rien de cohérentes à cet instant, il aurait du réunir le MLF préparer quelque chose de structuré et de réfléchit. Prévoir un plan de bataille, attendre l'intervention d'une autorité supérieure, mais désormais plus rien de cela n'avait d'importance, Dante n'était que rage et besoin destructeur. A une époque il serait allé prendre conseil auprès de Parker, mais celle-ci avait disparut de son cercle intime depuis peu et ne semblait pas très emballé par l'idée de purger Poudlard à la manière douce, au moins l'avait-elle soigné et lui avait offert de nouveaux tendons. Il retira son gant noir de sa main droite et pu admirer le travail de la Serpentard, les tendons magiques fonctionnaient admirablement bien et leur couleur bleuté donnait un coté irréel à sa main, la main rédemptrice, la miséricorde étant trop bonne pour ses animaux qui avaient prit la vie de Zlatkine, qui va s'abattre sur des erreurs de la nature pensa-t-il alors. Il voulait tout d'abord couper la tête du mal et pour se faire rien de mieux que d'affronter directement la tête pensante des canidés, la seule qui aurait pu ordonner ou même perpétrer le meurtre de Svetlana Zlatkine. Il sortit de l'enceinte magique du château et saisit sa baguette qui jusqu'à maintenant reposait dans sa manche, une petite amélioration que son père avait apporté à l'uniforme Corrino, un petit système permettant de garder son arme le long de son avant bras et pouvoir, sur simple pensée, dévérouiller le maintient pour la faire glisser en main. Il pointa sa baguette sur sa gorge et parla.

    - Sonorus Maxima. Le sort jeté il écarta les bras, restant debout les pieds joints le corps tourné vers l'édifice monumentale de Poudlard, son corps représentant une croix. Même s'il savait que le son de sa voix serait amplifiée au centuple il n'en baissa pas pour autant le ton, bien au contraire, Dante Corrino tenait à ce que chacun puisse l'entendre même sans formule.


    LONGSDALE !
    VIENS ICI CHIENNE !
    TON BOURREAU T'ATTENDS !


    Il fut lui même surprit par sa voix résonnant dans le début de soirée. Il avait peut être poussé le volume un peu trop fort, mais cette idée le quitta très vite, en fait le volume était tout à fait approprié. Il passa rapidement en revue ses sorts offensifs et en retint deux en particulier, Diffindo, qu'il maîtrisait parfaitement ainsi que Sectum Sempra qu'il connaissait et maîtrisait bien qu'il ne soit pas capable de le lancer sans incantations contrairement au premier. Il allait la décapiter lentement et ferait brûler ses restes par la suite, ou peut être laisserait-il Ares se repaitre de la chaire d'une immortelle ou supposé tel. Il n'en fit pas de même avec les défensifs, décision était prise, il n'y aurait pas de marche arrière ou de fuite, juste l'incoercible volonté de châtier la bête. La grande purge allait enfin pouvoir commencer... Son regard ne quittait pas un instant les grandes portes ouvertes du château, qu'importe qu'elle entité sortirait par là, elle ne serait plus que poussière avant l'aube.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Dim 5 Juil - 19:11

    Spoiler:
     

    « L'enfer n'est qu'un leurre
    Laisse toi guider, laisse toi porter par les flammes
    Le Mal est sa lueur
    Libère le poids de ton âme…
    »
    Kells.


    Les vieilles superstitions, arrivées des anciens temps catholiques, définissent les nuits de pleine lune comme des théâtres de l'horreur. Selon eux, c'est toujours lorsque la lune est pleine que le Mal s'éveille. Cette lune misérable, dissimulant la lumière du soleil et tentant de le remplacer avec ses lueurs blafardes. Les gens préfèrent la lumière, ils s'y sentent mieux, car leurs yeux ne voient pas dans l'obscurité…Ils haïssent ce qu'ils ne connaissent ni ne comprennent. Ils ne comprennent pas la lune, ils craignent ses pouvoirs maléfiques…Mais ce soir, la lune était pleine. Ce soir, la lune était rouge pour toutes les créatures de l'ombre. Nous serions les seules à la voir ainsi…Une lune rouge, signe de mauvais présage pour l'humanité. Signe de l'arrivée d'un équivalent à l'apocalypse. La naissance d'un vampire au sang parfaitement pur déclenchait une lune rouge. La lune était rouge à ma naissance. C'était un signe qu'envoyait Lucifer à toutes les autres créatures pour les informer. Plus effrayant qu'un faire-part de naissance, admettons le.

    Ce simple présage signifiait beaucoup à mes yeux. J'étais perchée sur le toit de la tour des Serdaigle. Je voyais les jardins et l'ensemble du domaine d'ici, mais surtout, c'était ici que les odeurs étaient plus forte…Je serrais un bout de papier, une lettre de mon père, dans ma main, une larme roula le long de ma joue. Une larme de sang…Les vampires ne pleurent pas, et lorsqu'ils le font, c'est du sang et non du sel qui s'échappe…Je vis cette goutte tomber sur le toit. Je portais mes doigts sur ma joue puis secouais la tête.

    Une nuit. Il y avait tout juste une nuit que tout cela était arrivé. Je me fichais pas mal de la mort de cette fille en elle-même. C'était une emmerdeuse du MLP, elle méritait un tel sort. J'appréciais par contre nettement moins le spot que ça avait braqué sur nous. Depuis le bal c'était ainsi, mais la…Je sentais toutes les émotions négatives du château, au point d'en être mal à l'aise. Alors j'avais bloqué ma sensibilité à tout cela. Les émotions négatives apportaient de la puissance, mais un trop plein pourrait me faire perdre le contrôle, comme lorsque j'avais mordu Jacob, dans la cabane…Je serrais d'avantage les poings. Son sang m'aurait assuré la victoire. Il suffisait que chaque vampire morde un loup et même le feu ne nous toucherait pas tant que le sang serait dans notre organisme. Le feu magique ne nous tuerait pas, mais espérons qu'ils n'aient pas l'idée d'allumer des torches sans baguette ou un truc du style.

    Le crépuscule. La lune était levée depuis un moment déjà, raison pour laquelle sont éclat avait du être visible de tous les lycans. Elle était pleine…Ils seraient à l'apogée de leur puissance, mais aussi de leur incontrôle. Connaissant Jacob, il garderait les plus instables éloignés. Je ne voulais pas de bagarre. Pour la première fois de ma vie, je ne désirais pas l'affrontement physique. Enfin si, j'en aurais envie quand Dante commencerait ses discours supérieurs, mais je devais penser aux vampires sous ma responsabilité. Mon père comptait sur moi, puis je devais protéger ma petite sœur…Elle serait en sécurité avec moi plus qu'ailleurs dans ce château. J'avais voulu l'évacuer, mais en pleine journée ce n'était pas la meilleure solution. Effinie était plus sensible à la lumière que les autres. Elle serait plus faible et je ne voulais pas que mon père ou ma mère approche de Poudlard. Ou même Stefan, la puissance qu'ils dégageaient alimenterait les hostilités et je perdrais Jacob s'il sentait mon père dans les environs.

    « LONGSDALE !
    VIENS ICI CHIENNE !
    TON BOURREAU T'ATTENDS !
    »

    Pile à l'heure. C'était la seule chose que j'avais pu prévoir sur le déroulement de cette soirée…Tout le monde dans le château avait du entendre. Elèves et professeurs, sorciers et sorcières, vampires et lycans…Nous n'y étions pour rien dans la mort de cette fille, mais il ne voudrait rien entendre. J'avais une idée de la vérité, mais au vue de la réaction de Jacob, il valait mieux que je la révèle en dernier recours.

    L'heure était venue. Je me mis à crier, des ultrasons que seuls les vampires entendraient. Je les appelais à venir, à répondre à l'appel de cet idiot qui se pensait meilleur que nous. Ils arriveraient dans la minute, ainsi je pus sauter du toit et me fondre dans l'obscurité naissante. Même dans les moments graves, j'aimais ménager mes effets. Un courrant glacial effleura Dante, et je mis de côté doutes, craintes, pour reprendre mon masque habituel de suffisance. J'étais supérieure, j'étais une Longsdale, fille d'Aleksandr, nièce de Bélial, enfant du chaos, vampire…Je ne craignais pas Dante, je me fichais pas mal de lui. Mes inquiétudes étaient pour les véritables coupables.

    -Ce n'est pas ainsi que l'on parle à ses maîtres, lui susurrais-je en me matérialisant un instant dans son dos. Je pensais te l'avoir enseigné…

    Mes doigts glacés effleurèrent sa peau, à l'endroit où je l'avais mordu, puis je disparus et me montra face à lui, en apparence exposée. J'avais sentis mes vampires arriver, et je savais que Jacob ne tarderait plus.

    -Tu es minable…Tu te présentes face à moi seul, exposé…Je pourrais te briser le cou. Tes amis du…Comment déjà? Peu importe. Ils avaient sans doute peur de venir…Ce qui prouve que certains humains ont du bon sens.

    En même temps, s'ils n'étaient pas dissimulés –difficile d'être certaine, toutes les odeurs se mélangeaient et mon odorat n'était pas l'outil le plus sur dans l'immédiat- ils viendraient sûrement au secours de leur chef après l'avoir entendu me provoquer…Ah! Même Pré-Au-Lard avait du entendre cet imbécile. S'il me cherchait, avant l'aube, il aurait rejoins ses ancêtres dont il portait si fièrement l'habit...

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Jacob Bleiddwin

avatar

Nombre de messages : 297
Age : 30
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Conjunctiva
race : — loup-garou
animal de compagnie : Athéna, une chouette grise

petit message : «Le pardon est la plus belle des choses, mais la vengeance est tellement plus satisfaisante.»
(Simon Dussault)

Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Dim 5 Juil - 22:50

Tout s’était si vite emballé, sans qu’il n’ait rien pu faire pour empêcher tout ça. Il lui semblait que la situation lui échappait totalement. En parlant avec Ailyn, quelques jours plus tôt, il n’avait pas songé que l’affrontement arriverait aussi vite. Et pourtant, avec la mort soudaine de Svetlana Zlatkine, il avait comprit que le dénouement serait inévitable. Immédiatement, Jacob avait accusé Ailyn. La Serdaigle était visiblement morte sous les canines d’un vampire et Longsdale était tellement avide de régler toute cette histoire dans le sang, qu’elle avait probablement provoqué le combat. C’est avec colère qu’il était allé lui parler, dans la cabane hurlante. Lui affirmant qu’elle n’avait pas respecté leur alliance en tuant une élève innocente. Ailyn avait démenti. Elle s’entêtait dans son hypothèse de puissance supérieure, en évoquant la culpabilité de démons, notamment celle d’un certain Belial. Pouvait-il réellement la croire ? N’était-ce pas une ruse pour s’assurer uniquement de son soutien ainsi que de celui des siens ?

Les bras croisés sous sa tête, confortablement allongé sur son lit, Jacob essayait de déterminer la position qu’il devait adopter. Après le décès de Svetlana Zlatkine, et la probable culpabilité d’Ailyn, il y avait fort à parier que bon nombre de loups-garous – peut-être même Luthien – refuseraient de se joindre aux vampires et iraient peut-être même rejoindre le MLP, avec le risque de devoir les combattre par la suite. Or Jacob s’imaginait mal devoir défendre des vampires contre des membres de sa propre race. Pas plus qu’il ne souhaitait tenter de rejoindre Corrino alors que celui-là refuserait son aide ou simplement, se retrouver seul et devoir faire face à deux fronts en même temps. Il était piégé. Coincé entre deux feux, alors qu’au départ, il n’était même pas l’une des principales cibles. Mais il était conscient que si Corrino parvenait à mettre un terme aux agissements d’Ailyn et de ceux de sa race, il se retournerait ensuite vers les lycans, pour assouvir pleinement sa soif de vengeance. Délicat dilemme : se battre aux côtés d’Ailyn pour protéger sa race et en ne se préoccupant pas de ses plus profondes convictions ou laisser Corrino et Longsdale régler leurs comptes seuls, en se rangeant auprès des humains, si besoin est, refusant ainsi de passer outre la trahison de la vampire et au risque de voir sa race détruite par la suite...

Il n’était même pas parvenu à voir Seth pour prendre conseil auprès de lui. L’atmosphère avait été chargée, aujourd’hui. Le drame de la nuit passée et l’approche de la pleine lune, avaient rendu ses semblables particulièrement agités. La puissance de l’astre lunaire était telle, ce soir, que Jacob craignait quelques débordements de la part de certains Lycans. Il avait fait en sorte d’éloigner les plus sensibles, de Poudlard. Si Aylin disait vrai, il ne voulait pas que certains de ses camarades se retrouvent coupables des blessures ou de la mort des humains, sans en avoir été parfaitement conscient. Or, la lune était séductrice. Bien que désormais habitué, Jacob devait faire preuve d’une parfaite maîtrise ainsi que d’une parfaite concentration pour résister à ses instincts et ne pas répondre à l’attrait de sa maîtresse.

« LONGSDALE !
VIENS ICI CHIENNE !
TON BOURREAU T'ATTENDS ! »


Telle une terrible sentence, le cri résonna dans tout le château. L’heure était venue. Elle ne s’était pas trompée. Un combat se déroulerait ce soir. Restait à savoir quels en seraient les participants et dans quels camps se placeraient-ils... Jacob se redressa immédiatement de son lit, en entendant le cri de Corrino, et quitta le dortoir à la hâte. A son arrivée dans la salle commune de Gryffondor, des membres de sa meute se levèrent immédiatement pour lui venir en aide. Jacob les détrompa d’un regard et déclara :

- Non, j’y vais seul. Ça ne ferait qu’envenimer la situation. Prévenez les autres. Si la situation s’aggrave, je vous appellerais.

Le cri avait alerté la plupart des habitants du château. Des élèves se poussaient, s’interrogeaient sur ce qui se passait, cherchaient à voir où se trouvait la source du bruit ou se postaient devant les fenêtres. Imperturbable, Jacob ne tenta pas de les calmer, se contentant de suivre instinctivement son chemin. Les portes du château s’ouvrir devant lui, laissant apparaître les deux protagonistes. La lune les éclairait de son éclat rougeoyant, semblant se repaître de la « danse » d’Ailyn, qui venait visiblement de provoquer son adversaire avant de se poster devant lui. Elle n’était pas venue seule. Sans peine, Jacob reconnu l’odeur nauséabonde et écœurante, de ses ennemis, qui semblaient venus de toutes parts pour venir en aide à leur Reine. Mademoiselle ne se déplaçait jamais sans son armée. Il avait faillit l’oublier.

Il avança vers eux, lentement. Il ne savait toujours pas s’il venait pour empêcher Corrino de tuer Ailyn ou s’il l’aiderait au contraire à effectuer ce geste. Et vice-versa. Il lui semblait plus simple de décider de ses actions, une fois qu’il comprendrait les intentions de chacun. Il se plaça finalement au centre, laissant ainsi se dessiner un triangle et lui permettant surtout de surveiller ses deux interlocuteurs. Jacob se tourna vers Corrino. L’héritier avait prit soin de revêtir le costume familial. Signe ostentatoire de son appartenance à l’élite de la bourgeoisie sorcière. Sèchement, il finit par lui déclarer :

- Je ne suis pas certain que toute cette mise en scène était nécessaire.

Etait-ce indispensable d'alerter tout le château ? Son regard se détourna du Serpentard pour aller se poser sur Ailyn. Ses propos l’avaient fait douter. Elle affirmait être innocente, et l’avait même poussé à boire son sang, afin qu’il ait une preuve de sa bonne foi. Chose qu’il avait évidemment refusé. Elle semblait si sûre d’elle. Savait-elle par avance qu’il refuserait de s’abaisser à ça pour avoir une version de l’histoire, ou était-elle réellement innocente ? Peu importe. Dans tous les cas, il n’appréciait pas qu’elle se montre aussi rapidement agressive. Là encore, elle semblait croire que la discussion serait une perte de temps, et que seul, un combat, pourrait mettre un terme à tout ceci. Or Jacob refusait toujours autant d’aller jusqu’à cette extrémité. Et c’est avec une colère retenue qu’il lui demanda :

- Quant à toi, rentre tes canines et demande à tes amis de partir. Nous étions convenus de ne pas finir tout ça dans le sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante H. Corrino
No Fangs Allowed
avatar

Masculin Nombre de messages : 128
Age : 35
localisation : Là où ton regard ne peut porter.
âge rp : 18
sortilège — potion fétiche : Diffindo
race : — humain(e)
animal de compagnie : Ares, un corbeau au plumage noir.
petit message : On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas.
Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Lun 6 Juil - 2:01

    Une voix se matérialisa dans son dos, un instant, il put même sentir un contact physique sur sa jugulaire, furtif et évanescent mais bien présent. C'est alors qu'elle fit son apparition face à lui, à seulement quelques pas, la dernière rencontre de Dante avec Ailyn de Longsdale avait tourné à l'avantage de la morte vivante mais les choses étaient différentes alors... Le jeune homme avait encore tout à perdre, il pensait avant tout à la survie de sa race, à la sécurité de son peuple mais ce soir tout était différent, il n'avait cure de ces vies. La fureur qui brûlait en lui ne supportait pas la contradiction ni même la tempérance, seule comptait la haine et le désir de vengeance. Une nouvelle fois la perforeuse était pétrie d'arrogance et de suffisance et cela agaça profondément Dante qui ne put réprimer un sourire narquois devant l'assurance de son adversaire.

    - Parler à ses maîtres... pour une entité soit disant supérieure je trouve que tu as accouru rapidement sur mon injonction... Quant aux autres membres du MLF, car ta mémoire sénile semble vaciller, ils ne sont pas présent pour la simple et bonne raison que je ne les ai pas convoqué mais je suis certains qu'ils auraient obéis, peut être pas aussi vite que tu l'as fait toi même mais ils ne possèdent pas ta vélocité innée...


    Il avança de trois pas pour se retrouver face à celle qu'il savait être sinon la meurtrière de Svetlana, au moins la commanditaire de cette acte infâme. Les muscles qui jouaient sur ses mâchoires se contractaient à une cadence régulière et les jointure de ses doigts blanchissaient tant il serrait fortement sa baguette.


    - Mais je dois avouer être surprit par ta condescendance, une nouvelle fois ton complexe de supériorité est incroyable, ce même complexe qui t'a poussé à te faufiler dans la chambre de Zlatkine, de nuit... Oh mon dieu de nuit... espérant qu'elle ne pourrait se défendre et que tu pourrais ainsi la surprendre sans grand danger pour la saigner comme un animal...

    Sa voix et son sourire était à la limite de la dépression nerveuse, Dante avait du mal à tenir en laisse son esprit et ses nerfs qui semblaient vouloir tuer Longsdale sur le champ.


    - Mais ton acte irréfléchi aura au moins eu un point positif, il m'a fait réaliser que mes premières idées qui ne voulaient que vous faire expulsé de Poudlard n'était pas la bonne manière de voir les choses. Aujourd'hui, cette nuit... je vais commencer la grande purge du monde sorcier. Sur la mort de Svetlana, je te jure que je ne m'arrêterais jamais. Je traquerais et tuerais chacun d'entre vous, ce sera toi tout d'abord, puis tes sujets, ensuite ton clan et enfin ta race, je vous tuerais tous un par un... Et si je viens à périr durant cette guerre alors j'en aurais formé d'autres et ils reprendront le flambeau, tout ne s'arrêtera que lorsque plus un seul vampire ne restera sur la terre d'Albion. Dus ai-je pour ce faire mettre l'Angleterre à feu et à sang et devenir pire que vous ne l'êtes, je ne m'arrêterais jamais. Même si je dois damner mon âme pour vous vaincre tous autant que vous êtes je le ferais et les masses me suivront. Tu seras alors connu par ceux de ta race comme étant Ailyn "celle qui apporta le fléau", ta précieuse réputation va en prendre un coup.


    Dante n'avait aucune idée et ne ressentait absolument l'approche d'autres vampire dans les environs, à vrai dire il n'y pensait même pas, pour lui Ailyn de Longsdale s'était présenté à lui seule comme lui même l'avait fait à chaque fois. Mais il vit Jacob entrer dans son champ de vision. Le chien dominant des lycans si ses renseignements étaient bon. Lorsque ce dernier prit la parole, Dante ne prêta pas attention à son allusion sur le fait que la mise en scène n'était pas nécessaire mais il enregistra la suite, la mention au fait qu'Ailyn devait rappeler ses sbires. Il fit rapidement un tour d'horizon du regard s'apprêtant à voir émerger des ténèbres une armée de canidés venus à la rescousse de leur maîtresse, mais il ne vit rien. Il tiqua cependant sur le fait que Jacob semblait insinuer que lui et la perforeuse en chef avaient convenu de quelque chose, l'héritier des Corrino n'avait pas prévu que les lycans et les vampires aient pu s'allier d'une quelconque manière. Mais sa colère était de toute manière trop vive pour tomber dans la prudence et la tempérance au contraire il réagit de la manière qui lui semblait la plus avisée dans une situation comme celle-ci. Il brandit sa baguette vers Jacob, celle-ci crépitait d'impatience tout comme Uriel qui semblait rayonner dans son dos.


    - Je me fous de ce que vous avez convenue, infants du démon que vous êtes mais n'approche plus Jacob Bleiddwin. Si pour eux cela n'a aucune incidence puisqu'ils sont déjà morts je ne suis pas certains que vous autres lycans possédiaient la même résistance par rapport à l'Avada, mais je ne serais que trop heureux de t'aider à le découvrir.

    Il baissa alors le regard sur Ailyn.

    - Quant à toi, perfide chienne, rappels tes sbires, ce qui doit se produire cette nuit ne concerne que les chefs de faction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Lun 6 Juil - 16:33

    Dante se mit à parler. Et lorsqu'il commença, il ne semblait pas décidé à s'arrêter de si tôt. Je l'écoutais, mais seulement à moitié, distraite par autre chose. Je ne savais pas encore quoi, et je ne montrais rien. Il me ressortait ses discours sur la supériorité humaine –Lucifer seul sait à quel point je l'ai entendu ce foutu discours! J'avais, à l'instant, une envie folle de me jeter à sa gorge. Une soif de sang me prenait petit à petit, proportionnelle à l'intensité de ma colère qui ne cessait de croître. J'en avais assez d'être accusée sans arrêt! A croire que j'étais le seul fléau sur cette terre! Bon j'admets qu'en temps normal, que l'on m'accuse de telle ou telle mort m'aurait laissé indifférente à défaut de m'amuser, mais la…Les implications étaient plus grande. Je m'étais renseignée sur Corrino. Une noble famille, une longue lignée de sorciers. Si je le tuais, je les aurais tous à mes trousses. Et à celle des miens. Je risquais de déclencher une « chasse au sorcières » sauf qu'on verrait des vampires brûler sur des bûchers. L'humanité régresserait, comme elle l'avait fait de l'Antiquité au Moyen-Âge et comme elle le ferait sûrement encore.

    Je m'éloigne…Mais il parlait tellement, un bourdonnement incessant avec quelques brides audibles, voilà ce que j'entendais. Si Valendra lisait mes pensées en cet instant précis, elle devait se taper une sacrée migraine, presque aussi forte que la mienne. Je le laissai à ses délires mégalomanes sur l'extermination des vampires –si toute sa race, en des millénaire d'existence, n'avaient pas réussit à détrôner mon père et à exterminer ma race, ce n'est pas lui qui y parviendra- et me concentrais sur autre chose. Une nouvelle odeur…Jacob. Maintenant que j'avais goûté son sang, je ne sentais plus sa « puanteur » habituelle que j'avais eu tendance à exagérer. Non, il y avait juste ce liquide coulant dans ses veines qui m'appelait. Lorsqu'il entra dans mon champ de vision, je me désintéressais presque totalement de Corrino qui venait apparemment d'en finir avec ses menaces.

    « - Je ne suis pas certain que toute cette mise en scène était nécessaire. »

    J'eus un sourire satisfait. Non seulement il était venu, mais en plus il était désagréable avec Corrino. Je l'avais sous-estimé, je m'en doutais…Enfin avant de me réjouir de cela, j'allais déjà essayer de contrôler ma partie plus sauvage qui voulait se jeter à son cou pour se délecter de son sang. Ça aurait été un peu plus simple s'il n'était pas dans le sens du vent, cette légère brise qui secouait les arbres…

    « - Quant à toi, rentre tes canines et demande à tes amis de partir. Nous étions convenus de ne pas finir tout ça dans le sang. »

    Je sifflai, toujours en colère. Il n'avait pas besoin d'étaler au monde que je m'étais alliée avec lui, c'était déjà assez humiliant comme ça! Puis nous n'avions strictement rien convenu…Je lui avais dis que je tenterais de discuter, mais le bain de sang semblait l'unique solution pour nous en sortir. Il voulait que je demande aux autres de partir, mais je ne pouvais me résoudre à ne pas les avoir sous les yeux. Edward, Valendra, Effinie, Melena, j'avais besoin de savoir où ils étaient…

    -Deux choses Bleiddwin: La première, nous n'avons rien convenu. La seconde… Je baissai d'un ton, si bas qu'aucune oreille humaine ne pu m'entendre. Ne te met pas dans le sens du vent, ça me déconcentre.

    J'aurais pu le dire d'une autre façon, j'aurais pu dire tout haut que son odeur atroce m'empoisonnait les narines, mais s'il m'avait obéit en comprenant le sous-entendu, Corrino l'aurait cru soumis, Jacob n'aurait pas apprécié, et c'est lui qui se serait mis à lui taper dessus! Chose que je n'aurais pas aimé puisqu'il s'agissait de ma proie…Rhaa ces histoires de dominance.

    « - Je me fous de ce que vous avez convenue, infants du démon que vous êtes mais n'approche plus Jacob Bleiddwin. Si pour eux cela n'a aucune incidence puisqu'ils sont déjà morts je ne suis pas certains que vous autres lycans possédiez la même résistance par rapport à l'Avada, mais je ne serais que trop heureux de t'aider à le découvrir. »

    Si lui ne le savait pas, moi je le savais. Un sortilège ne suffirait pas, mais un enchaînement d'avada kedavra pourrait le tuer. C'est comme le stupefix avec un géant…Ça finira par marcher, si vous avez la patience de lancer le nombre de sortilège qu'il faut. Les loups possédaient une grande puissance régénératrice, et leur « magie » les immunisait jusqu'à un certain point. Moi par contre il pouvait s'en donner à cœur joie, à par s'épuiser il n'arriverait à rien. Enfin si…A me faire rire parce qu'il serait un gros imbécile.

    « - Quant à toi, perfide chienne, rappels tes sbires, ce qui doit se produire cette nuit ne concerne que les chefs de faction. »

    -En es-tu bien certains? Ils sont la de leur plein gré, aucun n'a voulu partir quand je leurs ai posé la question. Les vampires ne sont pas lâches comme tes misérables humains trop peureux pour t'assister. Ils se battront et donneront leur vie pour que je survive. Comme un humain dévoué donnerait sa vie pour sa princesse.

    Si du moins on calquait la hiérarchie vampire sur un système humain, j'occupais un rang équivalent à celui d'une princesse. Mon père était la depuis des temps immémoriaux, à la tête des vampires et chacun d'eux le reconnaissait comme un chef. Personne n'était assez fou pour le défier, sauf si cette personne recherchait la mort ou avais une prédominance au suicide. Ou s'appelait Jacob Bleiddwin, ce qui est équivalent.

    -En t'en prenant à moi, tu t'en prends à toute la communauté vampire, même à l'extérieur de ces morts. Des milliers d'immortels tapis dans l'ombre, que l'on peut rassembler en une nuit. Tu te crois fort? Voyons, tu es stupide…Tu ne survivras pas une journée à l'extérieur de ces murs, et même à l'intérieur, si ce n'est pas mon souhait. Tu vis encore parce que je l'ai décidé, ton Destin…

    Je touchai le manche de ma baguette à ma ceinture et lançai un sortilège d'accio informulé. Une pierre assez grande pour tenir dans ma main vint s'y loger.

    -Je l'ai entre mes mains, et je peux l'écraser aussi facilement… Je fermais le poing et la pierre devint poussière. Que cette petite pierre…

    Je soufflais sur les résidus de poussière qui s'envolèrent. J'avoue, la menace n'est peut être pas le meilleur moyen pour éviter la bagarre mais au fond, s'il voulait nous exterminer comme il le disait si bien, on n'allait pas lui ôter son petit plaisir. Même s'il se ferait exterminer avant nous tous.

    -Je sais ce que tu vas dire Jacob, mais je ne cherche pas l'affrontement. Il creuse seul sa propre tombe…Et maintenant qu'il a fini, rien ne nous empêche de l'y pousser!

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Jacob Bleiddwin

avatar

Nombre de messages : 297
Age : 30
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Conjunctiva
race : — loup-garou
animal de compagnie : Athéna, une chouette grise

petit message : «Le pardon est la plus belle des choses, mais la vengeance est tellement plus satisfaisante.»
(Simon Dussault)

Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Lun 6 Juil - 21:50

S’il crut voir un sourire sur les lèvres d’Ailyn, visiblement satisfaite de le voir rejoindre ses rangs, elle déchanta rapidement lorsqu’il la pria gentiment de demander à ses sbires de quitter les jardins. Avertissant en même temps Corrino, qu’il n’était pas seul face à face avec son ennemie, comme il devait probablement le penser. Evidemment, elle n’en fit rien. Leur odeur désagréable continuait de chatouiller les narines du loup-garou. Au contraire, Ailyn en vint même à nier cette convention. Certes, elle ne lui avait jamais dit qu’elle ferait tout pour que tout se passe dans la quiétude et la plénitude, mais il avait tout de même espéré qu’elle ne viendrait pas autant armée. C’était véritablement une déclaration de guerre, là ! Alors Dante, lui-même, était venu seul. Avait-elle peur de ne pas pouvoir résister à l’assaut d’un humain ? Visiblement probable, puisqu’elle semblait déjà avoir du mal à résister à l’attrait de son sang. Arf. Il avait presqu’oublié l’effroyable pouvoir qu’il possédait sur Ailyn. Un sourire sarcastique sur les lèvres, il se rapprocha de la vampire, lui susurrant, au passage :

-Pauvre chérie…

C’est à cet instant précis qu’une brise légère vint lui effleurer le coup. L’odeur de son sang devait désormais plus qu’être entrée dans les narines d’Ailyn. Jacob ne sembla pas pour autant s’en effrayer. Si la Serpentard avait l’idée stupide d’oser s’approcher trop près de lui, pour tenter de le mordre, il lui ferait chèrement payer. Quoi qu’il en soit, son geste semblait être pour Dante, une véritable agression. Prompte, celui-ci le pointa immédiatement de sa baguette et le menaça d’un Avada Kedavra. Bien. Au moins, cela lui permettait d’y voir plus clair dans la situation. Ça n’avait pas changé, Corrino ne voulait toujours pas de son aide. Jacob s’en doutait, certes, mais pas au point de se voir immédiatement défié par un sortilège aussi puissant. Son pouvoir de régénération et sa carrure étaient tels, qu’il pourrait probablement résister à plusieurs assauts de ce type – non sans mal, évidemment. Un air moqueur s’afficha déjà sur son visage, tandis que Corrino se tournait désormais vers Ailyn.

- Les humains et les loups ne sont pas lâches pour autant, Ailyn. Mais il est inutile de les mêler à tout ça.

Bien que ça ne le concerne qu’indirectement, Jacob n’avait pas pu s’empêcher d’intervenir. La vampire se vantait d’avoir tous ses servants – c’est l’image qu’elle commençait à donner d’eux, se mettant de plus en plus sur un piédestal – à ses pieds, et sous-entendait qu’il n’en serait pas de même pour Dante et le reste de sa clique. Jacob supposait que le Serpentard n’avait pas jugé utile de prévenir tout le monde avant de partir guerroyer, plus soucieux d’assouvir sa vengeance que de se protéger. Quelles que soient ses raisons, elles convenaient parfaitement à Jacob, puisqu’une poignée d’innocents pourraient ainsi être épargnés d’une bataille, qui n’avait pas réellement lieu d’être. A lui seul, néanmoins, il ne pourrait changer les choses. Surtout qu’Ailyn s’enfonçait dans la provocation, allant même jusqu’à prétendre qu’elle tenait la vie de Dante entre ses mains. Il est certain que sa puissance lui donnait une longueur d’avance. Mais de là à affirmer qu’elle l’aurait tué, elle oubliait sa présence… Et c’est avec un certain angélisme et un fort culot, qu’elle vint lui affirmer que non, elle ne cherchait pas du tout l’affrontement.

- Bien sûr. Tu le provoques juste pour t’amuser… laissa-t-il échapper entre ses dents, visiblement ironique. Elle avait le don de toujours assouplir ses fautes et ses erreurs. A croire qu’elle n’était coupable de rien. Peuh. Tant de lâcheté en une seule personne… Rien ne t’empêche, de l’y pousser. Mais je ne t’y aiderais pas. Pour le moment, à part souhaiter me chatouiller d’un Avada, il ne m’a pas encore vraiment menacé. Et qui plus est, il me semble stupide de se lancer dans un combat sans qu’on est eu le temps de s’expliquer, continua t-il en se tournant vers Corrino. Tu me semblais pourtant assez intelligent pour ne pas réagir sous le coup de la colère. Ce n’est pas ça qui fera revivre Zlatkine. Surtout que tu es assez perspicace pour comprendre qu’un combat, ne serait-ce qu’entre toi et Ailyn, aurait une fin inéluctable : ta mort. Je ne pourrais qu’applaudir cet acte stupide, mais brave, de la part d’un Serpentard. Sauf que tu auras tout perdu : Zlatkine, ton combat et ta dignité. Bien sûr, tu cherches à te venger… Mais crois-moi, ta vengeance ne sera accomplie que lorsque tu pourras tuer les véritables coupables. Je ne cherche pas à défendre Ailyn. Elle est assez forte pour faire ça toute seule et tout la rend coupable…

Son caractère de chien, son goût du sang, son non-sentimentaliste, sa haine vis-à-vis de Dante… Bref. La parfaite coupable. Elle aurait été capable de tuer Zlatkine, certes, mais ses propos étaient parvenus à insinuer un doute dans son esprit. Qu’il le souhaite ou non, ce qu’elle avait dit jusqu’à présent semblait s’être avéré vrai. Alors pourquoi irait-elle lui mentir maintenant ? Et avec son goût de la mise en scène, Ailyn, n’aurait-elle pas privilégié un endroit moins intime, afin de provoquer plus clairement son ennemi ? Ou n’aurait-elle pas attaqué directement Corrino au lieu d’agir de manière détournée ? Jacob voulait être certain de sa culpabilité, avant que tout combat commence. Si Corrino s’acharnait à rester sur ses positions, il mourrait bêtement, et surtout sans que Jacob ne puisse avoir de réponse à ses interrogations.

- Je crois simplement que tu devrais vérifier si tu t’attaques bel et bien à la bonne personne, conclut-il finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante H. Corrino
No Fangs Allowed
avatar

Masculin Nombre de messages : 128
Age : 35
localisation : Là où ton regard ne peut porter.
âge rp : 18
sortilège — potion fétiche : Diffindo
race : — humain(e)
animal de compagnie : Ares, un corbeau au plumage noir.
petit message : On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas.
Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Mar 7 Juil - 0:55

    Comme lors de leur première confrontation, Ailyn participa sans se faire prier au jeu des menaces et de l'exagération. Dante s'y était attendu, si il avait suffit de menacer la bête pour en venir à bout ils n'auraient pas vécu si longtemps. Cependant il ne fit pas honneur à la "vieille femme", ses sens étant plutôt tournés vers l'orée des bois les entourant à l'affût de l'arrivée des autres vampires. Ailyn n'ayant pas l'air de vouloir l'affronter de manière honorable. Après tout qui saurait que Dante H. Corrino avait été vaincu par une horde de vampire, seuls les vainqueurs réécrivent l'histoire... Son regard fut tout de même attiré par la pierre que Longsdale tenait en main, surtout par le fait qu'elle avait usé de magie pour la faire y venir. Il se dit alors qu'il aurait au minimum dû venir avec Ares son corbeau, il aurait pu surveiller les alentours, mais la haine lui avait fait perdre le sens commun et il s'était présenté absolument seul, hors désormais il faisait face aux deux plus dangereux prédateurs des environs, sans compter la horde en marche pour les rejoindre. Au moins avait-il pu sentir dans les paroles de Jacob plus de grandeur d'âme qu'il ne pouvait en sentir chez la perforeuse en chef, ce dernier avait du venir seul comme un véritable chef ayant la responsabilité d'un peuple. Alors que la pierre fut réduite en poussière Dante esquissa un nouveau sourire, encore et toujours la puissance physique, quand comprendra-t-elle que dans le monde magique le plus fort n'est pas celui dont la vélocité est la plus grande ou les muscles les plus efficaces, les plus grands sorciers n'étaient-ils pas de vieux personnages perclus d'arthrite. Il applaudit ostensiblement, ôtant sa baguette de la direction du Lycan.

    - Que de muscles ma grande... que de muscles, je serais curieux de voir ce que tu pourrais faire avec une balle en équilibre sur le nez. Une vraie puce savante...

    Bleiddwin reprit la parole. Et pour le coup il alla trop loin pour Dante. Il prononça à plusieurs reprises le nom de Svetlana, allant même jusqu'à insinuer que sa mort serait pure perte si le jeune Corrino venait à perdre la vie cette nuit. Un culot monstrueux pour un être abjecte. Dante eu un rire jaune reportant toute son attention sur le lycan.

    - Mais écoutez donc le lycan, protecteur des humains si la légende est fondée. Donneur de leçons et redresseur de torts.


    Il se calma un instant autant que faire se peut dans un cas comme celui-ci, lorsque vous venez de perdre un être cher, certes Dante n'était pas amoureux de son alliée slave mais il n'en demeurait pas moins qu'il lui vouait une affection toute particulière.


    - Mais dis moi mon bon ami, où étiez vous toi et les tiens pendant que tes nouveaux amis morts-vivants saignaient Svetlana dans son sommeil, lui offrant une mort déshonorante. Trop occupés à festoyer avec ceux que vous êtes sensé combattre ? ! Non parce que je veux bien croire que vous êtes différents d'eux.


    Il tourna un regard plein de dédain vers Ailyn.

    - Mais la seule chose que je vois c'est que tu accours lorsque la perforeuse en chef est menacée, mais je ne me souviens pas avoir vu aucun des tiens et encore moins ta propre personne à la cérémonie consacrée à la mémoire de Svetlana. Ailyn aurait-elle retrouvé la laisse qu'elle avait perdu pour te garder à sa botte de nouveau ? Tout ce que je vois c'est que lorsque le maître siffle le chien rapplique, alors pour tes grands discours et tes conseil tu repasseras quand tu auras finit de faire le beau pour un sucre mon grand...

    Mal grès la verve dont Dante pouvait faire preuve, les mots de Bleiddwin l'avait touchés plus qu'il ne l'aurait voulu, il avait conscience que son acte irraisonné était une erreur, pour faire mal aux canidés il lui fallait mettre en place une véritable institution, rassembler derrière lui une véritable armée organisée, comme il l'avait fait avec le MLP mais à une échelle beaucoup plus grande et avec des sorciers beaucoup plus puissants. Mais comment faire ? Parker ne semblait pas vouloir le suivre et sa plus grande alliée était désormais là où aucun canidés ne pourrait plus lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Mar 7 Juil - 16:44

    « Pauvre chérie ». C'est tout ce à quoi j'eus droit. M'en voulait-il encore pour la dernière fois? Ou s'amusait-il simplement du semblant de contrôle qu'il possédait? Je n'en savais rien, et à vrai dire, je m'en moquais. Le résultat était la: En le sentant proche, je pouvais toujours me retenir de lui sauter à la gorge. Mais lorsque la brise amena son odeur alléchante, je perdis partiellement mon contrôle. Mes yeux virèrent au rouge, le venin coula dans ma bouche et je dus enfoncer mes ongles dans la paume de ma main jusqu'au sang pour ne pas lui arracher la tête et le vider complètement.

    J'avais perdu ma concentration, j'étais distraite, comme une jeune vampire affamée, si bien que je manquais la majeure partie de la conversation. Ce n'est pas que je n'écoutais pas, mais je n'enregistrais pas. Les mots glissaient, comme des murmures sans intérêt. Je savais juste que Dante continuait ses sarcasmes et que Jacob répondait, sans pour autant prendre partis. Voulait-il vraiment se mettre du côté des humains? Dante n'en voulait pas et le traiterait comme le chien qu'il est. Il aurait joué à l'imbécile jusqu'au bout, s'il prenait ce parti…Ne pouvait-il pas mettre ses vieilles rancunes de côté, au moins pour sa meute? Il était Alpha non d'un chien!

    « - Mais dis moi mon bon ami, où étiez vous toi et les tiens pendant que tes nouveaux amis morts-vivants saignaient Svetlana dans son sommeil, lui offrant une mort déshonorante. Trop occupés à festoyer avec ceux que vous êtes sensé combattre ? ! Non parce que je veux bien croire que vous êtes différents d'eux. »

    Ça, je l'entendis. Je savais que Jacob avait dis des choses avant, mais je ne voulais pas y penser puisque je voulais le chasser de mon esprit. Il n'existait plus, le vent ne porterait plus son odeur. Sans odeur, il n'existerait plus…Je m'empêchais de respirer –ce qui n'était nullement gênant- et bloquais ainsi mes poumons.
    Pourquoi entendis-je cette phrase et pas les autres? Parce qu'elle mettait le doigt sur le nœud du problème. Un nœud que j'avais intérêt à éclaircir, même si tuer Dante ne me gênait pas le moins du monde. Simplement, cette Terre n'était plus apte pour les guerres d'Antan –et croyez que je suis la première à le regretter. On ne se battait plus avec les épées, mais avec les balles. Beaucoup plus vicieux et beaucoup moins honorable si vous voulez mon avis…Et ça nous rendait vulnérable, surtout s'ils avaient les bonnes informations.

    -Tu te trompes…

    C'était un murmure à peine audible, qu'il n'avait sûrement pas entendu. J'allais devoir expirer pour parler et donc reprendre un peu d'air. Théoriquement son odeur ne me gênerait plus, il n'était plus dans le vent et je pouvais me concentrer sur d'autres choses…C'est pour cela que j'étais heureuse qu'Edward soit resté. Dans le pire des cas, il me tiendrait dans une vision qui calmerait mes instincts. Mais je serais vulnérable pendant cet instant…Oh puis au fond je n'avais qu'à les massacrer!
    Et je l'aurais fais.
    Si mon père ne me l'avait pas déconseillé dans sa lettre.

    « - Mais la seule chose que je vois c'est que tu accours lorsque la perforeuse en chef est menacée, mais je ne me souviens pas avoir vu aucun des tiens et encore moins ta propre personne à la cérémonie consacrée à la mémoire de Svetlana. Ailyn aurait-elle retrouvé la laisse qu'elle avait perdu pour te garder à sa botte de nouveau ? Tout ce que je vois c'est que lorsque le maître siffle le chien rapplique, alors pour tes grands discours et tes conseil tu repasseras quand tu auras finit de faire le beau pour un sucre mon grand...»

    Je fermais les yeux, mais je ne parvenais pas à leurs rendre une couleur normale. Tant pi, il ferait avec et en un sens tant mieux, ça l'effraierais. Si je tenais une chose de mon père, c'est bien les yeux, et c'est le genre de regard qui glace jusqu'au sang.

    -Bleiddwin fait, à n'en pas douter, un chien excellent. Cela dit, il ne te dépasse pas dans cette discipline. Je suis sure qu'avec un peu de persuasion tu pourrais toi-même être très obéissant, Corrino. Comptes-tu monopoliser ma nuit entière avec tes provocations ou veux-tu que nous nous battions? Si le chien ne veut pas choisir son camps, ou plutôt honorer son contrat, je le tuerais avec toi. Mais il est intelligent, il sait que sans un Alpha compétant, les loups de Poudlard seront incontrôlable cette nuit…Ne compte pas sur Heargraves ou Teleri pour assurer tes arrières. Le premier est sûrement occupé ailleurs et la seconde a déjà ses propres loups. Imagine…Affamé, incontrôlable, obéissant à la lune…Quel massacre sans nom… Vous pensez réellement que la plus grande menace réside en ceux de ma race? Foutaise! Mais elle ne réside pas non plus en les loups…Même s'ils sont plus sauvage et indisciplinée que nous.

    Je laissai le suspens, repris prudemment une gorgée d'air et repris.

    -Tu as raison Corrino, je suis ton ennemie. Mais je ne suis pas celle qui a tué ton humaine, ni celle responsable du massacre au Bal. Si ça avait été orchestré par mes soins, vous auriez eu droit à quelque chose de bien plus subtile et spectaculaire…Suis le conseil de Jacob. Tu veux des noms? Je peux t'en donner…Belial, ça te dis quelque chose?

    Assurément oui, quiconque avec un minimum de connaissance en matière du Mal savait qui était Belial, presque aussi connu que Lucifer, Satan, ou toutes les variantes du nom. En même temps j'étais face à un humain…Ils ne sont pas toujours très renseigné. Courageusement, je tournais la tête vers Jacob. Je supportais sa vue, mais je ne le regardais pas dans les yeux, mon regard glissait sans cesse sur sa jugulaire palpitante…Saloprie!

    -Je t'en ai parlé ce matin Jacob, et si tu veux vérifier… Je fis une entaille à mon poignet grâce à mes canines. Tu connais la marche à suivre. Ça ne fonctionnera pas sur un humain mais peut être croira-t-il, même avec son intelligence limitée, plus facilement deux personnes sans aucun intérêt l'une pour l'autre…Il doit savoir que tu me hais, moi et ma famille…Ou plutôt, mon père et moi.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Jacob Bleiddwin

avatar

Nombre de messages : 297
Age : 30
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Conjunctiva
race : — loup-garou
animal de compagnie : Athéna, une chouette grise

petit message : «Le pardon est la plus belle des choses, mais la vengeance est tellement plus satisfaisante.»
(Simon Dussault)

Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Mar 7 Juil - 19:28

Dante appuyait sur son point faible : sa volonté de protéger les humains d’une puissance qui ne pouvait que les dépasser. Dans le cas présent, le Serpentard insinuait que c’était lui et les aux autres lycans, qui auraient pu, ou plutôt qui auraient dû empêcher la mort de Zlatkine, et allant même jusqu’à déclarer qu’ils s’amusaient avec les sangsues pendant le drame. Evidemment ! C’était devenu l’amour fou entre eux depuis quelques jours, qu’ils ne pouvaient plus se passer des uns et des autres ! Pff… Dans un murmure, Ailyn nia la véracité des propos de Dante. Jacob n’eut guère le temps de lui demander un complément d’information, notant seulement, d’un coup d’œil en biais, qu’elle maitrisait difficilement son envie de le mordre, que Dante reprit la parole en évoquant son absence ainsi que celles des siens lors de la cérémonie à la mémoire de la Serdaigle. Le loup ne put émettre qu’un son étranglé devant tant de mauvaise foi ! Que se serait-il passé s’ils avaient osé y mettre les pieds ?! Le Serpentard se serait précipité vers eux pour les accuser de la mort de Zlatkine ou de tout autre chose, quoi qu’il en soit, leur présence aurait été vue d’un mauvais œil. Et ils auraient probablement été raccompagnés à la sortie. Alors, non, il n’avait pas souhaité entraîner les siens vers une humiliation certaine.

- Arrête de mettre ta culpabilité sur mon dos ! Toi et Ailyn vous ressemblez plus que vous ne le pensez. Vous êtes tous les deux aussi lâches l’un que l’autre, incapable d’assumer vos fautes. Or, tu sais très bien que si tu n’avais pas mis ton nez dans cette affaire qui te dépassait, ta chère amie serait encore là à tes côtés. C’était à toi de la protéger et si tu n’es pas capable de protéger une seule personne, comment peux-tu gagner un combat contre un vampire et un… Chien ? Ajouta-t-il non sans ironie.

Les propos de Corrino l’avaient plus qu’énerver. Maître de lui, il se retenait pour ne pas lui sauter à la gorge et semblait soudain comprendre pourquoi Ailyn, n’avait pas pu s’empêcher de l’agresser lors de leur première rencontre. Le Serpentard était insupportable. Non seulement il ne se gênait pas pour reporter toute sa culpabilité sur lui – chose dont Jacob n’avait vraiment pas besoin, se sentant lui-même coupable de ne pas avoir pu éviter ce qui c’était passer – mais en plus il insinuait qu’il était la propriété d’Ailyn. Chose que la vampire se chargea de confirmer. Quelle fâcheuse manie de le désigner comme le chien de telle ou telle personne ! A croire que les loups ne pouvaient survivre sans avoir de Maître. Du côté des vampires, ils étaient les chiens des humains ou parfois même, leurs propres chiens, et pour les humains, ils appartenaient aux sangsues. Comme s’ils ne pouvaient avoir d’identité propre…

Ailyn ne s’arrêta pas à le rabaisser à une fonction de chien, chose qu’il pouvait accepter, étant donné qu’il était désormais habitué par cette fréquente remarque. Non, la Serpentard évoqua l’agressivité des loups par une nuit telle que celle-ci. Les yeux de Jacob s’assombrirent. Ses poings se serrèrent, tandis que la colère et la rage remplaçaient sa patience si longtemps entretenue. Il jeta un coup d’œil en sa direction. Que pensait-elle ? Que sans lui le reste de la meute se ferait un plaisir de déchiqueter les humains ?! Avait-elle oublié qu’elle et sa race étaient leurs plus grands ennemis, et qu’ils se tourneraient avant tout vers eux avant de trouver une proie ?! Il en était là de sa réflexion lorsque les yeux rouges vifs d’Ailyn se tournèrent vers lui. Elle lui proposait de nouveau de boire son sang afin de prouver à Corrino qu’elle ne mentait pas. Bien sûr, celui-ci l’ayant étiqueté comme étant le chien personnel de sa majesté la princesse des vampires, il le croirait sûrement s’il y lisait ce qu’elle s’acharnait à lui dire !

- Très bien.

Promptement il enserra le coup d’Ailyn dans l’une de ses mains, tandis que de l’autre il saisissait son poignet ensanglanté :

- Je ne tiens pas à ce que tu me mordes pendant mon… Repas. Alors, tiens-toi tranquille.

Puis il porta le poignet de la Serpentard à sa bouche. Le sang coulant entre ses lèvres le laissa de marbre. Le goût du liquide n’était pas désagréable, mais ne lui procurait pas non plus des sensations plus qu’extraordinaires. C’est à la troisième gorgée que les images de la mort de Zlatkine commencèrent à affluer. Légèrement floues et assez lentes pour qu’il puisse en saisir le contenu. Ce n’était pas Ailyn qui se penchait sur le corps endormie de la Serdaigle, mais bel et bien Belial, comme elle l’avait déclaré. Une grande et obscure puissance émanait du démon. Plus grande que celles que Jacob avait jusque là rencontrées. Sa bouche se détacha finalement du poignée d’Ailyn. Il enleva sa main retenant le coup de la Serpentard et s’en servit pour essuyer sa bouche. Machinalement, il ôta du pouce les quelques gouttes de sang qui perlaient de la blessure, puis lâcha le bras de la vampire. Il se tourna ensuite vers Dante et déclara :

- Elle n’y est pour rien.

Il évita soigneusement de regarder Ailyn, s’attendant à la voir afficher un visage triomphant et poursuivit :

- Je suppose que tu ne vas pas vouloir croire un mot de ce que j’ai vu, mais c’est ce Belial ou un autre, qu’importe son nom, qui était penché sur Zlatkine. Il est puissant. Plus puissant que moi ou Ailyn. Et si tu veux le battre, tu auras besoin de notre aide… Si Ailyn voulait l’attaquer, évidemment. Jacob ne pouvait pas encore s’assurer des intentions de la Serpentard. Peu importe. Lui ne voulait pas laisser un tel démon en liberté. S’il continuait à les manipuler lui et sa race de cette manière, ils ne survivraient pas longtemps. Il devait le combattre, avec ou sans aide. Il reprit : Et si tu t’entêtes à vouloir combattre Ailyn, je ne pourrais pas te laisser faire. J’ai besoin d’elle pour que ma race survive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante H. Corrino
No Fangs Allowed
avatar

Masculin Nombre de messages : 128
Age : 35
localisation : Là où ton regard ne peut porter.
âge rp : 18
sortilège — potion fétiche : Diffindo
race : — humain(e)
animal de compagnie : Ares, un corbeau au plumage noir.
petit message : On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas.
Date d'inscription : 26/04/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Jeu 9 Juil - 13:29

    Comme il s'en doutait Ailyn refusait de reconnaître sa culpabilité, une fois de plus, c'est alors qu'elle lui lança le nom de Bélial. Il dit alors la première chose qui lui traversa l'esprit face à de telles inepties.

    - Et mon cul c'est du poulet ? T'en veux une aile ...?


    Elle ne pensait pas sérieusement qu'il allait mordre à l'hameçon ? ! Dante savait qu'elle méprisait les humains mais de là à lui tenir de tels propos. Il avait passé l'âge de croire aux démons... Quant à Jacob, ce dernier avait sans doute mal prit les références à Svet' ainsi que le rappel de la fonction que lui et ses chiens s'étaient confié, à savoir protéger les humains des vampires. D'ailleurs il semblait ne pas vouloir reconnaître que si tel était le cas il y avait faillit. Il le compara à la perforeuse et les traita de lâches tous les deux continuant et mettant la complète responsabilité du meurtre de Svetlana sur les épaules de Dante. Qu'il y aille après tout l'héritier Corrino commençait à avoir l'habitude d'être surchargé de responsabilités... Néanmoins il accepta mal le fait qu'on le traite de lâche, alors qu'il avançait seul parmi ces monstres alors qu'eux ou pour le moins Longsdale se présentait avec son armée privée.


    - Prends garde à ce que tu dis Lycan, et ne compare pas à cette monstruosité que tu sers. Il se tourna vers Ailyn. Oh et toi il te faudrait un physique beaucoup plus avantageux pour espérer me séduire et me voire te servir et être obéissant comme tu dis... Parce que en plus d'être morte... T'es vraiment pas une bombe, dur l'éternité dans un corps si peu séduisant... Il porta de nouveau son attention sur Jacob. Si je suis ton raisonnement c'est ma prise de position qui a entraîner le meurtre de Svetlana, mais si on pousse un peu plus loin, penses-tu que votre présence n'est pas le déclencheur de tout ce qui se passe ici ? Et pour la lâcheté je ne pense pas en être contrairement à toi, rappels moi depuis combien de temps tu combats les vampires hein ? dix, vingt... peut être même trente ans ? Et tout ça pour quoi ? Le statut quo ? Tu n'arrives à rien... en fait tu es dépassé comme ta race, vous n'êtes plus d'aucune utilité, vous vouliez défendre les humains mais vous n'arrivez à rien sans compter qu'aujourd'hui nous n'avons plus besoin de vous, alors retourne auprès de tes semblables, je ne t'ai d'ailleurs pas convié ce soir... Et crois moi lorsque je dis qu'avant trente ans j'aurais trouvé de bien meilleurs moyens de venir à bout des vampires, bien meilleurs que ce dont vous ne serez jamais capable. Ta place n'est plus ici mais dans un musé Lycan...

    Longsdale se lança alors dans une sorte de rituel, un cliché sortit d'un mauvais film d'horreur, elle s'entailla le poignée et proposa à son sbire de s'y abreuver pour connaître la vérité. Dante secoua la tête devant tant de cérémonial, qui plus est inutile. Lorsque Jacob eu finit son encas il parut comme illuminé d'une nouvelle certitude et débita lui aussi le flot de conneries que Dante croyait propre à Ailyn à savoir ce n'est pas les vampires mais un méchant démon nommé Bélial qui a fait le coup... Dante prit un air intrigué presque convaincu.

    - Attendez... Mais oui ça tiens la route, pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt. Mais oui, un démon, en plus ça explique tout le bal, la manière de tuer Svetlana... En fait il y a juste une chose qui m'intrigue encore, j'en parlais justement avec mon pote Leprechaun, vous savez le petit irlandais qui vit au pied des arcs en ciel avec le gros chaudron plein d'or... Le truc c'est qu'on arrive pas à expliquer pour un démon de style de Bélial, je veux dire le chaos, la discorde enfin tout ça quoi... oui pourquoi il se nourrit comme un vampire ? Sans compter que jusqu'à preuve du contraire les démons n'existent pas... Oh et je rigolais en parlant du Leprechaun parce que en fait... ben lui non plus n'est pas réel... Alors vous êtes gentils tout les deux mais bon et con ça ne s'écrit pas pareil.


    Il observait les deux entités face à lui qui semblaient toutes deux persuadé du bien fondé de leur explication. Qu'Ailyn se réfugie derrière de tels préceptes il pouvait le concevoir mais que Jacob qui avait tout de même l'air intelligent à défaut d'en avoir la chanson, tombe dans le panneau il ne l'avait pas vu venir. En tout cas une chose était certaine, le Lycan avait l'intention de défendre sa maîtresse et Dante allait donc devoir affronter deux ennemis pour le prix d'un seul ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailyn E. de Longsdale
«. Bloody&Devil Admin. » ~ Slytherin Vampire.
avatar

Féminin Nombre de messages : 994
Age : 25
localisation : Dans le cimetière de tes rêves.
âge rp : 117 ans., bien qu'il soit impolis de demander. Mais j'en parais 17.
sortilège — potion fétiche : Sectumsempra & Veritaserum
race : — vampire
animal de compagnie : Mon serpent Nagini =)
photo d\'identité :
petit message : « My heart is a Devil's creation. »
Date d'inscription : 22/02/2009

veritaserum
maison*: — slytherin
année*: — septième
relationship's*:

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Jeu 9 Juil - 15:30

    Difficile de m'empêcher de le mordre, surtout lorsqu'il aspirait mon sang. En général ce sont soit les amants, soit les infants qui font ce genre de choses et je ne penserais jamais à Jacob en ces termes! Rien que l'idée me révulsait. Il avait beau me tenir à l'écart lorsqu'il buvait, j'étais capable de lui casser le bras rien que pour planter mes canines dans sa jugulaire…Mh…

    N'empêche qu'après ça, il me cru. Il avait vu ma vision et, il avait beau me haïr, il savait qu'elle était exacte. Je ne me trompe jamais une fois que la décision a été prise…Et la, il est clair que sa décision était plus que prise. En même temps j'étais certaine que Dante allait nous répliquer un truc du genre: « SI vous le saviez il fallait intervenir! ». Mais j'étais la seule à savoir et je n'allais pas me mesurer à un démon pour les beaux yeux d'une humaine. Surtout pas à mon oncle. Si je ne tenais pas tête à mon père –bien que je n'en ai pas l'envie et l'utilité- ce n'était pas pour tenir face à Belial.

    Je ne pus cacher mon sourire triomphant. Il admettait que j'avais raison, c'était si délicieux à entendre…En même temps j'avais souvent raison. De plus ça mettait les choses au clair quand à notre conversation dans la cabane il y a quelques jours…La aussi, j'avais raison. Il pouvait se la manger, son évolution à la noix.

    « - Je suppose que tu ne vas pas vouloir croire un mot de ce que j’ai vu, mais c’est ce Belial ou un autre, qu’importe son nom, qui était penché sur Zlatkine. Il est puissant. Plus puissant que moi ou Ailyn. Et si tu veux le battre, tu auras besoin de notre aide… Et si tu t’entêtes à vouloir combattre Ailyn, je ne pourrais pas te laisser faire. J’ai besoin d’elle pour que ma race survive. »

    J'entendis à peine la fin. Temps mort…Il suggérait que ce minable petit humain qui ne faisait pas le poids face à moi allait le faire face à mon oncle? Peuh! Et pourquoi pas lui présenter Lucifer tant qu'on y est? Et il suggérait en plus qu'il était possible que nous l'aidions? Qu'il parle en son nom mais pas au mien!

    -Comme s'il avait la moindre chance contre lui! Il est aussi puissant que son frère, à savoir mon père. Ça te donne une petite idée non?

    Rien que cette comparaison ferait comprendre à Jacob que: 1. Je n'avais pas l'intention d'attaquer Belial, 2. Il existait plus puissant que son « ennemi mortel » et 3. J'avais encore une fois raison. Même s'il devait légèrement se ficher du point 3…

    Et la, Corrino commença à débiter ses âneries. Comme si ses pitoyables insultes me touchaient…J'étais une créature magnifique, je pouvais l'assujettir d'un regard. Je n'étais peut être pas son style, mais ses remarques étaient dignes d'humains en bas âges. N'était-il pas censé être quasiment adulte? Ça vole haut…Il descendait Jacob, comme s'il était personnellement responsable des choix de ses maîtres. Corrino ignorait tout de la hiérarchie loup-garou, tout comme il ignorait la majeure partie de ce qui nous concernait. C'est avec ces connaissances minables qu'il pensait venir à bout de nous? Je n'avais besoin que de cinq, non, de trois seconde, pour le remettre à sa place de façon définitive…Six pied sous terre.

    « - Attendez... Mais oui ça tiens la route, pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt. Mais oui, un démon, en plus ça explique tout le bal, la manière de tuer Svetlana... En fait il y a juste une chose qui m'intrigue encore, j'en parlais justement avec mon pote Leprechaun, vous savez le petit irlandais qui vit au pied des arcs en ciel avec le gros chaudron plein d'or... Le truc c'est qu'on arrive pas à expliquer pour un démon de style de Bélial, je veux dire le chaos, la discorde enfin tout ça quoi... oui pourquoi il se nourrit comme un vampire ? Sans compter que jusqu'à preuve du contraire les démons n'existent pas... Oh et je rigolais en parlant du Leprechaun parce que en fait... ben lui non plus n'est pas réel... Alors vous êtes gentils tout les deux mais bon et con ça ne s'écrit pas pareil. »

    Comment osait-il se moquer ainsi de ce que j'avançai? C'était certes prévisible mais je ne le tolèrerais pas! J'étais certaine que ses prises de position avaient influencé le choix de la victime. Ils aimaient bien semer la zizanie, même si ça impliquait leurs « enfants » dans les ennuis. Je sifflai rageusement et avançai vers lui d'un air menaçant.

    -Tu te moques? C'est si simple pour toi…Un moyen classique de te protéger de la culpabilité! Si tu ne t'en étais pas pris à nous, cette fille vivrait toujours et tu sais pourquoi? Parce qu'ils choisissent leurs victimes pour enflammer les situations, pour qu'elles dégénèrent en bain de sang! Ils n'hésitent pas à impliquer leurs enfants, simplement parce qu'ils savent qu'on mourra bien moins facilement que vous. Tu joues leur jeu en réagissant ainsi, mais ce n'est pas ta faute, ta petite cervelle d'humain borné ne peut comprendre! Tu ne t'es jamais demandé comment les vampires, les lycans, et autres créatures de l'ombre pouvait exister alors que ça défie toutes ces conneries de lois scientifiques?! Je suis morte et pourtant je vis, je change, je grandis, car je suis née Sang Pur, tu l'expliques ÇA?! Evidemment que non! Tu crois sans doute qu'à ta mort ce sera le néant, un sommeil éternel? Rêve donc! Comment peux-tu ne pas croire aux forces du Mal alors que je suis certaine que tu PRATIQUES la magie noire! Si tu m'as faite venir pour me balancer tes gamineries, j'ai d'autres choses à faire! Tu veux la guerre? Je te la donne! Viens de battre, pour me mettre à ton niveau j'utiliserais uniquement ma baguette et sa tonne de sortilèges du genre ENDOLORIS!!

    Je ne sais pas exactement quand j'ai perdu le contrôle ni quand j'ai sortis ma baguette, mais je savais pourquoi j'en étais arrivée la. Et si une vision, cette soudaine aura de puissance ou Jacob –ou les trois je ne sais pas très bien- n'était pas venu pour interrompre ce sortilège, l'héritier Corrino serait toujours au sol. Maintenant, l'affrontement était inévitable et je ne comptais pas m'excuser.

    -Le Mal existe, les démons existent, Lucifer existe et sans lui ce monde n'existerait pas. Tu ne crois pas au Mal et en ses représentants? Tu es a deux devant toi! Tu en veux d'autre? Ils sont tout autour de toi! Ils sont prêts! Si tu étais capable de lire le sang je t'aurais montré mais nous n'avons pas ce luxe, ils sont déjà ici.

_________________

« It's an exodus from the dark
The night is breathing
The night is attaining
I see the dead awaken...My faithful forsaken »

Ava' by J&S
Gif by crocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toxiic-nightmares.skyrock.com
Jacob Bleiddwin

avatar

Nombre de messages : 297
Age : 30
âge rp : 17 ans
sortilège — potion fétiche : Conjunctiva
race : — loup-garou
animal de compagnie : Athéna, une chouette grise

petit message : «Le pardon est la plus belle des choses, mais la vengeance est tellement plus satisfaisante.»
(Simon Dussault)

Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   Ven 10 Juil - 19:04

Dante jouait sur les mots avec une telle délicatesse, qu’il fallut à Jacob, toute sa maîtrise, pour ne pas l’attraper par le collet, et lui renverser ces nombreux compliments, se contentant donc d’un sourire méprisant. Le Serpentard avait eu la bonté de lui souligner sa lâcheté. Car oui, selon lui, combattre infiniment ses plus grands ennemis était une preuve de lâcheté. Surtout lorsque ledit combat ne menait à rien puisqu’il ne pouvait – hélas – pas sauver toutes les victimes. Mais où était ce cher Corrino pendant ses six premières années à Poudlard ? Lui qui se vantait de pouvoir mettre un terme aux agissements des vampires et protéger les siens, semblait enfin se réveiller d’une longue torpeur… Mais arrivé à ce stade, c’était beaucoup trop tard. Et sa soudaine prise de conscience passait plus pour un acte pour se faire mousser auprès des autres, que pour réellement les aider. Et il n’avait aucune idée de ce en quoi il s’engageait. Entre les lycans et les vampires, c’était une histoire qui remontait à plusieurs siècles. Des règles, des lois, une chorégraphie longtemps répétée ; cette bataille n’était pas un jeu dans lequel on ne pouvait pas s’intégrer sur un coup de tête. Et là où Jacob avait échoué, Dante échouerait également. Ce n’est un petit combat contre Ailyn qui lui donnerait la victoire ! Et puis Jacob serait là pour l’empêcher de la tuer, si jamais il parvenait quasiment à ses fins. Non par pitié, solidarité ou affection, non. C’est juste que la mort d’Ailyn lui revenait de plein droit. Il travaillait dessus depuis des années et ne se laisserait pas damer le pion par un chevalier voulant sauver l’honneur de sa belle.

Vint ensuite le temps pour Jacob de voir enfin la vérité. Toutes ses barrières de protection qu’il avait mis en place après le décès de ses parents s’effritaient de plus en plus. Et à chaque fois, Ailyn en était la cause. Sa croyance en la science apparaissait comme obsolète, dans ce monde ou seule la nature régnait en Maître. Il fallait lutter contre ces nouvelles puissances, les éliminer pour laisser place nette à la Science. Malheureusement, Ailyn ne semblait pas être de cet avis. Démon et autres créatures du Mal semblaient plus être pour elle, source d’excitation que de tracas. Mais que venait-elle faire ici, si ce n’était pas pour les combattre ? A quoi bon lui avoir prouvé que les démons existaient bel et bien si elle ne voulait pas les détruire ? Et pourquoi souhaiter se laver de toute culpabilité sur la mort de la Serdaigle, chose qui ne lui aurait pas posé problème en tant normal ? De nouvelles questions dont il lui faudrait trouver les réponses… Dante, quant à lui, traita la nouvelle en dérision, comme s’y était attendu Jacob. Ironique, le loup-garou nota uniquement :

- L’existence de démons est plus probable qu’un tel taux de crétinerie chez un humain.


Il n’alla pas plus loin. Il sentait à ses côtés, qu’Ailyn ne pouvait plus maîtriser sa colère. A peine eut-il fini de parler qu’elle se dirigea droit vers Corrino et se lança dans un discours agressif sur l’existence des forces du Mal. Si Jacob tiqua légèrement en entendant sa race associée aux Mal, il resta silencieux. Ce n’était pas le moment pour laisser avancer que jusqu’à présent, tout ce qu’ils avaient fait, avait été exécuté dans le but de protéger les humains. Même si parfois, ils n’avaient pas pu empêcher quelques débordements… Ailyn n’était pas en reste, puisqu’elle était justement en train d’en accomplir un. Jacob n’avait pu prévoir qu’elle se montrerait aussi agressive et Corrino était déjà au sol, sous l’effet du sortilège Doloris. Il attrapa son bras tenant la baguette, en murmurant un simple :

- Non, pas ça, Ailyn.

Il la poussa à s’éloigner de quelques pas du Serpentard, étonné que ce fut aussi aisé. Elle semblait déjà commencer à mettre fin au sortilège lorsqu’il était intervenu. Comme si, pour une fois, elle était capable de maîtriser sa rage et sa colère, et de ne pas tuer immédiatement sa victime. Il s’écarta assez rapidement d’Ailyn, conscient que Corrino ne mettrait pas longtemps à riposter. Par prudence, Jacob tira sa baguette de sa poche, en écoutant d’une oreille distraite les derniers propos d’Ailyn. Sa dernière phrase le mit immédiatement en alerte. Déjà ici ?! Elle plaisantait ?! Il n’avait rien ressentit… Il est vrai que son odorat était un peu chargé par l’armée de vampires qui traînait dans le coin, mais de là à ne pas prendre conscience de la présence d’une entité supérieure… Il n’était pas assez concentré.

- Et vous comptez faire quoi maintenant ? Vous entretuez ? On ne pourrait pas remettre ça après avoir tiré au clair cette histoire de Démon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rédemption par le trépas (Act de l'intrigue finale) [ Dante
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] Rédemption [DVDRiP]
» Les personnages en rédemption
» Rédemption [Background]
» Péché et rédemption
» A la recherche de la rédemption (PV Leolyth El'Ennyr)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: { « Extérieurs du château. :: { Jardins.-
Sauter vers: